Navigation – Plan du site

L’étude des microclimats urbains : champ de recherche à l’interface entre climatologie, urbanisme et génie-civil

Marjorie Musy

Résumés

Dans cette contribution, nous positionnons le champ de recherche qui concerne l’étude des microclimats urbains par rapport aux problématiques actuelles du développement urbain durable et par rapport aux champs de recherche voisins. En effet, pour proposer des solutions en réponse au changement climatique, ce champ de recherche doit aborder ses objets de recherche (forme urbaine, occupation des sols, trame verte, activités humaines, etc.) différemment. Par ailleurs, dans un contexte de développement durable, ces objets sont maintenant étudiés comme étant au croisement de multiples enjeux environnementaux, sociaux et économiques. Nous explorons ces échanges entre disciplines en nous intéressant plus particulièrement au cas de l’objet de recherche que constituent les trames vertes. Dans un premier temps, nous expliquons en quoi les trames vertes intéressent les sciences du microclimat urbain. Nous faisons à cette occasion un point sur les connaissances actuelles du rôle climatique des trames vertes et les perspectives de recherche. Ces perspectives mettent en évidence la nécessité qui s’impose aux chercheurs de disposer de connaissances, méthodes et techniques venant d’autres champs disciplinaires. Nous explicitons certains des points d’articulation avec la géomatique, la biologie végétale, l’hydrologie, etc., occasionnés par cet objet d’étude. Nous montrons également en quoi les connaissances issues de la micro-climatologie urbaine peuvent être utiles dans d’autres domaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans les Agendas 21 des grandes agglomérations françaises, sont inscrits des objectifs environnementaux forts comme : « rendre compréhensible et acceptable par tous la densification urbaine », « anticiper les effets du changement climatique »(Agenda 21 de Nantes Métropole).

2Le premier traduit le principe admis selon lequel, pour limiter l’étalement urbain et les nuisances qui lui sont attribuées (consommation énergétique des déplacements urbains, émission de gaz à effet de serre, consommation d’espace, imperméabilisation des sols, etc.), il faut reconstruire la ville sur elle-même, la densifier (Piron, 2007 ; Calvet, 2010). Il rappelle aussitôt qu’une densification mal organisée conduit à un environnement urbain dans lequel la qualité de vie s’appauvrit, ce qui peut alors provoquer la fuite des habitants et des activités qui ont la possibilité de s’installer dans des quartiers où ils jugeraient la qualité de la vie meilleure. Il s’agit donc d’organiser cette densification pour la rendre acceptable, mais aussi de l’expliquer et de la justifier sur des critères objectifs et démontrés. En effet, la notion de densité est difficilement appréhendée par les citadins et le terme de densité lui-même est mal perçu (SOFRES, 2007).

3Le second objectif pointe l’évolution climatique et ses conséquences. Parmi celles-ci s’impose, pour les grandes villes, la synergie d’un réchauffement climatique planétaire et d’un effet d’îlot de chaleur urbain avec les conséquences sanitaires dont nous avons pris conscience pendant l’été 2003. Si cette évolution n’est pas envisagée du point de vue de la planification urbaine, la réponse sera à dominante énergétique (rafraîchissement des bâtiments pour résoudre les nécessités sanitaires et les exigences de confort des citadins), mettant ainsi à mal les objectifs de réduction de la consommation énergétique des bâtiments d’émission de gaz à effet de serre. Solution dont on sait par ailleurs qu’elle conduit à un cercle vicieux d’entretien de l’îlot de chaleur urbain par l’augmentation des charges anthropiques. Les nouveaux aménagements urbains ne peuvent donc pas être planifiés dans l’ignorance des objectifs de réduction de la consommation énergétique des bâtiments et de la réduction de l’impact de l’urbanisation sur le phénomène d’îlot de chaleur urbain.

4Ces deux objectifs environnementaux se traduisent dans la pratique des projets urbains par des interrogations récurrentes sur les rôles relatifs de la forme urbaine et du végétal. En effet, pour améliorer le confort d’été dans les villes, une des solutions avancées est l’accroissement de la place de la végétation. À l’échelle architecturale, les solutions végétales appliquées aux enveloppes de bâtiments sont réputées efficaces pour aider à maîtriser les consommations énergétiques (Lazzarin et al., 2005 ; Sailor, 2008 ; Cheng et al., 2010). 

