Navigation – Plan du site

L’adaptation de la gestion des espaces naturels urbains aux changements de la variabilité climatique régionale : exemple de Paris et Montréal

Guillaume Simonet et Nathalie Blanc

Résumés

Cette contribution vise à exposer les places respectives de l’adaptation au changement climatique et de la biodiversité dans la conduite des politiques de ville durable au travers de deux études de cas situées à Paris et à Montréal (Canada). Ce travail d’enquête a été conduit grâce à la réalisation d’entretiens semi-dirigés auprès de responsables de la Ville de Paris et de celle de Montréal. Il s’agit bien, plus précisément, de déceler l’existence de liens entre la gestion des parcs et jardins et l’adaptation aux changements climatiques. Cette analyse de contenu des entretiens tente d’expliciter les différences entre les politiques menées par les villes de Paris et Montréal, sachant que, dans le cadre de cet article, nous nous contenterons d’en ébaucher les prémices. Pour y parvenir, nous nous concentrerons sur les récits d’acteurs, leurs constats concernant l’évolution du climat dans le cadre de leurs activités ordinaires, sur les réflexions engendrées et sur les réponses apportées. Les propos recueillis montrent que l’adaptation de la gestion des espaces naturels urbains aux changements de variabilité climatique s’appuie sur la priorité donnée aux espèces végétales indigènes considérées les mieux appropriées aux conditions biophysiques régionales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction, contexte et méthodologie

  • 1  Les 4 entretiens semi-dirigés nécessaires au recueil d’informations comportaient des questions cad (...)

1Depuis 2008, les milieux urbains abritent plus de la moitié de la population mondiale. Ce fait est avéré pour les populations urbaines d’Europe et d’Amérique du Nord dès les années 1950. Le grignotage urbain sur les milieux naturels n’a dès lors cessé de croître à la faveur du développement de pôles économiques attractifs, des démographies régionales ainsi que des migrations nationales (exode rural) et internationales. Les problèmes environnementaux y sont désormais récurrents et variés, qu’il s’agisse d’îlots de chaleur ou de pollutions de toutes sortes. Depuis quelques années déjà, la végétation participe d’une tentative d’amélioration de la qualité de vie en ville, notamment à travers les trames vertes, mais aussi les façades végétalisées et les toits verts. Aujourd’hui, les stratégies dédiées à la préservation de la biodiversité urbaine invitent toits verts, trames vertes et façades végétalisées à jouer un rôle. Cette participation est argumentée par les effets bénéfiques apportés en termes de santé publique. Souvent renommés « ilots de fraîcheur », ces outils de l’action publique s’inscrivent dans l’objectif d’une lutte contre la dégradation de la qualité atmosphérique urbaine (pollution aux particules, épisodes de smog urbain). Récemment, les trames vertes et les toits verts ont été mis en valeur dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques à travers l’atténuation des événements climatiques extrêmes en milieu urbain (épisodes de canicules, gestion des eaux pluviales). Cette évolution accompagne celle du thème du réchauffement climatique global qui, après s’être imposé dans les politiques environnementales internationales, continue sa progression à l’échelle locale dans les priorités des politiques environnementales urbaines. Ainsi, la gestion des espaces naturels urbains est désormais régulièrement mentionnée dans les actions portant sur le thème de l’adaptation aux changements climatiques, lequel évolue, lui aussi, face au thème longtemps privilégié de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. À la lumière de ce contexte, l’article propose d’analyser les liens entre la gestion des espaces verts en milieu urbain et l’adaptation aux changements climatiques en se fondant sur des entretiens effectués au sein des structures responsables des parcs et jardins municipaux dans les villes de Paris et de Montréal. Il s’agit d’éclairer les relations établies par les acteurs des espaces verts entre leurs pratiques professionnelles et l’adaptation aux changements climatiques par l’étude des pratiques de gestionnaires municipaux1. Si les politiques de préservation de la biodiversité paraissent souvent disjointes des politiques d’adaptation aux changements climatiques, il importe d’interroger au-delà la manière dont les pratiques de gestion des espaces verts intègrent le phénomène climatique. Enfin, il convient de préciser que les propos rapportés n’ont pas directement été mis en regard avec une analyse des actions menées, mais ont été utilisés à titre de support visant à éclairer les articulations entre les pratiques de gestion des espaces verts, la biodiversité et l’adaptation aux changements climatiques.

2Dans un premier temps, nous proposerons de traiter en quelques mots l’histoire de la notion de biodiversité, de celle du concept d’adaptation. Dans un deuxième temps, nous verrons que la biodiversité et ses applications dans l’aménagement apparaissent, aujourd’hui, comme des moyens d’atténuer les impacts des changements climatiques. Enfin, les gestes quotidiens de gestion végétale modifiés par l’évolution du climat seront mis en lumière. Une discussion des arguments apportés clôturera notre propos portant notamment sur l’écart des politiques urbaines dans les deux champs qui se méconnaissent, climat et biodiversité, et sur le rôle éventuel des trames vertes dans un futur possible. I. Biodiversité et adaptation : éléments d’histoire

La biodiversité

3Le terme de "biodiversité", contraction de "diversité biologique" a été introduit au milieu des années 1980 par des naturalistes qui s’inquiétaient de l’érosion des milieux forestiers. Rapidement entendu, une convention internationale sur la diversité biologique a été signée dans le cadre de la Conférence sur le Développement durable de Rio en 1992. Cette dernière définit la diversité biologique comme étant "la variabilité des organismes vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres systèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie ; cela comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces ainsi que celle des écosystèmes". Les scientifiques considèrent qu’il existe une triple diversité : génétique, soit la diversité de l’information génétique portée par les êtres vivants ; spécifique, soit l’ensemble des espèces ou entités du monde vivant reconnaissables ; et écosystémique, soit la diversité des écosystèmes qui est celle des communautés végétales et animales vivant sous différentes conditions climatiques et géographiques. La notion de biodiversité met l’accent sur les interrelations entre les organismes et leur environnement à l’échelle planétaire. Et bien que l’attention se porte essentiellement sur les espèces visibles, il est bien évident que les espèces invisibles du vivant, tels les micro-organismes, jouent un rôle tout aussi majeur.

4La biodiversité a-t-elle un rôle ? Outre le fait d’être un bien, si on prend en considération tous les produits issus de la biodiversité (des ressources de la pêche et de la chasse aux ressources génétiques, etc.), la biodiversité remplit avant tout des fonctions que l’on appelle les services écosystémiques en jouant un rôle fondamental dans la régulation des grands cycles biogéochimiques. La biodiversité joue également un rôle dans les services esthétiques, culturels, etc.

5Quels sont les moyens de protéger la biodiversité ? Sur le plan juridique, la biodiversité renvoie à des éléments isolés, telles la végétation ou certaines populations animales. Il est donc difficile de la protéger en tant qu’entité inter-reliée. En effet, comment protéger aussi bien les éléphants que les bactéries ? Certes, l’on peut militer en faveur de la conservation de la biodiversité, mais nos connaissances en la matière, en particulier sur le monde des micro-organismes, sur le mutualisme, la symbiose et autres mécanismes de collaboration des êtres vivants, sont encore peu élaborées et appellent à l’humilité dès lors qu’il s’agirait d’établir des actions sur leurs bases. Ainsi, il apparaît pertinent de protéger la biodiversité dans ses différentes composantes par le biais de la création et la protection d’espaces. Les trames vertes, par exemple, sont un des outils de l’action publique en matière de préservation de la biodiversité urbaine.

