Navigation – Plan du site
Le public : le grand oublié de la patrimonialisation ?

Pour le meilleur et pour le pire ! Les arbres en ville peuvent-ils faire patrimoine ? Analyse des spatialités concurrentes arbres-riverains à Grenoble

For better and for worse : can urban trees be part of our natural heritage ?
Analysis of tree-residents competing spatialities in Grenoble
Claire Tollis

Résumés

Patrimonialiser la nature en ville ne va pas de soi. À Grenoble, l’analyse de deux mille lettres de plainte adressées au service des espaces verts et des entretiens auprès des gestionnaires de ce service nous permet de mettre au jour une concurrence spatiale entre les citadins et les arbres. Le caractère vivant des arbres urbains dérange les riverains. En miroir, leurs incivilités portent atteinte au bon développement des arbres. De plus, de nouveaux modes de gestion qui proposent de « laisser faire la nature » complexifient encore le problème. Enfin, les arbres servent souvent d’écran à des préoccupations « qui n’ont rien à voir avec eux » : les conflits dont ils font l’objet tiennent davantage à des rapports de voisinage ou à des relations élus-administrés marqués par la frustration ou l’incompréhension. Dans ce contexte, nous esquissons un processus de patrimonialisation « freiné » qui tente, sans y parvenir vraiment, de faire accepter les arbres pour ce qu’ils sont.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : « Auprès de mon arbre, je vivais heureux… », enfin presque !

1Processus engagé depuis plusieurs décennies et qui est marqué depuis quelques années par une diversification et une accélération constante (Duval, 2007), la patrimonialisation est aujourd’hui reconnue comme une dynamique essentielle de nos sociétés. Certains vont même jusqu’à parler du « tout patrimoine » (Lazzarotti, 2003) pour désigner la façon dont des collectifs de plus en plus divers s’emparent d’objets très hétérogènes dans un mouvement quasi frénétique qui consiste à les conserver, à les mettre en valeur et à les transmettre ; ces objets étant jugés « irremplaçables ».

2C’est l’extension récente du champ d’application de ce processus de patrimonialisation à des espaces et des objets dits « naturels » qui intéressent ici notre propos. Allant de pair avec les principes d’un développement durable ou soutenable, la volonté de conserver un certain nombre de ressources et de paysages auxquels des groupes sont attachés amène à leur attribuer une valeur patrimoniale. Mais étendre le périmètre des choses auxquelles nous tenons à des êtres vivants ne va pas sans poser problème. En effet, il s’agit d’entités qui sont changeantes, mouvantes : peut-on les figer pour les transmettre comme l’on transmettrait un monument aux générations suivantes ? Évidemment, non. Comme l’affirment certains géographes, l’élargissement de la notion de patrimoine relance les controverses (Mélé, 2005). Que doit-on garder ? Qui doit-on écouter ? Qui décide ?

3Il convient de s’intéresser aux processus qui amènent nos sociétés à adopter des politiques patrimoniales concernant des éléments naturels « censés mériter d’être transmis du passé pour trouver une valeur dans le présent » (Lazzarotti, 2003). Pour cela, nous choisissons de nous intéresser à la nature en ville. Plébiscitée (Boutefeu, 2005), celle-ci semble offrir de larges prises pour saisir le mouvement qui nous intéresse. Plus spécifiquement, nous focaliserons notre attention sur les arbres urbains.

4Parce qu’ils rendent service – en luttant, notamment, contre les îlots de chaleur urbains ou en filtrant la pollution – et qu’ils offrent un cadre agréable prisé par les ménages (Enquête du Conseil économique et social, 2007), ou encore parce qu’ils constituent « une puissance dynamique avec laquelle l’architecte peut composer et se renouveler » (Younès, 2008), les végétaux en ville bénéficient d’une attention particulière. Est-ce à dire qu’une patrimonialisation des arbres est en cours ? Rien n’est moins sûr.

5Alors que nous nous intéressions à la gestion des parcs et jardins de la ville de Grenoble, nous avons été surpris de découvrir que les arbres en ville constituaient un sujet de plainte extrêmement récurrent. En trente ans, près de deux mille lettres ont été écrites au service municipal des espaces verts, avec une inflation très marquée ces dix dernières années. 90 % de ces courriers sont des plaintes, ce qui prouve que les arbres en ville ne font pas consensus. Alors que les arbres vieux sont associés à un danger et que l’aspect vivant des jeunes arbres est synonyme de nuisance, il apparaît opportun de se demander si la patrimonialisation de ces derniers ne relève pas d’un projet difficilement réalisable à cette heure.

6Nous avons procédé à une analyse fine de ce matériau foisonnant pour tenter de comprendre pourquoi les relations des usagers aux arbres pouvaient être aussi conflictuelles. Une méthode d’échantillonnage systématique (une lettre sur dix) a été opérée. Pour chacune des lettres sélectionnées, une douzaine d’informations (concernant l’habitant, le lieu, la demande et les caractéristiques/représentations associées à l’arbre « incriminé ») a été étudiée et relevée sous forme de tableau. En parallèle de cette analyse de contenu, une dizaine d’entretiens a été menée auprès des gestionnaires en charge des espaces verts de la ville. La question à laquelle nous proposons de répondre est la suivante : qu’est-ce qui freine la patrimonialisation, comme « processus social de reconnaissance » (Herzog, 2011), des arbres en ville ?

7Les principaux résultats de notre enquête montrent que les personnes qui entretiennent avec les arbres une relation difficile ne sont pas opposées aux arbres de façon plus générale. Comme le résume bien l’élu en charge des problématiques environnementales à l’échelle de la ville « tout le monde veut des arbres, mais personne ne les veut devant chez lui » (Entretien Tollis, 2010). Dans ce contexte, la patrimonialisation des arbres en ville ne paraît pas impossible, mais de sérieux freins lui sont apposés.

8Notre propos se déroulera ainsi en quatre temps. D’abord, nous examinerons quelles sont les initiatives publiques qui vont dans le sens d’une conservation et d’une transmission du « patrimoine arboré » grenoblois. Puis, notre attention se focalisera sur les spatialités concurrentes arbres-habitants telles qu’évoquées dans les lettres de plainte que nous avons analysées et dans les entretiens que nous avons menés auprès des gestionnaires. Nous nous intéresserons ensuite au discours que tiennent les gestionnaires sur les difficultés de gérer cette cohabitation, en particulier la façon dont ils analysent l’augmentation du nombre de plaintes qu’ils associent aux changements consentis dans la gestion des arbres et plus généralement de la nature en ville. Enfin, à travers cette interrogation, nous nous pencherons sur les relations que les habitants de Grenoble entretiennent avec leur environnement de proximité et sur les représentations qu’ils ont de ce que cet environnement devrait être. Nous allons le voir, un certain nombre de normes émergent du discours que les riverains des arbres tiennent à l’endroit des gestionnaires. Cette analyse nous amènera à côtoyer différents registres symboliques de l’action publique. À travers le discours des habitants sur ce que les arbres devraient être, nous avons aussi accès à ce qu’ils pensent que les pouvoirs publics devraient faire. Ce lien n’est pas anodin puisque les plaintes contre les arbres n’ont parfois « rien à voir avec eux ».

