Navigation – Plan du site

Fleuves, estuaires, cours d’eau : représentations et pratiques

Damien Féménias et Olivier Sirost

Texte intégral

1« Prendre sa source », « se jeter dans l’étendue infinie des eaux salines », « se soumettre au régime marin » sont parmi les métaphores communes et savantes qui caractérisent estuaires, fleuves et cours d’eau. Les verbes d’action (ruisseler déborder, engloutir, écouler, dériver, etc.) témoignent de l’action de ces espaces sur les hommes. De l’écoulement du ruisseau au mouvement des flots se construisent des représentations spécifiques dont le sens évolue au fil du temps. Le marais, le golfe, la lagune, le rivage, la rive, le bassin versant, le chenal, l’étiage sont autant d’expressions témoins, d’indices qui disent la vie des hommes et des femmes au bord de l’eau, tout en formant des images communes ou expertes du milieu naturel. Bateliers, riverains, haleurs, mariniers, passeurs, pilotes, pêcheurs, chasseurs, éleveurs, agriculteurs, sportifs, croisiéristes, éclusiers, lamaneurs, roseliers, écologues font et défont ces objets socio-naturels, les agencent en champs de connaissance, les bricolent en professions et en divertissements, les esthétisent en paysages (la riviera, la marina), les gèrent en territoires, les surveillent en milieux sensibles (par exemple en réserves naturelles).

2Ce numéro thématique de VertigO invite à voyager dans le temps et l’espace, et à nourrir la connaissance hydrologique des cultures de l’eau dans laquelle elle s’inscrit. L’eau est une source infinie de l’imagination scientifique, et ce numéro en révèle certaines dynamiques : production d’objets (zones humides, espèces invasives, hydrosystémie), protocoles et programmes de recherche (de la zone atelier aux politiques ministérielles), quête éternelle de la source explicative (des eaux souterraines à l’anthroposytème). La pensée hydrologique, dans sa forme scientifique, est au fond relativement récente, et relie les hommes, via des controverses scientifiques ou à travers des syndicats de gestion, autant qu’elle distingue ceux qui en maîtrisent l’usage technique et les enjeux, de ceux qui entretiennent d’autres rapports aux milieux. Quels sont ces rapports ? Quels sont ces milieux ?

  • 1  Voir le site web : http://seine-aval.fr

3À l’heure d’un développement que l’on veut durable, des mesures compensatoires et des plans de restauration qui visent la résilience des milieux, de la raréfaction des ressources en eau et du réchauffement climatique, de la mode des parcs écologiques estuariens, de la transformation des berges en éco quartiers et lieux récréatifs, il convient de s’interroger sur les significations et les formes­ d’expériences – passées, actuelles, nouvelles et à venir – dans lesquelles s’inscrivent les estuaires, les fleuves et les cours d’eau. Ce questionnement a donné lieu à un colloque à Rouen en mai 2010. Confrontés à la modestie de la communauté de scientifiques en sciences humaines et sociales, associés au sein du programme Seine Aval1, il s’agissait pour nous de rassembler des chercheurs dans une perspective interdisciplinaire et internationale, et de faire que ceux-ci, le plus souvent institutionnellement dispersés, s’interpellent mutuellement sur des questions de société, afin de décloisonner les savoirs qu’ils produisent et d’enrichir les questionnements qui les animent. La perspective d’une publication commune, rendue possible par le Groupement d’Intérêt Public Seine Aval, était aussi l’occasion de leur offrir de nouvelles avancées.

Des objets fluctuants aux contours incertains

4Les fleuves, les estuaires et les cours d'eau, en dépit de leur morphologie et de leur physique, restent des entités mal délimitées. L'évolution des mots et des objets qu'ils désignent dévoile le caractère complexe de l'eau, dont la maîtrise reste incertaine. La terminologie, qui dans les années 1970 fait apparaître le terme zone humide et n’emploie plus celui de marais, signale un changement de regard et une reconfiguration des combinaisons du scientifique et du social. L'évolution des connaissances montre le caractère fluctuant et dynamique des disciplines scientifiques et des demandes sociales de savoir.