5Sur le terrain, différents niveaux d’action sont déjà engagés : les techniques industrielles de façades et toitures végétales dont on avance les performances thermiques et climatiques se multiplient ; des projets de forêts urbaines sont annoncés et engagés, des agglomérations mettent en cohérence leurs politiques de développement durable et de paysage (Grand Lyon : Charte de l’Arbre intégrée comme action du Plan Climat). Après une période où les opérationnels ont élaboré des réponses, observé les pratiques des autres, transposé, adapté, appris de leurs erreurs, un constat est fait : les approches ne peuvent être standardisées, mais au contraire, la diversité des voies est reconnue, justifiée par la diversité des villes, par leur histoire, leur type de développement, leur taille, leur patrimoine, etc.

6Sur le plan théorique, des controverses apparaissent et on s’interroge notamment sur l’intérêt réel, en termes de développement durable, d’une forte densité des villes. Mais comment procéder pour répondre à ces controverses ? L’étude des impacts de la densification est étroitement liée à celle de l’occupation des sols : activité, matériaux, présence d’eau et de végétation.

7Dans ce contexte, les recherches en climatologie s’orientent donc vers deux leviers : la forme urbaine et l’aménagement (au sens de la composition de la surface urbaine). Ces deux leviers sont des paramètres complexes de la ville, difficiles à caractériser et interdépendants. Ils influencent également d’autres fonctions thématiques urbaines : l’environnement sonore, le transport, l’usage des espaces, etc.

8L’objectif finalisé de ces recherches est de regrouper les connaissances nécessaires aux décideurs pour l’élaboration de politiques urbaines, et celles nécessaires aux concepteurs pour la mise au point de leurs projets urbains.

9Cette recherche passe en général par des études types de tissus urbains qui permettent de dégager des tendances d’impact (Huang, 2010, Ali-Toudert, 2005). Les connaissances peuvent ensuite être mises en pratique sur des tissus réels. Ces études nécessitent l’utilisation soit de dispositifs expérimentaux tels que les souffleries, soit d’outils de simulations issus eux-mêmes de recherches tels que Solene-Microclimat, ARPS-canopée, Envi-met, TEB (Bouyer, 2009 ; Maché et al., 2010 ; Jesionek and Brüse, 2003 ; Masson, 2000). Pour répondre à nos problématiques, les modèles sur lesquels reposent ces outils doivent permettre de prendre en compte les phénomènes physiques mis en jeu dans le climat (rayonnement, convection, conduction, écoulement d’air, transport, diffusion de l’humidité et changement de phase), dans une forme urbaine complexe et composées d’éléments de surfaces et de volumes hétérogènes (nature et matériaux de surface, présence d’eau, de végétation) et d’usages (sources anthropiques).

10La végétation fait ainsi partie de cet ensemble de « perturbateurs » du climat, qu’il s’agit de prendre en compte, dans ses différentes formes de présence en ville.

Pourquoi les sciences du microclimat urbain s’intéressent-elles aux trames vertes urbaines ?

11La ville a dans un premier temps été considérée par les « physiciens » de l’environnement comme un ensemble de bâtiments et d’infrastructures dans lequel les éléments non solides étaient négligés. Au fur et à mesure que les approches physiques de cet ensemble s’améliorent, cette approximation doit être revue.

Le végétal urbain auparavant négligé dans les modèles microclimatiques ne peut plus l’être

12L’impact de la végétation urbaine sur le microclimat et par conséquent, sur les consommations énergétiques est très variable. Il est donc nécessaire d’identifier les facteurs de variabilité et leur influence. La particularité de l’impact de la végétation est qu’il dépend de plusieurs phénomènes. Elle agit sur le vent (porosité, effet de brise-vent), sur le rayonnement (absorption, réflexion et transmission du rayonnement de courte longueur d’ondes et absorption et émission de rayonnement de grande longueur d’onde) ; elle échange avec l’air de la chaleur par convection et de l’eau par évaporation. Elle participe également à l’équilibre hydrique des sols, lequel agit fortement sur le microclimat.

13Des comparaisons de modèles climatiques ont montré que la prise en compte de ces phénomènes conditionnait la qualité des prédictions climatiques (Grimmond et al., 2010) à l’échelle de la ville. Nous devons donc nous donner les moyens de les considérer.

