Navigation – Plan du site
2013

Une approche sociologique des problèmes environnementaux : deux hypothèses explicatives

Jean-Luc Roques

Résumés

Ce texte se propose de mettre en évidence deux hypothèses concernant certains blocages relatifs à la gestion des problèmes environnementaux. La première provient d’une croyance toujours vivace dans le mythe du progrès. La seconde renvoie au maintien voire à la réminiscence des territoires tant nationaux que locaux soucieux surtout de préserver leurs prérogatives sur leur environnement et leurs ressources.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour réagir à ce texte, visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/1477

Texte intégral

1Nous sommes envahis d’informations terrifiantes. Les faits catastrophiques sont nombreux et touchent la faune, la flore, les humains. Prométhée semble définitivement déchaîné (Jonas, 1990). Les regards se portent sur les pollutions, sur la fonte des glaces, sur la montée des mers, sur la désertification, sur l’appauvrissement des terres, sur la raréfaction de l’eau potable, etc. Les fleuves s’assèchent, les écosystèmes marins sont détruits, les estuaires souffrent. À l’inverse, les inondations provoquent des morts et des sinistres. Entre 1920 et 1970, l’hémisphère nord a subi 40 tempêtes par an, il faut en dénombrer 80 par année entre 1985 et 2002 (Brown, 2003). De Villa Parisi en 1959, en passant par Bhopal, Tchernobyl, ou Toulouse, pour arriver à Fukushima en 2011, la liste des tragédies est longue. À partir de ces faits, certains prophétisent carrément la fin du monde (Paccalet, 2006) et voient en l’homme une mite ou un ver en passe de ronger totalement son habitat (Drost, cité par Acot, 1988). D’autres envisagent un « retour aux cavernes » (Duncan, 2006). D’autres, plus modérés, parlent « de camion fou » (Giddens, 1994). Si le chimiste suédois Arrhenius était le premier à prédire l’augmentation de la température de la Terre dès 1896, du fait de l’utilisation des combustibles fossiles, Carson (1962) mettait en garde contre les conséquences imprévues des réussites de la technologie. La terre serait devenue un siège éjectable (Beck, 2001).

  • 1 « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » disait Jacques Chirac, Président de la république (...)
  • 2 On pourrait prendre en compte aussi l’enquête de la Sofres sur l’État de l’opinion en 2010 qui mont (...)

2Dans ce contexte cataclysmique, l’impression première est de voir poindre un certain nombre de mobilisations. Dès 1992 à la suite du sommet de Rio, 1 600 scientifiques annonçaient que les humains et la nature allaient se heurter de plein fouet (Suzuki, 2003). Puis, les politiques affirmèrent : « La maison brûle »1. Ainsi, dans une grande régularité, les sommets internationaux, les réunions bilatérales, les colloques se multiplient. Des commissions se constituent. Des institutions et des organismes tant internationaux que locaux prolifèrent. On en appelle au « patrimoine mondial », à « l’environnement global », au « vaisseau spatial terre », ou encore à « l’hypothèse Gaïa ». Dans le même temps, et d’après plusieurs enquêtes, comme celle du Credoc2 en août 2011 intitulée Consommation et modes de vie, près de 90 % des personnes interrogées considèrent que l’environnement doit être la première des priorités. Des associations se créent, de nouvelles actions voient le jour. Certains en appellent à la frugalité (Jonas, op. cit. ; Brunel, 2008), d’autres se replient du reste du monde même si cela semble très difficile (Dobré, 2002).

3Toutefois, au-delà de cette frénésie, que constatons-nous ? Rien ne semble véritablement changer, à tout le moins en profondeur. Les contradictions des politiques environnementales demeurent. Les négociations sont des échecs notoires, les accords ne sont jamais tenus, les mesures sont peu appliquées, les projets ne voient pas le jour, les problèmes de coopération intersectorielle subsistent en l’absence de politique environnementale pure. Au-delà des prises de conscience, rien ne semble se modifier et les modes de vie restent pour la plupart inchangés. La production globale augmente, la distribution des biens progresse, la consommation croît. Les supermarchés proposent des quantités importantes de produits. La superficie des habitations augmente alors que le nombre de personnes par ménage diminue. Les citoyens des pays industrialisés sont énergivores et aquavores (Berger et Roques, 2005, 2008).

