Navigation – Plan du site

De nouvelles obligations règlementaires pour l'approche écosystémique : une démarche de planification globale au service de l'aménagement des villes favorables à la santé-environnement

Expérience partagée entre la France et la Palestine
The ecosystem approach: a comprehensive planning approach in the service of the development of cities promoting for healthy environment. Experience shared between France and Palestine
Shireen Nazer

Résumés

Cet article présente une analyse critique de la manière d'aménager les territoires. Que ce soit en Palestine ou en France, l'approche écosystémique doit être mise en avant dans le but de créer des villes à la fois viables et vivables. Elles devraient fournir un environnement équilibré à leur population : de l'eau potable à boire, du bon air à respirer, une alimentation saine et suffisante... Ces paramètres constituent le noyau central de la santé publique. Les questions de l'agriculture et de la sécurité alimentaire, de la pauvreté et de la mortalité, des maladies chroniques et de la pollution, de la dégradation de l'environnement sont autant de thèmes interdépendants liés à la complexité de l'organisation des territoires. Elles ne peuvent être réglées sans une vision globale qui tient compte de l'homme et de son bien-être. L'approche écosystémique de la santé a posé le cadre méthodologique pour analyser les territoires rennais et palestiniens malgré leur différence convergente. Quels que soient les pays, les différences sociales, économiques ou environnementales, les villes doivent faire partie d’un système global qui dépasse les planifications conventionnelles et les limites sectorielles et frontalières.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L'urbanisme, la santé et l'environnement sont trois systèmes complexes dont les variables sont étroitement liées. L'aménagement urbain a un impact certain sur la santé de la population. Une mauvaise qualité de vie a des conséquences sur l’espérance de vie, elle augmente le taux de mortalité, et ce, en raison de la mauvaise qualité de l'air, de l'eau et du sol. Dans les pays pauvres, dépourvus de système d'accès à l'eau potable et d’une gestion propre des déchets et des eaux usées, la pollution et les maladies sont des causes essentielles de décès. En effet, dans le monde, la population s’oriente vers une transition démographique et souffre de la dégradation de la qualité de vie. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, devenir une ville écologique ne se résume pas à la plantation d'arbres. Il faut que la qualité de l'air et de l'eau, les services de santé et d'éducation, le confort des logements, l'accès aux transports en commun, le traitement des déchets, etc. s'articulent efficacement pour offrir de bonnes conditions de vie. Tous ces éléments font partie intégrante de la ville durable qui garantit un bon cadre de vie pour tous. Cette publication a été réalisée en partenariat avec le CIAPHS (Centre interdisciplinaire d'analyse des processus humains et sociaux) et l’École des hautes études en santé publique de Rennes (EHESP) dans le but de mieux faire connaître les relations étroites entre ces composantes et les impacts de l'aménagement sur la population. Elle fait partie de la thèse de Mme Nazer, soutenue à l'Université de Rennes 2 en mai 2013, et s'inscrit dans le cadre d’un projet de recherche franco-palestinien. L'analyse ci-présente s'appuie sur un travail d’analyse des presses locales et des entretiens menés à Rennes et en Palestine avec les acteurs de la ville.

2Dans le but d'avoir des villes favorables à la santé-environnement, cet article est structuré autour de quatre thèmes. Nous expliquons d'abord les paramètres des villes saines puis nous analysons des leviers d’intervention dans les villes. Enfin, nous terminons par une suggestion de notre vision de la planification.

Vers des « Villes saines »

  • 1 Yvette Veyret et Jacqueline Jalta, Développements Durables- Tous les enjeux en 12 leçons, Paris, éd (...)
  • 2 Ibid., p. 60.

3Le premier levier d’appui est la santé qui concerne le mode de vie, la politique de soins et la qualité de l'environnement1. Historiquement, la notion de santé est définie en 1946 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme « Un état de complet bien-être, à la fois physique, mental, et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. Bénéficier du niveau de santé le plus élevé possible est l'un des droits fondamentaux de tout être humain, sans distinction de race, de religion, de conviction politique, ou de conditions économiques et sociales. » La charte universelle des droits de l’homme (1966), la reconnaît comme un droit universel des populations. La déclaration de Rio (1992, la définit ainsi : « Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. » En 2002, lors de la conférence mondiale de Johannesburg, la santé acquiert un « statut prioritaire » au sein de la coopération internationale. L’état de santé d’une population est un indicateur de son niveau de développement. Selon le géographe français J-M. AMAT-ROZE: « L'environnement dans les pays pauvres est mal maîtrisé, ce qui affecte l'état de santé et le développement durable du territoire2. » La relation est étroite entre la santé de la population et l'environnement, le déficit d’approvisionnement en eau et manque d'assainissement provoque les diarrhées et maladies parasitaires; les eaux polluées et les déchets non collectés amènent les moustiques et les rats qui sont des vecteurs de maladies...

4Plusieurs facteurs déterminants interviennent dont il existe plusieurs représentations. Les plus classiques, ceux de Lalonde (1979) (pas dans la bibliographie), de Dahlgren et Whitehead (1991), prennent en compte cinq échelles comme l'indique la figure 1.

Figure 1. Schéma de Dahlgren et Whitehead (1991)

Figure 1. Schéma de Dahlgren et Whitehead (1991)
  • 3 Laurine Tollec, Anne Roué le Gall, Alain Jourdren, Frédéric Auffray, Françoise Jabot, Anne Vidy, Pa (...)

5Les comportements et les caractéristiques des individus, leur mode de vie, les réseaux sociaux, les conditions de vie et de travail ainsi que les conditions socio-économiques, culturelles et environnementales sont déterminants pour créer des villes saines. La santé ne relève pas uniquement de l'aspect sanitaire. En effet, chaque décision peut avoir des effets sur la santé humaine qui constitue un acquis. L'approche des évaluations d'impact sur la santé (EIS) est définie dans le consensus de Göteborg en 1999. Ce sont des méthodes spécifiques qui permettent à la fois de juger des effets possibles d'une politique, d'un programme ou d'un projet sur la santé d'une population et de prendre des mesures pour en limiter les impacts négatifs et en augmenter les positifs3.