Une demande des acteurs de la fabrication de la ville

14Ces impacts, s’ils sont qualitativement connus sont peu quantifiés. Il est nécessaire de les hiérarchiser afin de répondre à une demande d’aide à la décision en amont (notamment pour la constitution de plans guides tels que les Agenda 21) et dans les projets urbains (lors du choix des aménagements). En effet, des questions pratiques se posent. Elles concernent par exemple l’impact climatique des forêts urbaines, la compensation de l’imperméabilisation du sol par la mise en place de toitures végétales, les différents impacts des arbres d’alignement, etc. Pour cette hiérarchisation, il est nécessaire de partir d’une typologie des pratiques urbaines actuelles de la végétation et de comparer les performances des différents types de présence végétale, phénomène par phénomène et à différentes échelles.

Perspective des sciences du microclimat urbain sur les trames vertes urbaines

Bref état des lieux du champ de recherche

15À l’heure actuelle, des données sont disponibles. Par exemple, de nombreuses études mesurent l’écart de température entre des parcs urbains et les zones construites environnantes (Jauregui, 1990 ; Upmanis, 1998 ; Upmanis et al., 1998 ; Barradas, 1998 ; Ca et al., 1998 ; Mayer, 1999 ; Potchter et al., 2003 ; Shashua-Bar et al., 2000 ; Bacci et al., 2003). Elles relèvent toutes une réduction de la température de l’air qui peut aller jusqu’à 6°C au niveau des parcs. Mais les résultats varient en fonction des conditions climatiques, de la taille des parcs et de la nature de la végétation, ainsi que de la forme de la ville. De même, pour l’évaluation de l’impact de la végétation sur les consommations énergétiques des bâtiments, il a été démontré que l’augmentation de la densité des arbres dans les rues pouvait induire une réduction des charges de chauffage et de climatisation allant de 12 à 80 % (Sailor et Lu, 2004 ; Raessi et Taheri, 1999 ; Akbari et al., 1992. ; DeWalle et al., 1983). Il est cependant difficile de généraliser les valeurs données dans ces études. En effet, les résultats dépendent non seulement des arbres plantés, de leur arrangement dans la rue, mais aussi du climat considéré, de l’architecture, des modes constructifs et de l’usage des bâtiments. Les effets ne sont par exemple pas du tout les mêmes sur des bâtiments fortement isolés (respectant la norme actuelle ou allant au-delà) et des bâtiments anciens beaucoup plus sensibles aux variations de la température extérieure.

16En outre, des effets négatifs peuvent être constatés. Il s’agit du blocage de la circulation de l’air dans les rues par une densité d’arbres importante (Nowak et al., 2007) qui a un impact sur les concentrations en polluants et également, l’été, la limitation de l’extraction de la chaleur emmagasinée dans les matériaux. L’augmentation du taux d’humidité de l’air introduit dans les bâtiments par la ventilation induit également une augmentation de la consommation d’énergie pour le traitement de l’air (dans les bâtiments équipés de système de traitement de l’air) (Bouyer, 2009). La consommation d’hiver est, elle, augmentée par la présence des branches d’arbres et feuillages persistants l’hiver (Bouyer, 2009) qui réduisent les apports solaires par les vitrages, ainsi que la quantité de lumière naturelle dans les espaces intérieurs.

17Il est par ailleurs nécessaire de noter que l’effet global de la trame verte sur les consommations énergétiques et les conditions de confort n’est pas le cumul des effets des éléments constitutifs de la trame pris individuellement. Qu’il s’agisse d’objectifs d’atténuation de l’îlot de chaleur urbain comme de réduction des consommations énergétiques, l’enjeu est donc de composer des solutions adaptées au contexte climatique, à la forme bâtie et aux usages de la ville et de les tester. Pour évaluer ces solutions, l’apport d’approches par la simulation physique (numériques ou sur maquettes) est indispensable. En effet, seules ces approches permettent de décomposer les phénomènes, d’explorer un grand nombre d’hypothèses et d’appréhender les éventuelles compensations entre effets positifs et négatifs.

