Navigation – Plan du site
Anthropisation, domestication, conservation et gestion de la biodiversité et des paysages

Le paysage au service de la biodiversité dans la ville durable

Pour une écologie urbaine soutenable
Alban Bourcier

Résumés

2010 ayant été l’année internationale de la biodiversité, il convient d’admettre qu’il n’est plus acceptable de dissocier l’appauvrissement de la diversité animale et végétale des activités humaines. Cette contribution a pour objectif de lister quelques pistes d’action à privilégier dans le cadre du développement soutenable des territoires, afin de préserver et d’améliorer le cadre de vie des sociétés en réhabilitant le patrimoine naturel comme une composante de première importance.

Une des finalités sera de démontrer la nécessité d’une approche multiscalaire des dispositifs d’aménagement afin de favoriser la prise en compte de la biodiversité et des paysages en adoptant une vue d’ensemble à l’échelle des territoires en sus des seules applications locales.

De la planification à la mise en œuvre opérationnelle, cette contribution tente de dresser le panel des dispositifs et modes d’action pouvant servir d’outils et de leviers de la biodiversité à l’échelle des territoires et des opérations d’aménagement.

L’objectif principal est de pointer les enjeux majeurs que les sociétés peuvent traiter au moyen d’une plus grande diversité faunistique et floristique en ville

Haut de page

Texte intégral

1Les paysages et les cadres de vie sont de plus en plus sujets à la banalisation et à des dégradations très souvent irréversibles dans la mesure où les zones ainsi artificialisées ne retrouvent jamais leur fonction à dominante naturelle. En effet, les secteurs initialement occupés par les vergers, les terres labourables, les zones humides, les maraîchages, donnent lieu à des paysages standardisés lissant toute singularité locale et contribuent ainsi à atténuer considérablement le caractère patrimonial et identitaire des territoires.

2La conception même des espaces artificialisés est menée selon une seule rationalité, celle de l’articulation autour de la voiture solo, très souvent sans considération du cadre de vie, dont le paysage (ce que l’on voit du pays) est une composante essentielle. Dans les villes d’Europe occidentale, 39 % des espaces artificialisés sont ainsi dédiés aux déplacements et au stationnement, la voiture occupant 8 à 13 fois plus d’espace par personne que pour une bicyclette.

3L’enjeu est de réhabiliter le paysage dans les dispositifs d’aménagement du territoire (ETD, 2005), en introduisant des règles faisant force de loi, servant par la même occasion les particularités d’un territoire et la biodiversité. En ces termes, les éléments paysagers permettraient de conserver la spécificité d’un lieu et contribueraient au renforcement de son attractivité (tourisme, résidence. etc.).

La biodiversité et les paysages à l’échelle des territoires

4Les écosystèmes supportent pleinement les conséquences des phénomènes d’urbanisation et des travaux d’artificialisation qui les accompagnent (infrastructures viaires, réseaux divers. etc.). Dans ces conditions, il est aisé de constater la destruction directe des habitats naturels qui commencent par reculer et qui finissent par disparaître. La fragmentation de ces habitats génère des destructions caractérisées d’indirectes dans la mesure où l’absence de continuité des structures à dominante naturelle entraîne la consanguinité à l’intérieur des îlots d’habitats ainsi isolés, augmente la vulnérabilité face aux espèces non spécialistes, voire laisse le champ libre aux espèces invasives plus résistantes.

5La biomasse verte présente dans les zones urbaines et périurbaines ne compense en rien la diminution des zones agricoles et à dominante naturelle dans la mesure où la végétation est essentiellement constituée de peuplements monospécifiques ou reconnus comme étant peu favorables à la biodiversité faunistique et floristique (pelouse rase des parcs, jardins et abords de voirie).

6L’enjeu pourrait être jugé peu préoccupant si les répercussions de ces phénomènes d’artificialisation et l’absence de mesures compensatoires plus efficaces n’avaient pas de conséquences quant aux services (gratuits) que rend la biodiversité aux sociétés. À ce titre, il est important de considérer la nécessaire production de denrées alimentaires dans la perspective de l’après-pétrole, dans la mesure où la mobilité risque de répondre demain à d’autres impératifs et qu’il deviendra sans doute difficile de pallier le déficit de nourriture en s’approvisionnant à l’autre bout du monde, quel que soit le produit, quelle que soit la saison. À cet effet, il convient de promouvoir un urbanisme des courtes distances. Les circuits courts et de saison deviennent alors une alternative acceptable dans la mesure où les externalités négatives des transports actuels ne sont en rien supportées par les acteurs bénéficiaires, mais par la collectivité (entretien des réseaux, pollution, affections sanitaires…).