  • 4 Entretien le 30/04/2012 avec Frédéric AUFFRAY, urbaniste à Rennes Métropole en charge de documents (...)
  • 5 Juillet 2008, Santé et développement durable, des plans d’action pour les Villes-Santé de l’OMS.
  • 6 La Charte d'Ottawa pour la promotion de la santé est établie à l'issue de la première Conférence in (...)

6Environ 70 villes françaises et 1 300 municipalités européennes font partie du réseau des « Villes-Santé » de l'OMS, dont la ville de Rennes4. Elles ont pour objectif d'améliorer le bien-être des habitants et leur qualité de vie. Selon l'OMS5, la « Ville Saine » est fondée sur quatre textes référentiels : la politique de la santé pour tous cherche à agir sur les déterminants de la santé; la charte d'Ottawa vise la promotion de la santé6 ; l’Agenda 21 souligne que le développement durable est la condition d’un état de santé et d’une qualité de vie acceptables et équitables dans lesquels les collectivités locales ont un rôle capital à jouer; la charte d’Aalborg vise à protéger la santé et le bien-être des citoyens. Au fondement de ces textes, une « Ville Saine » est celle qui s’engage à agir pour la santé publique avec la volonté de réduire les inégalités sociales, à veiller à la qualité de l’environnement, à favoriser la cohésion sociale, la solidarité et la participation publique, à développer une économie diversifiée. Selon l'OMS, on retrouve la grille des déterminants de santé regroupés en cinq catégories (Tableau 1).

Tableau 1. Déterminants de la santé

Facteur individuel, style de vie

Environnement social et culturel

Environnement physique

Environnement économique

Environnement général

-alimentation

-tabac

-activité physique

-activité culturelle

-éducation

-réseau social

-égalité

-participation

-croyance

-loisirs

-services de santé

-air, eau, sol, bruit, déchets, énergie, climat, biodiversité

-conditions de travail

-conditions de logement

-accessibilité

-production agricole

-aménagement

-transport et sécurité

-emploi

-revenus et distribution des richesses

-croissance économique

-démocratie

participation

information

-dynamisme

7Ainsi, la santé est une notion complexe et une approche globale qui prend en compte l'ensemble des facteurs déterminants relatifs aux conditions de vie, à l’accès à l'emploi, aux services, à l'état de l’environnement, au cadre de vie... Elle résulte d'une interaction constante entre l'individu et son milieu. Elle touche à la fois l’économie (les entreprises qui produisent), le social (l’accès aux soins) et l'environnemental (on est directement dépendant de l’endroit où l'on vit). Il faut encourager les villes saines dans les pays développés et en développement pour réduire les impacts sur l'être humain, pour faire face aux maux de la ville contemporaine : étalement urbain, pollution... La ville durable répond à ces problèmes par le respect de l'environnement, la viabilité économique et la mixité sociale et intergénérationnelle.

  • 7 Entretien le 08/06/2012 avec Anne ROUE LE GALL, Enseignant chercheur, Département Environnement San (...)

8Grâce à une approche écosystémique, l’hygiénisme et la santé environnementale sont placés au cœur de la réflexion de la ville. Travailler en interdisciplinarité peut aboutir à des politiques territoriales plus pertinentes afin de résoudre les problèmes complexes qui sont interconnectés d'où vient la nécessité de former des techniciens, décloisonner les différentes spécialités et coordonner le travail entre les acteurs... L'outil d'évolution de l'ERS (Évaluation des risques sanitaires) est très formalisé et l’EIS (Évaluation impact santé), issu du consensus de Göteborg, en 1999, est un ensemble d’approches ayant pour but de minimiser les impacts négatifs sur l’environnement et la santé7.

9Il devient alors nécessaire de repenser la manière d’organiser l'espace qui a des répercussions sur l'être humain. Une ville a besoin de son poumon vert pour respirer, ses quartiers doivent être salubres, bien aérés, bien ensoleillés, ses infrastructures et équipements doivent être performants et suffisants pour offrir une vie saine et lutter contre les risques, l’insécurité, les changements climatiques... La compréhension et l'analyse des impacts sur la santé sont complexes. Comment quantifier et qualifier l'impact des déterminants sur la santé? Comment et dans quelle mesure influencent-ils l'état de santé mentale, physique et qualité de vie? En analysant les déterminants de santé-environnement sous le prisme de l’aménagement du territoire, on peut régler un certain nombre de questions sur lesquelles les choix d’aménagement peuvent agir en matière de planification et de construction. Quelques axes parmi d'autres peuvent constituer des leviers réels de promotion de la santé : diminution des polluants et des nuisances, réduction des inégalités socio-économiques, promotion des activités physiques comme la marche à pied, un style de vie saine et le développement de l'accès aux équipements et aux transports pour tous.

Vers des « Villes accessibles »

  • 8 ADEME, Réussir un projet d'urbanisme durable - l'approche environnementale de l'urbanisme, Paris, L (...)

10Le deuxième levier d'intervention est l'accessibilité. Améliorer la qualité des logements passe par la construction de villes dans lesquelles les services et équipements sont accessibles par tous (riches et pauvres) et pour tous (handicapés, personnes âgées...). Dans l'urbanisme durable, la réflexion sur les PMR (personnes à mobilité réduite) est le fondement de la conception ergonomique des cheminements piétonniers. Des aménagements spécifiques pourront être conçus pour faciliter l'accessibilité des zones délicates et répondre aux besoins spécifiques8. En effet, la prise en compte de l'accessibilité et la sécurité des usagers vulnérables et des personnes à mobilité réduite doivent devenir une nécessité. Ceci comprend l'amélioration de l'usage du trottoir et de la traversée des voiries pour les enfants, les mamans en poussette et les personnes âgées.

  • 9 PCBS, Disability Survey, Palestine, 2011, p. 11.
  • 10 Ibid., p. 12.
  • 11 De 3 % à 7 % de la population sont handicapés, dont 50 % de la mobilité. PCBS, Disability Survey, o (...)
  • 12 Ibid., p. 17.

