Navigation – Plan du site
2012

Kyoto, Doha et après : enjeux autour des négociations de l’après-Kyoto

Sebastian Weissenberger

Résumés

À la suite des conférences sur le climat de Copenhague et Durban, la politique climatique mondiale se trouve à la croisée des chemins. D’un côté, le renouvellement du protocole de Kyoto après la fin de la première période d’engagement en 2012 est incertain. De l’autre côté, un nouveau traité climatique rassemblant l’ensemble des États du monde doit être négocié d’ici 2015 pour entrer en vigueur en 2020. La répartition de ces cibles entre les différents groupes de pays – pays industrialisés, pays en voie de développement, pays en transition, relève de considérations éthiques, pragmatiques et politiques. Ultimement, tous les pays devront être prêts à des compromis, si l’objectif de stabilisation du climat énoncé à Copenhague doit être respecté. Cependant, les aspects de justice climatique ne pourront pas être laissés de côté.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour réagir à ce texte, visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/1396

Texte intégral

Les négociations récentes

1À l’aube de la Conférence des parties (CdP, angl. COP) 18 à Doha, la dernière avant l’échéance de la première période d’engagement du protocole de Kyoto, de nombreuses questions concernant la période post-Kyoto restent en suspens. Les modalités d’un prochain accord climatique, les cibles envisagées et la répartition de l’effort n’ont pas encore été définies. Les dernières négociations climatiques ont été une arène pour des discussions peu productives entre une Amérique hésitante, une Chine ambivalente, une Europe impuissante, une Russie peu intéressée et un Japon aux prises avec d’autres problèmes économiques et sociaux. La CdP-15 de Copenhague en 2009 a notamment été la scène d’un bras de fer diplomatique entre les États-Unis et la Chine, à l’issue duquel le président Obama a essuyé un échec diplomatique cinglant. Lors des récentes négociations, l’Europe a eu du mal à imposer sa volonté d’agir, même en parlant d’une seule voie et en obtenant l’appui de nombreux pays en voie de développement (PVD). Les PVD quant à eux, déplorent leur marginalisation et le système des négociations entre “grands joueurs”, particulièrement évident lors de la CdP-15 à Copenhague.

2La CdP-15 de Copenhague a eu comme seul résultat une déclaration de principes à l’intention de limiter le réchauffement à 2 oC, seuil critique souvent invoqué par les scientifiques pour éviter des changements climatiques abrupts et irréversibles. En sachant que les émissions de gaz à effet de serre (GES) se situent actuellement au-delà du scénario le plus pessimiste du Groupe intergouvernemental d’étude du climat (GIEC), pour lequel on prévoit une augmentation de température de 4,5 oC, on ne peut pas, à l’heure actuelle, être trop optimiste quand à notre faculté de limiter le réchauffement à 2 oC (Raupach et al., 2007).

3La CdP-17 à Durban en 2011 a été plus productive que les rencontres précédentes, en ce que les bases d’un cadre de négociation pour un accord post-Kyoto aient été jetées, quoique projetées loin dans le futur. En effet, selon la plate-forme de Durban, l’accord mondial, qui doit être négocié d’ici 2015, n’entrera en vigueur qu’en 2020. Une grande partie de la classe politique, surtout dans les pays développés, a loué la plate-forme de Durban qui, au contraire du protocole de Kyoto, rallie les États-Unis et les PVD. D’autres acteurs critiquent le fait qu’il ne s’agisse que d’un engagement de principe et que les efforts de réduction des émissions soient retardés de dix ans.

4Le climat politique général en 2012 semble moins favorable que jamais à une action contre les changements climatiques. En Europe, la crise de l’Euro a éclipsé les efforts de décarbonisation de l’économie. En Allemagne, la loi sur les énergies renouvelables (Erneuerbare-Energien-Gesetz), qui a fait de ce pays le plus grand producteur d’énergie solaire au monde, est de plus en plus critiquée à cause de la hausse des prix de l’électricité (Bauchmüller et Szymansky, 2012).