La modélisation du climat urbain : les enjeux

Avoir une approche multi-physique

18Malgré des avancées récentes, la tâche à réaliser en terme de modélisation physique reste importante. Nous partons de modèles issus de la climatologie urbaine ou de la thermique du bâtiment qui ne prenaient en compte que la forme bâtie et qui évoluent vers une prise en compte de différentes formes de végétation (Vinet, 2000 ; Robitu, 2005 ; Robitu et al., 2006 ; Bouyer, 2009). Cette étape se fait en association avec les spécialistes de la modélisation de la végétation dont les modèles représentent la végétation dans des contextes sans obstacle (Dupont et al., 2008).

19Dans ces modèles, doivent être pris en compte de nombreux phénomènes qui se produisent au sein de différents milieux : l’air, les plantes, l’eau, les sols, les bâtiments. Ces phénomènes qui mettent en jeu des transferts de masse ou d’énergie sont interdépendants. Par exemple, l’ensoleillement d’une paroi modifie la température de la surface. Celle-ci influe sur la quantité d’énergie conduite vers les espaces intérieurs des bâtiments, sur la convection à la surface (transfert de chaleur entre la surface et l’air) et sur les échanges par rayonnement qui se produisent entre la surface et celles qui l’environnent. Cette température modifie aussi les échanges hydriques entre la paroi et l’air environnant et l’écoulement de l’air à proximité de la paroi. Il est nécessaire soit d’écrire tous les phénomènes et d’expliciter les couplages, soit de découpler les modèles, en négligeant des interdépendances quand les approximations sont acceptables compte tenu des objectifs.

Articuler les différentes échelles spatiales et temporelles

20Une autre difficulté est l’imbrication des échelles à prendre en compte. En effet, selon les objectifs de la recherche, les évaluations ne doivent pas être faites à la même échelle. En découle une prise en compte de la végétation et une modélisation dépendante des objectifs. Par exemple, s’il s’agit d’évaluer l’influence d’arbres sur les conditions de confort dans une place, le port des arbres devra être pris en compte et leur forme sera modélisée. S’agissant d’un impact climatique à l’échelle du quartier, la présence d’arbres sera prise en compte forfaitairement dans la description de l’occupation des sols.

21Les échelles spatiales varient de celle de l’interface bâti-environnement proche, par exemple pour l’évaluation de l’impact d’aménagements sur la consommation énergétique des bâtiments environnants ou sur le confort dans les espaces extérieurs, à celle de la ville pour l’évaluation de l’impact climatique d’une politique d’aménagement. Il faut en outre considérer qu’une évaluation à l’échelle locale nécessite la prise en compte, aux limites, des conditions à l’échelle supérieure. Par exemple, les conditions climatiques dans un quartier sont influencées par celles des quartiers environnants. À titre d’illustration, les caractéristiques des flux d’air qui arrivent sur un espace urbain dépendent en termes de température, d’humidité, de vitesse et de turbulence des quartiers traversés antérieurement. Les modèles à l’échelle de la ville, qui ne décrivent pas explicitement ce qui se passe dans la canopée urbaine se nourrissent également des résultats des approches à plus petite échelle qu’ils intègrent en conditions aux limites basses sous forme de paramètres (Maché et al., 2010).

22Les échelles temporelles varient de quelques heures, s’agissant de problématiques de confort, à une saison pour les problématiques énergétiques, et peuvent s’étendre sur plusieurs années quand il s’agit de faire des projections des perspectives du changement climatique.

23Les efforts de la recherche doivent donc être portés à plusieurs échelles parallèlement, avec la mise en place d’un passage de conditions aux limites entre ces échelles.

La validation

24Une fois les phénomènes physiques et la composition de la ville « mis en modèles », une étape délicate est la validation du ou des modèles obtenus (un modèle est dit valide s’il est capable de reproduire correctement les données observées). Cette validation est en général réalisée à partir de données expérimentales (déjà acquises ou à acquérir).

25Ainsi, des campagnes de mesures sont nécessaires pour établir une connaissance de référence du climat urbain et de sa variabilité en fonction de l’occupation des sols. Cependant, la forte variabilité à la fois du climat et de l’occupation de sols dans les villes rend la mise au point des campagnes expérimentales et l’exploitation des mesures lourdes et délicates. De nombreux travaux sont dédiés à ces mises au point (Bagga et al., 2009 ; Hénon et al., 2009).

26Les modèles permettront ensuite d’évaluer des scénarios d’évolution de la ville dans sa composition formelle et végétale.