11Si nous nous intéressons aux personnes à mobilité réduite, cela nous oblige alors à nous interroger sur leur intégration dans les communautés palestiniennes. En examinant les données du PCBS (Palestinian Central Bureau of Statistics) de 2011, on constate que les Territoires palestiniens comptent 4 % de personnes handicapées (tout type de problèmes auditifs, visuels, mentaux, cognitifs, de mobilité, de mémoire, de communication confondus)9, c’est-à-dire environ 200 000 personnes dont 50 % sont liés à la mobilité10. Sur ces 100 00011, environ 85 % ont des difficultés pour rendre visite à leur famille, pour participer à la vie sociale et pour se déplacer dans leur commune; environ 75 % ne peuvent accéder aux services publics et environ 50 % ont besoin d’adaptations de transport et d’accueil scolaire pour poursuivre leur éducation12. Au final, en croisant les déterminants de santé avec l'aménagement de l'espace, les communautés palestiniennes ont un réel problème d’accessibilité et par là même, d’exclusion d’une certaine catégorie de la population et sur le rôle de la planification monodimensionnelle du territoire.

12En comparaison avec la France, nous constatons que plusieurs législations ont été émises à cet égard, nous pouvons en citer quelques-unes : la loi du 30 juin 1975 (1re loi sur les droits des personnes handicapées visant leur maintien dans un cadre de vie ordinaire), la loi du 13 juillet 1991 (la voirie publique ou privée ouverte à la circulation publique doit être aménagée pour permettre l’accessibilité des personnes handicapées selon les prescriptions techniques), la circulaire du 23 juin 2000 (accessibilité de la voirie), la loi du 11 février 2005 pour l’Égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées (reconnaissance des droits, compensation du handicap, garantie des ressources, scolarisation, formation, emploi, retraite, citoyenneté, création de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) ou encore le décret du 21 décembre 2006 (accessibilité de la voirie et des espaces publics, un Plan d'Accessibilité de la Voirie et de l'Espace public aux personnes à mobilité réduite est imposé). Les villes ne peuvent être écologiques seulement en fonction de la superficie des espaces verts, elles doivent l’être à partir du moment où elles deviennent accessibles à toute la population. Ne pas traiter cette thématique peut avoir des effets indirects sur la société : discrimination, solitude, stress, malaise, et par là même de plus en plus de tension et de violence.

Vers des « Villes sécurisées »

  • 13 PCBS, Accidents routiers en Cisjordanie, Palestine, 2008.
  • 14 Le district de Naplouse a un taux d’accidents plus élevé que la moyenne, estimé à 33 accidents par (...)

13Un autre levier essentiel concerne la sécurité et la relation « homme, véhicule, environnement ». On peut évoquer ici le comportement des conducteurs palestiniens sur les routes israéliennes. Toutes les règles de circulation et de sécurité routière sont respectées or, une fois dans les communes palestiniennes, leur comportement change radicalement et devient irresponsable : plus de ceinture de sécurité et conduite à grande vitesse. Est-ce une question réglementaire ou un problème culturel? Comme en témoigne le rapport du PCBS de 200813, nous comptons plus de 2 000 accidents routiersen Cisjordanie (soit 20 accidents mensuels par district et une moyenne de 35 dans les villes principales de Ramallah, Naplouse14 et Hébron. Ce chiffre augmente encore pendant les périodes de vacances).

  • 15 Radio d'Ajyal, entretien avec les habitants du village et le ministre des Travaux publics et du Log (...)

14Dans le village d'Abu Shuhadem au nord de Ramallah, les habitants ont lancé des appels aux autorités, car ils ont peur de traverser la rue principale qui n'a pas de trottoir, les gens sont obligés de marcher sur la route au risque d'être fauchés par les chauffeurs qui circulent dans le village à toute vitesse. La population réclame la remise en service de 16 ralentisseurs, retirés par le ministère en 2011 (dont 4 ont été laissés devant les écoles, les cliniques)15. Comment pouvons-nous réduire la vitesse et changer les comportements? Y a-t-il des limites à l'efficacité des contrôles et des sanctions? Comment inciter à rouler moins vite? Bien entendu, lorsque l'on dispose de moyens politiques, juridiques et techniques, il faut fixer les règles et les faire respecter. En imposant des infractions, les motifs deviennent faciles à comprendre; respecter les règles aura des effets immédiats et, par l'éducation et les contraintes, les comportements pourront changer : « Moi, toi, le quartier et la société pouvons aboutir à ce changement, et entraîner corollairement le changement de société. » Il faut faire comprendre que la vitesse peut nous tuer et tuer nos enfants. L'éducation, l'information et la prise de conscience sont des actes indispensables pour mettre en place une politique environnementale durable.

  • 16 Journal de Maan, 16/02/2012, Tragédie de bus pour les élèves 6 morts dont la plupart des enfants [e (...)
  • 17 Journal de Maan, 04/02/2012, Un mort et 110 blessés dans 131 accidents routiers dans une semaine [e (...)

15Toujours en ce qui concerne l'irresponsabilité, nous pouvons rappeler le drame meurtrier survenu le 16 février 2012. Un camion israélien frappa de plein fouet un bus scolaire sur la route de Ramallah-Jéricho provoquant la mort de cinq élèves de maternelle et un professeur et trente-neuf blessés graves. Dans cet accident, la vitesse et la surcharge du bus étaient en cause16. D'une manière générale, selon le communiqué de presse de la police 2012, les causes d’accidents en Cisjordanie sont liées aux véhicules ou aux chauffeurs : véhicules non conformes aux exigences de sécurité, non-respect du Code de la route (excès de vitesse, conduite illégale sans permis)17, conception des voiries dangereuse (pentes élevées et précipitations intenses entraînent des glissements) (Figure 2).

Figure 2. a) Accident sur la route Ramallah- Jéricho, b. Accident à Ramallah.

  • 18 ADEME, Réussir un projet d'urbanisme durable - l'approche environnementale de l'urbanisme, op.cit., (...)
  • 19 Ibid., pp. 199-207.

16La corrélation entre la vitesse, la conception des voies et le comportement des conducteurs devrait être étroitement coordonnée entre plusieurs acteurs (habitants, urbanistes, sociologues...). Les villes durables, elles, sont des villes sécurisées. Selon l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), la sécurité routière est une exigence de la loi SRU (loi no 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains), elle est en lien étroit avec l'aménagement et le dysfonctionnement du système « homme/véhicule/environnement » auquel il est difficile d'exclure les caractéristiques du site (aménagement de la voie, perception de l'itinéraire...). C'est pourquoi la connaissance des accidents relève du déplacement et de son fonctionnement, elle est nécessaire dans les démarches d'aménagement et d'organisation des réseaux et d'urbanisme18. La modération de la vitesse permet d'agir sur la sécurité et les nuisances. Le principe de précaution, la réflexion sur la sécurité routière ainsi que les nuisances sonores et atmosphériques peuvent être introduits dès les phases d'études. Quant aux activités qui génèrent des livraisons de marchandises, les directives doivent être prises dans le schéma de déplacement et retranscrites à l'échelle opérationnelle; la hiérarchisation des voiries sera déterminante pour minimiser les nuisances dues aux livraisons et pour faciliter la cohabitation19. L'évaluation santé environnementale doit servir à alimenter les choix de conception des voiries et le développement de la politique de déplacement qui répondent aux exigences de santé et de sécurité.