5Les étendues et masses d'eau dynamiques que représentent les fleuves et estuaires s'observent avec des lunettes, dont l'optique et la focale changent au fil du temps. Plus qu'une homogénéisation liée à une politique d'endiguement et de chenalisation construite dès la troisième république, les fleuves et les estuaires français possèdent leurs variations et spécificités. Espaces loisibles dépeints par les impressionnistes sur la Seine, portes commerciales décrites dans les manuels scolaires des années 1880 pour la Loire et la Gironde, ouverture sur l'Orient pour le delta du Rhône, chaque espace fluvial et estuarien a construit ses propres ordres naturels au fil du temps. Difficile désormais de les penser sans analyse de polluants-contaminants, d'adaptations et mutations d'écosystèmes, d'invasions biologiques ou de fonctions écologiques à préserver. Les techniques de suivi elles-mêmes sont à interroger à la fois dans la fascination sociale des dispositifs qu'elles proposent (chambres de dépôt de sédiments, chambres d'observation avifaune, stations d'épuration) et dans les cohortes d'indicateurs proposant un accompagnement sur le long terme. Ces questions ont pour effet de refabriquer de petites cosmogonies ou petits mondes de l'eau actualisés par les préoccupations économiques et sociales. C’est aussi que les paradigmes savants des fleuves, estuaires et cours d'eau dérivent bien souvent de représentations sociales. Les thématiques liées à la GIZC (gestion intégrée des zones côtières) et à la qualité de l'eau (notamment la DCE) ont favorisé l'émergence de programmes de recherche interdisciplinaires infléchissant les paradigmes scientifiques à des questions sociales. En outre, la post-industrialisation laisse dans les villes fluviales et estuariennes des friches dont la jouissance, la privatisation et la législation demeurent incertaines. On retrouve là des questions récurrentes déjà observées dans le cadre de la loi littoral, des comités de marais ou de la jouissance des chemins de halage. Ce flou du droit laisse augurer de nouveaux terrains de jeux où le scientifique, l'aménageur, l'élu et l'usager sont amenés de plus en plus à travailler à l'émergence d'un savoir commun. Les décalages dans les niveaux d'analyse, de décision et de mise en œuvre mettent du jeu dans les objets des sciences hydrologiques ou des disciplines s'y intéressant.

6La première partie du numéro rassemble des contributions qui, chacune à leur manière, déconstruisent nos savoirs des estuaires, des fleuves et des cours d’eau. Ces objets « naturels » sont des construits sociaux qui vont d’autant moins de soi qu’ils exigent de multiplier les échelles d’appréhension : le scientifique vient buter sur des données sociales qu’il lui faut intégrer à sa démarche, et fait appel aux sciences sociales, le juriste s’immerge dans l’inventaire des partages des eaux établis par la Loi, et l’ethnologue découvre l’ordre symbolique à l’intérieur duquel, aujourd’hui encore, nous identifions la nature.

7Ainsi, lorsque Christian Lévêque retrace la genèse de la notion de système appliqué aux milieux aquatiques; il montre, par l’exposition des programmes scientifiques de recherche sur l’eau qui se sont succédé, et dont il scande les étapes, comment en passant des lacs aux estuaires, les questions de recherche se sont complexifiées pour aboutir à la notion d’anthroposystème. Cette histoire est récente, mais suffit pour rappeler que la recherche en environnement exige d’intégrer des approches disciplinaires centrifuges par nature. Cette réflexivité au travail nous invite à nous demander ce qu’est et comment se construit une bonne question de recherche : il appelle en cela des prolongements en sociologie et en histoire des sciences, qui pourraient notamment lier les problématiques investies aux jeux d’acteurs et aux demandes sociales de savoir.