6Du côté des sciences sociales, comment envisage-t-on la problématique de la biodiversité ? Les rapports des êtres humains à la nature sont difficiles et controversés depuis longtemps. Le terme de la nature ne peut être que prétexte à conflits, disent les sociologues qui décrivent les manières dont des groupes plus ou moins puissants s’en approprient l’usage, ou tout au moins prétexte à discussion quant à sa réalité. De quelle nature pourrions-nous vouloir ? S’agirait-il de ce que Gilles Clément nomme un « jardin planétaire » qui regarde la mondialisation sous l’angle de la diversité des pratiques et des êtres vivants ? Car la manière dont on s’approprie la biodiversité, et dont elle finit par être traitée, est une véritable question sociale. Le vivant, dans ses formes actuelles, résulte de ces modes d’appropriation.

Le concept d’adaptation

7D’origine latine, apere, lier, ajouté à locution ad, à, vers, « adaptation » avait une signification concrète en lien avec l’idée de mettre en accord deux choses dès ses premières attestations au XIIIe siècle. Le renouveau de la biologie au XVIIIe siècle donna au terme une nouvelle facette liée à l’idée de modification. En effet, les théories transformistes puis celle de l’évolution auxquelles participèrent entre autres Lamarck, Wallace et Darwin, heurtèrent la conception établie d’une création divine générant une fracture épistémologique de laquelle naquit la facette « processus » de l’adaptation (Taché, 2003). À la faveur de son appropriation transdisciplinaire, notamment en psychologie, puis de l’apport de nouvelles sciences (cybernétique, théorie de l’information, thermodynamique) au XXe siècle, le terme se transforma en véritable concept polysémique interdisciplinaire utilisé aussi bien à l’échelle cellulaire qu’à celle des collectivités humaines. Malgré ces avancées, l’adaptation reste prisonnière de son étymologie duale résumée par la terminologie de Piaget (1967) « l’adaptation-processus » et « l’adaptation-état », à l’origine d’une interprétation délicate en lien avec la perception humaine du temps puisque les adaptations observées « stables » ne sont que le fruit d’une évolution permanente. Néanmoins, l’ambivalence du concept d’adaptation est également à l’origine d’un niveau de réflexion avancé comme en témoigne son usage transdisciplinaire actuel (Simonet, 2009).

8Le concept d’adaptation est utilisé par le Groupe intergouvernemental des experts sur l’évolution du climat (GIEC) ; il désigne les actions à entreprendre pour réduire la vulnérabilité des systèmes humains face aux impacts appréhendés des changements de la variabilité climatique. L’adaptation aux changements climatiques a longtemps été secondaire au regard des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En effet, alors que l’adaptation cherche à s’accommoder au problème, la réduction est la seule solution s’attaquant à la source du phénomène. Cependant, même si l’adaptation aux changements climatiques est encore balbutiante notamment d’un point de vue opératoire, le caractère inéluctable des changements climatiques met en avant les politiques de lutte contre le phénomène (Füssel, 2007). Les contributions des sciences humaines et sociales, présentes dans les premières évaluations d’impacts, portent davantage d’attention sur la compréhension et l’analyse des résistances rencontrées lors de l’opérationnalisation des actions d’adaptation, notamment au niveau cognitif ou organisationnel. La complexité et la vulnérabilité des milieux urbains face au phénomène climatique ouvre un champ de recherche sur le thème de l’adaptation aux changements climatiques qui se greffe sur les recherches en cours sur le développement durable, l’urbanisme et l’aménagement à travers la fabrique de la ville, mais également sur les dimensions d’esthétisme ou encore celles liées à l’appropriation citoyenne des lieux de vie à l’échelle du quartier.

S’adapter au changement climatique : Paris et Montréal

La structure municipale parisienne et la gestion de ses espaces verts

  • 2  « A ce titre, elle assure le suivi des grands projets d'aménagement et la mise en place de la poli (...)

9La Ville de Paris est organisée en 22 Directions techniques et administratives réparties en 4 pôles intitulés « Espaces publics », « Économie et social », « Service aux parisiens » et « Fonctions support et appui aux directions ». Depuis 2007, la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement (DEVE), anciennement la Direction des Parcs, des Jardins et des Espaces Verts, fait partie du pôle « Espaces publics » et a en charge « l’embellissement de l’espace public et la concrétisation des nouvelles orientations de la Ville. »2(Ville de Paris, 2010).La DEVE a sous son autorité 10 services dans lesquels sont répartis 4 jardins botaniques (le jardin des serres d’Auteuil, le Parc floral de Paris, le Parc de Bagatelles et l’École du Breuil), lesquels sont eux-mêmes sous l’autorité du Conservateur des jardins botaniques de Paris. Bien qu’il soit responsable de la gestion des collections végétales sur les 4 sites, son rôle se rapporte essentiellement à la gestion botanique générale des jardins. En ce sens, les propos rapportés laissent apparaître que ses responsabilités rejoignent celles d’un Conseiller technique et scientifique dont la spécialité se situerait dans le domaine de la biologie végétale. Les jardins botaniques de Paris sont inscrits au réseau des jardins botaniques francophones (JBF) à travers duquel s’échangent des informations sur les observations et pratiques locales, sur les retours d’expériences ainsi que sur des réflexions dans le domaine de la gestion des espèces végétales et de la Conservation de la biodiversité.

10Au niveau des outils institutionnels en lien avec la problématique des changements climatiques mis en place, la Ville de Paris s’est dotée en 2007 d’un Plan Climat dans lequel le chapitre six est consacré à l’adaptation aux changements climatiques. Parmi les actions proposées pour réduire la vulnérabilité du territoire parisien face aux impacts appréhendés du phénomène, les espaces verts sont mis à contribution à deux niveaux. Tout d’abord, à travers une participation active de la Ville de Paris à un observatoire phénologique européen afin de suivre les effets locaux du climat sur la flore de son territoire. Ensuite, par l’accélération du programme de végétalisation du territoire déjà amorcé dans la précédente mandature. À ce titre, il est précisé que l’élargissement de la place du végétal dans le milieu urbain parisien à travers la création de nouveaux espaces verts et toitures végétalisées permettra de contrer les îlots de chaleur tout en contribuant à l’amélioration du cycle de l’eau. La traduction de ces actions est menée par le Service de l’écologie urbaine (SEU), classé comme service d’appui technique au même titre que deux autres services au sein de la DEVE.

11Face à la question de l’opérationnalisation des actions d’adaptation proposées dans le Plan Climat, les entretiens convergent quant aux difficultés propres à la taille et l’organisation en très nombreux services et directions de la Ville de Paris. Les propos mentionnent que les échanges d’informations entre services et surtout entre directions sont vécus comme problématiques dès qu’il s’agit d’enjeux transversaux tels les enjeux environnementaux en face desquels l’organisation structurelle apparaît inappropriée. Le cas du service d’écologie urbaine (SEU), responsable de la mise en œuvre du Plan Climat de Paris, est alors évoqué. En effet, son rôle est de traiter des enjeux climatiques à une échelle qui dépasse celle de la Direction. De ce point de vue là, la légitimité institutionnelle d’un Conseiller technique et scientifique semble plus efficace pour engager le dialogue avec une structure administrative autre que sa propre Direction puisqu’il est directement rattaché au directeur de sa Direction. En dépit de ces limites, les propos soulignent que de nombreux échanges existent entre la DEVE et d’autres directions, soit de manière formelle avec les projets transversaux (exemple de la Direction de la voirie et des déplacements et du Service d’aménagement de la DEVE lors de la gestion des arbres d’alignement) ou de manière plus informelle au travers des relations et des affinités sociales ou interprofessionnelles.