  • 3 On pourrait juste citer, sans que cela soit exhaustif, les blocages entre pays du Nord et pays du S (...)

4D’où viennent alors ces contradictions qui engendrent bien souvent des blocages institutionnels, culturels, politiques ou économiques3 ? Le monde dans lequel nous vivons est fort ambivalent. Il y a exaltation de la transgression tout en déplorant l’absence de règles. Il y a une affirmation pour protéger les nappes phréatiques ou la couche d’ozone, tout en soutenant une industrie polluante créatrice d’emploi. Il est alors intéressant d’étudier les contradictions des systèmes dans lesquels nous sommes immergés, mais aussi de mettre en évidence nos propres ambiguïtés. Cela n’est certainement pas un aveu d’impuissance (Zaccaï, 2009, p. 25). Nous tenterons dans ce texte de présenter deux hypothèses explicatives qui reviennent sur ces contradictions et ces blocages. Des hypothèses qui devraient être fouillées plus profondément par les chercheurs afin de mettre en perspectives tant l’importance des inconscients collectifs liés à la modernité que des formes de reterritorialisation actuelles, dans la difficile appréhension des problèmes environnementaux.

Mythe du progrès et justification

5La première hypothèse renvoie au fait qu’au-delà de formes de pensées rationnelles nous sommes des êtres de croyances, où le mythe du progrès reste fortement prégnant, et il est difficile de s’en oblitérer.

6La modernité a fait l’objet de multiples travaux dans le domaine de la sociologie, de la philosophie, de l’économie, ou bien d’autres sciences humaines et sociales, pour en présenter les diverses facettes, pour en dénoncer les contradictions (Touraine, 1992), ou pour mettre en évidence les conséquences de sa radicalité (Giddens, 1994). Disons qu’elle s’est dès son origine pensée en termes historiques. L’homme moderne ne se sentait plus sous la gouverne des dieux, mais voulait devenir le maître de son histoire. Inversant ses rapports à la nature, il pouvait se l’approprier et en devenir son régisseur unique. L’avènement de la modernité engendra une image évolutive qui devait faire sortir l’humanité de la barbarie pour la faire entrer dans la lumière. Un des buts poursuivis était le bien-être absolu. L’avenir ne pouvait devenir que plus radieux. L’humanité, en agissant selon certains principes méthodiques, pouvait se sentir avancer vers l’abondance, la liberté et le bonheur. Dans ce cadre, si certains phénomènes semblaient obscurs et difficiles à saisir, la raison, et par-delà la recherche et le savoir, devaient les faire plier, et extirper certaines erreurs de l’esprit ou les fausses idoles. La raison en tant que principe central de la modernité s’est progressivement imposée et a stimulé les nouvelles manières de penser, d’agir et de sentir. Le monde pouvait prétendre se libérer des passions, des traditions, mais aussi de la nature. Si la pensée rationnelle suppose la logique, l’élaboration de stratégies, la construction de projet, la pensée emblématique ne pouvait dès lors que renvoyer à des croyances traditionnelles dépassées. Comment en effet peut-on croire aux fées ou aux monstres ?