7Il est également crucial de préserver la production de matières premières de construction, de chauffage… à proximité raisonnable des lieux de consommation. La situation devient préoccupante quant à la maîtrise des écoulements (augmentation des surfaces imperméables générant des phénomènes de ruissellement de plus grande intensité et de plus forte occurrence), à la gestion de l’épuration des eaux usées ou souillées et vis-à-vis de la capacité des sociétés à maintenir un stock suffisant d’eau en bon état écologique (Directive-cadre sur l’eau de l’Union européenne). À cela s’ajoute la nécessité de multiplier les dispositifs (coûteux) de lutte contre les inondations, les eaux de ruissellement ayant pour conséquence de gonfler les artères hydrographiques de manière démesurée, générant débordements et crues de plus en plus soudaines et fréquentes.

8Le patrimoine naturel est également le principal facteur responsable de la régulation du climat et du stockage du carbone. Les pratiques actuelles contribuent à un déstockage de carbone et diminuent considérablement la capacité des sols à le capturer (moindre performance des parcs de stationnement comparée au potentiel des formations arborescentes).

9Enfin, pourquoi ne pas citer la diminution des espaces naturels de détente et de loisirs, comme les forêts périurbaines, chères aux citadins, très souvent détournées de leur fonction première en étant transformés en parcs urbains dans lesquels les pratiques humaines s’opposent souvent, en l’absence d’éducation environnementale, à la pérennité de la biodiversité.

Créer les conditions favorables à l’augmentation de la biodiversité

10Dans un urbanisme de courtes distances, les espaces verts publics peuvent accueillir un maximum d’habitants (Mermet et Berlan-Darqué, 2009) et une multitude d’activités (permettant ainsi la conception d’espaces intergénérationnels) à moins de 10 minutes de marche. L’introduction d’une diversité d’essences locales et la variété des styles paysagers contribuent à introduire une biodiversité animale et végétale non négligeable (Quartier Vauban à Freiburg, Allemagne). Ce type de dispositifs doit cependant s’insérer dans un maillage multiscalaire complémentaire au titre duquel il est possible de citer les plantations en pied d’immeuble collectif, les jardins, les jardins familiaux privés, les rues arborées, les cheminements doux sécurisés au moyen de plantations variées et, dépassant les limites de la ville, l’accès à un espace naturel de plus grandes envergures offrant une destination de loisirs diversifiés (parc départemental, arboretum, forêt domaniale…).

11Pour qu’il se développe et fonctionne, ce maillage à dominante naturelle implique le maintien de corridors par le biais de trames vertes et bleues qui jouent le rôle de « connecteurs » entre les différents espaces à différentes échelles. Ces couloirs favorisent ainsi la biodiversité puisque la circulation des espèces est assurée, les fonctions d’abri rendues possibles et les zones de gagnage préservées. Il est évident que cette diversité végétale et animale ne peut être effective qu’avec l’adoption d’une gestion différenciée des espaces (bannir la seule pelouse rase et les espèces végétales non indigènes). À l’échelle de la parcelle, les noues et les bassins filtrants végétalisés constituent des structures éco-responsables dans la mesure où les eaux pluviales collectées ne se déversent plus dans les réseaux collecteurs, trop rarement séparés des eaux usées ménagères. De plus, ils permettent d’introduire de la diversité végétale, une variété paysagère dans le cadre de vie, très rapidement complétée par une fréquentation animale lorsque les bassins filtrants sont l’exutoire de zones humides urbaines restaurées ou créées (bassins ornementaux végétalisés de l’université du Havre, France).