  • 20 Entretien le14/03/2012 avec Erwan RANSON, Chargé d'études générales, Service Mobilité Urbaine à Ren (...)
  • 21 Selon article R.110-2 du Code de la route, ces voies constituent une zone affectée à la circulation (...)
  • 22 Des normes d'émission Euro fixent les limites maximales de rejets de polluants pour les véhicules e (...)
  • 23 Dans le prolongement de la directive du 27 juin 1995 sur les études d'impact, le conseil et le parl (...)
  • 24 Réduire la pollution atmosphérique et les émissions de CO2; réduire la consommation d'énergie, le b (...)

17Sous cette approche, la politique appliquée à Rennes20 pour réduire le nombre d’accidents et créer ainsi des villes sécurisées consiste à inciter les habitants à rouler moins vite, à construire des voies moins larges, à mettre en Zones 30 et en Zone de rencontre21, et à prendre des mesures de construction d’« espaces de refuge » sur les routes principales où la vitesse est autorisée à 50 km/h. Rennes adopte aussi la logique de la hiérarchisation des voiries (voies de grand transit 90-110 km/h; routes principales, 50 km/h; voies de distribution 30-50 km/h; voies de desserte 20-30 km/h). » La politique pour réduire l’émission de CO2 consiste à limiter l’utilisation des voitures et leur vitesse tout en s’appuyant sur le concept de « proximité » à l’échelle du SCOT (schéma de cohérence territoriale) et du PLU (plan local d'urbanisme). Réduire la circulation par la mise en place de modes alternatifs et l'utilisation de modes actifs (vélos et marche), développer des voies pour les courtes distances, renforcer les voies piétonnes dans le centre-ville, encourager la connexion entre les quartiers et créer des zones piétonnes plus sécurisées, améliorer le point de passage, encourager l'achat de voitures moins polluantes22… sont autant de mesures à prendre. Une prime à la casse a été offerte pour encourager les habitants à acheter des voitures neuves et remplacer leur vieille voiture. Depuis 200523, il est obligatoire de prendre en considération les aspects environnementaux dans les documents de planification24

  • 25 Rennes Métropole, Plan de déplacement Urbain 2007 - 2017. Rennes 2007, pp. 20-22.

18Il est important de rappeler que l'objectif à Rennes est de diminuer la dépendance automobile de 2 %, d’augmenter les transports en commun de 7 % et de réduire les émissions de polluants de l'air de près de moitié d’ici 201725. Le plan de déplacements urbains rennais s'appuie sur trois piliers : proposer un système de déplacements équitables, conserver un cadre de vie, confirmer la mobilité dans son rôle de vecteur économique. Ainsi, développer une politique de déplacement commence par une bonne connaissance du terrain, il est conseillé d’élaborer une analyse énergétique et environnementale, de recenser l'opportunité et les obstacles, d'identifier les enjeux territoriaux et les leviers d'action, etc. Ceci doit être subséquent à l'urbanisme pour limiter la pollution atmosphérique et sonore, optimiser l'usage des ressources et favoriser la sécurité routière, ce qui oblige à avoir une vision globale pour agir localement à plusieurs niveaux.

Par la planification globale et la gestion intégrale

  • 26 Entretien le 04/05/2012 avec Pierre BENABEN, Chargé d'études et Référent communes à Rennes Métropol (...)

19La planification pluridisciplinaire permet d'avoir une vision globale pour gérer efficacement la ville. En Palestine, la construction des logements est monopolisée par le secteur privé dans un but lucratif et économique – grands blocs de béton dont les mérites sont vantés par de belles publicités attractives qui déclarent « améliorer la qualité de la vie » – or, les bâtiments soi-disant de qualité ne sont que de belles façades dont le coût d’entretien (fuites d’eau, isolation à refaire, etc.) est énorme. De plus, les nouveaux logements sont bâtis sans tenir compte des quartiers existants. En France, au contraire, les collectivités cherchent à améliorer l'habitat et les quartiers, elles n’hésitent pas à investir dans des matériaux écologiques et misent sur le long terme. Le travail est réalisé en coordination avec les citoyens26.

  • 27 Edmond HERVÉ, ancien maire de Rennes et président de l'Audiar, actes de colloque, La ville : nouvea (...)

20S’il n'y a pas de travail sur les réseaux, les équipements et les services, sur les formes urbaines et sur le respect de l'existant, etc., comment un secteur privé peut-il construire des logements de qualité? Jusqu'à présent, la Palestine ne dispose pas de politique stratégique nationale ou locale relative à l'habitat. Il devient important de réfléchir à l'avenir. Une ville doit être une richesse territoriale, elle doit représenter sa société. Quand nous admirons une ville, nous admirons aussi ceux qui ont participé à sa création. Selon le sénateur d’Ille-et-Vilaine, Edmond Hervé : « Lorsque l'on parle de la ville, celle-ci est tout à la fois une organisation, un territoire, une économie, une représentation, une quotidienneté, une histoire et un projet. La ville, c'est d'abord et avant tout une population... La ville n'est pas le résultat de la providence, du hasard, elle est toujours le résultat d'une volonté humaine qui ne doit pas se confondre avec la loi du marché... Chaque ville a sa singularité, mais il y a des fondamentaux sur lesquels il faut travailler, le schéma polycentrique qu'il opère par relations. C'est toute la question de la coopération intercommunale, et l'intérêt communautaire27. »

  • 28 L'intervention de Joan CLOS, le 27/03/2012 dans la conférence, The Palestinian Urban Forum 1, organ (...)