5En Amérique du Nord, la question des changements climatiques est également reléguée au second plan. Aux États-Unis, le débat présidentiel de 2012 est le premier depuis 1988 au cours duquel les changements climatiques n’ont même pas été mentionnés (Goldenberg, 2012). Quant au Canada, il a sans doute porté le coup le plus dur aux négociations climatiques en se retirant du protocole de Kyoto en décembre 2011, quelques jours après la fin de la conférence de Durban. La Russie pourrait être le prochain pays à se retirer du protocole de Kyoto, s’il en va du premier ministre Medvedev (Le Monde.fr, 2012). Le Japon, de son côté, avait déjà signifié qu’il n’entendait pas participer à une deuxième phase du protocole de Kyoto (ENS, 2010).

Les enseignements de Kyoto

6À l’échelle mondiale, le protocole de Kyoto n’a pas été en mesure d’enrayer l’augmentation des émissions de CO2. Ni l’objectif de Kyoto - une réduction des émissions de 5,2 % par rapport au niveau de 1990 jusqu’en 2008-2012 (UNFCCC, 2012a), ni l’objectif initialement énoncé lors de la conférence mondiale sur l’atmosphère en évolution à Toronto - une réduction des émissions de CO2 de 20 % par rapport au niveau de 1988 jusqu’en 2005 (World Conference on the Changing Atmosphere, 1988) - n’ont été atteints (figure 1).

Figure 1. Évolution des émissions mondiales de CO2 de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage de gaz de 1988 à aujourd’hui avec les cibles de Toronto et de Kyoto.

Figure 1. Évolution des émissions mondiales de CO2 de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage de gaz de 1988 à aujourd’hui avec les cibles de Toronto et de Kyoto.

Source : Données d’émissions de Boden et al. (2012).

7Néanmoins, une grande partie des 38 pays industrialisés ayant signé le protocole de Kyoto a atteint ses objectifs. Particulièrement les pays de l’Union européenne dont les émissions de 2010 se situaient 24 % au-dessous du niveau de 1990. Les États-Unis et le Canada sont, en revanche, loin de leur objectif de 7 %.

8L’augmentation rapide des émissions mondiales est surtout le fait des émissions des PVD (non annexe 1) qui ont désormais dépassé celles des pays industrialisés (annexe 1) et se situent sur une trajectoire fortement ascendante (figure 2). La Chine est le premier émetteur mondial depuis 2006, tandis que la l’Inde est au troisième rang depuis 2008.

Figure 2. Évolution des émissions de CO2 de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage depuis 1990 des pays de l’annexe I et non annexe 1.

Figure 2. Évolution des émissions de CO2 de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage depuis 1990 des pays de l’annexe I et non annexe 1.

Source : Données de IEA (2011).

  • 1 Le G77 est un regroupement de 132 pays créé en 1964 par alors 77 pays pour défendre la position des (...)

9L’extension du protocole de Kyoto après 2012 est souhaitée par l’Europe et le G771, mais refusée par les États-Unis, le Canada, la Russie et le Japon. En absence de cibles chiffrées pour la période post-Kyoto, les pays peuvent déterminer eux-mêmes les niveaux de réduction d’émissions qu’ils souhaitent atteindre. Certains pays et régions ont déjà annoncé des objectifs pour l’horizon 2020 à la veille de la conférence de Copenhague (tableau 1). L’objectif le plus ambitieux est celui de l’Union européenne (20 % par rapport à 1990 et 30 % en cas de conclusion d’un accord mondial). Les objectifs des États-Unis et du Canada sont bien plus modestes, malgré les pourcentages élevés, puisque l’année de référence choisie n’est plus 1990 comme pour Kyoto, mais 2005 et 2006 respectivement, alors que les émissions étaient beaucoup plus élevées qu’en 1990. La Chine et l’Inde ont opté pour une réduction de l’intensité d’émissions (mesurée en tonnes de CO2 par $ de PIB) plutôt qu’une cible absolue de réduction d’émissions. Cette position reflète la préoccupation de ces pays en transition de ne pas entraver leur rapide croissance économique, en moyenne 10,9 % par an depuis 1980 pour la Chine (IMF, 2011).

Tableau 1. Les cibles de réduction d’émissions annoncées à la veille de la CdP-15 de Copenhague par les principaux émetteurs de gaz à effet de serre mondiaux.