Réinterroger les pratiques de l’urbanisme

12Force est de constater que le développement urbain des cinq dernières décennies met en exergue la difficulté de concilier les principes de développement durable avec les stratégies d’aménagement et de planification. Il semble pourtant que les territoires urbains puissent être des terrains privilégiés pour l’impulsion et la mise en œuvre de nouvelles conceptions et pratiques en faveur d’un urbanisme plus durable (Maupu, 2006). Les collectivités disposent généralement de nombreux leviers d’action, et ce à tous les stades de l’aménagement urbain et à toutes les échelles. À cet effet, que ce soit en amont avec l’élaboration des documents de planification (Plan local d’urbanisme, Schéma de cohérence territoriale…), lors des phases de réalisation d’opérations d’aménagement (lotissements…) ou dans le cadre de la gestion et de l’exploitation des espaces urbains (Opération programmée d’amélioration de l’habitat…), il apparaît possible et indispensable de promouvoir une approche environnementale de la recomposition et de l’extension urbaine (Guillaumet J.L. et al., 2009).

13Il apparaît ainsi aisé d’agir directement en élaborant ou révisant les documents d’urbanisme (GRIDAUH, 2006) pour qu’ils formalisent concrètement des règlements et des orientations d’aménagement faisant état des principes de durabilité clairement édictés, réhabilitant de fait la nature dans les zones urbanisées. Il conviendrait alors de veiller à ce que ces principes soient déclinés de manière pragmatique dans les opérations d’aménagement qui traduisent ensuite la stratégie adoptée. L’approche environnementale de l’urbanisme ou AEU ® (Ademe, 2006) a pour vocation de favoriser cette conception sans que ses axes fondateurs soient repris du point de vue réglementaire dans la lettre du législateur. Dès lors, la démarche demeure volontariste, voire très isolée, donc de moindre efficience.

14En urbanisme, la biodiversité peut faire non seulement l’objet de mesures incitatives (mares de récupération des eaux pluviales au lieu d’un bassin de décantation stérile et dangereux), mais aussi de dispositions réglementaires. Ainsi, l’obligation de végétaliser chaque entité bâtie dans des proportions bien arrêtées permet de garantir la nature en ville. À cet effet, la ville de Berlin a introduit la notion de coefficient de biotope à l’échelle de la parcelle (végétalisation en pleine terre des espaces libres), concept repris par la ville de Paris dans le cadre de son Plan local d’urbanisme (PLU). Cette disposition est aussi une composante efficace dans le cadre des Plans climat territoriaux, ayant pour vocation l’élaboration d’une stratégie pour l’adaptation au changement climatique (atténuation des effets d’une canicule grâce à l’évapotranspiration et aux zones d’ombres générées). Les toitures et les façades végétalisées sont comptabilisées comme pouvant pallier le déficit de pleine terre dans les quartiers où le potentiel de recomposition est faible et les « dents creuses » peu présentes. L’absorption et la rétention temporaire des eaux pluviales minimisent le ruissellement et régulent les rejets, limitant ainsi la saturation des réseaux (30 à 60 % des eaux pluviales annuelles peuvent ainsi être évaporées par ce biais). Les revêtements semi-perméables des voiries et la végétalisation des parcs de stationnement s’offrent également comme des dispositifs d’hydraulique douce efficaces en milieu urbain (quartier d’Hammarby, Stockholm, Suède).

15Il convient enfin de ne pas négliger la capacité des végétaux à piéger les microparticules, provoquant une diminution d’un tiers de ce qui est habituellement véhiculé par l’air ambiant. Il reste cependant à évaluer les effets de ce piégeage au regard des affections respiratoires liées à la pollution de l’air.

16Force est de constater que la conception d’une majorité des projets actuels relève des méthodes du siècle passé et que le XXIème siècle ne s’est pas encore doté d’une ingénierie urbaine adaptée aux ambitions affichées. Les principes et objectifs pour une ville durable (Rogers et Gumuchdjian, 2008) sont rarement adoptés dans leur globalité, empêchant toute réflexion systémique propice à la ville désirable. Quelques retours d’expérience démontrent déjà le caractère obsolète et inapproprié de certaines réalisations, leur conception n’ayant été en rien conforme aux principes développés ici. La mise en œuvre des projets et programmes devrait privilégier la cohérence territoriale au lieu de la seule entité administrative, s’employer à mutualiser les équipements au lieu de les multiplier et promouvoir les stratégies territoriales collectives au lieu de reporter chez le voisin les contraintes qui gênent son propre fonctionnement (circulation, eaux pluviales).