Mettre en place des méthodes d’acquisition de connaissance de terrain

27Qu’il s’agisse d’exploiter les résultats des campagnes expérimentales ou de simuler les phénomènes, une des difficultés rencontrées est la méconnaissance des villes. En effet, les villes sont fortement hétérogènes tant du point de vue de la composition de la surface urbaine que du bâti et des usages qu’elles accueillent. Leur composition varie également au cours du temps : renouvellement urbain, réhabilitations, réorganisation des usages. Les données, si tant est qu’on les possède, sont toujours à réactualiser. Alors qu’il est déjà difficile de représenter la surface bâtie de la ville, quand il s’agit de décrire également la trame verte, dont les variations sont encore plus rapides et moins traçables, la tâche est d’ampleur. La problématique de documentation de la trame verte est assez différente de celle de la surface bâtie. En particulier, deux distinctions peuvent être relevées :

  • La trame verte a des échelles de variation beaucoup plus petites : échelles spatiales (composition d’espèces au sein d’un espace planté) et temporelles (variation saisonnière, croissance des plantes, tailles et opérations d’entretien, durée de vie des plantations).

  • Il existe une documentation systématique d’une partie du domaine bâti privé et public par le biais des permis de construire et demandes de travaux alors que les interventions sur les espaces végétalisés en dehors de ceux gérés par les collectivités territoriales et des arbres répertoriés ne sont pas enregistrées.

28Des méthodes d’évaluation à grande échelle de la présence végétale sont en cours de développement (Iovan et al., 2007 ; Iovan, 2009).

Mettre en place une typologie adaptée aux objectifs

29Il reste que les problématiques de l’évaluation de l’impact climatique de la végétation nécessitent une documentation spécifique des différents types de végétation aux différentes échelles concernées. Prenons l’exemple de façades végétales. Si on s’intéresse aux phénomènes de transfert qui ont lieu au niveau de cette interface paroi-environnement, on doit diviser ce type de dispositif végétal en trois sous-familles (Malys et al., 2010) :

  • les revêtements, plantes grimpant à même les façades ;

  • les brise-soleil, en général plantes grimpantes palissées sur des structures placées devant les vitrages ;

  • les éléments de paroi : façades végétales avec substrat.

30En effet, dans ces différents types de dispositifs, les phénomènes physiques en jeu ne sont pas les mêmes. Dans le cas de brise-soleil, l’impact prépondérant est le phénomène d’ombrage, tandis que dans les deux autres cas, il y une couche d’air enfermée entre les feuilles et une paroi qui joue un rôle d’isolation. Dans le troisième cas, un substrat plus ou moins saturé en eau confère au dispositif des propriétés isolantes ainsi qu’inertielles. Ainsi, ces différents types de dispositifs nécessitent une modélisation et une documentation différente.

31La mise en place d’une typologie permettant de décrire la trame verte dans un langage adapté aux objectifs d’évaluation des fonctions et performances climatiques est donc nécessaire.

Apports des sciences du microclimat urbain à cette problématique

32Pour les recherches dans les champs de la physique de l’environnement, la végétation pourrait être réduite à un facteur dans un ensemble de facteurs : climat régional, forme urbaine, matériaux, activités... On pourrait l’inclure dans la famille des paramètres « matériaux », avec un comportement physique complexe du fait des phénomènes mis en jeu et variable dans le temps (évolution saisonnière, ou au cours de la vie de l’entité végétale).

33Conséquence même de ce fonctionnement complexe, la végétation est certainement un des facteurs clés pour l’élaboration de réponses qui permettent d’anticiper le réchauffement climatique dans les villes denses. Elle a en effet pour caractéristique intéressante de ne pas apporter une réponse monofonctionnelle, mais de satisfaire simultanément un grand nombre d’autres problématiques urbaines : biodiversité, ambiances, esthétique, pratiques de la ville, etc.

34Dans cette perspective d’une approche multifonctionnelle, et alors que l’on voit émerger de nouvelles surfaces végétales à forte ingénierie, il est important d’évaluer les composants de la trame verte dans un contexte global, de comparer leurs performances climatiques et énergétiques à celles de dispositifs végétaux plus anciens, et de hiérarchiser les différents effets d’une panoplie de dispositifs végétaux, à différentes échelles.

35Il s’agit donc de participer à la construction d’une connaissance interdisciplinaire, sur les thématiques et avec les méthodes qui nous sont propres.