Paris, un patrimoine végétal mal adapté

12En milieu urbain, la littérature mentionne que les changements climatiques sont et devraient être amenés à se manifester à la fois de manière progressive et à la fois par des événements soudains et brutaux, à la différence d’une pollution atmosphérique ou d’épisodes de smog (Wilbanks et al., 2007). À ce niveau, la mise en relation de la biodiversité et des changements climatiques se fait au travers des migrations nord-sud spécifiques, des changements progressifs dans la phénologie des espèces végétales et des constats comptables issus des dégâts provoqués par des événements climatiques brusques.

13Concordant avec ces aspects, nos interlocuteurs indiquent que les effets des changements climatiques sur la flore du territoire parisien se manifestent par une évolution spatiale des essences végétales due à la remontée progressive vers le nord de certaines et à l’arrivée en provenance des régions situées plus au sud de la part d’autres. Des changements spécifiques sont également rencontrés en lien avec l’apparition de nouvelles espèces végétales exotiques (non régionales). Les modifications de fréquence et d’ampleur en termes d’apports en eau ou de température moyenne annuelle se traduisent également à travers une évolution phénologique aussi bien en termes quantitatifs (croissance) que qualitatifs (fragilité) des individus végétaux déjà présents. Les propos précisent aussi que les relevés issus des observations effectuées montrent un apport d’eau plus erratique et des épisodes de sécheresse accrus lors de la dernière décennie, au point que sur le terrain, certains techniciens pensent inéluctable la disparition de certaines essences d’arbres à Paris du fait de ces épisodes récurrents de déficit hydrique. Enfin, nos interlocuteurs observent des effets du climat sur la biodiversité à travers les conséquences d’événements climatiques extrêmes ponctuels (tempête 1999, canicule 2003 et 2006). Ils mentionnent que l’ensemble de ces observations sur Paris concorde avec celles faites dans les autres jardins botaniques (dont celui de Montréal), connectés entre eux via le réseau d’échanges des JBF.

14En dehors de ces constats, les réponses recueillies soulignent que les maladaptations végétales, conséquences de certaines politiques et d’aménagements peu pertinents dans le domaine architectural paysager local, mettent en évidence les changements climatiques. Nos interlocuteurs considèrent que la gestion des parcs et jardins parisiens se heurte ponctuellement à des « ingérences » hiérarchiques ou extérieures. De nombreux exemples de mauvaises décisions reliées à de simples « coups d’éclat » ayant pour objectif de valoriser un événement, une artère ou encore la renommée de la ville, comme lors des concours d’architectures végétales, se révèlent être sur le long terme un fardeau en termes de gestion du fait d’une importante maladaptation végétale. Nombre d’aménagements paysagers ne durent pas longtemps après leur inauguration ou demandent beaucoup d’énergie pour être maintenus en l’état. Cette situation est exacerbée par l’évolution des variables météorologiques régionales, amplifiant le non-sens de telles décisions d’aménagement prises en amont. D’autre part, la gestion générale des parcs et jardins est elle aussi directement mise en cause. En effet, les interlocuteurs estiment que la gestion des espaces verts de la Ville de Paris montre ses limites au moment d’événements extrêmes climatiques. L’exemple de la tempête de 1999 est alors mentionné, au cours de laquelle de nombreux dégâts (arbres couchés) au bois de Vincennes et à l’École de Breuil ont permis de cerner l’inadaptation de certaines essences d’arbres plantées sur le territoire parisien ou dans la région francilienne, incapables d’avoir pu développer un système racinaire suffisamment résistant. Certes, le caractère exceptionnel des vents violents est souligné, mais le choix des essences non adaptées au milieu naturel francilien plantées est également mis en cause. L’événement a permis de mettre en exergue un manque de diversité biologique dans le choix des plantes et des aménagements. Toujours en relation avec ces maladaptations en termes de gestion des parcs et jardins, les entretiens indiquent que les méthodes d’arrosage basées sur l’apport d’eau quotidien, régulier et en importante quantité, sont tellement déconnectées de la réalité météorologique locale que de nombreuses essences végétales herbacées et arbustives ont développé leur système racinaire en fonction de ces conditions factices. Dès lors, les événements climatiques difficiles tels que des épisodes de sécheresse accrue révèlent rapidement l’incapacité des végétaux à résister à de telles conditions, reflet d’une maladaptation végétale et de gestion, entretenues pendant plusieurs décennies.

Montréal, ville étendue à l’organisation complexe

  • 3  Le 21 juin 2004, le gouvernement provincial du premier ministre Jean Charest autorisa la tenue d’u (...)

15La Ville de Montréal est organisée en neuf Services rattachés à la Direction générale parmi lesquels le Service du développement culturel, de la qualité du milieu de vie et de la diversité ethnoculturelle. Ce Service a lui-même quatre Directions sous son autorité, dont la Direction des Muséums Nature qui gère le Jardin Botanique et la Direction des grands parcs et de la nature en ville. Cette dernière gère les parcs et jardins municipaux et comprend la Division de la production et de l’expertise arboricole, gestionnaire de la pépinière qui produit les arbres pour la Ville et responsable du volet recherche sur les arbres ; elle s’occupe notamment d’étudier les « envahisseurs » potentiels et de gérer les plans d’action comme la Politique de l’arbre ou la Stratégie de verdissement. Les espaces verts de petite taille sont quant à eux gérés depuis la restructuration administrative municipale de 20043 par les Arrondissements. La biodiversité est un thème ancré à Montréal depuis 1996 et l’installation du Secrétariat permanent de la Convention des Nations-Unies sur la diversité biologique, thème pris en charge au niveau municipal par le Jardin botanique de Montréal qui abrite le Centre sur la Biodiversité.

16Le Jardin Botanique de Montréal fait partie du réseau des JBF et du Botanical Garden Conservation International (BGCI), association regroupant les jardins botaniques mondiaux. Les propos recueillis indiquent que ses collaborations institutionnelles sont diversifiées : avec le monde universitaire (le Jardin abrite l’Institut de recherche en biologique végétale (IRBV) de l’Université de Montréal), au niveau gouvernemental (aide au ministère des Transports du Québec pour des collectes végétales) ainsi qu’avec la Direction des grands parcs et de la nature en ville compte tenu de la proximité municipale administrative et thématique. Le Jardin botanique de Montréal possède également ses propres spécialistes des arbres urbains sans toutefois s’occuper de la pépinière municipale située à l’extérieur de l’île de Montréal. Enfin, le Jardin possède sa propre politique de développement durable, laquelle fut élaborée en accord avec le Plan stratégique de développement durable de la collectivité montréalaise développé par la Direction de l’environnement et du développement durable de la Ville de Montréal.

17Nos enquêtés estiment que l’organisation municipale montréalaise est complexe et laisse peu de possibilités d’échanges transversaux entre les différents services, voire entre les directions d’un même service, décrivant alors le travail comme étant « en silo ». Dans un tel contexte, ils estiment que les enjeux environnementaux sont cloisonnés en fonction de la thématique institutionnelle. À titre d’exemple, il est mentionné que les travailleurs de la pépinière de la ville de Montréal, géographiquement éloigné des services administratifs centraux, travaillent très peu avec les divisions concernées telles que la Division de la production et de l’expertise arboricole. Les entretiens indiquent également que la nouvelle structure administrative de la ville de Montréal laisse plus de pouvoirs aux arrondissements et aux municipalités présentes sur l’île de Montréal concernant la gestion des espaces verts situés sur leur territoire, notamment ceux de taille réduite. Ainsi, il est souligné que le Service des grands parcs et de la nature en ville ne s’occupe désormais que des parcs urbains de grande taille, possédant alors moins de contrôle sur l’ensemble des espaces verts urbains situés sur l’île de Montréal.