17De ce fait, les principes et objectifs visant à allier ville et nature doivent être définis lors de la phase d’élaboration des projets pour ensuite être déclinés par des programmes d’actions démontrant le caractère soutenable de l’opération. En ce sens, les divers plans directeurs contractualisés (master plans) devraient être complétés par des plans d’action de durabilité (PAD), concrétisant en France l’obligation de la loi Grenelle 2 à définir des objectifs chiffrés et les moyens de mise en œuvre. Un tel PAD constituerait alors le cahier des charges dans lequel les modalités de biodiversité seraient clairement édictées et non pas seulement déclarées intentionnelles.

18Plusieurs démarches existantes sur les territoires constituent des points d’ancrage stratégiques pour promouvoir la nature en ville. De tels dispositifs ont pour vocation de prolonger utilement les dispositions réglementaires par des plans d’action donnant une nouvelle place à la nature dans les politiques urbaines (Dancert et Arnaud, 2001). À titre non exhaustif, il est utile de citer les schémas directeurs de quartiers qui assurent, à l’échelle de la zone agglomérée, une continuité d’ensemble, les plans localisés de quartier (Ambilly, Genève), les plans territoriaux climat-énergie, les démarches d’Agenda 21 local (Lorach et de Quatrebarbes, 2002) et celles de protection biologique intégrée (Grenoble). Enfin, il apparaît justifié de signaler le plan « Restaurer la nature en ville » (engagement n° 76 du Grenelle de l’environnement, France) qui a pour ambition de faire profiter les villes des bienfaits de la biodiversité urbaine. Ce dispositif, décidé en juin 2009, mais concrétisé en novembre 2010, devrait favoriser l’émergence de la ville durable (Vergnet-Covo, 2007) en préconisant le redéploiement de la nature au sein des quartiers et dans la vie des habitants.

Principes d’aménagement et innovation écologique

19La biodiversité pouvant être véhiculée et promue par le biais de paysages urbains raisonnés, plusieurs champs d’action peuvent ainsi être investis de manière à impulser et à accompagner le développement de la diversité écologique en ville. Sont développées ci-après les orientations stratégiques potentiellement aptes à favoriser la nature en zone agglomérée.

Nature et appartenance territoriale

20À cet effet, les politiques de la ville peuvent aisément considérer la nature comme un atout favorisant l’appropriation territoriale et l’émergence ou le renforcement d’un sentiment d’appartenance. L’aménagement urbain doit prendre en compte l’héritage architectural et culturel de la région (Liébard et de Herde, 2005). Considérer le quartier existant, son patrimoine et son histoire se révèle essentiel pour accompagner la naissance d’un nouveau quartier (à l’occasion d’une opération de renouvellement urbain, par exemple). À cette occasion, il est aisé de renforcer la singularité et l’identité du lieu (Bigando, 2008) en puisant dans les ressources paysagères de proximité. Les éléments remarquables du territoire ainsi repris fournissent l’occasion d’introduire plus de biodiversité. Lors d’une opération d’éco-rénovation, l’introduction du végétal au moyen d’une ingénierie adaptée permet de gagner en diversité écologique.

Espaces verts, espaces de vie sociétale

21Il a été constaté que la convivialité, la solidarité et le lien social se développaient davantage au cœur des cités par le biais de structures urbaines multifonctionnelles favorisant l’animation de la cité et les rencontres intergénérationnelles. Une telle cohésion peut être assurée autour du « vivant en ville ». Bien pensés en terme d’éléments constitutifs (espèces végétales locales, éco-matériaux, etc.), ces aménagements urbains s’offrent comme des supports de qualité pour l’augmentation et le maintien d’une biodiversité. Outre les opérations issues des recompositions urbaines (Caillaud et Aubert, 2002), il y a également lieu de promouvoir des espaces verts en suffisance dès la conception du projet urbain, en garantissant cependant la préservation maximale des surfaces de pleine-terre et en sélectionnant des espèces végétales indigènes et adaptées au contexte de l’aménagement concerné. La nature, par le biais de matériaux simples, peut contribuer davantage à l’amélioration du cadre de vie en ville (aires de jeu en suffisance). Les expérimentations menées démontrent que de telles dispositions engendrent une baisse des incivilités et des dégradations. Il convient d’insister encore sur les rôles récréatif et nourricier des jardins partagés ou familiaux, des cours jardinées et des jardins de trottoirs. Ces entités de nature au cœur des cités sont créatrices de lien social et de convivialité, constituent des lieux d’échange des bonnes pratiques (culture sans pesticides, composteurs collectifs) et offrent la possibilité de se nourrir « local et de saison ». Au titre de la biodiversité, ces maillons verts font office de relais écologiques au sein des trames vertes en favorisant l’implantation de cheminements doux interconnectant différents quartiers et en offrant une forte présence végétale (bosquets d’arbres, haies, cultures…). Dans ce même esprit de convivialité, il est utile de rappeler combien les marchés animent les places de quartier. Les étals devraient être prioritairement cédés aux producteurs de denrées issues des surfaces cultivées à proximité, cette disposition s’accompagnant d’une politique tarifaire adaptée de location des emplacements.