Pays

Émissions de CO2 en 20081

(kt éq. CO2/a)

% du monde1

Émissions per capita2

(t éq. CO2/a pc)

Objectif annoncé3

Objectif relatif à 19904

Mondiale

28 431 741

100 %

4,18

Chine

6 103 493

21,50 %

4,57

Intensité carbone 40 % à 45 % sous le niveau de 2005 en 2020

s/o

États-Unis

5 752 289

20,20 %

18,67

17 % sous le niveau de 2005 en 2020

-3,3 %

Union européenne

3 914 359

13,80 %

7,84

20 % sous le niveau de 1990 en 2020

(30 % en cas de traité mondial)

-20 %

(-30 %)

Russie

1 564 669

5,50 %

11,03

25 % sous le niveau de 1990 en 2020

-25 %

Inde

1 510 351

5,30 %

1,29

Intensité carbone 20 % à 25 % sous le niveau de 2005 en 2020

s/o

Japon

1 293 409

4,60 %

10,14

15 % sous le niveau de 2005 en 2020

(25 % en cas de traité mondial)

-8 %

(-25 %)

Allemagne

805 090

2,80 %

9,82

40 % sous le niveau de 1990 en 2020

-40 %

Royaume-Uni

568 520

2,00 %

9,26

26 % à 32 % sous le niveau de 1990 en 2018-2022

-29 %

Canada

544 680

1,90 %

16,08

20 % sous le niveau de 2006 en 2020

+2,70 %

France

383 148

1,40 %

5,98

20 % sous le niveau de 1990 en 2020

-20 %

Légende : 1 United Nations Statistics Division, 2010; 2 World Bank, 2010; 3 Jiabao, 2009 ; White House 2009 ; EEA, 2010 ; President of Russia, 2009 ; Yardley, 2009 ; Fujijoka et Reynolds, 2009 ; Bundesministerium für Umwelt, Naturschutz und Reaktorsicherheit, 2008 ; Department for environment, food and rural affairs, 2008 ; Ministère de écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, 2009 ; Environment Canada, 2008a; 4 Les émissions des États-Unis étaient de 6 098 700 tCO2/an en 1990 et de 7 108 600 tCO2/an en 2005 (EPA, 2009). Une réduction de 17 % des émissions par rapport à 2005 équivaut à une réduction de 3,26 % par rapport à 1990. Les émissions du Canada étaient de 592 000 tCO2/an en 1990 et de 721 000 tCO2/an en 2006 (Environnement Canada, 2008b). Une réduction de 20 % des émissions par rapport à 2006 équivaut à une augmentation de 2,70 % par rapport à 1990.

Quelles perspectives pour Doha ?

10Les négociations autour de la deuxième phase de Kyoto ont surtout achoppé sur la participation des pays en développement. Les États-Unis et le Canada justifient leur non-participation à une deuxième phase du protocole de Kyoto par le fait que le protocole de Kyoto ne contraint pas des pays comme la Chine à réduire leurs émissions. De leur côté, la Chine et le groupe du G77 insistent sur le principe de responsabilité partagée, mais différentiée et la nécessité des pays industrialisés de faire preuve de bonne foi. Ils déplorent le manque d’engagement des pays industrialisés pour la période après 2012 (Li et Lan, 2011) et en particulier le retrait du Canada du protocole de Kyoto, qualifiée de « regrettable » par Liu Weimin du ministère des Affaires étrangères (Reuters, 2011), et moins diplomatiquement, d’« irresponsable » par l’agence de nouvelles officielle Xinhua (Zhu et Zhang, 2011).

11En vérité, plusieurs critères différents peuvent être invoqués pour établir la répartition des cibles de réduction d’émissions :

  • La responsabilité historique

  • Le même droit d’émission pour chaque humain

  • La clause d’antériorité (« grandfathering clause »)

  • La réduction d’émissions au moindre coût

12Tous ces critères ont été incorporés à différents égards dans le protocole de Kyoto est son application. La responsabilité historique des pays industrialisés est à la base du principe de « responsabilité partagée, mais différentiée » inscrit dans le protocole (Nations unies, 1998, p. 10). En exemptant les PVD de cibles de réduction d’émissions, le protocole de Kyoto contribue également à réduire la différence d’émissions par personne, même si celle-ci reste considérable. La clause d’antériorité n’a pas été adoptée vis-à-vis des PVD. En revanche, elle a été incorporée dans les cibles négociées par les pays de l’annexe 1. En effet, bien que le niveau d’émission par personne varie considérablement au sein des pays de l’annexe 1, les pourcentages de réduction d’émissions agréés sont du même ordre pour tous. Le principe du moindre coût est présent dans le principe de la « bulle » de l’Union européenne qui considère le coût d’opportunité de réductions de CO2 dans les différents pays membres, et bien sûr dans les mécanismes de flexibilité du protocole.