7L’économique supplanta les anciens systèmes d’échange, considérés comme archaïques. L’innovation, la recherche de la nouveauté et du changement étaient en action. La figure des premiers entrepreneurs capitalistes en est la parfaite illustration (Weber, 1920). Ceux-ci durent se confronter à la tradition, à la morale, aux forces hostiles des cahiers de doléances et à l’organisation traditionnelle du travail. Ils durent, dans leur quête du profit, rechercher systématiquement de nouveaux consommateurs, de nouvelles formes de ventes et une nouvelle organisation du travail. L’idéal construit peu à peu postulait que la multiplicité des échanges libérerait les énergies et favoriserait la pacification. La modernité se focalisa sur la croissance, sur l’optimum. Il devint nécessaire d’avoir plus de production, plus d’information, plus de consommation, plus de loisirs, travailler plus et dépenser plus. Dans cet avènement du toujours plus, le progrès scientifique favorisa de nombreuses applications technologiques et industrielles. Les techniques devenaient de nouveaux moyens pour les hommes d’envisager de régler bien des problèmes. Perçues dans leur portée libératrice, elles pouvaient s’extraire du temps et de l’espace, accélérer les échanges et promouvoir les contacts, favoriser les déplacements et encourager les mobilités. L’évolution des sciences et des techniques devint patente, dans laquelle la machine à vapeur entraîna l’humanité vers des perspectives novatrices qui déterminèrent son destin (Gras, 2007).

8Toutefois, tout en souhaitant désenchanter le monde (Weber, 1921), la modernité n’a-t-elle pas reconstruit de nouveaux mythes ? Si nous sommes des êtres rationnels, ne sommes-nous pas aussi des êtres de croyances ? En fait, malgré l’idée de la seule rationalité, il subsiste une bonne part de dynamiques fantasmatiques, voire de formes mythiques qui permettent d’envisager de se protéger ou de se rassurer, par le biais de mécanismes d’adhésion et d’identification (Eliade, 1957). Le mythe qui nous imprègne certainement encore est bien celui du progrès, avec ses corolaires d’abondance, d’inépuisable et de croissance. Il est tellement présent et prégnant, qu’il est d’ailleurs difficile de croire que cela puisse changer. Notre société moderne stimule cette « salivation féerique » (Baudrillard, 1970). N’existerait-il pas un noyau de représentation qui lierait indubitablement le mythe du progrès et le bien-être ? Dans cette dynamique, il est donc impératif et nécessaire de produire et de consommer.

  • 4 Pensons simplement à la privatisation de l’eau de La Paz en Bolivie, dans le quartier populaire d’A (...)

9On sait par exemple que les déplacements journaliers engendrent des mouvements pendulaires qui sont de plus en plus importants du fait notamment de la disjonction entre les lieux d’habitation et de travail, et provoquent pas mal de désagréments, de tensions ou de stress. Mais derrière n’existe-t-il pas un certain idéal de liberté, de mobilité ou d’autonomie ? Pensons aussi au chauffage que l’on peut également lié à la modernité. Derrière l’apparent confort moderne ne se glissent-ils pas des référents symboliques associés au foyer, au ventre maternel, au paradis, à la convivialité, à l’insouciance ? On le voit d’ailleurs dans les pratiques domestiques, qui sont relayées par les médias via les feuilletons de l’été (Beslay et Zelem, 2009), où la chemise même en hiver est devenue la norme. L’attirance pour l’eau est telle que notre culture s’immerge dans celle-ci. Ne renvoie-t-elle pas à l’originel ? L’eau est source de santé, de bien-être ou de confort. Toute la panoplie domotique se réfère à cette ressource. Elle est aussi un symbole de purification et de ressourcement avec le Spa, le hammam, la piscine, le sauna. On va en vacances à la mer, à la neige. On se régénère en pouvant jouer avec l’eau, dans des parcs d’attractions, comme Aquatropic, Amazonia, Aquarama. Et, si l’on a un peu de temps, on arrose sa pelouse et ses plantes vertes, le plus souvent avec l’eau potable, car il est si facile d’ouvrir un robinet4. Derrière nos loisirs, qui sont parfois prévus, anticipés, projetés, n’y a-t-il pas une part de retour vers des valeurs symboliques (Dumazedier, 1962) ?