21La ville, c’est une responsabilité partagée. Lors de l'intervention du directeur exécutif de l'ONU- Habitat, Joan Clos, au premier Forum urbain palestinien le 27 mars 2012 à Naplouse, celui-ci a insisté sur l'importance de penser au-delà des limites traditionnelles et de développer la planification sous l'angle de l'approche holistique et transversale pour s’orienter vers un développement urbain durable. « Il faut élaborer des plans au niveau local et régional ainsi que renforcer le rôle des collectivités locales et des habitants, y compris les jeunes dans une approche démocratique et participative pour mieux planifier et concevoir les villes. La planification urbaine est particulièrement difficile dans cette région en raison de la forte pression sur les terrains et les ressources. La Palestine est presque entièrement urbaine et la croissance des communes se déroule avec ou sans planification. Dès lors, les autorités compétentes doivent travailler d'urgence à mettre en place les mécanismes et les outils nécessaires pour planifier le territoire et éviter toute forme d'urbanisation anarchique. L'urbanisme durable ne consiste pas à construire uniquement des bâtiments, mais des villes, ce qui exige des plans solides et des instruments juridiques pour permettre la répartition équitable de l'usage des sols... Avec une planification raisonnée, les communes peuvent être transformées en moteurs de développement28. » Afin de rendre les territoires prospères, la planification doit ainsi coordonner trois éléments essentiels : les habitants (comment se sont-ils organisés?), les sols (comment sont-ils utilisés et planifiés?), les règlements (comment mettre en place un cadre juridique qui organise l'ensemble des relations?).

  • 29 Résumé du rapport UN-Habitat -State of the Harmonious Cities 2008/2009 world's cities, UK et USA, 2 (...)

22La planification urbaine doit être conçue comme un travail d’équipe multidimensionnelle au cours duquel il faut se concerter sur les intérêts de la société et le mode de vie. C’est autour de cette harmonie que se construisent les villes durables, inspirées du principe « ville harmonieuse » élaboré par UN Habitat. Selon son rapport State of the world's cities 2008/2009, les villes sont considérées comme les créations les plus complexes de l'humanité, elles sont en évolution permanente entre le passé, le présent et l'avenir. Les villes contiennent à la fois ordre et désordre, richesse et pauvreté... Si l'amélioration sociale et la création des emplois sont les moteurs des économies nationales, elles peuvent aussi engendrer la pauvreté et la dégradation environnementale. À cet effet, l'harmonie repose sur trois domaines clés : l'harmonie spatiale qui examine la croissance urbaine, l'harmonie sociale qui analyse les données sur les inégalités urbaines, l'harmonie environnementale qui examine l'impact des activités humaines et risques naturels sur les villes les plus vulnérables. Le rapport conclut qu'une société ne peut prétendre être harmonieuse si une grande partie de sa population est privée des besoins de base et l'autre partie vit dans la richesse et concentre les ressources29. La ville harmonieuse est celle qui favorise l'intégration de l'ensemble des composantes physiques environnementales, historiques et sociales.

  • 30 L’UEMRI est un réseau international de chercheurs en planification urbaine. En 2000, il est intégré (...)

23En ce sens, l'harmonie est un vaste concept qui s'appuie sur les capacités de l'homme à créer un environnement et une société plus équilibrés. Ceci nous renvoie aussi à la planification interconnectée définie par l'Urban Environmental Management Research Initiative30 en trois dimensions : l’environnement naturel qui contient les ressources naturelles, l’environnement bâti qui comprend les logements, les équipements et les infrastructures, l’environnement socio-économique qui englobe les effets des activités humaines, les relations socioculturelles et le mode de vie (Figure 3). Ne tenir compte que d’une seule des trois dimensions risquerait de mettre en danger les deux autres. L'UEMRI estime que les problèmes environnementaux varient selon les échelles (ménage, quartier, ville et pays), ils doivent donc être traités en fonction d'elles pour établir un plan d'action interconnecté et pertinent à plusieurs échelles. Ces conceptions convergentes éclairent utilement les projets urbanistiques dans les pays en développement (PED) qui manquent de ressources financières et font face au double défi de la destruction environnementale et de l'explosion démographique. Les trois piliers de l'UEMRI sont déjà présents dans le diagramme proposé par l'urbaniste japonais Sachihiko Harashina en 1996. Il utilise cependant un vocabulaire différent. Il considère que la planification environnementale et durable doit englober le Hardware : composantes matérielles de la ville (infrastructures, bâtiments...), le Software : logiciels qui font fonctionner la ville (règles, us et coutumes, relations sociales...), le Heartware : éducation, sensibilisation et responsabilité...

Figure 3. Trois piliers essentiels.

Figure 3. Trois piliers essentiels.
  • 31 L'empreinte eau ou water footprint est un indicateur sur la consommation d'eau. Il mesure le volume (...)
  • 32 Entretien le 08/06/2012 avec Anne Roué Le Gall, id.

24Dans la prolongation de l'approche globale, l'approche écosystémique est une méthode pour étudier la complexité des composantes et un cadre de référence pour apprendre de la nature afin de planifier une ville. Elle représente un écosystème, une approche holistique au sens où il faut prendre en considération toutes ses règles. Que ce soit un système environnemental, urbain ou humain, la réflexion est la même. Ses dynamiques sont complexes à identifier et à relier. De nouveaux outils à échelles différentes doivent être développés comme ceux qui prennent en compte les deux dimensions en même temps (ex. : bilan carbone, water footprint31). Il faut savoir comment hiérarchiser ces outils, comment les faire évoluer et comment les adapter pour construire une ville à la fois viable, équitable et durable. L’environnement et la santé étant étroitement liés32, la ville est un écosystème avec ses particularités : des êtres humains, des espaces naturels et bâtis, et des processus qui en contrôlent les dynamiques.

  • 33 Fondateurs de l’association SUDEN (Sustainable Urban Development European Network) pour la promotio (...)
  • 34 Catherine Charlot-Valdieu et Philippe Outrequin, 04/01/2010, L'approche écosystémique, Qu’est-ce qu (...)
  • 35 Armel Huet, Anne Derrien, Faire la Ville Territoire, LARES- Université Rennes 2 et ministère de l'É (...)