13La répartition des émissions mondiale de CO2 a considérablement changé depuis 1990, de sorte que les principes ayant guidé l’élaboration du protocole de Kyoto doivent être revus. Alors que le protocole de Kyoto exemptait les PVD de cibles de réduction d’émissions en vertu du principe de la responsabilité partagée, mais différentiée (l’argument « éthique »), l’importance grandissante des émissions des PVD, qui dépassent maintenant celles des pays industrialisés, ne permettent plus de les ignorer si l’on veut atteindre l’objectif de stabilisation du climat annoncé lors de la CdP de Copenhague (l’argument « pragmatique »).

14Lors des négociations de Durban, l’argument « pragmatique » a prévalu, puisque les PVD ont accepté des cibles chiffrées à partir de 2020. Il est par contre certain qu’ils insisteront pour que ces cibles soient plus modestes que celles des pays industrialisés. Le principe de la responsabilité historique sur lequel se fonde cette revendication reste encore pertinent. En effet, bien la proportion des émissions cumulées attribuables aux pays en transition comme l’Inde ou la Chine ait presque doublé au cours des vingt dernières années (figure 3), elle reste de loin inférieure à celle des pays industrialisés, tout en avant celle des États-Unis.

Figure 3. Émissions historiques cumulées de CO2 de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage de gaz sur la période 1751-1990 et 1751-2008.

Figure 3. Émissions historiques cumulées de CO2 de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage de gaz sur la période 1751-1990 et 1751-2008.

Source : D’après les données de Boden et al. (2012).

15D’un point de vue éthique fondamental et en faisant abstraction du contexte historique et économique, l’allocation d’un « contingent » atmosphérique égal à chaque humain devrait être le but final d’un accord climatique. Actuellement, les émissions mondiales moyennes sont de 4,7 tCO2 par an pc (figure 4). Les émissions de la Chine, qui se situaient en 1990 encore nettement au-dessous de la moyenne mondiale autour de 2 tCO2/an pc, se situent maintenant au-dessus de la moyenne mondiale à 5,3 tCO2/an pc. Les émissions par personne de l’Inde ont également doublé depuis 1990, de 0,79 tCO2/an pc à 1,46 tCO2/an pc.

Figure 4. Émissions de CO2 par personne de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage de gaz en 1990 et 2008 des principaux pays émetteurs.

Figure 4. Émissions de CO2 par personne de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage de gaz en 1990 et 2008 des principaux pays émetteurs.

Source : D’après les données de Boden et al. (2012).

16En sachant qu’une stabilisation de la concentration atmosphérique nécessiterait une réduction de 50 % ou plus des émissions à l’échelle mondiale, le niveau d’émission durable se situerait aux alentours de 2 tCO2/an pc. Pour atteindre cet objectif, les pays industrialisés d’Europe devraient réduire leurs émissions d’environ 80 % et ceux d’Amérique du Nord de 90 %, la Chine de 50 %, tandis que l’Inde devrait bientôt stabiliser ses émissions. À court terme, de telles cibles ne sont pas envisageables. Ainsi, aucune des cibles annoncées pour 2020 (tableau 1) ne permettra d’atteindre un seuil durable d’émissions. Seul l’objectif de l’Union européenne de réduire de 80-95 % ses émissions à l’horizon 2050 (European Commission, 2011) va dans cette direction.

