Navigation – Plan du site

Structuration novatrice de la recherche interdisciplinaire sur les changements climatiques, une expérience francilienne

Avant-propos
Jean-Paul Vanderlinden, Chantal Pacteau, Sylvie Joussaume et Nathalie Blanc

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Europe
Haut de page

Texte intégral

1Face aux menaces liées au changement global, dont le réchauffement climatique est une manifestation, et au moment où les villes accueillent plus de la moitié de la population mondiale, une nouvelle gestion de l'espace urbain se met en place. Celle-ci passe notamment par la (re)qualification des espaces verts, auxquels on assigne le rôle d’être à la fois des pourvoyeurs de services écosystémiques et des lieux où les citadins renouent avec la « nature ».  Que ces espaces verts soient considérés comme paysage culturel ou comme infrastructure urbaine, ils apparaissent comme des nouveaux terrains d’investigation à toutes les échelles d’intervention. Associer le climat, l’urbain et la nature dans une même réflexion devient aujourd’hui un enjeu majeur. C’est l’objet de ce numéro spécial de [VertigO] – la revue électronique en sciences de l'environnement.

2Néanmoins, au-delà de l’actualité et de l’importance de sa thématique, ce numéro spécial a vu le jour grâce à un contexte particulier fait de choix résolument novateurs en matière d’accompagnement et de financement de la recherche. Ces choix, effectués dans le cadre d’une des missions du Groupement d’Intérêt Scientifique Climat, Environnement, Société (GIS Climat), à savoir le soutien explicite et concret à la recherche interdisciplinaire sur le climat, se sont déclinés, entre autres, dans une démarche d’accompagnement structurant tant du point de vue des concepts que des équipes et d’acceptation de la nécessité de procéder par étape via le financement de projets d’incubation et d’actions d’animation. Pour cet avant-propos il nous semblait important de souligner ces différents éléments et de présenter le GIS Climat.

Le GIS Climat 

3Lors de sa création en mars 2007, il a été donné pour missions au GIS Climat d’inciter, de soutenir et de coordonner des recherches interdisciplinaires sur le changement climatique et ses impacts sur l'environnement et la société. Il s'appuie sur l'expertise d'un ensemble de 16 laboratoires de recherche d'Ile-de-France travaillant principalement dans les domaines de la climatologie, l'hydrologie, l'écologie, la santé, l’économie et les sciences humaines et sociales. Ses membres fondateurs sont le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), le Commissariat à l’Énergie atomique et aux Énergies alternatives (CEA), l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC), l'École Polytechnique et l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME), avec le soutien des Ministères responsables de la Recherche et de l’Environnement.  Sous la forme d'un dispositif d'appels à projets flexible et en s’appuyant sur des actions d’animation scientifique, le GIS Climat-Environnement-Société a  soutenu des projets interdisciplinaires permettant de lancer de nouvelles collaborations entre équipes de disciplines différentes.

Un soutien proactif structurant à la recherche interdisciplinaire sur le climat

4Cet élément original du GIS Climat tient à la nature très diverse des laboratoires que le GIS Climat appuie, à la nature hautement interdisciplinaire de sa gouvernance scientifique (comité d’orientation regroupant des experts reconnus d’un large éventail de domaines de recherches touchant aux questions du climat), à la mise en œuvre d’une réflexion de fond ainsi qu’une pratique de recherche-action participative sur les modes de facilitation de l’interdisciplinarité. Cette expérimentation institutionnelle a été possible grâce aux moyens notables qui ont été alloués au GIS Climat pour une période de cinq ans, ce qui lui a donné les moyens de ses ambitions.

5Chemin faisant un élément clé a pu être constaté : sur certaines thématiques plus pointues, l’existence d’une communauté de chercheurs, venant de disciplines différentes, et s’intéressant au même objet d’étude, n’était qu’embryonnaire. C’est pourquoi le comité d’orientation a décidé que, pour certains des projets soumis, une étape préliminaire de structuration d’une communauté interdisciplinaire devait être expérimentée avant de  financer un projet plus long et ambitieux. Il a donc eu à opérationnaliser un concept de projet en « incubation ».