25Selon Catherine Charlot-Valdieu et Philippe Outrequin33, la ville durable est un écosystème qui conduit à des améliorations continues de la situation tant locale que planétaire dans le domaine économique, social et environnemental. Cependant, le développement doit être économe en ressources, en espace, en énergie, etc. Le recyclage, la gestion en interne des coûts environnementaux doivent devenir la règle, d'où cette nécessaire approche « écosystémique » de la ville. La ville durable ne se construira pas sans une coopération entre les acteurs dans une vision partagée et cohérente de l'avenir du territoire34. Les autorités publiques doivent prendre en compte cette pluridisciplinarité et considérer la ville comme un organisme vivant; la modification de l’usage des sols dans un secteur aura des conséquences sur le fonctionnement de l'ensemble des systèmes. Le problème principal des communautés palestiniennes partagé avec d'autres PED tient au fait que la planification urbaine est conventionnelle et sectorielle. Chaque autorité travaille en circuit fermé. En conséquence, l'urbanisme se limite à assimiler en patchwork un plan d'ensemble avec des zonages que l'on considère comme une planification fragmentaire (exemple : densification sans coordination avec les services d'éducation, du transport, de la santé...). Selon Armel Huet, Professeur de sociologie urbaine, la planification ne se limite pas à l'organisation spatiale urbaine, avec ses fuseaux, quadrants et autres représentations des découpages urbains, mais elle intègre les éléments structurants de la cité comme le développement économique, les déplacements urbains, les espaces publics, les équipements de quartier, l'environnement et le patrimoine35.

  • 36 Convention on Biological Biodiviersity, Description Ecosystem Approach, [en ligne]. www.cbd.int . (...)
  • 37 FAO, 2012, Définition de l'approche écosystémique, [en ligne]. < www.fao.org >. Consulté le 02/07/2 (...)
  • 38 IUCN (International Union for Conservation of Nature), The ecosystem Approach [en ligne]. < www.iuc (...)

26En réalité, le terme « approche écosystémique » est défini par la Convention sur la diversité biologique (CDB) lors de la Conférence des Nations Unies, réunie lors du Sommet mondial en octobre 2010, comme « une stratégie de gestion intégrée des sols, des eaux et des ressources vivantes qui favorise la conservation et l’utilisation durable d’une manière équitable36. » Cette approche intégrale est fondée sur l'organisation de la globalité des processus, fonctions et interactions entre les différents organismes, milieux et univers. Le « principal cadre d'action » du CDB est l'outil transversal qui tient compte de la réponse des écosystèmes face aux perturbations environnementales et qui vise à assurer leur pérennité dont l'être humain est lui-même dépendant37. L’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) ajoute à cette description le fait que l’approche écosystémique « inscrit les besoins humains au cœur de la gestion de la biodiversité. L'approche vise à gérer l’écosystème sur la base des multiples fonctions que celui-ci exerce et des multiples utilisations qui sont faites de ces fonctions et ne cherche pas des profits économiques à court terme, mais a pour objet d’optimiser l’utilisation d’un écosystème sans lui porter préjudice.38» En ce sens, l’approche écosystémique se situe au point de rencontre de la gestion durable de l’écosystème et du renforcement des moyens de subsistance et elle offre la possibilité de conjuguer les préoccupations en matière de conservation et de développement dans une relation plus complémentaire.

27À la base de ces propos, nous retenons que la ville est une chaîne interconnectée. De ce fait, la qualité de vie commence par l'intégration de l'approche environnementale, voire sanitaire, à plusieurs échelles de la ville, de l’espace public et du bâtiment, mais aussi lors des processus de la conception, de la construction, de l'entretien et de la démolition. En effet, à l'échelle de la ville, on doit prendre en compte les formes urbaines, l'énergie, le déplacement, le traitement des déchets, la gestion de l'eau potable, la mixité sociale, la diversification de l'offre et du service, la bonne gouvernance et la participation civile... À l’échelle du bâtiment, il faut penser à l'orientation, au respect des caractéristiques du site, à l’écoconstruction, à l'isolation, à son intégration dans le paysage... À l'échelle de l'espace public, il faut revoir les éléments qui dessinent l'identité de la ville et renforcent la vie sociale et l'organisation du territoire (Figure 4).

Figure 4. Application de l'approche environnementale à plusieurs échelles.

Conclusion

28L’analyse des villes palestiniennes montre qu’il s’agit d’un des principaux problèmes où l’application des paramètres santé-environnement n'est pas prise en considération. L'approche écosystémique de la santé peut nous aider à sortir de la dégradation environnementale. Dès à présent, on doit penser à formuler des indicateurs propres à chaque commune pour évaluer la situation actuelle et proposer à la suite des perspectives sanitaires et environnementales (raccordements aux réseaux et des services...) ou encore proposer des indicateurs pour évaluer les nouvelles opérations en cours et exiger que certains indicateurs soient mis en place (insertion dans le paysage, valorisation des déchets, production d'énergie propre, prise en compte des caractéristiques du site, intégration avec l'existant, etc.).

29C’est la raison pour laquelle on plaide pour la construction d'un urbanisme favorable à la santé-environnement mettant l'homme et sa santé au cœur de la réflexion. L'approche écosystémique de la santé répond aux problématiques liées à la santé et à l'environnement en créant des villes saines, bien aérées, chauffées, disposant d'eau potable et de services d’hygiène. On peut considérer la ville comme un écosystème dans le sens où chaque pilier a des influences sur le reste. C'est un système de chaînes reliées construites sur plusieurs échelles par plusieurs acteurs dont le noyau central est l'homme et sa santé. L’aménagement urbain durable doit répondre à ces singularités d'une manière efficace. Si nous considérons l’environnement comme le milieu qui entoure l’être humain, alors nous en arrivons à la conclusion que l’être humain est l’essence même de notre réflexion et que ses rapports à l’environnement sont primordiaux. Cela pourrait nous amener à dire que la considération des besoins humains devrait se faire sur la base d’un regard sérieux que l’on porte à son milieu à travers le transport, le logement, l'économie (agriculture, industrie, tourisme, commerces et services). De ce fait, nous devons œuvrer pour préserver nos ressources et ainsi protéger la santé humaine. En effet, l'environnement est tout ce qui nous entoure, c'est l'ensemble des éléments naturels susceptibles d'agir sur l'être humain. Einstein nous le rappelle : « We shall require a substantially new manner of thinking if mankind is to survive. Everything outside your spiritual self, including your mind, is your environment. » (Nous aurons besoin d'une manière de penser fondamentalement différente si nous voulons que l'humanité survive. Tout ce qui entoure l'être humain, y compris l'esprit, c'est l'environnement).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ademe, 2006, Réussir un projet d'urbanisme durable - Méthode en 100 fiches pour une approche environnementale de l'urbanisme, Paris, 353 pp.