Ce que les sciences du climat attendent des autres disciplines

36Comme nous l’avons déjà abordé, évaluer l’impact de la végétation - même uniquement du point de vue du climat - nécessite d’ores et déjà la connaissance de la composition végétale du site étudié (quantification et caractérisation des différents types de végétaux présents), ce qui n’est pas initialement du ressort du climatologue.

37La première collaboration serait donc une collaboration avec les spécialistes de la végétation dans l’objectif de prendre en compte dans nos modèles et dans nos expérimentations la présence végétale d’une manière appropriée. Se pose en premier lieu la nécessité d’un inventaire et d’une classification des différents types de végétation présents en ville. Ceux-ci doivent également être caractérisés par rapport à leur comportement physique. En effet, des modèles physiques évoluent pour prendre en compte les différents types de végétation, mais le renseignement de ces modèles nécessite la connaissance de caractéristiques de la végétation à représenter (densité de feuillage, albédo, etc.) qu’il n’est pas toujours possible de trouver dans la bibliographie (Guyot, 1999).

38Dans certains modèles, il est nécessaire de modéliser géométriquement la végétation, et éventuellement son évolution au cours du temps. Il faut alors faire appel aux techniques de représentation tridimensionnelle de la végétation (Da Silva et al., 2008 ; Pradal et al., 2009).

39Nos approches nécessitent donc des connaissances qui viennent d’autres champs disciplinaires et les collaborations envisageables sont nombreuses et variées.

40Par ailleurs, dès qu’il s’agit de réfléchir à des stratégies d’atténuation de l’îlot de chaleur urbain, ou d’adaptation au changement climatique, la solution “utilisation de la végétation” ne peut être abordée que d’un point de vue climatique. Une mise en cohérence des recherches sur l’ensemble des impacts à étudier est nécessaire afin que ceux-ci puissent être regroupés dans une approche globale. Cette mise en cohérence passe par la construction d’un socle commun de connaissances sur le végétal urbain.

41Il s’agira au final de préciser les bases d’une approche globale pour une réponse où l’ensemble des impacts est pesé “équitablement” (ou d’une manière adéquate en fonction du contexte du projet) de manière à permettre une prise de décision avertie. De ce point de vue, il ne s’agit plus d’utiliser les connaissances qui viennent d’autres domaines, mais bien de construire dans un même objectif un ensemble de recherches.

Conclusion

42Les questionnements abordés dans cet article montrent bien qu’il est à l’heure actuelle difficile de raisonner dans des disciplines cloisonnées. À mesure que la micro-climatologie urbaine progresse vers une prise en compte plus détaillée de la composition urbaine, elle doit intégrer des connaissances qui émanent d’autres champs disciplinaires : la connaissance de la trame verte par exemple, mais aussi celle des transports, de la thermique des bâtiments, de l’hydrologie, etc.

43Les réponses qu’elle apporte ne peuvent pas non plus être prises en compte isolément. Elles doivent être rapportées au contexte urbain global et dans des problématiques plus générales qui permettent de répondre aux différents enjeux de l’évolution des villes.

44Les questions centrées ici sur l’articulation des approches de recherche autour des trames vertes illustrent bien ces deux types de rapports entre la micro-climatologie urbaine et les autres domaines de recherche qui s’y intéressent. Elles peuvent également être déclinées autour de différents « objets » de la ville : l’eau, la forme urbaine, les usages, etc.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Akbari, H., S. Davis, S. Dorsano, J. Huang et S. Winnett, 1992, Cooling our communities – a guidebook on tree planting and light colored surfacing, U.S. Environmental Protection Agency, Office of Policy Analysis, Climate Change Division. Berkeley : LBL, 217 p.

Ali-Toudert, F., 2005, Dependence of outdoor thermal comfort on street design, Thèse de doctorat, Meteorologischen Institutes - Universität Freiburg, Freiburg. 224p.

Bacci, L., M. Morabito, A. Raschi et F. Ugolini, 2003, Thermohygrometric Conditions of Some Urban Parks of Florence (Italy) and Their Effects on Human Well-Being, In : Fifth International Conference on Urban Climate, 1-5 sept. 2003, Lodz (Poland), International Association for Urban Climate (IAUC), pp. 245-248.