17Il est certain que les pays industrialisés aux fortes émissions tenteront de se prévaloir d’une clause d’antériorité. Celle-ci contrevient cependant au principe de partage équitable de la ressource mondiale commune, vitale et indivisible qu’est le climat de la Terre, et ne se justifie donc pas d’un point de vue strictement éthique (Baer, 2002). Une des justifications parfois avancées pour une clause d’antériorité est que, dans l’état de développement actuel des pays du monde, l’utilité d’une tonne de CO2 n’est pas égale pour tous les pays du monde et qu’une répartition uniforme des droits d’émissions ne serait donc pas l’allocation optimale. Cet argument ne s’appliquerait cependant plus s’il existait un marché mondial de droits d’émissions. Dans ce cas, les pays dépassant leur allocation d’émissions pourront simplement financer les réductions d’émissions dans les pays qui ne les dépassent pas, ce qui répond autant au principe d’équité qu’au principe du moindre coût. Il existe cependant aussi des arguments pour limiter les échanges de carbone à un certain pourcentage, pour favoriser la transition et l’innovation technologique dans les pays grands émetteurs.

  • 2 Le BASIC (Brésil, Afrique du Sud, Inde, Chine) est une alliance des grands pays en transition formé (...)

18Du côté des PVD, regroupés pour la plupart dans le G77, il faut distinguer les pays en transition (p.ex. les pays BASIC2) des PVD à faible revenu, dont les émissions de GES sont négligeables. Pour ces derniers, une exonération de cibles chiffrées est justifiée autant du point vue éthique que pragmatique. Il faut cependant prévoir que certains pays pourront passer d’une catégorie à l’autre entre maintenant et 2020, il serait donc préférable d’établir les cibles de réduction d’émissions selon des critères purement quantitatifs (p.ex. missions de GES pc) au lieu d’inscrire des pays dans des annexes figées comme pour le protocole de Kyoto.

19Pour favoriser un développement décarbonisé dans les PVD, il est important de maintenir les investissement dans le cadre du mécanisme de développement propre (MDP), des différents fonds d’investissement climatiques et technologiques et du mécanisme Reduction of emissions through deforestation and land degradation (REDD), qui représente actuellement le moyen le moins couteux de réduire les émissions de GES (Nepstad et al., 2007 ; Stern, 2006).

  • 3 Un sondage effectué en 2011 auprès de traders de carbone révélait que moins de 5 % s’attendaient à (...)
  • 4 Le groupe parapluie (angl. umbrella group) regroupe des pays industrialisés (Australie, Canada, Éta (...)

20L’investissement dans ces différents fonds et mécanismes est tributaire de la présence de cibles de réduction et d’un marché du carbone qui incite les pays et le secteur privé à y investir. Or, actuellement, le marché du carbone est essentiellement limité à l’Union européenne, qui compte pour 90 % des échanges mondiaux, mais seulement 10 % des émissions de GES. Les attentes réduites des courtiers vis-à-vis des négociations climatiques3 se répercutent sur les cours du carbone, qui sont passé d’un maximum de 30 €/tCO2 en 2007 à moins de 10 €/tCO2 en 2012. En Amérique du Nord, l’absence d’engagements à court et moyen terme a sonné le glas des deux principales bourses du carbone. La bourse d’échange de Chicago a fermé ses portes en 2010 (CCX, 2012) tandis que la bourse climatique de Montréal procède depuis juin 2011 à la liquidation de ses contrats à terme (MCeX, 2011). Tant que le CO2 n’aura pas de « valeur » à l’échelle mondiale, la dotation du MDP, du REDD (117,6 millions de dollars en date de juillet 2012) et d’autres fonds restera insuffisante. Dans cette optique, il est regrettable que la plupart des pays du « groupe parapluie »4 ne participent pas à une deuxième phase du protocole de Kyoto, privant du même coup les PVD de milliards de dollars d’investissements.

Conclusion

  • 5 « L’émission de dioxyde de carbone vers l’atmosphère à travers l’utilisation de combustibles fossil (...)

« The release of carbon dioxide to the atmosphere by the burning of fossil fuels is, conceivably, the most important environmental issue in the world today »5 (Nature, 1979)

  • 6 « Une politique attentiste pourrait signifier qu'il sera trop tard lorsque nous déciderons d'agir (...)