8Du côté des sciences humaines et sociales, la perspective de programme collaboratif pluridisciplinaire sur les fleuves, estuaires et cours d’eau est moins évidente. En analysant les thèses produites dans le domaine depuis 1972 Olivier Sirost montre le cloisonnement disciplinaire qui continue à organiser la recherche en la matière. À chacun ses domaines et ses objets. Ce constat est renforcé dans l’analyse de la mise en interdisciplinarité dans les programmes de recherche nationaux et internationaux, où les sciences sociales sont souvent mises sous tutelle. Dans l’émergence de jeunes disciplines s’intéressant à l’eau, le cloisonnement semble moins important, car elles réussissent l’articulation d’un nouveau cadre épistémologique où les disciplines dialoguent. Les notions de morphologie sociale, lieux de mémoire, symbolisme ou exploration-école jouent le même rôle d’interface dans les disciplines mères.

9Jean-Claude Dauvin, lui aussi écologue et lui aussi passé par la direction du programme scientifique Seine Aval, propose une synthèse des travaux scientifiques réalisés sur l’estuaire de la Seine. Il montre un écosystème sous pression, dynamique et paradoxal, mais dont les enjeux de gestion se dissolvent dans le jeu des acteurs qu’il met en relation, dont les définitions culturelles, les prérogatives, les intérêts et les territoires ne se recoupent pas : c’est dire que socialement et politiquement, un estuaire ne va pas de soi. L’auteur relève l’absence d’une « vision globale partagée », susceptible d’aider à une gestion globale et intégrée : ce constat est aussi un appel aux chercheurs des sciences sociales, qui pose le problème de la gouvernance de ces environnements « interfaces ».

10Jean-Paul Dupont met quant à lui l’accent sur deux enjeux sociaux majeurs, liés à la vulnérabilité des ressources en eau et aux risques géotechniques pour les aménagements et les habitats (crues de nappe). C’est que les transferts qualitatifs et quantitatifs entre les eaux de surface et les eaux souterraines échappent à la connaissance ordinaire comme à l’opinion publique : ils confirment à leur manière, en accédant à la représentation, que l’hydrologie est aussi une science du caché, et pose le problème de son intégration à l’espace public.

11Communes ou susceptibles d’appropriation, les eaux font l’objet de partages, de protections et de gestions que le droit établit et institue. Que dit la Loi ? Philippe Guillot dresse l’inventaire (en France) de ces institutions et outils que sont les textes juridiques, qui appréhendent de diverses façons les eaux courantes et superficielles ; on voit à la complexité de ces échafaudages symboliques les conflits d’usages possibles, la difficulté qu’il y a à définir le Bien commun, mais aussi l’importance nouvelle des territoires de l’eau au sein de l’action publique.

12C’est sous un angle original et décalé que Gilles Armani appréhende « l’espace fluvial », puisqu’il le fait à travers le phénomène d’intrusion : le silure comme les PCB déclenchent des paroles qui témoignent aussi bien de la manière dont sont vécus nos modes d’organisation de la nature que des constructions symboliques dont l’environnement est gros.

Des milieux et des territoires dans lesquels ils s’inscrivent

13Une autre question à laquelle s'attache ce numéro est celle de l'inscription des écosystèmes dans des territoires de l'eau qui sont multiples. Avec l'émergence des États-Nations, les fleuves et les estuaires fonctionnent comme des frontières, mais aussi comme des voies intérieures de transport stratégiques. De même, l’exploitation des ressources en eau révèle des modes d'administration de la société et des élites sociales au travail. Les droits de passage, de pilotage, d'amarrage comme de tractage des bateaux depuis les rives ont contribué à la détermination de territoires administrés de l'eau. Dans le contexte du développement durable, les usages ont changé et les jeux d’échelle administratifs se sont complexifiés, avec des compétences qui se sont décentralisées, et d’autres qui dépassent les cadres nationaux : on assiste à un empilage, mais aussi peut-être à un morcellement ou à un mitage du territoire.