10Le problème est que la production et la consommation n’engendrent pas seulement que du bien-être. Elles entrainent aussi des déchets, des pollutions, parfois des pénuries, des maladies et par-delà du mal-vivre (Juan, 2001). D’où la constitution de fortes dissonances. Pensons au cas des régies municipales de l’eau, qui d’une part, incitent à la consommation pour être rentable, mais d’autre part, prônent la limitation pour préserver les ressources (Roques, 2010). Aux prises dès lors à une spirale importante, mais tout en maintenant le mythe de l’abondance plusieurs logiques d’évitement voient le jour ?

  • 5 C’est une eau ayant été utilisée, et l’on considère qu’elle est contenue virtuellement dans les pro (...)

11La première logique est de modifier l’information problème. S’il y a réchauffement climatique, et si les données sont avérées, l’activité humaine n’en serait en rien responsable. La thèse de Lomborg (2004) considère que ce phénomène provient des vents solaires, ou de la couverture des nuages, mais n’est lié en aucun cas aux activités de production. Dans ce cadre, s’il existe, par exemple, des impacts sur l’eau, il sera toujours possible d’en appeler à la technique, là en pompant des eaux primaires, là en envisageant de déplacer des icebergs, là en projetant de grandes constructions d’aqueduc. La seconde logique est de justifier ses actions en recherchant un bouc émissaire. On retrouve dès lors des expressions comme « ce n’est pas ma faute ». En effet, ce n’est pas de mon fait, car si l’eau potable se raréfie, c’est de la faute aux procédures de productions agricoles intensives qui engloutissent 70 % de la ressource. On en oublie de ce fait l’eau virtuelle5. Cette même logique se répercute dans les industries chimiques où les ouvriers stigmatisent toujours soit les autres usines, soit les intérimaires et les non qualifiés, soit rejettent la faute sur la direction en cas de problème. La troisième logique est de justifier encore son action, en montrant que l’on est très sensible aux problèmes environnementaux. Pensons par exemple au tri sélectif, qui ne règle qu’en partie le problème des déchets. Lors d’une de nos observations, nous avons rencontré une personne à une borne de recyclage. Sa remorque était pleine de déchets plastiques, et celle-ci nous affirma sans ambages : « Oui, oui, je protège la nature. » Ainsi, on tente de justifier son comportement en le neutralisant. L’exemple des travailleurs du nucléaire de la Hague est représentatif de cette même logique tout en l’accentuant. Ceux-ci sont soumis à des risques d’irradiation, disposent d’instruments de mesure, et font des stages de formation sur la sécurité. Mais s’il existe de fortes craintes et des hésitations, du fait de la menace invisible, les salariés développent des moyens cognitifs de mise à distance de la menace. Non seulement le risque est relativisé, mais le travailleur se décrit comme contrôlant son environnement. Il conquiert ainsi une image positive virile et guerrière et devient même un héros moderne (Peretti-Watel, 2003).

12Dans ces considérations est-il possible de dépasser l’appareil culturel, historique et philosophique, qui entoure l’idée de la modernité, et qui ne permet pas de déceler les priorités qu’il faut se fixer ? Comment déjouer les contradictions inhérentes à nos modes de vie ? Comment limiter toute cette panoplie de dissonances ?

Dynamiques territoriales et crispations

13La deuxième hypothèse est de dire qu’il existe, en contrepoint du phénomène de mondialisation, fille du capitalisme et de la modernité, des dynamiques territoriales qui ne font en fait que renforcer les problèmes environnementaux. En effet, n’existe-t-il pas des formes de résistance, de défense, mais aussi de crispations territoriales, face à de multiples pressions exogènes, qu’elles soient politiques, économiques, culturelles ? Les difficultés ne sont peut-être pas là où on les attend (Roques, 2009).