Une politique municipale sur les changements climatiques émergente et dispersée

  • 4  La « crise du Verglas » est une période de cinq jours consécutifs en janvier 1998 où une série de (...)
  • 5  « Objet de la résolution CE05 5020 : Fixer un objectif de 20 % de réduction des émissions corporat (...)

18Les enquêtés estiment que les changements climatiques sont un sujet nouveau pour la ville de Montréal, et ce en dépit de la crise du verglas de 19984, perçue comme une manifestation directe des changements climatiques et qui a eu d’importantes conséquences sur les arbres du territoire montréalais. En effet, la Ville de Montréal ne possède pas de politique municipale spécifiquement axée sur le thème des changements climatiques. Pourtant, le comité exécutif de la Ville de Montréal vota en 2005 la résolution CE05 5020 mandatant le Service Infrastructures, transport et environnement (SITE), à travers la Division planification et suivi environnemental de la Direction de l’environnement et du développement durable, de la responsabilité de gérer la problématique des changements climatiques. Il fut ainsi fixé de réduire de 20 % les émissions corporatives de GES de la Ville de Montréal pour la période 2002-20125. C’est également à ce moment que l’adaptation aux changements climatiques fut mentionnée pour une première fois à la Ville de Montréal comme préoccupation officielle. Un plan d’adaptation aux changements climatiques à l’échelle de la collectivité est ainsi envisagé au sein de la Division planification et suivi environnemental de la Ville de Montréal sans échéance précise.

19Au niveau de ses politiques municipales, la lutte contre les changements climatiques est inscrite dans le Plan stratégique de développement durable de la collectivité montréalaise (PSDD) dont l’élaboration et la mise en place sont sous l’autorité de la Direction de l’environnement et du développement durable du SITE. Placé dans un cadre général de développement durable, ce plan comporte quatre orientations prioritaires parmi lesquelles la première se réfère à la problématique des changements climatiques (« Améliorer la qualité de l’air et réduire les émissions de gaz à effet de serre »). Le PSDD ne fait aucune référence sensu stricto à l’adaptation aux changements climatiques, bien que l’action 2.12 « Réduire la présence d’îlots de chaleur urbains » de l’orientation « Assurer la qualité des milieux de vie résidentiels » y fait indirectement référence. Cette action 2.12 comporte l’objectif d’élaborer une Stratégie de verdissement. C’est dans l’introduction de cette politique que le thème de l’adaptation aux changements climatiques est abordé à titre d’argument, comme nous le confirment les entretiens, afin de mieux en légitimer les contours, au même titre que les arguments visant la santé publique et ceux portant sur la qualité de l’air en milieu urbain. La Stratégie de verdissement est en cours d’élaboration par la Division de la production et de l’expertise arboricole. Enfin, le PSDD comporte une nouvelle orientation depuis sa phase 2007-2009 qui fait référence à la Biodiversité, intitulée « Améliorer la protection de la biodiversité, des milieux naturels et des espaces verts ».

Éléments de convergence : politiques du climat et politiques de biodiversité

Paris : l’Agenda 21 et le Plan Climat

  • 6 « Ce Plan Climat parisien, comme le Plan local d’urbanisme et le Plan de Déplacement de Paris, s’ (...)

20Les propos recueillis au sein de l’administration parisienne convergent sur l’idée que les politiques de développement durable peuvent faire partie des réponses aux problématiques climatiques. Cette idée part du constat d’une évolution de la phénologie des espèces floristiques sur le territoire parisien en réaction à de nouvelles conditions climatiques en face desquelles les réponses des gestionnaires des espaces verts locaux se sont traduites par une évolution des pratiques de gestion. Nos interlocuteurs soulignent que les changements climatiques (ou le Plan Climat) n’expliquent pas à eux seuls le changement d’attitude dans la gestion des parcs et jardins. L’évolution des pratiques amorcée il y a plus d’une dizaine d’années procède d’une sensibilité accrue aux enjeux environnementaux associée à la diffusion de la notion de développement durable notamment. En effet, l’interdiction d’utilisation de certains produits phytosanitaires jugés dangereux pour la santé publique, l’évolution de la sensibilisation des enjeux environnementaux au sein de la population ainsi que l’apprentissage des expériences liées aux aménagements végétaux ont également participé à l’évolution des pratiques de gestion des parcs et jardins parisiens. Dans ce contexte, les interlocuteurs considèrent qu’il est difficile de différencier les actions réalisées dans le cadre du Plan Climat de celui de l’Agenda 21, traduction politique du développement durable. Néanmoins, à contrario des propos recueillis, l’Agenda 21 parisien parait au point mort depuis les élections municipales de 2008, alors que le Plan Climat et le thème de l’énergie semblent plus visibles localement. La Ville de Paris aurait-elle donné la priorité à la mise en œuvre du Plan Climat, alors qu’à l’origine ce dernier était un simple outil de l’Agenda 216 ? 

La traduction du Plan Climat au sein de la DEVE

  • 7  Extrait de l'arrêté du 22 janvier 1997 créant une zone de protection spéciale contre les pollution (...)

21À l’instar des autres directions de la ville de Paris, la DEVE est sollicitée dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Climat. Plusieurs actions caractérisent cet engagement. Tel est le cas du projet d’une chaufferie au bois alimentée par les matières ligneuses locales issues d’arbres malades ou ceux coupés suite à des projets de développement est en cours d’étude. Néanmoins, bien qu’annoncé, il rencontre des difficultés sur le plan juridique face à la loi sur les comburants à pouvoir calorifique minimum7, sur le plan sécuritaire du fait de la proximité de l’aéroport d’Orly (fumée à éviter) et sur le plan psychologique, le bois comme combustible étant encore perçu comme pratique « archaïque ».

22Par ailleurs, nos interlocuteurs définissent la DEVE comme étant la seule direction « puits de carbone » puisque son activité consiste à planter des arbres et donc, à participer au stockage du CO2 atmosphérique dans la matière ligneuse locale. En outre, les enquêtés considèrent que les parcs et jardins représentent autant de terrains non « développés » ou aménagés en entités émettant des émissions de gaz à effet de serre. Parmi les pratiques qui visent désormais la réduction des émissions de gaz à effet de serre, contribuant ainsi à l’adaptation aux changements climatiques, deux principales s’accompagnent de mesures en faveur la conservation de la biodiversité régionale :

23le développement de la « gestion différenciée » comme technique de gestion des parcs et jardins a entraîné une réduction d’utilisation de produits phytosanitaires et un changement dans leur utilisation (répandre, transporter, éliminer). La « gestion différenciée » favorise également le maintien et l’augmentation de la diversité biologique végétale (voir ci-après). Les entretiens soulignent toutefois la difficulté de faire reconnaître les efforts produits par cette nouvelle gestion sur le plan comptable ;

24une attention particulière au choix des plantes, en favorisant les espèces indigènes, à introduire dans la gestion des parcs et jardins ainsi qu’à l’évolution des pollens allergisants. Le choix des plantes indigènes est également souligné comme un aspect important de conservation et de valorisation de la biodiversité régionale.

La traduction des pratiques en termes « d’adaptation aux changements climatiques »

25De manière plus générale, les intervenants perçoivent l’adaptation aux changements climatiques comme étant liée à la « gestion différenciée », présentée comme une gestion plus « naturelle » et intégrée au concept de développement durable. La gestion différenciée est une pratique de gestion des espaces verts qui s’appuie sur des méthodes se rapprochant des conditions présentes dans les milieux naturels locaux. Ainsi, le gestionnaire va sélectionner prioritairement des plantes en fonction de leur « origine » et de leur adaptation aux conditions bioclimatiques régionales. Il en est de même pour le développement de techniques d’arrosage plus proches de la réalité météorologique « naturelle » locale, avec un apport d’eau basé sur une fréquence et une quantité irrégulière. Ces méthodes rendent les végétaux plus résistants, y compris lors d’événements climatiques extrêmes, du fait d’un développement racinaire mieux adapté à la variabilité météorologique réelle. Cette gestion exige moins de « soins » et d’intrants, alliant des économies d’énergie, de coût et de risques sanitaires.