14Les agences d'urbanisme participent à ce processus de territorialisation par l'eau. Depuis la fin des années 1980, la réhabilitation des canaux, des friches portuaires, des installations industrielles, voire militaires, pour réaliser des éco-quartiers et des zones urbaines durables ont des effets de déplacement des centres-ville et de redistribution des espaces urbains. Après l'idée de station (balnéaire ou de sport d'hiver) se développe celle de ville portuaire en reconversion d'activité économique. Ce phénomène semble reconfigurer les identités sociales et dépasser les frontières pour aller vers une forme d'homogénéisation de l'espace européen. Par delà les emprises urbaines et les lobbies immobiliers, se pose sous forme de conscience écologique le retour de la rivière sauvage ou du fleuve rebelle. Si l'État continue de canaliser les débordements intempestifs des eaux qui bordent nos habitations, les fleuves et estuaires restent emprunts de l'imagination romantique d'une nature sauvage et indomptable. Cette image est aujourd'hui mise en avant dans les jeux d'acteurs autour des logiques de conservation des territoires de l'eau qui, comme les terres, semblent exiger d’être mises en jachère. Le rejet de l'infini tuyautage lié aux politiques hygiénistes a des effets sur la perception des ressources en eau potable et à la conscientisation d'un patrimoine vivant à administrer. Incidemment, la gestion des ressources en eau redéfinit l'agencement des terres agraires, mais détermine aussi la manière de penser l'espace rural derrière les idées de bassin ou de vallée.

15La seconde partie du numéro montre que les environnements n’existent pas en dehors des territoires socialement construits à l’intérieur desquels ils fonctionnent. Leur gouvernance pose la question des médiations territoriales dans lesquelles ils s’inscrivent, des maillages administratifs et des niveaux de décentralisation à partir desquels ils entrent en politique, et d’une manière générale de la place qu’ils occupent dans les affaires communes.

16Les villes estuariennes constituent des objets d’étude intéressants pour qui souhaite se pencher sur le développement durable. Barbara Évrard et Damien Féménias examinent les mises en œuvre de cet horizon de sens au Havre, mais aussi les résistances qui s’y manifestent, et montrent que les médiations territoriales doivent être distinguées, selon qu’elles sont littorales, balnéaires et récréatives, ou plutôt portuaires, fluvio-commerciales et industrielles. Cette étude appelle des comparaisons, qui permettraient de voir quelles sont les voies d’aménagement, et quelles sont les différentes formes d’inscription des populations locales dans leur cadre de vie.

17La décentralisation a souvent été présentée comme une façon de décoloniser la province : quels sont ses effets, aujourd’hui, sur les fleuves, les estuaires et les cours d’eau ? Mathilde Kernéis analyse en juriste le transfert de propriété du domaine public fluvial aux collectivités, récemment rendu possible en France, et lève une contradiction possible entre cohérence hydraulique et balkanisation des cours d’eau. Au-delà des comparaisons, auxquelles chaque article invite, celui-ci nous laisse dans l’attente d’un éclairage sur les intentions du législateur et les débats (d’interprétation) auxquels ces lois ont sans doute donné lieu, ou encore sur les effets opérationnels d’un tel transfert sur les territoires, mais aussi sur les milieux.

18Le recul historique que propose Yves Lecoeur montre à quel point la présence de l’État était nécessaire sur la Loire moyenne au XIXe siècle, mais aussi comment évoluent les réflexions sur ce fleuve difficile à naviguer, alors qu’une révolution des transports se prépare, et qu’il s’agit de repenser le sens et la place de cette voie d’eau. L’article dévoile des cultures nomades et sédentaires de l’eau qui s’affrontent et qui composent les unes avec les autres, alors que les ingénieurs de l’État entrent en scène : c’est dire la place que ce fleuve occupe dans le tissu urbain et dans la structuration des rapports sociaux de l’époque. Après son déclin économique et son oubli urbanistique, la Loire fait aujourd’hui à nouveau sens, par le patrimoine dont elle témoigne et par les espaces de loisir que sa vacance a laissé disponibles.