Les signes d’une patrimonialisation balbutiante

9À travers certains courriers, certains outils de gestion, il est possible d’entrevoir les prémices d’une patrimonialisation des arbres urbains.

Un patrimoine plutôt générique : une destination d’usage qui importe

10Dans les entretiens menés, les gestionnaires parlent de « patrimoine boisé de la ville ». Le terme « patrimoine » est alors utilisé pour désigner l’ensemble des arbres et non pour qualifier cet ensemble de « remarquable » ou d’« extraordinaire ». Cet ensemble connaît une valorisation croissante au regard de la lutte contre les changements climatiques, dans laquelle ils constitueraient des alliés de choix, notamment pour s’attaquer au problème des îlots de chaleur urbains (Plan vert et Plan climat de la communauté d’agglomération grenobloise). Dans la perspective d’une végétalisation accrue du centre-ville, une plus grande place serait ainsi accordée aux arbres. Les dispositifs mis en place correspondent à des mesures de patrimonialisation des arbres comme la création d’Espaces boisés classés. À ce niveau, on protège la destination d’usage d’une portion d’espace qui doit être boisée, mais il s’agit de la protection d’une ressource générique et non d’une prise en compte de la spécificité des entités qui la composent. Ainsi, ce qui pourrait être associé à une mise en valeur des arbres concerne en fait l’ensemble des arbres compris comme une sorte de stock, dans lequel les éléments sont interchangeables et remplaçables. En parallèle de ces initiatives générales et très répandues, d’autres mesures prises par le Service des espaces verts et soutenues par les élus visent à prendre en compte le bon développement de chaque arbre.

Une Charte de l’arbre : des individus auxquels on doit rendre des comptes ?

11Un document d’une vingtaine de pages a été signé en 2005 par le service des espaces verts et les élus de la ville pour garantir aux arbres un certain nombre de droits. Cette « Charte de l’arbre » établit des normes en ce qui concerne la plantation et l’entretien des arbres de la commune. Les chantiers à proximité des arbres et les travaux souterrains sont également règlementés pour que les arbres soient protégés. Ici, les arbres sont considérés dans leur individualité. Le discours officiel tenu en préambule de ce document adossé au Plan local d’urbanisme prend une tournure « patrimonialisante » en affirmant que « la qualité du paysage futur doit permettre à tous de mieux communiquer avec l’univers végétal en suscitant une curiosité sur son infinie richesse et élargir ainsi une culture de ville élaborée sur son passé, ses traditions, monuments et institutions » (Extrait, Charte de l’arbre, p. 3). Les auteurs de la Charte affirment que les arbres ont un rôle à jouer dans la filiation entre les différentes générations d’urbains. Un autre élément qui mérite d’être noté est l’établissement de valeurs pécuniaires associées à certains dommages pouvant être causés aux arbres, les fonds engrangés servant à « soigner » ces derniers (Entretien Tollis, 2009). Enfin, si ce document porte le nom de Charte, c’est que l’arbre a aussi des devoirs. Ceux-ci sont portés par l’équipe d’entretien de la commune qui s’engage, via ce même document, à « minimiser les désagréments qu’il (l’arbre) peut générer ». Un certain nombre d’orientations sont ainsi fournies, principalement pour gérer les soucis inhérents à la sécurité du public.

12Pour nous, ce document marque un tournant dans la façon de considérer et de protéger les arbres. N’importe quel citadin peut être poursuivi en justice et devoir rendre des comptes parce qu’il aurait abîmé – que ce soit volontaire ou non – un arbre, qui est alors identifié et évalué dans la singularité de son développement et de ses besoins. Voyons maintenant comment certains arbres « sortent du lot » et peuvent faire l’objet d’une patrimonialisation spécifique.

Quelques arbres remarquables

13Certains arbres « remarquables » peuvent être identifiés comme des éléments paysagers dignes de protection dans le Plan local d’urbanisme (au titre de l’article L. 123-1.7), ce qui a pour effet de soumettre toute modification de ces arbres à une demande d’autorisation préalable auprès des services municipaux concernés. Ces arbres dits « uniques » ne correspondent pas pour autant aux « arbres remarquables de France » labellisés par l’association du même nom et l’Office national des forêts. Ils répondent à un désir de protéger une ressource que l’on souhaite valoriser localement pour sa taille, sa forme ou encore son histoire. On observe ici une dynamique claire de patrimonialisation qui consiste à mettre « sous cloche » certains individus. Seulement, ce mouvement est encore balbutiant (quelques arbres, ou bien tous les arbres, mais dans certaines circonstances). Il ne s’agit pas là d’un processus fort et abouti. Voyons maintenant ce qui freine, à Grenoble, les actions en faveur d’une conservation plus stricte des arbres.

Des spatialités concurrentes, freins à la patrimonialisation

14Les services municipaux de Grenoble s’occupent de gérer un peu plus de 36 000 arbres. Nous parlons ici d’alignements d’arbres ou d’arbres isolés. Ils appartiennent au domaine public, mais ne se trouvent pas forcément au sein des espaces verts de la ville. Ces arbres créent leurs propres spatialités à proximité des habitations au-delà de la place qui leur est attribuée. Ils se distinguent ainsi des autres éléments du paysage urbain (bancs, lampadaires) qui occupent des espaces définis et circonscrits une fois pour toutes. Observons comment les spatialités changeantes de l’arbre posent des problèmes de cohabitation à la fois du point de vue de certains habitants et du point de vue des arbres, lequel est relayé par ceux qui portent « leurs paroles ».