Hervé, E., 2003, Discours d’ouverture, Dans Actes du colloque du 18 avril 2003, La ville : nouveaux défis, nouvelle frontière, les 30 ans de l’Audiar, Paris, édition ADIFF, 166 p.

Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire, Direction générale de l' aménagement, du logement et de la nature (France) et Caisse des dépôts (France), 2012, Ecoquartiers, l'art de conjuguer: Pour réaliser un projet d'écoquartier..., éd: Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire, 96p.

Charlot-Valdieu, C. et P. Outrequin, 2010, L'approche éco-systémique, Qu’est-ce qu’une ville durable?

Dahlgren, G. et M. Whitehead, 1991, Policies and Strategies to Promote Social 9, Equity in Health. Stockholm: Institute for Future Studies

Huet, A. et A. Derrien, 2002, Faire la ville territoire. Projet urbain et maîtrise d'ouvrage à l'échelle de l'agglomération. Action projet urbain et nouvelles cultures urbaines : journées-débats, les 9-10 juillet 2002 à Rennes, Rapport pour PUCA, 59 p.

Journal de Maan, 2012, Tragédie de bus pour les élèves 6 morts dont la plupart des enfants, [en ligne]. Link. Consulté le 02/04/2012.

Journal de Maan, 2012, Un mort et 110 blessés dans 131 accidents routiers dans une semaine en Cisjordanie

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tollec, L., A. Roué le Gall, A. Jourdren, F. Auffray, F. Jabot, A. Vidy, P. Thébault, P. Mordelet, J.-L. Potelon et J. Simos,2013, l’Évaluation d’Impacts sur la Santé (EIS) : une démarche d’intégration des champs santé-environnement dans la voie du développement durable. Application à un projet d’aménagement urbain : la halte ferroviaire de Pontchaillou à Rennes. Développement durable et territoires, [En ligne], Vol. 4, n°2, juillet 2013, URL : http://developpementdurable.revues.org/9815
DOI : 10.4000/developpementdurable.9815

Morand-Deviller, J., 2010, Le Droit de l'environnement, Que sais-je, 10e éd. Paris, Presse Universitaire de France (PUF), 126 p.

Municipalité De Naplouse, 2012, La stratégie de développement de la ville de Naplouse 2012-2015, Palestine, 120 p.

Palestinian Central Bureau of Statistics PCBS et Ministry of Social Affairs, 2011, Disability Survey 2011, Press conference report, Ramallah – Palestine, 51 p.

PCBS. 2008. Accidents routiers en Cisjordanie, [en ligne]. Link. Consulté le 05/06/2012.

Rennes Métropole, 2007, Plan de déplacement Urbain 2007 – 2017, Rennes, 82 p.

Reeves, H., 2007, La ville est aussi un écosystème, Le journal de Montréal et le Journal de Québec, Chroniques num: 47, Environnement-Planète vert, 1p.

Tollec, L., 2011, Construction et mise en œuvre d'une démarche d'Évaluation des Impacts sur la santé pour un projet d'aménagement urbain : application à la halte ferroviaire de Pontchaillou et ses abords. 100 p. Mémoire Master 2 : l'école des Hautes Études en Santé public, Rennes.

UN-Habitat, 2008, State of the World’s Cities Report 2008/2009: Harmonious Cities, London: Earthscan, 280p.

Veyret, Y et J. Jalta, 2010,Développements Durables, Tous les enjeux en 12 leçons. Paris : Autrement, 230 p.

Hoekstra Arjen Y., A. K. Chapagain, M. M. Aldaya et M.M. Mekonnen, 2011, The Water Footprint Assessment Manual: Setting the Global Standard, Earthscan, 224p.

Harashina, S., 1996, Environmental Planning on Urban Level- Discussion Paper 96-6. Tokyo. UMERI, [en ligne] ÙRL : www.gdrc.org. Consulté le 01/06/2012.

Entretiens

Entretien du 08/06/2012 avec Anne ROUE LE GALL, Enseignant chercheur, Département Environnement Santé Travail (DSET) à l'École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP), Rennes, France.

Entretien du 16/05/2012 avec Frédéric BOURCIER, Adjoint au Maire délégué à l'Urbanisme et à l'Aménagement, Rennes.

Entretien du 04/05/2012 avec Pierre BENABEN, Chargé d'études et Référent communes à Rennes Métropole, Rennes, France.

Entretien du 30/04/2012 avec Frédéric AUFFRAY, urbaniste en charge de documents de planification et enseignant en Master à Rennes 2, Rennes Métropole, France.

Entretien du 14/03/2012 avec Erwan RANSON, Chargé d'études générales, Service Mobilité Urbaine à Rennes Métropole.

Haut de page

Notes

1 Yvette Veyret et Jacqueline Jalta, Développements Durables- Tous les enjeux en 12 leçons, Paris, éd. Autrement, 2010, p. 57.

2 Ibid., p. 60.

3 Laurine Tollec, Anne Roué le Gall, Alain Jourdren, Frédéric Auffray, Françoise Jabot, Anne Vidy, Pascal Thébault, Pauline Mordelet, Jean-Luc Potelon et Jean Simos L’Évaluation d’Impacts sur la Santé (EIS) : une démarche d’intégration des champs santé-environnement dans la voie du développement durable. Application à un projet d’aménagement urbain : la halte ferroviaire de Pontchaillou à Rennes. Développement durable et territoires, Vol. 4, n°2 (juillet 2013).

4 Entretien le 30/04/2012 avec Frédéric AUFFRAY, urbaniste à Rennes Métropole en charge de documents de planification et de dossiers thématiques (santé, vieillissement), enseignant en Master à Rennes 2, Rennes Métropole, France.

5 Juillet 2008, Santé et développement durable, des plans d’action pour les Villes-Santé de l’OMS.

6 La Charte d'Ottawa pour la promotion de la santé est établie à l'issue de la première Conférence internationale sur la promotion de la santé, Ottawa en 1986.