19C’est avec un regard prospectif que Régis Barraud interroge ce retour vers la nature, qui hors des villes semble invariablement poursuivre une quête d’une rivière qui serait plus « sauvage ». Parmi les actions de restauration écologique les plus emblématiques de ce nouveau paradigme, « l’effacement » de barrages et de seuils tend à ignorer que les vallées sont des objets géographiques humanisés, construits, représentés, habités, c’est-à-dire fonctionnent aussi comme des paysages et des lieux en réseau. Au final, nous rappelle l’auteur, il s’agit de se demander si, comment et en quoi les opérations de gestion de l’environnement sont au service du bien commun, et de voir si elles n’excluent pas de fait certains usagers, en modifiant leurs conditions de pratiques et d’accès.

20Amandine Gatien, François Laurent et Jeannine Corbonnois analysent les rapports des agriculteurs aux rivières, ressources en eau et vallées et posent d’une autre manière la question de l’intérêt commun. Les terrains pris en compte, qui présentent une grande diversité de formes et de mises en valeur, montrent des cohérences, mais aussi des décalages entre certaines pratiques nourricières et les attentes de différents acteurs : les superpositions des prescriptions diverses mettent les agriculteurs dans l’expectative ou créent une situation de malaise, ce qui se transpose en autant de blocages possibles face au changement et au passage à l'adoption de pratiques agricoles plus respectueuses de l'environnement.

Des matrices ambivalentes

21Les sciences de l'eau puisent indéfiniment leurs problématiques autour de la question de raréfaction des ressources. La disparition de lacs (Tchad), la fonte des glaces, l'augmentation du niveau de la mer et des fleuves... inscrivent les questions hydrauliques dans une urgence sociétale et convoquent l’imagination. Les réflexions scientifiques actuelles situent la question des fleuves, estuaires et cours d’eau dans une perspective de changement global, qui fait de l’eau une matrice du vivant. Quelles que soient les cultures, les sociétés ou les temporalités, l'homme a une histoire qui le lie à l'eau et qui est rappelée par les auteurs de ce numéro.

22Les récits tragiques de l'existence ont une bonne part liée aux inondations, déluges, naufrages, arasements de paysages. Les mémoires des hommes y trouvent un point d'ancrage incarné par des monuments oubliés, des plaques commémoratives (notamment sur les crues), dans les chroniques locales de journaux quotidiens ou de bulletins associatifs. C'est là une histoire que l'on méconnait et à côté de laquelle on passe sans prêter d'attention. C'est sans doute que la contrepartie du souvenir est souvent douloureuse et qu'elle témoigne d'une évolution plus large des activités humaines et des espaces habités. Les terrains inconstructibles envahis par l'hôtellerie de plein air, le remembrement agricole, les épis ou les endiguements nous disent de manière récurrente nos faiblesses dans la domestication de l'eau. Ces espaces de débordement et d'inondation racontent les crises identitaires que traversent nos sociétés dans leurs mutations les plus profondes (rapport au travail, au temps libre, à la famille, à l'habitat...). On en oublierait presque les fécondations réciproques dans la jonction des eaux et de la terre. Ces noces alluvionnaires célébrées de longue date dans la littérature et l'histoire humaine trouvent leurs prolongements dans des paysages éphémères (par exemple des îles qui apparaissent et disparaissent comme par épiphanie), des espaces de cultures agricoles, ou l'eau dépose les germes de la vie. C'est dans la tentative de stabilisation des ces ressources labiles aux rives incertaines que se déploie aujourd'hui une techno-science des eaux qui pèse de plus en plus dans la gestion et la délimitation de l'espace public.

23La troisième partie du numéro met en évidence que les estuaires, fleuves et cours d’eau constituent à la fois des ressources fragiles et vitales et des environnements potentiellement dangereux : à quelles expositions les populations sont-elles confrontées ? On verra par les contributions qui suivent que si le risque inondation semble être omniprésent il n’est pas le seul, qu’il a aussi une histoire, et qu’il s’inscrit dans des cultures et dans des formes d’aménagement qui l’occultent ou l’intègrent à la fabrique du quotidien. La compréhension et la gestion des cours d’eau supposent donc d’intégrer à l’analyse des menaces qui se déplacent pour penser les risques comme des processus.