Du point de vue des habitants : un excès de proximité insupportable

15Les points de vue que nous allons donner à voir ne reflètent évidemment pas le sentiment de toute la population grenobloise à l’égard des arbres, mais ils sont pris en compte par le personnel du service en charge des espaces verts de la ville qui s’accorde à dire que le nombre de plaintes a augmenté ces dix dernières années. En cela, les courriers analysés apportent un éclairage intéressant des éléments qui influencent la gestion du vivant en ville. Commençons par un panorama général de ces doléances à travers le discours d’un élu délégué aux « soucis » environnementaux de la ville :

« Y’a ceux qui pensent qu’un arbre c’est bien à certains moments de l’année, l’été quand il fait 40° c’est vachement agréable […] Y’a d’autres moments de l’année où les mêmes ne supportent plus les arbres. Les feuilles tombent, ça devient compliqué […] ça glisse quand t’es dessus, ça bouche les rigoles, ça fait sale, ça s’envole. […] Et puis alors y’a vraiment un moment où les gens ils ne veulent pas des arbres, c’est le moment où les arbres vont couper la lumière. C’est-à-dire en plein hiver, y’a déjà pas un brin de lumière et ils sont là tout noir ou tout gris, plein d’eau » (Entretien Tollis, 2009).

16On voit bien ici le problème de la saisonnalité. L’arbre produit des externalités, c’est-à-dire des effets qui peuvent être positifs (fraicheur en été) ou négatifs (assombrissement en hiver, feuilles mortes à l’automne) qui débordent l’espace qui lui a été attribué. Nous analysons ce problème comme typique d’une situation de cohabitation, c’est-à-dire celle du partage d’un espace qui est a priori commun, mais au sein duquel l’occupation par l’une des entités en présence va empiéter sur l’espace censé être occupé par l’autre. L’arbre agit ici comme un opérateur spatial (Lussault, 2007). Il crée des évènements spatiaux qui sont désirés ou gênants. Les habitants relatent ces incidents à grand renfort de date (« tel jour de l’été à telle heure de l’après-midi, j’ai été contraint (e) d’allumer la lumière dans mon appartement »). Dans leurs lettres, certaines personnes insistent sur le fait que les arbres de la ville se retrouvent, par métonymie, chez elles : les branches touchent les plantations sur leurs balcons, les feuilles s’engouffrent dans le hall de leur immeuble ou encore, les insectes ou le pollen s’immiscent dans leurs pièces à vivre. Les spatialités de l’arbre créent alors des dérangements qui peuvent aller jusqu’à l’insupportable c’est-à-dire « un excès de proximité où la dimension basique du vouloir-vivre ensemble est remise en question » (Brévigliéri, 2009). Ce souci n’est pas anodin pour les services municipaux qui participent à procurer un cadre de vie qui se doit d’être agréable.

  • 1 Cette analyse a été menée sur un échantillon de 180 courriers. Parfois, plusieurs parties de l’arbr (...)

17Toutefois, il est important de noter que la présence des arbres n’est fondamentalement remise en cause que dans moins de 10 % des courriers. Nous avons déjà vu que les reproches adressés aux services municipaux concernaient des moments particuliers. Selon notre analyse, les plaintes se focalisent aussi sur certaines parties de l’arbre. Les branches et le houppier sont incriminés le plus souvent (72 % des lettres). Viennent ensuite les feuilles, les insectes et le pollen que nous avons regroupés sous le terme d’externalités et qui dérangent 25 % des correspondants. Enfin, les racines sont accusées dans seulement 3 % des situations étudiées1. Ces résultats ont été discutés avec la personne en charge de répondre aux courriers de plainte. Pour lui, « les gens ont tendance à descendre le long de l’arbre » (Entretien Tollis, 2010). Si un problème est mentionné concernant le houppier (les branches), mais que le service refuse d’intervenir pour des raisons que nous analyserons par la suite, alors la plainte se transforme pour intégrer d’autres parties de l’arbre, par exemple « le tronc penche » ou « les racines ne semblent pas saines ». Il est intéressant d’observer que si les personnes ne sont pas à priori en faveur d’un abattage, en revanche elles le deviennent si leur demande n’est pas satisfaite.

Figure 1. « Arbre de mots »

Figure 1. « Arbre de mots »

Légende : « Arbre de mots » représentant les termes les plus récurrents dans les lettres de plainte des habitants de Grenoble concernant les arbres en ville, exception faite des mots les plus courants. Logiciel Tagxedo – Creator. Tollis, 2012 (à partir d’extraits de lettre).

Caption : “word tree” capturing the most frequent words used by Grenoble inhabitants in their complaint letters concerning urban trees, excepting most current words. Tagxedo – Creator Software. Tollis, 2012 (from letters excerpts).

18Les proportions sont également dénoncées. Selon les discours que nous avons étudiés, les arbres envahissent et transforment leur environnement proche. Leurs racines font gondoler le sol, ce qui représente un danger pour les jeunes enfants en poussette, les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite. Les arbres « battent le toit des maisons » « se couchent » sur elles. Leurs feuilles « masquent les ornières du trottoir », « obstruent les évacuations d’eau », provoquant des risques de « glissade » ou d’« infiltrations » et d’« inondation ». Leur pollen induit des allergies (pointées du doigt par certains médecins dont les diagnostics sont joints aux courriers de plainte) et leurs branches « nichent des oiseaux qui jettent leurs excréments sur les véhicules ». En fonction des saisons, les arbres acquièrent des dimensions variables et « hébergent » des entités plus ou moins mobiles. On observe ici que de nombreux verbes d’action sont attribués aux arbres. Ces derniers sont perçus comme causant des « préjudices » aux habitants. La volonté des arbres n’est pas mise en avant, mais les responsabilités du service en charge de les gérer sont toujours évoquées. En ce sens, le personnel dédié aux espaces verts de la ville occupe la place des arbres, par association. Ils se doivent de répondre des arbres dans ces situations de cohabitation problématique. Lorsque les arbres débordent de l’espace où ils sont censés se trouver, ce sont les gestionnaires qui sont considérés comme commettant un abus.

19Un autre aspect nous a paru intéressant. Parfois, c’est la qualité d’arbre des individus qui est remise en question. Les arbres sont exposés comme ayant des caractéristiques anormales pour un arbre, ou anormales en tout cas pour un arbre urbain. Ils atteignent une « taille monstrueuse ». Ils sont « trop grands pour un espace aussi petit », ou « laissés dans un état sauvage » taxé d’« inadmissible ». Ils peuvent aussi se retrouver dans une situation où « ils sont contre les règles de la mitoyenneté ». Ici, les arbres ne correspondent pas aux normes tacites urbaines, ce qui est dénoncé sévèrement (parfois même accompagné par le courrier d’un juriste rappelant la loi). Enfin, ce que nous appelons « les externalités » des arbres sont aussi vues comme des anomalies de fonctionnement par les habitants qui ne savent pas les qualifier et utilisent des termes tels que « les boules des branches », « des bêtes qui nous font mal aux yeux » ou « des petites gouttes de colle ». La difficulté que rencontrent ces habitants à nommer ces entités révèle leur méconnaissance. Celle-ci explique leur incompréhension et leur frustration. Parfois, cette incompréhension se meut en appréhension :

« Je ne vous cache pas mon inquiétude lorsque j’observe cet énorme conifère… Ils sont plantaient [sic] très proche les uns des autres sur un emplacement assez oblique… Je crains un danger, celui qu’ils viennent à se coucher d’un côté ou de l’autre ou encore sur la rue de Stalingrad et que se produise alors de réels dégâts. […] . Aussi bien de loin que de près, de face et sur les côtés il me donne une drôle d’impression » (Lettre de plainte EVG n° 2008/0008xx).