7 Entretien le 08/06/2012 avec Anne ROUE LE GALL, Enseignant chercheur, Département Environnement Santé Travail (DSET) à l'École des Hautes Études en Santé publique (EHESP), Rennes, France.

8 ADEME, Réussir un projet d'urbanisme durable - l'approche environnementale de l'urbanisme, Paris, Le Moniteur, 2006, p. 203.

9 PCBS, Disability Survey, Palestine, 2011, p. 11.

10 Ibid., p. 12.

11 De 3 % à 7 % de la population sont handicapés, dont 50 % de la mobilité. PCBS, Disability Survey, op.cit. p. 12

12 Ibid., p. 17.

13 PCBS, Accidents routiers en Cisjordanie, Palestine, 2008.

14 Le district de Naplouse a un taux d’accidents plus élevé que la moyenne, estimé à 33 accidents par mois. La Municipalité de Naplouse, Stratégie de la ville de Naplouse 2012-2015, Palestine, p. 26.

15 Radio d'Ajyal, entretien avec les habitants du village et le ministre des Travaux publics et du Logement, le 27/06/2012.

16 Journal de Maan, 16/02/2012, Tragédie de bus pour les élèves 6 morts dont la plupart des enfants [en ligne]. www.maannews.net. Consulté le 02/04/2012.

17 Journal de Maan, 04/02/2012, Un mort et 110 blessés dans 131 accidents routiers dans une semaine [en ligne]. www.maannews.net. Consulté le 03/04/2012.

18 ADEME, Réussir un projet d'urbanisme durable - l'approche environnementale de l'urbanisme, op.cit., pp. 219-220.

19 Ibid., pp. 199-207.

20 Entretien le14/03/2012 avec Erwan RANSON, Chargé d'études générales, Service Mobilité Urbaine à Rennes Métropole.

21 Selon article R.110-2 du Code de la route, ces voies constituent une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h pour les zones 30 et à 20 km/h pour les zones de rencontres. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l'autorité investie du pouvoir de police. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation et l'ensemble de la zone est aménagé de façon cohérente.

22 Des normes d'émission Euro fixent les limites maximales de rejets de polluants pour les véhicules en Europe.

23 Dans le prolongement de la directive du 27 juin 1995 sur les études d'impact, le conseil et le parlement européens ont adopté le 27 juin 2001 une directive relative à l'évolution des incidences des plans d'urbanisme sur l'environnement. La directive a été transposée par l'ordonnance de 3 juin 2004 et le décret de 27 mai 2005. Jacqueline Morand-Deviller, Le droit de l'environnement- Que Sais-je? Paris, éd. PUF, 2010, p. 84.

24 Réduire la pollution atmosphérique et les émissions de CO2; réduire la consommation d'énergie, le bruit, intégrer les corridors verts dans le périurbain, développer d'autres transports innovants, réduire le nombre de voitures diesel, augmenter les performances du transport public…

25 Rennes Métropole, Plan de déplacement Urbain 2007 - 2017. Rennes 2007, pp. 20-22.

26 Entretien le 04/05/2012 avec Pierre BENABEN, Chargé d'études et Référent communes à Rennes Métropole, Rennes, France.

27 Edmond HERVÉ, ancien maire de Rennes et président de l'Audiar, actes de colloque, La ville : nouveaux défis, nouvelle frontière - les 30 ans de l'Audiar, 2003, pp. 149-150.

28 L'intervention de Joan CLOS, le 27/03/2012 dans la conférence, The Palestinian Urban Forum 1, organisée par le ministère des Affaires locales, l'Université de Najah et la municipalité de Naplouse et soutenu par l'UN-Habitat.

29 Résumé du rapport UN-Habitat -State of the Harmonious Cities 2008/2009 world's cities, UK et USA, 2008, p. 280.

30 L’UEMRI est un réseau international de chercheurs en planification urbaine. En 2000, il est intégré dans les activités du Centre de recherche sur le développement global. Ses membres s’intéressent aux zones urbaines pour comprendre les interdépendances entre les milieux naturels et les activités socio-économiques dans le but de favoriser une gestion durable des écosystèmes urbains [en ligne]. www.gdrc.org. Consulté le 27/5/2012.

31 L'empreinte eau ou water footprint est un indicateur sur la consommation d'eau. Il mesure le volume total d'eau utilisée pour produire les biens et services consommés. Elle peut être calculée par groupe de consommateurs (individu, famille, village, ville, province, état) ou de producteurs (organisme public, entreprise privée ou secteur économique) Waterfootprint.org, 2011, The water footprint assessment manual: Setting the global standard, p. 2 [en ligne]. < www.waterfootprint.org >. Consulté le 02/08/2012.

32 Entretien le 08/06/2012 avec Anne Roué Le Gall, id.

33 Fondateurs de l’association SUDEN (Sustainable Urban Development European Network) pour la promotion du développement urbain durable.

34 Catherine Charlot-Valdieu et Philippe Outrequin, 04/01/2010, L'approche écosystémique, Qu’est-ce qu’une ville durable? Le Moniteur, [en ligne]. < www.lemoniteur.fr >. Consulté le 04/04/2012.

35 Armel Huet, Anne Derrien, Faire la Ville Territoire, LARES- Université Rennes 2 et ministère de l'Équipement, 2002, p. 20.

36 Convention on Biological Biodiviersity, Description Ecosystem Approach, [en ligne]. < www.cbd.int >. Consulté le 30/06/2012.

37 FAO, 2012, Définition de l'approche écosystémique, [en ligne]. < www.fao.org >. Consulté le 02/07/2012.

38 IUCN (International Union for Conservation of Nature), The ecosystem Approach [en ligne]. < www.iucn.org >. Consulté le 04/07/2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schéma de Dahlgren et Whitehead (1991)
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/14953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/14953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 3. Trois piliers essentiels.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/14953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/14953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shireen Nazer, « De nouvelles obligations règlementaires pour l'approche écosystémique : une démarche de planification globale au service de l'aménagement des villes favorables à la santé-environnement », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 19 | août 2014, mis en ligne le 11 août 2014, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://vertigo.revues.org/14953 ; DOI : 10.4000/vertigo.14953

Haut de page

Auteur

Shireen Nazer

Docteur en sociologie urbaine, Centre interdisciplinaire d'analyse des processus humains et sociaux CIAPHS, Université Rennes 2, courriel : Shireen.nazer@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page