24Monique Chalvet et Cécilia Claeys posent ainsi la question des héritages et des formes que prend la culture du risque à Marseille : la réversibilité des rapports à l’eau est ainsi envisagée non pas exclusivement en période de « crise », mais comme ancrage culturel urbain. On verra l’intérêt et les limites qu’il y a à s’adosser à la mémoire collective des incidents hydrologiques, notamment lorsque celle-ci fait défaut ou alors que les vulnérabilités se déplacent.

25Fondée sur une enquête archivistique, Séverine Durand réfléchit sur la mise en récit d’un fleuve dans ses dimensions patrimoniales et de risque d’inondation. L’article retrace les mutations du rapport au fleuve Lez et au risque inondation dont il est gros, sur la commune de Lattes, petite ville de l’agglomération montpelliéraine. On observe là un mouvement d’urbanisation qui, en affirmant l’appartenance de la commune à la ville, participe à une gestion plus technique des aménagements, qui désenchante le patrimoine et tend à occulter le risque inondation.

26La contribution d’Émeline Comby et Yves-François Le Lay s’appuie sur une vaste analyse de la presse locale afin d’appréhender la mise en récit des « extrêmes hydrologiques ». L’article révèle avec force la multiplicité et la non-adéquation des territoires de l’eau : le territoire de gestion d’un cours d’eau, même exemplaire comme celui de la Drôme, n’a que peu à voir avec les territoires distincts que médiatisent les divers titres de la presse locale. Les résultats soulignent une variabilité temporelle et spatiale (amont/aval) des attentes des différents protagonistes du fait de spécificités locales et de la complexité du système d’acteurs. Au-delà, ils invitent à approfondir les contradictions que construisent, dans le champ de l’environnement, les décalages et les recoupements du politique et du médiatique.

27Élodie Robert retrace la trajectoire sociale du fleuve Nakambé (Afrique) qui, de périphérique à l’organisation territoriale Bissa, car longtemps synonyme de maladie et d’insécurité, est devenu une zone refuge, avant de constituer un élément clé du développement burkinabé dans les années 1980, renforcé par la réalisation du barrage de Bagré au début des années 1990. Chacune de ces transformations a engendré des recompositions territoriales, tant d’un point de vue agraire qu’économique ou encore sanitaire, avec des conséquences sur les populations considérables.

28Émilie Cremin traite elle aussi de la question des aménagements et des déplacements des risques ou des vulnérabilités qu’ils engendrent. Au nord-est de l’Inde, au cours de la mousson, le fleuve Brahmapoutre entre en crue et inonde la plaine. Les Misings ont longtemps vécu avec les crues, en pratiquant plusieurs types de riziculture qui s’adaptent à l’hétérogénéité des milieux de la plaine et en déplaçant leurs villages suivant les divagations des chenaux du fleuve. Avec les aménagements fluviaux, ces villageois se trouvent exposés à de nouveaux risques alors que leurs possibilités de déplacement de trouvent limitées. Cet article souligne là encore les difficultés qui sont celles des aménageurs, et les risques auxquels ils exposent les populations s’ils ne les intègrent pas aux décisions.