26Les entretiens mentionnent que le Service aménagement, responsable du choix des plantes destinées à être plantées et introduites à la pépinière de Rungis, choisit des plantes indigènes, mieux adaptées aux conditions climatiques régionales et moins exigeantes en eau. Le choix est également adapté à la structure urbaine du territoire de Paris, lequel est de 2 degrés supérieurs aux conditions climatiques régionales franciliennes, tel un îlot de chaleur local en Île-de-France. Les propositions vont donc vers des espèces indigènes situées plus au sud de la région, de climat plus sec, voire méditerranéen. Ce choix permet une meilleure adaptation aux conditions climatiques parisiennes réelles, et non théoriquement associées aux conditions climatiques franciliennes. En outre, il permet d’anticiper une évolution climatique qui se dirige vers un apport d’eau plus erratique et une augmentation des températures. Enfin, les interlocuteurs soulignent que Paris étant identifié comme un important centre de dispersion de pestes végétales, le choix de plantes indigènes régionales permettrait d’éviter des dispersions qui pourraient être préjudiciables au milieu naturel francilien.

27Par ces exemples, les entretiens soulignent que la réponse des gestionnaires des espaces verts de la Ville de Paris face au phénomène des changements climatiques se traduit par un réajustement (ou une adaptation) des comportements et des pratiques à la réalité climatique régionale « naturelle ». Cette réponse présente par ailleurs l’aspect d’un processus continu étant donné l’évolution climatique constante.

Montréal : la Stratégie de verdissement

28Conformément à l’action 2.12 du PSDD, la Division de la production de l’expertise arboricole a obtenu le mandat d’élaborer la Stratégie de verdissement dans l’optique d‘atténuer les épisodes de canicule potentiels et de répondre aux demandes des citoyens d’une augmentation des espaces de verdure. Les propos à ce sujet indiquent que la base des réflexions de la Stratégie de verdissement est issue du Projet Biotopes « Évolution des occupations du sol, du couvert végétal et des îlots de chaleur sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (1984-2005) » mené conjointement par plusieurs organismes montréalais universitaires et communautaires. Ces derniers ont mis en évidence la présence d’importants îlots de chaleur due aux grandes zones de développement commercial minéralisées. Les milieux résidentiels, plus petits, représentent quant à eux une densité de population vulnérable supérieure à la population de travailleurs des zones commerciales même si l’effet « îlot de chaleur » est moindre. Après diverses concertations, nos enquêtés mentionnent que la mise en œuvre de la Stratégie de verdissement sur les propriétés privées pourrait être facilitée par la réglementation, mais le choix a été fait d’une sensibilisation et d’incitatifs. Pour le domaine public, outre la plantation d’arbres, des toits et façades verts sont également envisagés notamment pour les nouvelles constructions. Ces différentes mesures requièrent une créativité spécifique, vu le climat montréalais, d’où la nécessité de projets pilotes à l’échelle du quartier. Par exemple, l’asphalte enlevé de ruelles ciblées a permis de montrer une amélioration micro locale de la qualité de l’air et du drainage.

29Les propos mentionnent qu’en général, les politiques de verdissement nécessitent des plans de production d’arbres sur 10 ans. Dans ce cadre, la Stratégie de verdissement inclut l’augmentation de la diversité des essences végétales afin d’accroitre la résistance à la présence d’insectes et de pestes anticipés par les scénarios climatiques futurs. Cependant, les exigences du milieu urbain doivent être intégrées à ces choix : les espèces végétales doivent être adaptées à des conditions climatiques difficiles, doivent correspondre à des conditions liées aux aménagements (trottoirs) et doivent répondre à certaines exigences spécifiques. Sont ainsi écartés les arbres à fruits pour les aspects sanitaires et de confort (esthétique, odeur) et les arbres gros et touffus pour la visibilité des enseignes. En cours de réalisation, un document de travail a été réalisé en 2010 avec différents groupes, aussi bien communautaires, publics, universitaires, privés ou citoyens. La Stratégie de verdissement devrait être appliquée par les arrondissements pour le domaine public et directement par les acteurs impliqués concernant le domaine privé.

L’implication du Jardin Botanique de Montréal dans la lutte aux changements climatiques

30C’est à travers sa politique de développement durable que le Jardin Botanique de Montréal est impliqué dans un programme d’économie d’énergie pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (mise en place de systèmes géothermique, changement des lumières, système de chauffage des serres). Les enquêtés mentionnent que l’adaptation aux changements climatiques y est abordée à travers les recherches de l’IRBV, en particulier le programme d’observations de l’évolution de la phénologie des plantes. Ainsi, l’apparition des floraisons et ses différents stades, l’observation du temps de la formation des graines et l’élaboration d’une liste d’espèces considérées comme indicateurs sont des actions qui rentrent dans ce volet. Par ailleurs, les propos indiquent que l’IRBV travaille sur la surveillance de l’arrivée potentielle (et probable) d’insectes ravageurs, notamment le Longicorne Asiatique qui s’attaque aux érables, dont la montée vers le Nord est jugée préoccupante puisqu’il est désormais capable de pouvoir faire son cycle de vie sous les latitudes du Canada. Connecté au réseau d’échanges d’information du BGCI, le Jardin s’inspire régulièrement de la mise à disposition de grande ligne sur la gestion de la conservation des collections végétales, en prônant notamment l’élaboration de stratégies pour la biodiversité locale des jardins botaniques comme priorité.

La biodiversité, point central de la politique environnementale du Jardin Botanique de Montréal

31Nos entrevues indiquent que la biodiversité constitue le cœur de la politique de sensibilisation environnementale du Jardin Botanique de Montréal dans laquelle les citoyens sont considérés des vecteurs potentiels de changements (comportements, actions) dans l’optique d’un développement durable à l’échelle de la ville. Les enquêtés soulignent cependant que le jardin étant municipal, son rôle est à différencier d’une sensibilisation d’ONGE. Dans ce cadre, les changements climatiques sont essentiellement présentés comme l’une des menaces à l’érosion de la biodiversité mondiale, tout comme celle régionale. Ainsi, la gestion végétale du Jardin est axée prioritairement à la conservation des plantes indigènes rares et menacées du Québec à travers un programme de réintroduction in situ et une politique d’introduction d’espèces indigènes dans ses plantations. Par ailleurs, le Jardin encourage l’utilisation de plantes indigènes dans les jardins privés dans son guide de bonnes pratiques en termes de gestion végétale, de lutte contre les parasites et d’entretien. Néanmoins, nos interlocuteurs expliquent que sensibiliser à la biodiversité n’est pas toujours facile : la notion de biodiversité n’est pas d’usage courant et il y a un fort décalage dans l’appréhension de l’échelle de temps entre une disparition rapide et une évolution du vivant très longue.

32Dans le prolongement de cette politique, la gestion végétale du Jardin s’appuie sur la lutte biologique intégrée, quitte à se débarrasser de certains cultivars trop exigeants. L’avantage de la lutte intégrée est l’utilisation de plantes bien adaptées, c’est-à-dire de plantes indigènes. Seuls certains pesticides à faible impact sont utilisés pour certaines plantes exotiques introduites il y a plusieurs décennies. Les propos indiquent que les employés travaillant dans les serres seraient à l’origine de cette initiative dans un souci de santé publique. Les travailleurs des jardins extérieurs ont ensuite étendu le mouvement, au moment même de l’émergence d’une réglementation provinciale puis municipale pour interdire certains produits phytosanitaires. Désormais, il existe un responsable de la lutte intégrée.