14Il existe tout d’abord un véritable égoïsme des nations. Chacune tente de maintenir son identité et ses prérogatives. Prenons le cas de l’eau. L’État d’Israël noyaute la ressource en eau depuis 1967, au détriment des populations palestiniennes. La Turquie considère que les eaux du Tigre et de l’Euphrate sont sa propriété, alors qu’elles s’écoulent vers ses voisins. Le partage des eaux du Nil ne va pas de soi, puisque neuf pays limitrophes entretiennent entre eux un rapport d’appropriation de la ressource. Personne n’est donc prêt à faire les concessions véritablement nécessaires. Les experts conviennent pourtant que, dans le contexte de raréfaction croissante de l’eau, seuls des mécanismes de coopération régionale peuvent atténuer les situations de pénurie. Les États sont d’ailleurs invités à adopter une gestion de l’eau en intégrant les frontières hydrauliques. Or, cela ne fonctionne pas, puisque chaque nation veut conserver sa ressource.

15En conséquence, il est bien évident que les plans d’action, comme celui de l’agenda 21, sont purement incitatifs et ne sont en aucun cas contraignants pour les signataires. Chaque État a un droit souverain d’exploiter ses ressources. Déjà, l’Assemblée générale des Nations unies en juin 1997 dressait un bilan très négatif au regard de l’application des conventions (Roche, 2006, p. 27). Le droit international reste peu efficace. Ce fait renvoie à l’absence de volonté des nations et ne traduit que le désir des États de rester souverains sur leur propre territoire (Delmas-Marty, 2004). L’État reste toujours le principal agent d’application du droit international, qu’il admette ou non l’applicabilité directe de la norme internationale (ibid., p. 173). De plus, cet égoïsme des nations, notamment les nations riches, fait qu’ils s’engagent sur des promesses qu’ils ne tiennent jamais. Leurs aides par exemple en direction des pays les plus pauvres sont en baisse. Si les dépenses militaires mondiales représentent 900 milliards de dollars et les subventions agricoles à 300 milliards, l’aide publique pour le développement plafonne à 60 milliards (Brunel, op. cit., p. 94). Si l’on considère la planète comme un « patrimoine commun », les instances transnationales proposent des orientations politiques, comme ce fut le cas avec le protocole de Kyoto. À partir d’une série d’expertises et d’évaluations, ces organisations développent des projets qui se veulent ou se voudraient supranationaux. Or, le niveau national garde toujours ses propres desseins, ses propres axes, ses propres politiques en ce qui concerne son territoire et donc son environnement.

16Dans cette logique territoriale, prenons les cas des politiques énergétiques. La France, par exemple, avait engagé son programme nucléaire dès les années 1960. À la suite, de l’augmentation du prix du pétrole au début des années 1970, la décision du Gouvernement d’accroître la capacité nucléaire devient la première étape de la nouvelle stratégie du pays. Le programme va correspondre à une double stratégie énergétique, assurer une indépendance à la France, et lui donner la capacité d’exporter de l’énergie. Toutefois, cette énergie produite ne pouvait se faire que dans le cadre de campagnes de promotion de l’électricité en commençant par le chauffage électrique intégré, tout en proposant de dire que c’était une solution au problème de l’environnement (Touraine et al., 1980). Dans la même veine, on sait que pour limiter les émissions de substances nocives ou pour préserver les ressources non renouvelables, il faut diminuer notamment les déplacements. Or, cette interrogation sur les mobilités en zone urbaine s’inscrit dans le développement et l’étalement urbain « qui tue la ville » (Mumford, 1964). Ainsi, ce ne sont pas les consommateurs qui programment les villes, ni qui favorisent le marché de l’espace, ni qui donnent l’autorisation de bâtir. Le service public, par le biais de la société de consommation, a tendance donc à continuer à inciter les ménages à absorber toujours plus d’énergie (Juan, 2009). On peut envisager la même chose dans le cadre de l’aménagement du territoire. Dans le silence feutré des ministères se conçoit jour après jour une agriculture environnementale destinée à la jouissance esthétique d’amateurs à hauts revenus (Gavignaud-Fontaine, 1996), qui par effet d’imitation rebondit sur tous les urbains en quête de liaison nouvelle avec la nature, qui par vague se déplacent inlassablement.