L’incubation comme exercice de structuration interdisciplinaire autour d’une thématique pointue

6Fait bien connu et souvent souligné lors de travaux effectués dans le cadre du GIS Climat, la pratique de l’interdisciplinarité dans le cadre d’un projet de recherche implique de partager, autour d’une thématique identifiée, un narratif commun porteur de sens. Or le développement de ce narratif, ciment de la communauté de recherche, doit clairement aller au-delà de la préparation, souvent trop rapide, d’une proposition de recherche ; d’où la décision prise - pour des sujets identifiés comme porteurs- de mise à disposition de financements permettant de systématiser la construction des interactions autour de la préparation d’un projet de recherche proprement dit. Ces financements d’une phase dite « d’incubation » ont été l’un des éléments clés qui a permis au GIS d’approcher de ses objectifs pour les thématiques relativement peu établies. Le projet « Changement Climatique et Trames Vertes Urbaines » (CCTV) qui a mené à la réalisation de ce numéro spécial est le produit d’une de ces incubations et a permis l’obtention ultérieure d’un financement pour un projet complet.  Tous les projets en incubation n’ont pas connu le même succès, certains ne réussissant pas à transformer l’essai.

L’atelier comme forme structurante

7Toutes les incubations menées ont connu comme étape liminaire l’organisation d’un atelier interdisciplinaire destiné tant à préciser le champ du projet envisagé qu’à permettre aux participants de découvrir les contributions potentielles des disciplines qui lui étaient étrangères, de construire des ponts conceptuels et méthodologiques, de développer le narratif partagé qui autoriserait la construction d’un projet collaboratif robuste.

8Ce numéro spécial est un des résultats de ce type d’atelier. Cet atelier, en s’appuyant plus particulièrement sur les Laboratoires « Dynamiques sociales et recomposition des espaces » (LADYSS/CNRS) et « Recherche en économie écologique, éco-Innovation et développement soutenable » (REEDS-UVSQ), ainsi que sur l'École des Ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP) a permis de réunir des scientifiques de différentes disciplines (climatologie, sciences de l'atmosphère, sociologie, urbanisme, écologie, géographie, etc.) pour un apprivoisement réciproque et des regards croisés sur les trames vertes urbaines. Cet objet déploie de multiples fonctions, servant autant l'aménagement des villes que le maintien de la biodiversité, les capacités d'adaptation des villes au changement climatique par leur végétalisation que la qualité de vie et la qualité paysagère.

9Ce numéro spécial permet d’asseoir le champ émergent de l’analyse du rôle des trames vertes en milieu urbain face au changement climatique. Notre objectif est également de fournir un exemple de ce que peut apporter à la communauté scientifique l’organisation proactive d’un champ de recherche en prenant en compte l’impératif d’interdisciplinarité que ce champ implique.

10Bonne lecture

Publication soutenue par

Haut de page

Table des illustrations

URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/11882/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Vanderlinden, Chantal Pacteau, Sylvie Joussaume et Nathalie Blanc, « Structuration novatrice de la recherche interdisciplinaire sur les changements climatiques, une expérience francilienne », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 12 | mai 2012, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 30 août 2016. URL : http://vertigo.revues.org/11882 ; DOI : 10.4000/vertigo.11882

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Vanderlinden

Professeur d’Economie au Centre international de Recherches en Economie écologique, Eco-innovation et ingénierie du Développement Soutenable (REEDS), Observatoire de Saint-Quentin en Yvelines, 11 boulevard d'Alembert, 78280, Guyancourt Cedex, France, Courriel : jean-paul.vanderlinden@reeds.uvsq.fr

Articles du même auteur

Chantal Pacteau

Chargée de recherche CNRS, Directrice adjointe à l’interdisciplinarité du Groupe d'Intérêt Scientifique « Climat, environnement, société ». Laboratoire Bioemco. Université Pierre et Marie Curie – Paris VI. 4 place Jussieu - Case 120 - 75252 Paris, France, Courriel : chantal.pacteau@gisclimat.fr

Articles du même auteur

Sylvie Joussaume

Directrice de recherche à l’UMR LSCE – Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement – au sein de l’Institut Pierre Simon Laplace, Directrice du Groupe d’Intérêt Scientifique « Climat, Environnement, société ». LSCE – Orme, Bât. 709, Orme des Merisiers, F-91191, Gif-sur-Yvette Cedex, France, Courriel : Sylvie.Joussaume@gisclimat.fr

Nathalie Blanc

Directrice de recherche à l’UMR LADYSS CNRS – Dynamiques Spatiales et Recomposition des Espaces – Université Paris 7, UFR Géographie, Histoire, Sciences de la Société, Dalle les Olympiades - Immeuble Montréal, 105 rue de Tolbiac, 75013, Paris, France, Courriel : nathali.blanc@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page