33Au-delà de ces aspects, les entretiens soulignent que le Jardin continue sa mission d’origine, c’est-à-dire de présenter ses collections végétales exotiques au public et d’en assurer un rôle de conservation. Cependant, du fait de l’évolution des règlementations internationales sur la protection de la biodiversité (Convention CITES), le Jardin Botanique de Montréal, à l’instar de la plupart des jardins botaniques, ne serait aujourd’hui plus capable de remonter ses collections végétales exotiques, héritage d’un temps où l’absence de réglementation permettait l’apport d’essences exotiques d’autres pays. Les enquêtés considèrent que le rôle des jardins botaniques a évolué en se rapprochant de la notion de patrimoine végétal et d’un rôle de conservation visant à rendre utile ces collections végétales exotiques pour les pays d’origine au besoin à travers un programme de réintroduction ex situ, comme c’est le cas pour certaines espèces d’orchidées d’Équateur pour le Jardin de Montréal.

Discussion et conclusion

Politiques de développement durable et politiques climatiques

34Considérée comme un document clé du développement durable, la Convention sur la diversité biologique (CDB) fut adoptée en même temps que la Convention-cadre des Nations-Unies sur le changement climatique (CCNUCC) lors du Sommet de Rio de 1992. L’adoption du Protocole de Kyoto (1997) a marqué le début d’une lente séparation entre la mise en place à l’échelle locale de politiques de développement durable issues de l’élan impulsé à Rio et celle de politiques climatiques issues des conclusions des rapports du Groupe intergouvernemental des experts sur l’évolution du climat (GIEC) à l’influence croissante. Depuis les années 2000, la biodiversité, associée très fortement au développement durable et traduite, au niveau local, par les Agendas 21, n’est plus prioritaire dans les agendas politiques traitant des enjeux environnementaux au profit d’une urgence climatique mise au premier plan par les médias et les scientifiques.

35Dans le cas de Paris, les entretiens laissent apparaître une certaine « rivalité » politique entre le thème du développement durable et celui des changements climatiques ; elle se caractérise par les difficultés rencontrées lors de l’élaboration de l’Agenda 21. En effet, celui-ci ne progresse plus depuis les élections municipales de 2008 alors que le Plan climat de Paris est sorti en 2007. Ceci peut s’expliquer par le fait qu’à l’instar de sa dénomination, les aspects opérationnels s’apparentant au développement durable demeurent flous et requièrent une entrée « multi » (échelles, acteurs, compétences et enjeux) qui peut s’avérer dissuasive une fois l’étape de mises en place de projets à l’échelle urbaine arrivée (Hamman et Blanc, 2009). D’autre part, les propos reflètent bien une actualité environnementale axée sur les changements climatiques, liée à la fois à l’urgence climatique elle-même, mais également au poids politique des différents acteurs environnementaux. Ainsi sur Paris, l’influence des Verts dans l’élaboration du Plan Climat semble prépondérante.

36Le cas de Montréal se présente différemment. L’équipe municipale montréalaise en place depuis 2001 a fait le choix d’intégrer sa politique sur les changements climatiques dans le cadre plus global d’un plan de développement durable matérialisé par le PSDD. À première vue, il ne semble pas y avoir de « confrontation » entre la politique de développement durable, qui reste le cadre global et la politique climatique qui reste un de ses aspects spécifiques. Sans s’y attarder, plusieurs éléments peuvent aider à l’éclairage de cette situation. En premier lieu, l’influence de l’élaboration du PSDD ne provient pas d’acteurs partisans ou politiques, mais du milieu environnemental montréalais à travers un collectif regroupant plusieurs sensibilités. Le cadre du développement durable, prôné par ce collectif, permit de rassembler les divers enjeux environnementaux, parmi lesquels les changements climatiques n’en furent qu’un parmi d’autres. Par ailleurs, le thème des changements climatiques fut principalement accaparé au niveau gouvernemental plutôt qu’à l’échelle municipale. De ce fait, le développement durable semble une notion bien ancrée à Montréal. Cependant, les observations de terrain par le biais des entrevues indiquent que le thème des changements climatiques est en émergence. En témoigne la réflexion autour de projets d’élaboration d’un Plan Climat Montréal ou d’un Plan d’adaptation.

Le volet adaptation et la biodiversité

37L’émergence dans les politiques climatiques, ces dernières années, du volet « adaptation aux changements climatiques » valorise la biodiversité, notamment en milieu urbain. En effet, la présence quasi systématique de stratégies d’adaptation basées sur des aménagements de type « toits verts », « murs végétalisés » et « trames vertes » permet d’ancrer le thème de la diversité biologique urbaine dans la fabrique de la ville durable. De plus, les entretiens confirment l’utilisation de plus en plus fréquente d’espèces végétales comme « indicateurs » en temps réel de l’évolution de la fréquence et de l’ampleur des variables climatiques, en plus de la qualité de l’air urbain. La littérature scientifique va également dans ce sens. Il s’agit d’intégrer la problématique climatique dans les activités de gestion du territoire ; les pratiques sont ajustées grâce à la mise en place de procédures de suivi et de gestion de la biodiversité afin de favoriser l’adaptation des espèces aux nouvelles conditions (Ouranos, 2009 ; Génot et Barbault, 2005). Les stratégies de conservation de la biodiversité sont parfois considérées jusqu’à être elles-mêmes des stratégies d’adaptation aux changements climatiques (Naeem et DeFries, 2009). Ainsi, tant à Paris qu’à Montréal, nos entretiens montrent que les activités de gestion des espaces verts des territoires urbains ont évolué suivant l’évolution de la perception du climat. Les pratiques de gestion, notamment par l’intégration d’essences indigènes, ainsi que d’autres ajustements techniques, visent une meilleure résilience de la végétation aux évolutions de la variabilité climatique régionale. Ces ajustements s’intègrent dans un mouvement alliant le « bon sens », l’expérience et la connaissance du terrain ainsi que la reconnexion à des pratiques pour un temps mises de côté.

38Les différences notables entre Paris et Montréal concernant le thème de l’adaptation tiennent plus de la perception du terme lui-même. En effet, nos interlocuteurs parisiens jugent le terme d’« adaptation aux changements climatiques » trop passif et préfère l’associer directement à la gestion différenciée ou parler de lutte contre la désertification pour évoquer le manque hydrique comme manifestation locale principale de la problématique climatique. L’adaptation des pratiques aux nouveaux enjeux est également une lutte à mener contre les habitudes horticoles des jardiniers. Concernant Montréal, les enquêtés associent plus facilement le thème de l’adaptation à la santé publique et aux événements extrêmes climatiques de type canicule et vagues de chaleur, préférant ainsi parler de politique de verdissement ou d’îlots de fraîcheur. Ils l’intègrent également mieux dans un cadre de développement durable en mettant en relation les changements climatiques avec d’autres problématiques environnementales dans une vision plus systémique. Ainsi, il est mis en avant que les nouvelles constructions de certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), système nord-américain de standardisation de bâtiments à Haute qualité environnementale (HQE), concernent l’efficacité énergétique, mais n’ont nulle obligation en ce qui concerne le verdissement, soit des objectifs très restreints.