20Nous retenons deux éléments de cette analyse : le dérangement est occasionné, de l’avis des riverains des arbres, du fait que les arbres occupent une place changeante, et qui ne correspond pas à l’espace dans lequel ils sont censés être cantonnés ; d’autre part, ils ne sont pas censés être ce qu’ils sont, ce qui accentue l’incompréhension et la non-acceptation de l’autre. Michel Lussault parle d’« offense spatiale » pour qualifier ce type de situation (Lussault, 2009, pp 84-85). Il définit cette offense comme « le sentiment qu’a un opérateur de ne plus contrôler les distances et en particulier d’être victime d’une intrusion qui mérite réparation ». Cette intrusion se déroule, nous dit l’auteur, « lorsqu’un opérateur ou un phénomène ne respecte pas la place qu’il occupe ». Nous sommes bien là dans une lutte des places, telle que l’auteur l’a théorisé. L’arbre, par ses agissements, envahit et offense les riverains, selon leurs dires. De nombreuses plaintes, que nous n’avons pas inclues ici dans l’analyse font référence aux arbres qui cachent la lumière et la vue des montagnes. Ils « s’attribuent » alors un bien commun (la lumière du soleil) ou une aménité (la vue des montagnes, qui peut aussi être vue comme un patrimoine commun privatisé). On s’aperçoit qu’ici, les arbres urbains, loin de faire patrimoine concourent même à entacher ou à gêner la jouissance de certains patrimoines naturels (les hauts sommets) ou culturels (le bâti souillé par certaines externalités).

21L’offense d’intrusion dont parle Lussault, s’accompagne en miroir d’une « offense d’exclusion » qui correspond à « penser que l’on est exclu d’un espace où l’on estime avoir quelque droit ». Évidemment, les arbres n’expriment pas ce type de sentiment, en tout cas, la cosmologie occidentale n’attribue généralement pas ce type d’affect aux arbres, mais cette offense peut être traduite ou restituée par d’autres habitants ou par les gestionnaires qui se mettent à leur place.

Du point de vue des arbres : trop d’incivilités

22Nous avons rencontré une minorité de courriers qui prenaient parti en faveur des arbres (environ 10 %), mais ce point de vue est largement adopté par les gestionnaires que nous avons interviewés. Pour eux, les arbres sont gênés en ville. D’une part, ils subissent des « contraintes » qui sont liées au milieu dans lequel ils évoluent, mais ils sont aussi « victimes » des comportements de certains citadins. L’« hostilité » de l’environnement urbain est évoquée en ces termes :

« Quand on voit que y’a des arbres qui sont plantés en dessous de caténaires où que en dessous ils ont les pieds dans des centaines de réseaux ou que le sol n’est pas poreux donc ils ne vont pas avoir d’eau ou que le sol n’est pas vivant parce qu’ils sont dans un sol inerte où y’a pas de décomposition organique […] on se demande comment il va pouvoir vivre en bonne santé » (Entretien Tollis, 2009).

23Ici, le caractère vivant de l’arbre qui est défendu par le personnel des espaces verts de la ville est mis en contraste avec le caractère inerte et non vivant du sol et plus généralement de l’espace urbain. La ville est vue comme un milieu inhospitalier pour les arbres. Outre les réseaux et la faible qualité des sols, le salage des routes est incriminé comme « l’une des premières causes de mortalité des arbres ». Ces difficultés sont renforcées par les incivilités des citadins (urines). Les gestionnaires parlent de « gnons », de « chocs » et d’« agressions » dispensés aux arbres du fait d’une « trop forte proximité avec la voirie ». On voit bien qu’il y a là des inquiétudes qui sont liées aux spatialités concurrentes dont nous avons parlé plus tôt, soucis de cohabitation qui dérangent les riverains, comme les arbres. Certains récits mettent aussi en lumière des attaques intentionnelles : « On peut avoir des arrachages d’écorce donc soit par vandalisme, quand ce sont de jeunes arbres, ça peut être aussi avec des chiens que les gens font s’entraîner sur les arbres » (Entretien Tollis, 2009).

24D’autres dommages peuvent être causés aux arbres de la ville, par exemple lors d’incendies intentionnels. On ne peut pas dire si les personnes mettent volontairement feu aux arbres, mais quand des véhicules ou des poubelles sont enflammés, les arbres peuvent subir des dommages collatéraux. Ce phénomène n’est pas anecdotique puisque le service en charge des espaces verts évoque quelques « 120 arbres » abattus suite à des incendies ces deux dernières années.

25Concernant toutes ces « atteintes au bon développement de l’arbre » dont nous venons de parler, un système de compensation financière a été institué via la Charte de l’Arbre, un contrat original qui est adossé aux documents d’urbanisme qui reconnaît la valeur des arbres en fonction de leur ancienneté et de leur essence. Ce dispositif incitatif est accompagné de mesures préventives, par exemple des tailles drastiques les premières années pour « remonter la structure des arbres » de sorte à dépasser le gabarit routier. Ce que nous avons appelé « concurrence de spatialités » semble donc être anticipé au maximum, mais on voit que des blocages importants existent. Comment reconnaître les arbres comme patrimoine si la place qui leur est dévouée est déjà discutée par une partie de la population ? Comment valoriser et protéger ces arbres dans un contexte qui semble aussi « inhospitalier » ? Nous allons voir que le contexte actuel complexifie encore ces difficultés.