« A wait-and-see policy may mean waiting until it is too late »6 (NAS, 1979)

21Déjà décriée en 1979, l’urgence d’agir n’est pas devenue moindre, bien au contraire. Plus le temps passe, plus les cibles souhaitées de stabilisation du CO2 atmosphérique deviennent difficiles à atteindre. Ainsi, l’échec de Copenhague et le retrait de nombreux grands émetteurs de la deuxième phase du protocole de Kyoto hypothèquent notre capacité future de limiter les changements climatiques à un niveau acceptable. Plus encore, la remise de l’action à 2020 fera en sorte que les investissements continueront à se faire principalement dans le secteur des énergies fossiles, surtout dans le contexte actuel de demande énergétique forte et de prix du pétrole élevé. Or, ce sont les investissements présents qui détermineront la trajectoire énergétique sur les prochains 20-30 ans ou plus.

22Techniquement, l’atteinte des objectifs nécessaires de réduction d’émissions est réaliste et les coûts seraient modestes comparés aux coûts d’adaptation anticipés. Comme exemple de coûts d’adaptation ou de dommages liés à des évènements climatiques, citons les 100 milliards d’euros que les Pays-Bas prévoient dépenser pour des digues d’ici 2100, le Projet Moïse entrepris pour réduire les risques d’inondation à Venise au coût de 4,7 milliards d’euros, les coûts de l’ouragan Sandy estimés à plus de 18 milliards de dollars à New York seulement, ou encore les 5,8 milliards de dollars de perte de PIB liés à la sécheresse au Canada en 2001-2002. La Stern Review (2006) a évalué les coûts des changements climatiques à 5-20 % du produit brut mondial, comparé à des coûts de mitigation de 0,6 % du produit brut mondial pour une stabilisation du CO2 atmosphérique à 535-590 ppm (Metz et al., 2007).

23Les cibles de réduction des émissions du nouvel accord mondial devant être négociées d’ici trois ans doivent être ambitieuses. Il sera important de mettre en œuvre un marché du carbone à l’échelle mondiale, comme l’évoquait déjà l’EPA au début des années 1980 (Seidel et Keyes, 1983). Il faudra également prévoir des pénalités en cas de non-respect ou de non-adhésion, par exemple à l’aide de droits de douane pour les produits issus des pays en question. La répartition de l’effort sera sans aucun doute l’objet de négociations serrées. Les grands émetteurs devront mettre de côté certaines considérations diplomatiques et leurs positions intransigeantes. Les principes d’équité, de responsabilité historique, de droit au développement, de rapport coût-efficacité et de droits acquis feront tous part des négociations. Ultimement, la réussite d’un futur accord climatique est dans l’intérêt de toute l’humanité. Il faut donc à espérer que les considérations égoïstes et à court terme pourront être mises de côté pour permettre un succès des négociations.

Biographie

24Sebastian Weissenberger est détenteur d’un doctorat en sciences de l’environnement (UQAM, 2007). Il est professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal et chercheur associé à l’Université de Moncton. Ses domaines de spécialisation sont les changements climatiques, le cycle du carbone, la modélisation environnementale ainsi que l’adaptation en zone côtière.

Haut de page

Bibliographie

Baer, P., 2002, Equity, Greenhouse Gas Emissions, and Global Common Resources. Dans Schneider, S. H., A. Rosencranz, J. O. Niles, (sous la dir.), Climate Change Policy : A Survey, Washington D.C. : Island Press, p. 393-408.

Bauchmüller, M., M. Szymanski, 2012, Merkel will Ökostrom « zügig » ausbauen. Süddeutsche, 2 novembre.

Boden, T., G. Marland, B. Andres, 2011, National CO2 Emissions from Fossil-Fuel Burning,Cement Manufacture, and Gas Flaring : 1751-2008, Carbon Dioxide Information Analysis Center, Oak Ridge National Laboratory, Oak Ridge, Tennessee, doi 10.3334/CDIAC/00001_V2011.

Boden, T. A., G. Marland, R. J. Andres, 2012, Global, Regional, and National Fossil-Fuel CO2 Emissions. Carbon Dioxide Information Analysis Center, Oak Ridge National Laboratory, U.S. Department of Energy, Oak Ridge, Tenn., U.S.A. doi 10.3334/CDIAC/00001_V2012.

Bundesministerium für Umwelt, Naturschutz und Reaktorsicherheit, 2008, Klimaschutzpaket der Bundesregierung, 6 Juin, [En ligne] http://www.bmu.de/klimaschutz/nationale_klimapolitik/doc/41813.php, consulté le 1 décembre 2010.