39La modification des attitudes de gestion et des techniques horticoles apparus ces dernières années à la suite de plusieurs changements (législatif, sensibilisation, climatique) montre que l’adaptation aux changements de variabilité climatique régionale revêt bel et bien une dimension processuelle sous-tendant une succession d’ajustements temporaires amenés à évoluer face à de nouvelles conditions climatiques (Simonet, 2009). Cette dimension rejoint l’opérationnalisation du développement urbain par des pratiques graduelles telles qu’observées dans plusieurs autres collectivités (Hamman et Blanc, 2009). Dans ce cas précis, l’adaptation s’articule avec la valorisation de la diversité biologique malgré quelques lacunes telles que l’absence de législations locales sur la propagation des pestes végétales ou encore l’aspect tangible de son importance, difficile à saisir pour les populations urbaines toujours plus déconnectées des dynamiques des milieux naturels.

Les trames vertes

40En guise de conclusion à cette contribution, nous souhaiterions apporter quelques éléments de réflexion quant à l’articulation entre l’adaptation aux changements climatiques, la biodiversité et les « trames vertes », dont il est principalement question dans cet ouvrage collectif.

41La biodiversité fournit quelque légitimité à la mise en œuvre des trames vertes, mais ces deux notions ne se recouvrent pas, l’expression de « trames vertes » étant issue de l’aménagement. Frederick Law Olmsted au XIXe siècle figure comme le père du mouvement de planification des parcs et jardins en Amérique (Little, 1990), avec les premières trames vertes, « Boston Park System », renvoyant à la pratique de la promenade urbaine. Charles Eliot, le disciple d’Olmsted, crée un réseau de parcs pour toute la région métropolitaine de Boston d’environ 600 km2 (Fábos et al., 1968), avec un ensemble de cinq grands parcs ou espaces verts à la périphérie de la métropole de Boston. Par la suite, plusieurs autres architectes-paysagistes ont planifié d’importants réseaux de trames vertes à travers les États-Unis au cours du 19e siècle. Néanmoins, le terme « greenway » se retrouve pour la première fois utilisé par l’écrivain William White en 1959, et il a fallu attendre 1987 pour que le terme fasse l’objet d’une déclaration venue d’une commission présidentielle sur l’Amérique pour les États-Unis. Il s’agit d’établir « un réseau vivant de trames vertes pour fournir aux personnes l’accès aux espaces à proximité de l’endroit où ils vivent, et relier entre eux les espaces ruraux et urbains dans le paysage américain » (président de la Commission) (Arrif et al., 2011).

42Sur le plan scientifique, l’expression de « trames vertes » est associée à l’écologie du paysage. L’ouvrage fondateur de Forman et Godron (1986) marque un tournant dans la réflexion écologique en donnant une base conceptuelle à l’organisation hétérogène des paysages et aux mécanismes à l’œuvre sur les dispersions des espèces. À travers les concepts de réseau de corridors biologiques, de noyaux et de zones-tampon (Burel et Baudry, 1999), la notion de trame verte a été préfigurée scientifiquement. Des concepts émergent : la matrice (espace interstitiel qui n’est pas l’habitat favorable d’une espèce), la tâche d’habitat (espace permettant l’accomplissement du cycle de vie), le corridor (espace permettant un déplacement entre deux tâches). Le paysage se retrouve dans un ensemble d’éléments plus ou moins fragmentés ou connectés (Blanc et Clergeau, 2010) avec le rôle central de la notion d’échelle qui définit une fonctionnalité, un niveau d’organisation écologique avec ses mécanismes propres. Ainsi, le concept de trames vertes amène l’idée aux collectivités d’organiser leur politique locale de végétalisation du territoire pour donner à l’ensemble une idée de continuité traversant l’espace urbain (Hamman et Blanc, 2009).

43Nos entretiens montréalais et parisiens montrent que la protection de la biodiversité urbaine passe par des projets se réclamant de politiques du développement durable urbain avant tout. Dans ce contexte, l’opérationnalisation de politiques climatiques, à travers des projets se réclamant de l’adaptation aux changements climatiques, s’y intègre à la faveur d’ajustements des pratiques de la part des responsables de l’aménagement et de l’entretien urbains, aussi bien directement dans la gestion technique à travers la gestion différenciée que dans le choix de cultivars indigènes mieux adaptés aux conditions climatiques régionales. Les trames vertes pourraient être le vecteur rassembleur de ces deux aspects à travers des aménagements urbains visant une continuité écologique parcourant les aires urbaines. Néanmoins, à l’image des interrogations de la DEVE ou du Jardin Botanique de Montréal sur leur gestion végétale, de nombreuses questions demeurent face à de tels enjeux. Par exemple face à l’observation de la poussée vers le nord de la végétation régionale et, dans ce cas, sur la place à leur accorder dans l’instauration de trames vertes urbaines. Ainsi, quels types d’essences végétales faut-il planifier dans les serres dans l’objectif d’entretenir l’espace végétal urbain de manière processuelle ? La vitesse de l’évolution climatique conduira-t-elle à planifier une organisation spécifique des trames vertes au niveau des espèces végétales à instaurer ? Comment intégrer une biodiversité nouvelle qui s’installe avec des essences végétales historiquement indigènes ? Enfin, on peut également s’interroger sur la vocation des trames vertes comme indicatrices climatiques sur laquelle pourraient se baser l’élaboration d’actions à la fois se réclamant d’adaptation aux changements climatiques et de protection de la biodiversité et sur leur place comme îlots de fraicheur.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arrif T., N. Blanc et P. Clergeau, 2011, Trame verte urbaine, un rapport Nature - Urbain entre géographie et écologie. Cybergeo, document 574, [En ligne] URL : http://cybergeo.revues.org/24862, Consulté le 14 décembre 2011

Blanc, N. et P. Clergeau, 2010, « Installer une trame verte dans la ville ? Le point de vue des chercheurs ? », Numéro spécial d’Urbanisme "La démarche Écocité. Villes durables en projet", Hors série n° 36, pp. 55-59.

Burel, B. et J. Baudry, 1999, Écologie du paysage. Concepts, méthodes et applications, Paris, TEC & DOC.

Clergeau, P., 2010, « Ecologie urbaine et biodiversité », in Coutard O., Levy J.-P., Ecologies urbaines, Paris, Economica Anthropos.

Fábos, J.G., G. Milde et M. Weinmayr, 1968, Frederick Olmsted Founder of Landscape Architecture in America, University of Massachusetts, Amherst, MA.

Forman, R.T.T. et M. Godron, 1986, Landscape ecology, New-York, John Wiley and sons, Inc.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Füssel, H.-M., 2007, Adaptation planning for climate change : concepts, assessment approaches and key lessons, Sustainability Science, 2, 265-275.
DOI : 10.1007/s11625-007-0032-y

Génot, J.C. et R. Barbault, 2005, « Quelle politique de conservation ? », dans R. Barbault et B. Chavassus-au-Louis, Biodiversité et changements globaux enjeux de société et défis pour la recherche, Association pour la diffusion de la pensée française, p. 162-191.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Glaser, B. et A. Strauss, 1967, The discovery of grounded Theory, strategies for qualitative research. New York : Aldine et Gruyer.
DOI : 10.1097/00006199-196807000-00014

Hamman, P. et C. Blanc, 2009, Sociologie du développement durable urbain, projets et stratégies métropolitaines françaises, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 260 p.

Little, C.E., 1990, Greenways for America, Johns Hopkins University Press, Baltimore.

Naeem S. et R. DeFries, 2009, La conservation des espèces clé d’une adaptation climatique durable, dans adaptation au changement climatique, Liaison énergie francophonie, n° 85.

Ouranos, 2010, Savoir s’adapter aux changements climatiques, 124 p.