Quand l’écologisation des pratiques de gestion renforce encore les soucis de cohabitation

26Notre époque est marquée par l’incorporation croissante de considérations environnementales dans les actions publiques. La gestion des espaces verts ne déroge pas à cette tendance que nous désignons par le terme « écologisation ». Ce souci ne revient pas seulement à protéger zonalement des milieux ou des éléments naturels, mais à considérer l’environnement dans la diversité de ses interactions. Ce climat influence la gestion des arbres et des espaces verts parce qu’il induit l’irruption dans leurs modes de gestion, d’entités et d’inquiétudes qui n’étaient pas forcément intégrées auparavant. Dans une perspective chronologique, nous allons voir les évolutions de ces façons de prendre soin des arbres urbains et ce qu’elles engagent en termes de réactions de la part de la population et des gestionnaires et les raisons pour lesquelles ces pratiques ne favorisent pas forcément la prise en compte de la nature en ville comme un patrimoine pouvant être mis à part et protégé pour lui-même.

Laisser partir les arbres en libre, une initiative irréversible ?

27Bien avant que ce que nous avons placé sous le terme d’écologisation ne vienne transformer les politiques publiques, les arbres ont été l’objet de politiques que nous qualifierons de « permissives ». Nous pensons que ce type de dispositifs, mis en place dans les années 70, a été précurseur de ce que nous observons aujourd’hui parce qu’il consistait à « laisser faire la nature ». Comme l’a signalé l’un des gestionnaires : « On a laissé partir tous les arbres, c’était national, en libre ! » (Entretien Tollis, 2010). Cette évolution était liée à une volonté des administrés. Les gestionnaires citent à ce propos des discours d’habitants tels que : « Tous vos arbres là, que vous taillez chaque année, ça ressemble plus à des portemanteaux qu’à des arbres, laissez-les se développer ! » (Idem).

28Aujourd’hui, l’augmentation du nombre de courriers de plainte est associée à cette initiative :

29« Je pense qu’il y a plus de confrontations parce qu’on a laissé pousser les arbres […] Ils disent qu’avant l’arbre arrivait au 2e étage et maintenant au 5e, ils ont raison, on a laissé faire ça » (Entretien Tollis, 2010). La culpabilité endossée ici par l’un des gestionnaires est surprenante car il n’est pas directement responsable des effets de cette politique. Il n’était pas en poste au moment où a été prise la décision de « laisser pousser les arbres ». Il fait ici corps avec l’institution dans laquelle est inscrit son travail et répond des erreurs qui ont été commises en son nom. L’irréversibilité du processus est mise en avant. Aucune taille importante ne peut être opérée sur les arbres qui ont poussé « en libre », car celles-ci menaceraient la structure mécanique des individus ou infligeraient des « plaies de coupe » trop conséquentes, préjudiciables à l’arbre. Dans ce cas, les proportions des arbres qui pourraient être vues comme « belles » ou « remarquables » dans le cas d’une mise en patrimoine, sont vécues comme une sorte d’héritage « empoisonné » par les personnes qui en ont la charge.

  • 2 « I started to see trees in a different way because a tree is a living thing » « When you hit a liv (...)

30Parallèlement à ce problème, de nouvelles approches de la végétation ont émergé dans les milieux professionnels sylvicoles, en particulier aux États-Unis sous l’impulsion de forestiers comme Alexander Shigo. Ce dernier a promu, tout au long de sa carrière, des techniques de gestion qui soient « à l’écoute de l’arbre ». Proposant des coupes longitudinales, au lieu des traditionnelles coupes horizontales, il considérait les arbres dans leur caractère vivant. Pour lui, la première modalité de relation à ces « êtres » devait être le toucher : « Quand vous frappez quelque chose de vivant, il réagit. Quand vous frappez un arbre, il se passe quelque chose. Quand un arbre est menacé, il ne reste pas là à rien faire. Il établit des frontières2 ».

  • 3 C’est l’auteur qui propose cette analyse, il ne s’agit pas d’une expression de l’enquêté.

31Le terme de « frontière » utilisé ici est stimulant pour l’analyse, car il répond aux doléances exprimées par la population qui considérait la présence de l’arbre comme intrusive, par rapport à d’autres frontières établies. William Moore s’inscrit aujourd’hui dans ce type d’approche. Il dispense des formations en France, dont certaines ont été suivies par les personnes que nous avons interviewées à Grenoble. Une formation intitulée « Voyage au cœur de l’arbre » vise en particulier les chefs de service en charge d’espaces verts, mais aussi des ingénieurs et des techniciens. Au cours de cette formation, les participants « apprennent à lire les arbres comme des organismes vivants, sensibles, et capables de réactions dynamiques » (Entretien Tollis, 2010). Cette expérience semble avoir été « initiatique3 pour l’un de nos enquêtés qui rapporte l’un des adages appris « si tu étais un arbre, comment réagirais-tu ? » censé gouverner toute prise de décision. Cette approche sensible séduit les professionnels car nous pensons qu’elle donne du corps et du sens à leur travail. La difficulté posée par ce point de vue est qu’il paraît éloigner ses tenants de ceux qui y sont étrangers. Au sein de la municipalité, les différents services sont amenés à travailler ensemble et l’attitude sensible du personnel « espaces verts » se heurte à l’incompréhension des employés des autres services (ceux de la Voirie, par exemple) qui caricaturent leurs propos en ces termes « Oui, mais l’arbre il a mal, nia, nia, nia » (Entretien Tollis, 2010). Ces employés trouvent l’approche sensible ridicule parce que, centrée sur l’arbre, elle ne tient pas compte de toutes les données des problèmes posés par la cohabitation arbres-citadins. Pour eux, si un arbre pose problème, on peut l’abattre et éventuellement le remplacer, sans aucun scrupule (Hache, Latour, 2009). Dans ces tensions, s’affirment différentes éthiques de ce que peut/doit être la nature en ville. Voyons maintenant comment l’écologisation des pratiques de gestion modifie encore le nombre de paramètres à prendre en compte et complique encore la relation entre les arbres et les riverains.

Gestion durable, gestion différenciée et protection biologique intégrée : de l’huile sur le feu ?

32Les enjeux environnementaux aujourd’hui mis sur le devant de la scène politique obligent les gestionnaires d’espaces verts à prendre du recul et adopter une approche qui va au-delà de la « simple » gestion de la cohabitation arbre-citadin : « Avant un jardin ça voulait dire : plein de pollution (les fleurs chauffées sous serre à contre-saison), vingt-cinq tontes par an (des litres de carburant !). […] Le propre c’est malsain dans un sens. C’est une image de “net”, mais il faut écarter les œillères et mettre tout dans la balance ! » (Entretien Tollis, 2009). Basée sur une culture du compromis, de l’intégration (bien cernée par l’expression « mettre tout dans la balance »), l’approche « durable » propose une conciliation entre plusieurs sphères, et invite à une mise en marche vers un environnement vivable, une économie viable et une organisation équitable. Le discours de la durabilité s’accompagne d’une fabrication de solutions dans l’action, chemin faisant. Les gestionnaires des espaces verts se sont emparés de cette pensée et la traduisent en acte, en mettant l’accent sur les transitions que cela implique. Sur le site Internet de la Ville sont présentés les « gestes durables » induits par cette mutation dans les modes de faire. Concernant la gestion des arbres, le broyage sur place des feuilles et branches reconverties ensuite en compost, l’utilisation plus rationnelle de l’eau et la suppression progressive des produits chimiques sont mis en avant.