  • 6 En cela, les conflits d’usage ne manquent pas. La Camargue oppose l’industrie du sel qui souhaite i (...)

17Mais cette territorialisation et ses effets ne se limitent pas à l’échelle nationale (Roques, 2011). Il faut regarder du côté de la sphère locale perçue comme espace de protection, refuge identitaire et sécurisant, même si le reste du monde brûle. On délimite des espaces sécuritaires en construisant des frontières et en surveillant des lotissements entiers, tout en consommant toujours plus. On électrifie, on mure, on ghettoïse les territoires. Certaines villes du sud de la France sont déjà confrontées à la constitution de zones privatisées. Des frontières se reconstruisent, à l’image des Gated Communities des USA qui forment des communautés très fermées (Lussault, 2007, p. 117). Les phénomènes de gentrification dans les grandes villes s’accélèrent et les manifestations Nimby ou Nimey jouent à plein pour installer des barrières, des lignes afin de se protéger contre des nuisances et les repousser au loin. L’idéalisation du local fait son chemin à travers la forte valorisation de tout ce qui est naturel, protégé, authentique ou tout simplement sauvage. Ces principes d’action s’enferment dans un certain nombre de certitudes, là en tentant de transformer l’espace en bunker, là en naturalisant le territoire, là en construisant des zones vertes, là en envisageant de construire des éco-quartiers voisins parfois des quartiers déshérités. Ainsi, les divers acteurs se cantonnent sur leur espace et fonctionnent avec la même ardeur lorsqu’ils le peuvent, mais toujours dans leurs propres intérêts. Notre société consumériste foncièrement individualiste favorise l’idée « du foyer-forteresse à l’intérieur duquel la famille se barricade et se pourvoit de tous les équipements mécaniques et électroménagers possibles » (Sempere, 2009, p. 43). Chacun s’intéresse en fait à ce qui l’environne, mais en aucun cas à l’environnement (Lascoumes, 1994), favorisant de fait de nombreux effets indésirables tant environnementaux qu’humains6.

18Ces quelques éléments mis en perspective posent alors le problème du lien entre les logiques du développement durable et l’intérêt actuel porté à l’aspect local. Quel est l’intérêt de mettre en place des actions dans un espace typique, alors que le voisin envisage des activités totalement opposées ? Est-il possible d’envisager un autre rapport à la terre, à l’eau ou à la nature plus généralement, pour qu’elles ne soient pas de simples objets d’appropriations ou de tensions identitaires ?

Conclusion

19Ce que l’on peut dire en conclusion, c’est que la nature humaine s’émeut souvent. Au vu des problèmes environnementaux, on entend régulièrement des appels des plus grands penseurs, comme Hubert Reeves (2003), qui sont le miroir de nos émotions. Il faut aller à la rencontre de la nature comme celle d’un partenaire dans une interaction possible (Habermas, 1973). Il faut agir de façon que les effets de nos actions soient compatibles avec la permanence d’une vie humaine (Jonas, op. cit.). Il faut repenser l’équilibre sacré (Suzuki, op. cit.). Or, cela ne résout pas grand-chose et ne résout en rien les distorsions, les ambivalences et les tensions que l’on retrouve chez les individus eux-mêmes ou entre groupes. Ainsi, si les problèmes se multiplient comment arriver toutefois à envisager des portes de sortie, ou des axes afin de gérer ces contradictions. Il paraît souhaitable de débattre des différentes façons de concevoir une bonne gestion de l’environnement et non seulement de négocier entre intérêts divergents (Riaux et Richard-Ferroudji, 2009). C’est là peut-être que l’environnement retrouve la démocratie où le débat engendre de la discussion. Mais si l’étymologie de discussion est « secousse », il faut espérer alors qu’elle ne soit pas trop radicale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Acot, P. 1988. Histoire de l’écologie. PUF, Paris.