L’adaptation des équipements urbains

22L’ajustement des équipements urbains est un axe de première importance pour promouvoir la nature en ville. Aussi, il convient de multiplier les initiatives et de diversifier les supports favorables à la biodiversité. Les parcs de stationnement perméables, le maintien du patrimoine arboré, la végétalisation des toitures et des façades contribuent au renforcement de la quantité et de la qualité de la nature en ville. Par exemple, en aménageant les abords des sites propres (voies réservées) et les berges des artères hydrographiques au moyen de structures végétales composées d’espèces locales variées, le territoire se dote de couloirs écologiques nécessaires à la continuité spatiale des trames vertes et bleues en ville (Projet d’aménagement et de développement durable du Schéma de cohérence territoriale de Strasbourg, France). L’intégration paysagère des équipements urbains (bacs de collecte sélective des déchets, zones de stockage, abris, etc.) par le biais de structures végétalisées simples contribue à pérenniser la biodiversité en ville et complète généralement le maillage vert intra-urbain. D’autres pratiques visent à encourager le retraitement des eaux usées d’une ville à des fins d’arrosage des espaces verts de la cité, voire pour l’irrigation des surfaces cultivées en périphérie (Masdar city, Emirats Arabes Unis). Y compris en milieu urbanisé, la récupération des eaux de pluie est de plus en plus assurée par des mares végétalisées, assurant la régulation du ruissellement. L’agencement des structures végétales répond à des préoccupations de sécurisation (forte densité des roselières plantées en bordure du plan d’eau, donc très faible probabilité de noyade) et de pédagogie (découverte des zones humides et aquatiques). Ces équipements sont très souvent l’objet d’un entretien extensif ou d’une gestion différenciée. Il y a donc lieu d’expliquer aux riverains l’aspect apparemment désordonné de ce mode de gestion des entités naturelles (panneaux d’information) qui permet surtout de développer le potentiel de biodiversité de chaque espace vert ou en eau grâce à un niveau d’entretien et de service adapté aux caractéristiques du lieu.

Réconcilier biodiversité et ville

23Introduire sciemment de la biodiversité en ville peut être un objectif en soi et donner lieu à des actions singulières qui s’ajoutent aux effets indirects positifs générés par les actions précitées. Une première disposition consiste à identifier les habitats naturels et à inventorier toutes les espèces à forte valeur écologique d’un territoire. Ce recensement devrait être systématiquement pris en compte comme donnée de première importance dans la sélection des sites devant faire l’objet d’une opération d’aménagement. La conservation d’une espèce constituerait un critère crucial présidant au choix du site. Dans le cas où il ne serait pas possible de disposer d’emprises foncières de moindre valeur écologique, il conviendrait de prévoir des dispositions de re-localisation de l’espèce. Dans le cadre d’une politique d’éducation à l’environnement et au développement durable des citadins, il faudrait ensuite développer les initiatives d’information et de sensibilisation des habitants sur le patrimoine naturel préalablement inventorié, par le biais de petits équipements (mur de pierres pour l’observation des lichens, des insectes et des petits reptiles).