33Le choix de passer à ces modes de faire plus respectueux de l’environnement ne suit pas une évolution linéaire, mais des allers - retours, des avancées « à tâtons », ce qui caractérise selon nous la marche vers la durabilité. Des contradictions apparaissent, qui doivent être gérées au cas par cas : « Ben, c’est des solutions… c’est tout au coup par coup. Y’a pas de solution globale qui résolve tous les problèmes. Ça se saurait. On cherche chaque fois, pour chaque zone donnée, on va chercher des réponses à nos problèmes quoi ! » (Entretien Tollis, 2009). L’adoption de nouveaux modes de faire ne va pas de soi et pose toujours la question de leur devenir. Certains citadins n’apprécient guère ces évolutions. Le fait que le bois mort ne soit pas ramassé au pied des arbres, dans certains cas, les laisse perplexes. La notion même d’expérimentation gêne certains habitants. Le « laisser-faire » promu par ces techniques est vécu comme un « laisser-aller » (Tollis, 2010). Une observation fine des espaces et de leurs « réactions » à ces modes de faire semble être aux yeux des gestionnaires la meilleure méthode pour avancer. On voit bien qu’à ce niveau, ils développent une compétence géographique qui leur sert à observer, décrire et comprendre l’espace dont ils ont la charge. Cette compétence géographique se mue en compétence de gestion lorsque leurs observations les amènent à catégoriser l’espace pour y opérer : c’est l’objectif de la gestion différenciée. Celle-ci consiste, pour les gestionnaires, à établir un zonage des espaces verts et à y appliquer différentes techniques de gestion. Certains espaces dits « ornementaux » vont bénéficier d’un soin proche de la domestication alors que d’autres, « plus sauvages », seront davantage « livrés à eux-mêmes ». Dans ces modes de faire, les outils changent, les partenaires aussi. Au lieu d’utiliser massivement des produits phytosanitaires, les gestionnaires vont prendre pour alliés des « auxiliaires » c’est-à-dire des insectes qui luttent contre les « ravageurs », selon les principes d’une Protection biologique intégrée.

34Cette technique de gestion concerne les arbres. Sur les grands alignements de platanes, par exemple, le personnel des espaces verts va faire des « lâchers d’auxiliaires ». Mais il arrive aussi qu’ils jouent sur un temps plus long et qu’ils « laissent venir » les insectes pouvant lutter contre une attaque de parasites. Or, cette attente peut être mal vécue par la population et la présence prolongée de parasites peut accentuer encore le sentiment de gêne que les habitants expriment vis-à-vis de la présence des arbres. D’autres stratégies sont alors déployées par les gestionnaires. Par exemple, pour combattre le tigre du platane, un parasite qui vient chercher l’humidité sur la peau des passants, les techniciens pulvérisent de l’eau sur les arbres, ce qui a pour effet de « ramener » les insectes sur le tronc et les branches. D’un point de vue géographique, ce traitement est un « correcteur de spatialité », lequel présente l’avantage de « ressembler aux traitements d’avant » (pesticides), ce qui satisfait les habitants : « On dit que c’est de l’eau, mais ça rappelle un peu les saveurs d’autrefois (rire) » (Entretien Tollis, 2010).

35On voit ainsi que certaines solutions ponctuelles peuvent être trouvées pour régler les soucis de cohabitation entre arbres et habitants à Grenoble. Toutefois, les politiques contemporaines qui visent à accorder plus d’autonomie aux éléments naturels sont généralement peu comprises et acceptées par l’ensemble de la population. Une brochure pédagogique intitulée « Apprivoiser la nature en ville » a été distribuée. Mais les plaintes restent nombreuses. Nous nous sommes alors demandé si ces plaintes ne dissimulaient pas d’autres enjeux que la simple relation aux arbres.

Des arbres qui cachent la forêt…

36Nous avons souhaité prendre au sérieux les courriers de plainte des habitants de Grenoble parce que le service des espaces verts le faisait. Ces lettres sont des éléments entrant en compte dans les décisions que prennent les gestionnaires et à ce titre elles participent à façonner la ville. Néanmoins, les lettres révèlent aussi des problèmes « qui n’ont parfois rien à voir avec les arbres » : « Voilà, c’est le caractère français […] ils ont tout le temps besoin de râler ! » (Entretien Tollis, 2009). Les gestionnaires essayent toujours de comprendre les réactions des usagers, mais ils trouvent parfois que ces demandes sont excessives. La démarche d’écriture est un processus coûteux pour les habitants et il ne paraît pas toujours justifié. Au-delà de la peur de la nature et de la dénonciation de sa présence envahissante qui sont deux sujets récurrents, examinons de plus près quels sont les motifs implicites qui amènent les habitants à exprimer leur insatisfaction.

Du bon usage des impôts

37Les nouveaux modes de gestion durable et différenciée qui veillent à espacer les tontes, ou à laisser le bois mort au sol par exemple, sont vécus comme donnant les signes d’un laisser-aller chez les gestionnaires : « C’est systématiquement assimilé à du laxisme, du laisser-aller voire même de l’abandon, du non-professionnalisme, de la non-volonté d’entretenir alors que c’est pas ça du tout, quoi ! » (Entretien Tollis, 2009). Ici, les intentions des gestionnaires ne sont pas comprises par les habitants. Le fait qu’ils prennent soin des espaces verts en les laissant faire est interprété comme le contraire de leur mission. Aussitôt, les impôts sont invoqués comme un argument « massue » par certains habitants, mais aussi par les élus de l’opposition qui les représentent : « J’entendais certains membres de l’opposition dire que c’était pas la peine de mettre des crédits supplémentaires pour mettre des branches mortes par terre » (Entretien Tollis, 2010). En fait, ce procédé sert à limiter le transport des matières végétales dans le cadre de la gestion durable qui a été adoptée. Bien entendu les expérimentations, les allers-retours réflexifs et pragmatiques dont nous avons parlé ont des coûts notables, mais il est important de comprendre que le langage du « laisser-faire » ne peut pas être entendu tel quel par les administrés ou les membres de l’opposition. En effet, comment justifier que les gestionnaires aient des dépenses s’ils laissent faire les éléments naturels ? Cela demande une clarté certaine dans les explications et une transparence des dépenses.