Environmental News Service (ENS), 2010, Japan Turns Its Back on Kyoto Protocol, 1 décembre.

Holloway, V., E. Giandomenico, 2009, The History of REDD Policy, Carbon Planet Limited, Adelaide, Australie.

Chicago Climate Exchange (CCX), 2012, Chicago Climate Exchange, [En ligne] https://www.theice.com/ccx.jhtml, consulté le 31 octobre 2012.

Department for environment, food and rural affairs, 2008, UK Climate change Bill, January 31, [En ligne] http://www.defra.gov.uk/News/2008/080131a.htm, consulté le 1 décembre 2010.

Environment Canada, 2008a, The Turning the Corner plan. the Government of Canada.

Environment Canada, 2008b, National inventory report : Greenhouse gas sources and sinks in Canada, 1990-2006, [En ligne] http://www.ec.gc.ca/pdb/ghg/inventory_report/2006_report/tdm-toc_eng.cfm, consulté le 1 décembre 2010.

Environmental Protection Agency (EPA), 2009, 2009 U.S. Greenhouse Gas Inventory Report, [En ligne] http://www.epa.gov/climatechange/emissions/usinventoryreport.html, consulté le 1 décembre 2010.

European Commission, 2011, A Roadmap for moving to a competitive low carbon economy in 2050, Communication from the Commission to the European Parliament, the Council, the European economic and social committee and the committee of the regions, Bruxelles, 15 p.

European Environment Agency (EEA), 2010, The European Environment : State and Outlook 2010- Mitigating Climate Change, Publications Office of the European Union, Luxembourg, 31 p.

Fujijoka, C., I. Reynolds, 2009, Japan emissions target hinges on international deal, Reuters, [En ligne] http://www.reuters.com/article/idUSTRE5831BZ20090904, consulté le 1 décembre 2010.

Goldenberg, S., 2012, US presidential debates' great unmentionable : climate change, The Guardian, 23 octobre.

International Energy Agency (IEA), 2011, CO2 Emissions from Fuel Combustion (2011 Edition), IEA, Paris.

International Monerary Fund (IMF), 2011, World Economic Outlook database, [En ligne] http://www.imf.org/external/pubs/ft/weo/2011/02/weodata/index.aspx, consulté le 31 octobre 2012.

Jiabao, W., 2009, Full text of Chinese premier's address at Copengagen Climate Change Summit, [En ligne] http://english.gov.cn/2009-12/19/content_1491267.htm, consulté le 1 décembre 2010.

Le Monde.fr avec AFP, 2012, La Russie évoque sa sortie du protocole de Kyoto, Le Monde, 18 octobre.

Li, J., L. Lan, 2012, China welcomes Durban outcomes, China Daily, 11 décembre.

Metz, B., O. R. Davidson, P. R. Bosch, R. Dave, L. A. Meyer (sous la dir. de), 2007, Contribution of Working Group III to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press, Cambridge, UK, New York, NY, USA.

Montreal Climate Exchange (MCeX), 2012, Marché climatique de Montréal, [En ligne] http://www.mcex.ca/index_fr, consulté le 31 octobre 2012.

Ministère de l’écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, 2009, Changement climatique : un défi majeur, [En ligne] http://www.ecologie.gouv.fr/-Changement-climatique-un-defi-.html, consulté le 1 décembre 2010.

National Academy of Sciences (NAS), 1979, Carbon Dioxide and Climate : A Scientific Assessment, National Academy of Sciences, Washington, DC.

Nations unies, 1998, Protocole de Kyoto à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, FCCC/INFORMAL/83 GE.05-61647 (F) 070605 090605

Nature, 1979, Editorial, Nature, 279, p. 1.

Nepstad, D., B. Soares-Filho, F. Merry, P. Moutinho, H. Oliveira Rodrigues, et al., 2007, The costs and benefits of reducing carbon emissions from deforestation and forest degradation in the brazilian Amazon, The Woods Hole Research Center, Falmouth, USA, 26 p.

President of Russia, 2009, Russia is ready to take part in a new global agreement on cutting greenhouse gas emissions, 8 décembre, [En ligne] http://eng.kremlin.ru/text/themes/2009/12/181819_223428.shtml, consulté le 1 décembre 2010.