Des réinventions contemporaines : l’inflexion récréative des voies d’eau

29Enfin, la dernière partie de ce numéro met l'accent sur la mutation fondamentale qu'engendre, pour les estuaires, les fleuves et les cours d’eau, l’avènement des loisirs à partir de la fin du 19e siècle. La marinerie, la batellerie, les syndicats de marais, les sociétés de chasse et de pêche... sont autant de milieux professionnels qui témoignent d'un changement de cap dans l'appréhension sociale des territoires de l'eau. Ces activités s'inscrivent désormais pour l'essentiel dans une démarche de réappropriation ludique des espaces aquatiques. Le développement du tourisme balnéaire, des sports en eaux douces, de la pêche récréative... ont fait oublier la fonction nourricière des eaux, parfois encore célébrée dans le cadre de joutes nautiques et fêtes de l'eau. Des premiers procès de pêcheurs face aux industriels pollueurs, à la dénomination des « chemins qui marchent » par les kayakistes, les fleuves, estuaires et cours d'eau ont été réinventés par les loisirs. Cette inflexion ludique des espaces aquatiques donne aujourd'hui à penser la conversion des territoires de l'eau. Les opérations d'aménagement des berges à des fins récréatives qui arpentent les principales villes européennes, la réouverture de baignades sur des plages artificielles recomposées, la canalisation ludique de routes de transport fluvial et la transformation des paysages urbains... sont quelques-unes des opérations qui donnent à relire les espaces de l'eau. Les villes nouvelles des années 1960 et 1970 ont d'ailleurs aménagé leurs services autour de bases nautiques et plans d'eau dédiés aux loisirs.

30Ces espaces offrent ainsi des prises inédites et créatrices aux citoyens faisant parfois des bords de l'eau des zones de non-droit, d'appropriations illicites, de déviances douces. C'est notamment dans cette perspective que l'écocitoyenneté tente d'imposer des projets, mais également là où le débat politique participatif trouve un écho certain, chasseurs, pêcheurs, surfeurs et autres adeptes de l'aqua-ludens endossent la casquette de militants écologistes. La quatrième et dernière partie du numéro ouvre en conséquence les questions d’environnement à celles de leurs fréquentations, de leurs perceptions et de leurs esthétiques. Les sociétés occidentales contemporaines réinventent en effet les estuaires, les fleuves et les cours d’eau à l’occasion des temps libres et par l’expérience de loisirs, qui mettent souvent le corps en jeu. Ces mises en jeu du corps dans la nature valent par elles-mêmes, s’offrent comme des prises esthétiques sur les milieux, et deviennent le creuset de cultures de l’eau. Tout se passe comme si d’une nature qu’on projetait de dominer pour en devenir comme maître et possesseur, on était passé à des environnements au sein desquels on tente de s’immerger physiquement pour en revenir ressourcé.

31Charly Machemehl montre comment, à Rouen et pendant l’entre-deux-guerres, alors que l’activité portuaire s’étend dans l’espace et confisque à son profit les quais, la fréquentation sportive du fleuve devient un des éléments importants de la vie urbaine. L’auteur examine les stratégies d’implantation des organisations sportives en centre-ville, et montre comment la normalisation des jeux-spectacles du corps déplace progressivement les attentes relatives au fleuve. On voit aussi qu’à l’époque déjà, les façons d’éprouver l’espace fluvial sont multiples, selon qu’on l’utilise pour se baigner ou pour naviguer, pour des exhibitions, dans un but compétitif, à des fins touristiques ou encore contemplatives.

32L’article d’Antoine Marsac reconstruit la généalogie des sensibilités à la nature propres aux activités de canoë et de kayak. Les problèmes environnementaux rencontrés lors des descentes de rivière ont évolué, et s’inscrivent désormais dans des rapports sociaux devenus conflictuels. Si les kayakistes adoptent le développement durable pour horizon sémantique, l’article montre que c’est l’accessibilité de l’espace de jeu qui demeure leur principale préoccupation. On comprend dès lors que les controverses environnementales ne sauraient être dissociées des prises que les acteurs développent sur les milieux qu’ils investissent.

33Éric Levet-Labry complète cette analyse et lui donne une profondeur historique. Le tourisme nautique, tel que le développent au début du XXe siècle en France les membres du Canoë Club, les engage dans l'aménagement et la sécurisation des descentes de rivières aussi bien que dans la mise en scène des périls auxquels ces randonnées exposent. On voit comment ces environnements s’inscrivent dès leur origine dans des enjeux publics et dans des demandes esthétiques ambivalentes.