« Je pense que les civils, enfin les administrés sont super exigeants, mais ils ne se rendent pas compte du prix qui est engendré par la gestion des espaces publics […] je pense pas qu’ils aient la notion du prix d’un arbre » (Entretien Tollis, 2009). L’idée dominante est que les habitants « ne savent pas de quoi ils parlent ». Sceptiques, nous avons voulu comprendre ce qui se jouait économiquement dans ce passage aux nouvelles méthodes de gestion des espaces verts. D’après notre enquête, il est difficile de dire si le service a gagné ou perdu de l’argent en passant à ces types de gestion. L’achat de matériel adapté et la veille nécessitée par la mobilisation d’insectes auxiliaires sont par exemple des éléments qui justifient de nouvelles dépenses. Mais le budget global du service a baissé comme c’est le cas pour tous les services municipaux, compte tenu de la crise économique. En fait, il n’est pas dans leur intérêt de déclarer une baisse des dépenses (leur budget baissera, ce qui ne leur permettra pas de mener des « expériences », de progresser) ni une hausse (ce n’est pas durable). Ainsi, les gestionnaires préfèrent souvent dire qu’ils n’ont ni gagné, ni perdu.

La peur de l’abandon des pouvoirs publics

  • 4 Pétition de novembre 2005. Les fautes d’orthographe sont celles des auteurs de la pétition qui a re (...)

« Le service de la voirie boude notre quartier. Nous estimons que nous payons nos taxes d’habitation, comme d’autres quartier plus aisées. Les arbres n’ont jamais été taillés, à cause d’eux. Nos maisons sont infecter par des moucherons du à la saleté et aux arbres non tailler4 ».

38Environ 20 % des courriers adressés au service des espaces verts de la ville de Grenoble et que nous avons étudiés font part d’une inquiétude vis-à-vis de l’attention portée par la ville à leur cadre de vie. Dans ceux-ci, les tons et les arguments diffèrent énormément, mais trois approches semblent tout de même récurrentes. La première consiste à faire mention du temps écoulé depuis le dernier entretien (nettoyage, élagage) ou à faire référence à des courriers précédemment envoyés qui sont restés sans suite. Il faut préciser que les services municipaux ont un « devoir de réponse » dans le mois qui suit la réception du courrier de plainte. La deuxième « stratégie » consiste à répertorier des endroits où l’entretien a été exemplaire et à faire jouer le principe d’équité des administrés en disant que ce n’est pas « juste » qu’eux soient lésés. Certaines lettres prennent un caractère très sentimental, d’autres évoquent les « préjudices » qu’ils subissent « à cause des arbres » et vont même jusqu’à menacer de « traduire les arbres en justice ». Ils invoquent aussi des situations de handicap ou de maladie pour infléchir la réponse des gestionnaires. Enfin, la troisième approche consiste à mettre l’accent sur l’urgence de la situation et son caractère dangereux. Une rhétorique sécuritaire apparaît ainsi et place les gestionnaires face à leur « devoir de protection de la population civile ». Leur abandon, en plus d’être négligeant et injuste, serait illégal.

  • 5 Les fautes d’orthographe sont celles de l’auteur de la lettre.

« Dans le magazine "les nouvelles de Grenoble" de novembre 2004 p. 18, vous vantez le travail de vos équipes au nom de la sécurité. Vous étayez le discours d’une photo qui montre une taille plus énergique que ce que je demande". Y’a-t-il deux discours et deux citoyens ?5 ? » (Lettre de plainte n° 2005/0014xx)

39Ici, les gestionnaires sont pratiquement attaqués pour publicité mensongère. Dans des cas comme celui-ci, la réponse écrite est précédée d’une visite sur le terrain. Les habitants apprécient ces rencontres parce qu’elles leur donnent le sentiment de compter. Mais parfois, certaines personnes vont se fabriquer des attentes qui dépassent ce que peut amener le Service.

La nature en ville : un écran ? Un défouloir ?

  • 6 Ce sont les raisons évoquées dans les entretiens auprès des gestionnaires et des élus.

« On a les personnes qui vont être hyper agressives, qui vont se défouler sur nous euh… sur des thèmes qui leur sont chers où ils sont pas d’accord avec ce qui est fait, ou sur des choses qu’ils croient ! » (Entretien Tollis, 2009). Il semble que la nature en ville cristallise les frustrations des habitants. Dans les entretiens, les plaintes sont caractérisées par les gestionnaires d’excessives en nombre et dans le ton employé. D’autre part, nombre de lettres de plainte proviennent de personnes âgées, parce qu’elles se sentent seules ou parce qu’elles disposent de beaucoup de temps6. On peut penser qu’elles se sentent délaissées par leur famille et que par conséquent elles reportent le manque d’attention reçu sur une possible négligence des pouvoirs publics à leur égard. D’autres lettres sont adressées au Service des espaces verts, mais concernent le cadre de vie général qui n’est pas satisfaisant selon elles. Le service apparaît comme un interlocuteur privilégié des réclamations en matière d’urbanisme ou de gestion des affaires courantes.

40Ce qui est mis en avant dans les entretiens est qu’il est très difficile pour les gestionnaires d’évaluer les demandes des habitants qui sont souvent influencées par une personne en particulier ou par ce qu’ils appellent « des groupes de pression » (les syndicats de copropriétés, notamment). Peu de personnes écrivent pour remercier le service de ses interventions, ce qui fait qu’ils n’ont pas accès à l’avis de ceux qui sont satisfaits. Un des gestionnaires va même jusqu’à parler d’un « diktat de ceux qui gueulent » (Entretien Tollis, 2009). Parfois des décisions sont prises en fonction de ces plaintes et des contre-pétitions ou des plaintes, défendant l’avis opposé, arrivent après l’abattage d’un arbre ou sa plantation. Nous avons souhaité développer brièvement cet aspect pour montrer que certains problèmes liés aux arbres avaient davantage trait aux rapports élu-administré ou aux relations de voisinage. Ce dernier point nous laisse penser que certains de ces soucis pourraient être transférés sur d’autres sujets ou d’autres objets si la valeur des arbres parvenait à être affirmée.