La préservation des espaces agricoles périphériques

24Un intérêt particulier devra être accordé aux espaces agricoles périurbains. Ces zones doivent être bien représentées, essentiellement destinées au maintien et à l’essor de l’agriculture locale, prioritairement vivrière. Les pratiques sans OGM, adoptant ainsi le principe de précaution, permettraient assurément le respect de la biodiversité. Ce dispositif serait amplement complété par le maillage « vert et bleu » déjà évoqué, favorisant alors le déplacement de la faune, l’instauration de rivières écologiquement viables et l’apparition de biotopes, gages d’une biodiversité qu’il aura ainsi été possible d’installer. En tout état de cause, il devient urgent d’évincer la logique de rupture entre les surfaces agglomérées et les espaces de proximité de type agricole ou à dominante naturelle, tout comme il est complètement illogique de ne pas enrayer la prolifération des « évincés agricoles » en périphérie des villes, ces surfaces qui ne sont plus exploitées, car destinées à de futures opérations d’urbanisation. Ces réserves foncières demeurent très souvent plusieurs années à l’état de no man’s land totalement stérile et ne retrouvent jamais leur fonction agricole. Dans le même registre, il conviendrait de mieux structurer les circuits courts et la promotion des produits locaux. Cela aurait pour effet de modifier progressivement les modes de vie et l’alimentation, contribuant directement à l’amélioration de la biodiversité régionale et diminuant considérablement l’empreinte écologique de nos pratiques (moins de déplacements liés aux denrées alimentaires). Une expérimentation intéressante portant sur des champs périurbains, situés à l’intérieur même d’une agglomération (Rennes, France), permet apparemment d’organiser une cohabitation réussie entre activité agricole et vie citadine. Il devient de toute façon nécessaire de conforter une agriculture urbaine, répondant aux besoins de société, d’autant que l’agriculture constitue un véritable enjeu économique et social (Perrin J., 2004) pour un territoire.

La conservation des espaces naturels à proximité des villes

25En dernier lieu, la gestion raisonnée et l’exploitation soutenable des espaces à dominante naturelle implantés en périphérie des villes deviennent des conditions sine qua non garantissant l’articulation multiscalaire des dispositifs qui favorisent la biodiversité des territoires. De manière plus globale, il est utile de se poser la question de la valorisation des services écologiques davantage rendus par ce type d’espace. La production de matières premières (bois), l’écoulement et l’épuration des eaux, la protection contre les inondations, la régulation du climat (moindre albédo), le stockage du carbone, la pollinisation des plantes… sont souvent évoqués en termes d’enjeux économiques. En effet, la nature se rend ainsi indispensable à notre existence et à notre bien-être, et le maintien de ces services écosystémiques doit s’accompagner de choix de société appropriés (nouvelles activités, nouveaux métiers). En attendant de telles dispositions, il est nécessaire de ne pas gaspiller le potentiel « nature » actuellement disponible, pourtant déjà bien entamé. Il convient dès lors d’éduquer le public à fréquenter les espaces naturels et à ne pas les transformer en parcs urbains. Cette modalité génère inévitablement un dispositif d’entretien et des dispositifs d’accueil afin de ne pas dénaturer les sites. Quelques initiatives innovantes, comme les forêts urbaines (Nantes métropole, France), permettent de développer les espaces boisés et bocagers à proximité des centres urbains, complétant par la même occasion une ceinture verte de protection. D’autres actions visent la reconquête des secteurs en désuétude (pelouses calcicoles embroussaillées, autrefois secteurs de pâture). Toutes ces tentatives permettent de lutter efficacement contre l’appauvrissement de la biodiversité, tout en apportant une contribution appréciée en matière de maîtrise des ruissellements et de lutte contre les incendies.

Conclusion

26Les pratiques du développement urbain vont à l’encontre des déclarations qui tendent à promouvoir le développement durable des territoires et la limitation des phénomènes pénalisants comme les risques d’inondation, d’effondrement, les émissions de gaz à effet de serre, la dégradation des écosystèmes, la perte du patrimoine et la diminution importante des terres agricoles.

27Il convient ainsi de s’attacher à rendre la ville viable en introduisant systématiquement la biodiversité faunistique et floristique. Une telle disposition serait un moyen d’assurer l’éducation à l’environnement et au développement durable du plus grand nombre. La nature s’impose dès lors comme un moyen efficace pour modifier le style de vie et les comportements des citadins, ces derniers devenant inexorablement plus éco-responsables en dehors des villes.

28La ville durable réussie (Willemin, 2010) suppose la prise en compte d’une nécessaire biodiversité dans le cadre des opérations d’urbanisme et de planification en intégrant les notions de qualité et d’équité dans la satisfaction des besoins des habitants.