34Parce que ces constructions esthétiques sont aussi des médiations territoriales, Damien Féménias, Olivier Sirost et Barbara Évrard les interrogent pour savoir si, dans l’estuaire de la Seine, les loisirs nautiques donnent accès (de façon fragmentaire) ou si au contraire ils font plutôt écran (perception parcellaire) à une conscience du milieu. Ce que font les publics dans la nature permet ainsi de comprendre les perceptions qu’ils s’en font, et d’interroger à nouveaux frais la gestion des écosystèmes : en l’occurrence, la protection des milieux ne saurait s’affranchir ni des expériences sociales dans lesquelles ils s’inscrivent localement, ni des échelles spatiales que leur perception globale comme écosystème suppose.

35La trajectoire sociale du Courant d’Huchet, dans les Landes de Gascogne (France), s’inscrit elle aussi dans une esthétique de la nature. Bertrand Gonot et Thao Tran montrent comment l’avènement de la station balnéaire d’Hossegor convertit un marais, jusqu’alors jugé malsain, en un haut lieu patrimonial. L’article invite à déconstruire, au-delà de l’esthétique d’exception que cristallise cette Amazonie landaise, les processus sociaux, historiques et géographiques à travers lesquels se présente la nature.

36Au terme de ce numéro, les estuaires, les fleuves et les cours d’eau apparaissent comme de véritables bouillons de culture. Ce sont des natures socialement construites, des milieux que l’on partage et à propos desquels on se dispute. Les controverses, aussi bien savantes que « populaires », tiennent aux échelles spatiales et temporelles d’appréhension, mais aussi aux paradigmes qui entrent dans le jeu de leurs définitions. On voit aussi que les institutions qui prennent en charge la gestion de ces anthroposystèmes, qui pensent d’abord avec des savoirs issus des sciences « de la nature », n’ont parfois que peu de rapport avec les territoires vécus des usagers. Si les écoulements des fleuves, des estuaires et des cours d’eau sont sous surveillance, on voit comment les héritages culturels, dans des sociétés en mutation, recomposent les territoires et parfois exposent les populations.

37Pour autant, bien des zones d’ombre subsistent, qui appellent de nouveaux travaux. Les images et les supports servant à présenter et à se représenter les estuaires, les fleuves et les cours d’eau n’ont pas encore été questionnés. Du bulletin météo aux récits de navigation et de pêche, en passant par les topoguides, les SIG, les documentaires, les illustrations, quelles sont les techniques imagées permettant de communiquer autour de ces objets ? Quels sont leurs concepteurs, leurs messages et leurs destinataires ? Quelles communications se trouvent mises en œuvre par différents types d’acteurs impliqués à titre divers par les cours d’eau ? À destination de quels publics et sous quelles formes ? L’information participe également à la construction des représentations sociales et culturelles en lien avec les territoires. Des inondations aux aménagements liés à des activités de production ou de transport en passant par l’offre de loisirs, les cours d’eau sont des thèmes journalistiques et touristiques récurrents. Comment les médias d’information traitent-ils, mettent-ils en récit (et en image) ces objets ? Comment la communication émanant du secteur touristique les représente-t-elle ? Comment ces différentes formes de récit (scientifique, journalistique, touristique, etc.) pénètrent-elles dans l’espace public, et comment pèsent-elles sur l’opinion publique ou sur l’agenda politique ? Autant de questions qui exigent, là encore, d’ouvrir le champ des disciplines et des objets.

Haut de page

Notes

1  Voir le site web : http://seine-aval.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Féménias et Olivier Sirost, « Fleuves, estuaires, cours d’eau : représentations et pratiques », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 10 | Décembre 2011, mis en ligne le 18 décembre 2011, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://vertigo.revues.org/12079 ; DOI : 10.4000/vertigo.12079

Haut de page

Auteurs

Damien Féménias

CETAPS, EA 3832, Université de Rouen, Courriel : damien.femenias@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Olivier Sirost

CETAPS, EA 3832, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page