Conclusion : une patrimonialisation freinée

41Cette contribution nous permet de voir que la patrimonialisation de la nature en ville ne présente aucune évidence. Les arbres sont peu appropriés et ils sont rarement considérés comme irremplaçables. Mais ils ne sont pas « honnis » pour autant. À ce stade du raisonnement, un parallèle pourrait être fait avec les animaux sauvages comme le loup ou l’ours. Certaines personnes, en faveur de leur réintroduction, vont connaître des situations conflictuelles avec certains individus qu’ils aimeraient voir abattre. Le problème des arbres, tel que développé dans les lettres de plainte, est qu’ils sont vivants et qu’à ce titre on ne peut présager de façon exacte des spatialités qu’ils occuperont. Les gestionnaires des espaces verts sont comme « pris dans un étau » entre l’évolution des normes de gestion qui encouragent l’écologisation des pratiques et donc la marche vers davantage de « laisser-faire », et d’autre part la satisfaction des habitants qui est un de leurs devoirs. Les arbres, s’ils sont enrôlés dans un processus de patrimonialisation à travers différents documents d’urbanisme, ne font pas patrimoine pour une partie non négligeable de la population.

42Peut-être que tout ne peut pas faire patrimoine. Nous nous sommes alors demandé : est-il souhaitable que les arbres urbains deviennent patrimoine ? La valorisation des arbres et leur acceptation constituent des aspects essentiels au regard des enjeux contemporains comme la lutte contre les changements climatiques. En cela, reconstruire l’image des arbres pour qu’ils apparaissent comme des alliés indispensables plus que des éléments dérangeants représentent un challenge important pour les pouvoirs publics. La patrimonialisation apparaît alors davantage comme un outil qu’une fin en soi. Il n’en reste pas moins que c’est une vision vivante et mobile de la nature qui est de plus en plus privilégiée. Les modes de gestion contemporains prennent en compte le caractère vivant des arbres, acceptent ses qualités changeantes et vont même jusqu’à compter sur les éléments naturels (auxiliaires) pour prendre soin des arbres. Or, comment mettre en patrimoine des éléments changeants, vivants, mouvants, selon les principes d’une mise en patrimoine classique, c’est-à-dire celle qui a présidé dans la reconnaissance d’éléments patrimoniaux culturels ? Il semble que, dans le cas des arbres en ville, si une patrimonialisation est justifiée, les outils sont en cours de réinvention.

Haut de page

Bibliographie

Babelon J.-P. et A. Chastel, 1994, La notion de patrimoine, Liana Levi, Paris, 142 p.

Boutefeu, E., 2005, La demande sociale de nature en ville, enquête auprès des habitants de l’agglomération Lyonnaise, Editions Puca-Certu, 85 p.

Breviglieri, M., 2009, L’insupportable. L’excès de proximité, l’atteinte à l’autonomie et le sentiment de violation du privé, in Bréviglieri, M., C. Lafaye, D. Trom, Compétences critiques et sens de justice, Economica, Paris, 462 p.

Choay, F., 1992, L’allégorie du patrimoine, éd. du Seuil, Paris, 272 p.

Duval, M., 2007, Dynamiques spatiales et enjeux territoriaux des processus de patrimonialisation et de développement touristique. Etude comparée des gorges de l’Ardèche et du Karst slovène, Thèse de Géographie, Université de Savoie, 514 p.

Gravari-Barbas, M., 2002, Le patrimoine territorial. Construction patrimoniale, construction territoriale : vers une gouvernance patrimoniale ?, Travaux et Documents ESO, n° 18, p. 85-92.

Hache, E. et B. Latour, 2009, Morale ou moralisme ? Un exercice de sensibilisation, Raisons Politiques, 2009/2, n° 34. 196 p.

Herzog, A., 2011, Les géographes et le patrimoine, EchoGéo, mis en ligne le 5/12/11.

Jeudy, H.-P., 2001, La machinerie patrimoniale, éd. Sens et Touka, Paris, 127 p.

Lazzarotti, O., 2003, Patrimoine, in Levy J., M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, p. 692-693.

Lazzarotti, O., Ph. Violier (dir.), 2006, Tourisme et patrimoine, Un moment du monde, éd. Presses Universitaires d’Angers, Angers, 246 p.

Lussault, M., 2007, L’homme spatial, la construction sociale de l’espace humain, Seuil, 366 p.

Lussault, M., 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Grasset, 220 p.

Mélé, P., 2005, Conflits patrimoniaux et régulations urbaines, Travaux et Documents ESO, n° 23, p. 51-57.

Shigo, A., (non daté), The nature of tree care, conversations with Alex Shigo, Shigo and Trees associates, 24 p.

Tollis, C., 2010, Ethique, espace, action : un triptyque à activer, Géographie et Cultures n° 74, p. 97-110.

Younès, C., 2008, La Ville-Nature, revue Appareil, n° spécial La ville dans les Sciences Humaines, 5 p.

Haut de page

Notes

1 Cette analyse a été menée sur un échantillon de 180 courriers. Parfois, plusieurs parties de l’arbre étaient incriminées dans un même courrier, ce qui explique que les pourcentages cumulés dépassent 100 %.

2 « I started to see trees in a different way because a tree is a living thing » « When you hit a living thing, it reacts. When YOU hit a tree, it does something. When a tree is threatened, it doesn’t just stand there. It establishes boundaries » Alexander Shigo (non daté). Cet auteur est cité par l’un des gestionnaires enquêté (Entretien Tollis, 2010).

3 C’est l’auteur qui propose cette analyse, il ne s’agit pas d’une expression de l’enquêté.

4 Pétition de novembre 2005. Les fautes d’orthographe sont celles des auteurs de la pétition qui a retenu quinze signatures.

5 Les fautes d’orthographe sont celles de l’auteur de la lettre.

6 Ce sont les raisons évoquées dans les entretiens auprès des gestionnaires et des élus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. « Arbre de mots »
Légende Légende : « Arbre de mots » représentant les termes les plus récurrents dans les lettres de plainte des habitants de Grenoble concernant les arbres en ville, exception faite des mots les plus courants. Logiciel Tagxedo – Creator. Tollis, 2012 (à partir d’extraits de lettre).
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13736/img-1.png
Fichier image/png, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Tollis, « Pour le meilleur et pour le pire ! Les arbres en ville peuvent-ils faire patrimoine ? Analyse des spatialités concurrentes arbres-riverains à Grenoble », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 16 | juin 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 03 décembre 2016. URL : http://vertigo.revues.org/13736 ; DOI : 10.4000/vertigo.13736

Haut de page

Auteur

Claire Tollis

Docteur en géographie, Laboratoire PACTE-Territoires, Grenoble, Institut de géographie alpine, 14 bis Avenue Marie Reynoard, 38 100 Grenoble, France, courriel : clairetollis@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page