Baudrillard, J. 1970. La société de consommation. Gallimard, Paris.

Beck, U. (1986). 2001. La société du risque : Sur la voie d’une autre modernité. Flammarion, Paris.

Berger. C. Roques. J.-L. 2005. L’eau comme fait social : Transparence et opacité dans la gestion locale de l’eau. L’Harmattan, Paris.

Berger. C. Roques. J.-L. 2008. La terre comme objet de convoitise : Appropriation, exploitation, dégradation. L’Harmattan, Paris.

Beslay, C. Zelem, M.-C. 2009. « Le paradoxe du consommateur moderne ». In Dobré, M. & Juan, S (dir), Consommer autrement : La réforme écologique des modes de vie. L’Harmattan, Paris, pp. 277-296.

Brown, L.-R. 2003. Éco-économie : Une autre croissance est possible, écologique et durable. Seuil, Paris, 2003.

Brunel, S. 2008. Le développement durable. PUF, Paris.

Carson, R. 1962. Silent Spring. Mifflin, Houghton.

Delmas-Marty, M. 2004. Le relatif et l’universel. Seuil, Paris.

Dobré, M. 2002. L’écologie au quotidien. L’Harmattan, Paris.

Duncan. R.-C. 2006. « The Olduvai theory : energy, population, and industrial civilization ». The Social Contract, vol. 16, n° 2.

Dumazedier, J. 1962. Vers une civilisation du loisir ? Seuil, Paris.

Eliade, M. 1957. Mythes, rêves et mystères. Gallimard, Paris.

Gavignaud-Fontaine, G. 1996. La révolution rurale dans la France contemporaine, XVIIIe-XXe. L’Harmattan, Paris.

Giddens, A. 1994. Les conséquences de la modernité. L’Harmattan, Paris.

Gras, A. 2007. Le choix du feu : Aux origines de la crise climatique. Fayard, Paris.

Habermas, J. 1973. La technique et la science comme « idéologie ». Gallimard, Paris.

Jonas, H. (1979). 1990. Le principe responsabilité. Flammarion, Paris.

Juan, S. 2001. La société inhumaine. L’Harmattan, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Juan, S. 2009. « Introduction ». In Dobré, M. & Juan, S (dir), Consommer autrement : La réforme écologique des modes de vie. L’Harmattan, Paris, pp. 5-9.
DOI : 10.1111/j.1440-1681.2010.05379.x

Lascoumes, P. 1994. L’éco-pouvoir : environnements et politiques. La Découverte, Paris.

Lomborg, B. 2004. L’Écologiste sceptique. Le cherche-Midi, Paris.

Lussault, M. 2007. L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain. Seuil, Paris.

Mumford, L. 1964. La cité à travers l’histoire. Seuil, Paris.

Paccalet, Y. 2006. L’humanité disparaîtra : bon débarras ! Arthaud, Paris.

Peretti-Watel. P. 2003. Sociologie du risque. Armand Colin, Paris.

Picon, B. 2009. « Environnement, risques et développement durable ». In Monaco, A. Ludwig, W, Provansal, M et Picon, B. Le golfe du Lion. Quae, Versailles, pp. 135-150.

Reeves, H. 2003. Mal de Terre. Seuil, Paris.

Riaux, J. Richard-Ferroudji, A. 2009. « Gestion collective de la Lentilla. » In Monaco, A. Ludwig, W, Provansal, M et Picon, B. Le golfe du Lion. Quae, Versailles, pp. 43-62.

Roche, C. 2006. Droit de l’environnement. Gualino éditeur, Paris.

Roques, J.-L. 2009. La fin des petites villes : Une modernité envahissante. L’Harmattan, Paris.