29Il faut opter pour une vision stratégique globale des territoires en initialisant systématiquement une démarche de prospective (Delamarre, 2002) dans le cadre des projets de territoire. Ainsi, des stratégies coordonnées d’acteurs et des politiques efficaces de responsabilisation doivent être déclinées dans les Schémas de cohérence territoriale (ScoT), les politiques de logement et de déplacement. La destination des sols doit être clairement organisée et réglementée par le biais des documents d’urbanisme au niveau de la commune. Les opérations de recomposition urbaine doivent être conçues comme de véritables opportunités contribuant à l’avènement de la ville soutenable en oeuvrant de manière à ce que le renouvellement intègre davantage de nature au cœur de la cité.

30Pour ce faire, il est impératif d’œuvrer pour l’amélioration des réglementations et des dispositifs légaux, de redoubler de vigilance quant à la bonne application de l’esprit de ces lois, de veiller à l’amélioration des pratiques de tous les acteurs du développement urbain et de développer les projets de démonstration en innovant au moyen d’une ingénierie urbaine qui ne soit plus seulement technique, mais fondée sur une démarche de projet développant la créativité en se dotant des compétences appropriées.

Haut de page

Bibliographie

Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), 2006, Réussir un projet d’urbanisme durable – Méthode en 100 fiches – Pour une approche environnementale de l’urbanisme (AEU®), Editions Le Moniteur, 364 p.

Bigando, E., 2008, « le paysage ordinaire, porteur d’une identité habitante. Pour penser autrement la relation des habitants au paysage », Projet de paysage, [En ligne depuis le 27/12/2008] URL : http://www.projetsdepaysage.fr

Caillaud, M. et B. Aubert, 2002, La loi SRU en 90 questions, Éditions du Moniteur, Collection « Guides juridiques », 171 p.

Dancert, P. et A. Arnaud, 2001, Mettre en œuvre la politique de la ville, Editions de « La lettre du Cadre Territorial », Collection « Dossier d’experts », 190 p.

Delamarre, A., 2002, La prospective territoriale, La Documentation française, DATAR, 110 p.

ETD (Entreprises, territoires et développement), 2005, Territoires et projets – Pratiques de développement territorial, Notes de l’observatoire 2005, 143 p.

GRIDAUH, 2006, Le contenu des plans d’urbanisme et d’aménagement dans les pays d’Europe de l’Ouest, Les cahiers du GRIDAUH, Numéro 15-2006, Série « Droit comparé », 379 p.

Guillaumet, J.L. (coord.), A-E. Laques, P. Léna et P. de Robert, 2009, La spatialisation de la biodiversité : un outil pour la gestion durable des territoires, Collection Latitude 23, Edition de l’IRD, 128 p.

Liébard, A. et A. de Herde, 2005, Traité d’architecture et d’urbanisme bioclimatiques – Concevoir, édifier et aménager avec le développement durable, Editions Observ’ER (Observatoire des énergies renouvelables), 750 p.

Lorach, J.M. et E. de Quatrebarbes, 2002, Guide du territoire durable – L’agenda 21 territorial pour les collectivités locales et leurs partenaires, Pearson Éducation France, 416 p.

Maupu, J.L., 2006, La ville creuse pour un urbanisme durable – Nouvel agencement des circulations et des lieux, Éditions L’Harmattan, 182 p.

Mermet, L. et M. Berlan-Darqué, 2009, Environnement : décider autrement. Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux de la concertation, Paris, Éditions L’Harmattan, 375 p.

Perrin, J., 2004, Valeurs et développement durable – Questionnement sur la valeur économique, Éditions L’Harmattan, Collection « L’esprit économique », Série « Économie et Innovation », 154 p.

Rogers, R. et Ph. Gumuchdjian, 2008, Des villes durables pour une petite planète, Editions du Moniteur, 215 p.

Vergnet-Covo, M., 2007, Ville durable – Mode d’emploi, Territorial éditions, Collection « Dossier d’experts », 131 p.

Willemin, V., 2010, Habiter demain – De l’utopie à la réalité, Editions Alternatives, Collection « Anarchitecture », 191 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alban Bourcier, « Le paysage au service de la biodiversité dans la ville durable », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 14 | septembre 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://vertigo.revues.org/12390 ; DOI : 10.4000/vertigo.12390

Haut de page

Auteur

Alban Bourcier

Maître de conférences en géographie et aménagement, membre de l’Unité mixte de recherche (UMR) 6228 « IDEES » du CNRS – Equipe CIRTAI – Université du Havre, Ingénieur conseil en urbanisme et aménagement durable des territoires, Commissaire-enquêteur de Haute-Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page