Raupach, M. R., G. Marland, P. Ciais, C. Le Quéré, J. G. Canadell, G. Klepper, C. B. Field, 2007, Global and regional drivers of accelerating CO2 emissions, Proceedings of the National Academy of Sciences, doi :10.1073/pnas.0700609104

Reuters, 2011, China says Canada's Kyoto withdrawal « regrettable », 13 décembre.

Seidel, S., D. Keyes, 1983, Can We Delay A Greenhouse Warming ? Environmental protection agency. Washington, D.C.

Stern, Sir N., 2006, Stern Review on the Economics of Climate Change. HM Treasury, Cabinet Office, London, UK.

United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC), 2012, Kyoto Protocol, [En ligne] http://unfccc.int/kyoto_protocol/items/2830.php, consulté le 31 octobre 2012.

United Nations Statistics Division, 2010, Millennium Development Goals indicators, [En ligne] http://mdgs.un.org/unsd/mdg/SeriesDetail.aspx ?srid =749, consulté le 4 décembre 2010.

White House, 2009, Support for President’s Copenhagen Announcement Receives Immediate Support, 25 novembre 25, [En ligne] http://www.whitehouse.gov/the-press-office/support-president-s-copenhagen-announcement-receives-immediate-support, consulté le 1 décembre 2010.

Wilson, T., 2011, What Happens To Carbon Trading After Durban ? Institute of Public Affairs, 9 novembre.

World Bank, 2010, World Development Indicators : CO2 emissions per capita, [En ligne] http://data.worldbank.org/indicator/EN.ATM.CO2E.PC, consulté le 1 décembre 2010.

World Conference on the Changing Atmosphere : Implications for Global Security, 1988, Conference Statement.

Yardley, J., 2009, India Announces Plan to Slow Emissions, The New York Times, 3 décembre.

Zhu, J., X. Zhang, 2011, Canada's withdrawal from Kyoto Protocol irresponsible action, English Xinhuanet, 13 décembre.

Haut de page

Notes

1 Le G77 est un regroupement de 132 pays créé en 1964 par alors 77 pays pour défendre la position des PVD dans les négociations des Nations unies.

2 Le BASIC (Brésil, Afrique du Sud, Inde, Chine) est une alliance des grands pays en transition formée en 2009 pour défendre leur position à la CdP de Copenhague.

3 Un sondage effectué en 2011 auprès de traders de carbone révélait que moins de 5 % s’attendaient à voir un accord mondial en 2015 et environ 20 % s’attendaient à voir un tel accord en 2020 (Wilson, 2011).

4 Le groupe parapluie (angl. umbrella group) regroupe des pays industrialisés (Australie, Canada, États-Unis, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, Russie, Ukraine) adoptant une position réservée par rapport au protocole de Kyoto.

5 « L’émission de dioxyde de carbone vers l’atmosphère à travers l’utilisation de combustibles fossiles est possiblement la plus importante problématique environnementale au monde aujourd’hui » (tdlr).

6 « Une politique attentiste pourrait signifier qu'il sera trop tard lorsque nous déciderons d'agir » (tdlr).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution des émissions mondiales de CO2 de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage de gaz de 1988 à aujourd’hui avec les cibles de Toronto et de Kyoto.
Crédits Source : Données d’émissions de Boden et al. (2012).
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13072/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 2. Évolution des émissions de CO2 de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage depuis 1990 des pays de l’annexe I et non annexe 1.
Crédits Source : Données de IEA (2011).
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13072/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 3. Émissions historiques cumulées de CO2 de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage de gaz sur la période 1751-1990 et 1751-2008.
Crédits Source : D’après les données de Boden et al. (2012).
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13072/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 4. Émissions de CO2 par personne de combustibles fossiles, fabrication de ciment brûlage de gaz en 1990 et 2008 des principaux pays émetteurs.
Crédits Source : D’après les données de Boden et al. (2012).
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/13072/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sebastian Weissenberger, « Kyoto, Doha et après : enjeux autour des négociations de l’après-Kyoto », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/13072 ; DOI : 10.4000/vertigo.13072

Haut de page

Auteur

Sebastian Weissenberger

Professeur associé, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, C.P. 8888, Succ. Centre-Ville, Montréal, QC, H3C 3P8, Canada, Courriel : weissenberger.sebastian@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page