Roques, J.-L. 2010. « Eau et identité locale ». Intervention lors du Colloque international « eau, lien social et dynamiques locales » organisé par le PNUD, Hammamet, Tunisie, 15, 16, 17 avril.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Roques, J.-L. 2011. Une sociologie de la petite ville. L’Harmattan, Paris.
DOI : 10.4000/rsa.737

Sempéré, J. « Évolution des besoins dans une perspective d’une organisation socioéconomique durable ». In Dobré, M. & Juan, S (dir). 2009. Consommer autrement : La réforme écologique des modes de vie. L’Harmattan, Paris, pp. 39-46.

Suzuki, D. 2003. L’équilibre sacré : Redécouvrir sa place dans la nature. Fides, Québec.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Touraine, A. 1992. Critique de la modernité. Fayard, Paris.
DOI : 10.1522/030296063

Touraine, A. Hégédus, Z. Dubet, F. & Wievorka, M. 1980. La prophétie anti-nucléaire. Seuil, Paris.

Weber. M. (1920). 1964. L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Plon, Paris.

Weber. M. (1921). 1995. Économie et société. Plon, Paris.

Zaccaï, E. 2009. « Contradiction de la consommation durable ». In Dobré, M. & Juan, S. (dir). Consommer autrement : La réforme écologique des modes de vie. L’Harmattan, Paris, pp. 13-27.

Haut de page

Notes

1 « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » disait Jacques Chirac, Président de la république française, dans son discours introductif, au sommet de la Terre à Johannesburg, le 2 septembre 2002

2 On pourrait prendre en compte aussi l’enquête de la Sofres sur l’État de l’opinion en 2010 qui montrait que pour 93 % des français le tri était le premier geste pour l’environnement.

3 On pourrait juste citer, sans que cela soit exhaustif, les blocages entre pays du Nord et pays du Sud, les tensions entre priorités environnementales ou industrielles, les débats interminables sur les économies sobres en carbone ou sur les OGM, etc.

4 Pensons simplement à la privatisation de l’eau de La Paz en Bolivie, dans le quartier populaire d’Alto Lima et à la distribution de l’eau gérée par le consortium français Aguas del Illimani, filiale de la Lyonnaise des eaux. Alvaro Larrea Alarcon, ingénieur du Fonds national de développement régional bolivien, déclarait que la concession pourrait être encore plus rentable si la population consommait davantage. Le principe est donc simple, faire en sorte que les populations utilisent de plus grande quantité d’eau, en intégrant de nouvelles fonctionnalités à la ressource autre que vitale.

5 C’est une eau ayant été utilisée, et l’on considère qu’elle est contenue virtuellement dans les produits.

6 En cela, les conflits d’usage ne manquent pas. La Camargue oppose l’industrie du sel qui souhaite introduire de l’eau de mer, et les agriculteurs qui veulent adoucir ces milieux avec un apport en eau douce. L’étang de Berre oppose les habitants qui veulent que l’étang redevienne marin, et le concessionnaire de la centrale hydroélectrique de Saint Chanas, qui dévie l’eau de la Durance, et considère la première version comme purement mythique (Picon, 2009). La gestion de l’eau de la Lentilla, à l’ouest de la ville de Perpignan a, pendant plusieurs siècles, été régulée. Les représentations de la ressource étaient similaires chez les acteurs locaux. Or, depuis quelques décennies, celle-ci pose un problème. Agriculteurs, nouveaux urbains arrivants dans la région, amateurs de cannyoning, pêcheurs sont en oppositions frontales et expliquent les difficultés de gestion de la ressource (Riaux et Richard-Ferroudji, 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Roques, « Une approche sociologique des problèmes environnementaux : deux hypothèses explicatives », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://vertigo.revues.org/13225 ; DOI : 10.4000/vertigo.13225

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Roques

Maître de conférences, Département de sociologie, Université de Perpignan Via Domitia, 52 Avenue Paul Alduy 66100 Perpignan, France, courriel : jeanluc.roques@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page