Parry M.L., O.F. Canziani, J.P. Palutikof et al., 2007, Technical summary. In : Parry ML, Canziani OF, Palutikof JP, van der Linden PJ, Hanson CE (eds) Climate Change 2007 : Impacts, Adaptation and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge University Press, Cambridge, UK, pp. 23-78.

Piaget, J., 1967, Biologie et connaissance : essai sur les relations entre les régulations organiques et les processus cognitifs, Paris, Gallimard.

Simonet, G., 2009, Le concept d’adaptation : polysémie interdisciplinaire et implication en sciences de l’environnement. Nature, Sciences, Société, vol. 17 – 4 (392-401).

Taché, A., 2003, L’adaptation, un concept sociologique systémique, Paris, L’harmattan.

Troll, C., 1939, Luftbildplan und ökologische Bodenforschung (Aerial photography and ecological studies of the earth), Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde, Berlin.

Wilbanks, T.J., P. Romero Lankao, M. Bao, F. Berkhout, S. Cairncross, J.-P. Ceron, M. Kapshe, R. Muir-Wood et R. Zapata-Marti, 2007, Industry, settlement and society. Climate Change 2007 : Impacts, Adaptation and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, M.L. Parry, O.F. Canziani, J.P. Palutikof, P.J. van der Linden and C.E. Hanson, Eds., Cambridge University Press, Cambridge, UK, 357-390.

Haut de page

Notes

1  Les 4 entretiens semi-dirigés nécessaires au recueil d’informations comportaient des questions cadres principales dans l’optique de laisser les interlocuteurs évoquer librement leurs pratiques de gestion et le thème de l’adaptation aux changements climatiques. Ces entretiens ont été réalisés à Paris et à Montréal au cours des années 2008 et 2009 dans le cadre d’un projet doctoral portant plus largement sur l’analyse de l’élaboration des politiques municipales parisiennes et montréalaises en lien avec l’adaptation aux changements climatiques. À Paris, les entretiens furent réalisés à la Direction des espaces verts et de l’environnement ainsi qu’au Jardin botanique de Paris. À Montréal, ils se déroulèrent au sein de la Direction des grands parcs et de la nature en ville et au Jardin botanique de Montréal. Les entretiens furent intégralement enregistrés et retranscrits en verbatim. L’analyse qualitative de ces entretiens souscrit à l’approche méthodologique de la « grounded theory » développée par Glaser et Strauss (1967).

2  « A ce titre, elle assure le suivi des grands projets d'aménagement et la mise en place de la politique de conservation et d'amélioration du patrimoine sous sa responsabilité. Elle a pour mission de concevoir et de mettre en œuvre des actions d'animation et de sensibilisation à l'écologie urbaine. Elle a en charge le développement des conditions de propreté, d'hygiène et de sécurité nécessaire à l’accueil du public sur l'ensemble des parcs et jardins parisiens. Elle assure la création, la rénovation, l'entretien, l'exploitation et la surveillance des parcs, squares, promenades et jardins municipaux ainsi que des bois de Boulogne et de Vincennes. Elle gère l'École Du Breuil. Elle entretient et améliore les plantations d'alignement. Elle conserve les collections botaniques municipales. Elle intervient dans la protection des plantations dans les propriétés privées et, à ce titre, est consultée lors de l'instruction des permis de construire et des permis de démolir. »

3  Le 21 juin 2004, le gouvernement provincial du premier ministre Jean Charest autorisa la tenue d’un référendum portant sur la fusion des municipalités au sein de la Ville de Montréal décidée en 2002 au cours duquel 15 villes décidèrent de se « défusionner ». En 2010, l’île de Montréal comporte 16 municipalités : la Ville de Montréal (et ses 19 arrondissements) et 15 autres villes.

4  La « crise du Verglas » est une période de cinq jours consécutifs en janvier 1998 où une série de perturbations météorologiques donnèrent des pluies verglaçantes dans l'est du Canada, la Nouvelle-Angleterre et le nord de l'État de New York. Le verglas, atteignant plus de 100 mm d'épaisseur par endroits, a provoqué l'un des plus importants désastres naturels en Amérique du Nord, notamment à Montréal où plus de 4 millions de personnes n’ont plus eu d’électricité (donc de chauffage) sur des périodes allant de quelques jours à cinq semaines.

5  « Objet de la résolution CE05 5020 : Fixer un objectif de 20 % de réduction des émissions corporatives de gaz à effet de serre (GES) de la Ville sur la période 2002-2012 et mandater le directeur général adjoint du Service des infrastructures, transport et environnement (SITE) pour coordonner la réduction des émissions de GES et la mise en œuvre des mesures d’adaptation aux changements climatiques avec les services et arrondissements concernés » (Logé, H. (2007), Inventaire corporatif des émissions de gaz à effet de serre 2002-2004, Agglomération de Montréal, Ville de Montréal, Service des infrastructures, transport et environnement, Planification et suivi environnemental, 47 p.)

6 « Ce Plan Climat parisien, comme le Plan local d’urbanisme et le Plan de Déplacement de Paris, s’intègrera dans l’Agenda 21 local (programme regroupant les actions de développement durable propre à chaque collectivité) actuellement élaboré par la Ville » (p.4), Plan Climat de Paris 2007.

7  Extrait de l'arrêté du 22 janvier 1997 créant une zone de protection spéciale contre les pollutions atmosphériques en Ile-de-France : Art. 23. - À Paris, hormis les installations d'incinération de résidus urbains, soumises à l'arrêté du 25 janvier 1991, et toutes les installations de combustion de déchets industriels spéciaux réglementées au titre de la législation des installations classées, est interdite la combustion de tout déchet ou de tout combustible solide dont la teneur en cendres est supérieure à 20 % ou dont le pouvoir calorifique inférieur est inférieur à 23 mégajoules par kilogramme et dont la teneur en matières volatiles est supérieure à 15 %. Toutefois, la combustion du bois commercialement sec est autorisée à condition qu'elle ne provoque pas de nuisance dans le voisinage, et dans les trois cas suivants : 1) installations de combustion d'une puissance inférieure ou égale à 100 kW utilisées dans l'artisanat, lorsque cette combustion est liée au respect de certaines qualités de production ; 2) poêles et cheminées à foyer fermé d'un rendement thermique supérieur à 65 %, utilisés en chauffage d'appoint ; 3) cheminées à foyer ouvert uniquement utilisées en appoint ou à des fins d'agrément. Le bois ainsi consommé doit être du bois soit à l'état naturel tranché, soit déchiqueté en copeaux ou en morceaux, y compris son écorce, ou soit des résidus de l'industrie du bois non imprégnés non revêtus d'une substance quelconque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Simonet et Nathalie Blanc, « L’adaptation de la gestion des espaces naturels urbains aux changements de la variabilité climatique régionale : exemple de Paris et Montréal », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 12 | mai 2012, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://vertigo.revues.org/11861 ; DOI : 10.4000/vertigo.11861

Haut de page

Auteurs

Guillaume Simonet

PhD en Sciences de l’environnement et Docteur en sociologie, chercheur associé à la Chaire d’études sur les écosystèmes urbains, Institut des sciences de l’environnement, UQAM ; Ouranos - Consortium sur les changements climatiques, Volet impacts et adaptation 550 Sherbrooke Ouest, Tour Ouest, 19e étage Montréal (Québec), H3A 1B9, Canada, Courriel : simonet.guillaume@ymail.com

Articles du même auteur

Nathalie Blanc

Directrice de recherche à l’UMR LADYSS CNRS Dynamiques Spatiales et Recomposition des Espaces, Université Paris 7, UFR Géographie, Histoire, Sciences de la Société, Dalle les Olympiades - Immeuble Montréal, 105 rue de Tolbiac 75013 Paris, France, Courriel : nathali.blanc@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page