Bagga, I., I. Calmet, F. Rodriguez et J-M. Rosant, 2009, Measuring and modelling of the turbulent fluxes over an heterogeneous urban area, In : 6th International Scientific Conference on the Global Energy and Water Cycle and 2nd Integrated Land Ecosystem - Atmosphere Processes Study (iLEAPS) Science Conference 24-28 August 2009, Melbourne iLEAPS & GEWEPS, pp. 524-525.

Barradas, V.L., 1998, Measurements of latent heat flux in small urban park in Mexico City, In : 23rd Conference on Agriculture and Forest Meteorology, 2nd Urban Environment Symphosium and 13th Conference on Biometeorology and Aerobiology, 2-6 nov. 1998, Albuquerque (USA), American Meteorological Society, pp. 212–214.

Bouyer, J., 2009, Modélisation et simulation des microclimats urbains - Étude de l’impact de l’aménagement urbain sur les consommations énergétiques des bâtiments, Thèse de doctorat, Ecole Polytechnique de l’Université de Nantes, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, 302 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ca, V.T., T. Asaeda et E.M. Abu, 1998, Reductions in air conditioning energy caused by a nearby park, Energy and Buildings, 29(1), pp. 83-92. 
DOI : 10.1016/S0378-7788(98)00032-2

Calvet, M., 2010, Coûts et avantages des différentes formes urbaines : Synthèse de la littérature économique, Etudes & Documents (18), Commissariat Général au Développement Durable, Paris (France), 32p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cheng, C.Y., K.K.S. Cheung et L.M. Chu, 2010, Thermal performance of a vegetated cladding system on facade walls, Building and Environment, 45, 8, pp. 1779–1787.
DOI : 10.1016/j.buildenv.2010.02.005

Da Silva, D., F. Boudon, C. Godin, et H. Sinoquet, 2008, Multiscale Framework for Modeling and Analyzing Light Interception by Trees, Mutliscale Model. Simul, 7, 2, pp. 910-933. 

DeWalle, D.R., G.M. Heisler et R.E. Jacobs, 1983, Forest home sites influence heating and cooling energy, Journal of Forestry, 84, 2, pp. 84-88. 

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dupont, S. et Y. Brunet, 2008, Influence of foliar density profile on canopy flow : À large-eddy simulation study, Agricultural and Forest Meterology, 148, 6-7, pp. 976-990. 
DOI : 10.1016/j.agrformet.2008.01.014

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Grimmond, C., M. Blackett, M. Gouvea, T. Loridan, D. Young, M. Best, M. Hendry, J. Barlow, S. Belcher, S. Bohnenstengel, J. Baik, S. Lee, I. Calmet, F. Chen, K. Oleson, A. Dandou, M. Tombrou, K. Fortuniak, R. Hamdi, T. Kawa, Y. Kawamoto, H. Kondo, E. Krayenhoff, A. Martilli, F. Salamanca, V. Masson, G. Pigeon, S. Miao, A. Porson, L. Shashua-Bar, G. Steeneveld, J. Voogt et N. Zhan, 2010, The international urban energy balance models comparison project : first results from phase 1, Journal of applied meteorology and climatology, 49, 1268–1292, [En ligne] URL http://journals.ametsoc.org/doi/abs/10.1175/2010JAMC2354.1 ?journalCode =apme. Consulté le 19 oct. 2010.
DOI : 10.1175/2010JAMC2354.1

Guyot, G., 1999, Climatologie de l’environnement, Cours et exercices corrigés, 2ème édition, Dunod, 525p.

Hénon, A., J. Lagouarde, P.G. Mestayer et D. Groleau, 2009, High resolution surface temperature and urban thermal anisotropy simulations : validation against airborne remote sensing TIR data over Toulouse city (France), In : 89th American Meteorological Society Annual Meeting, 10-16 Jan. 2009, Phoenix (USA), American Meteorological Society.

Huang, Y., 2010, Methodology of Climatic Design of Urban District for Buildings Energy Efficiency, Thèse de Doctorat, Ecole Centrale de Nantes (France) & Huazhong University (China), Nantes, 211p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Iovan, C., D. Boldo et M. Cord, 2007, Automatic Extraction of Urban Vegetation Structures from High Resolution Imagery and Digital Elevation Model. In : Urban Remote Sensing Joint Event URBAN 2007 –URS 2007, 11-13 April 2007, Paris (France).
DOI : 10.1109/URS.2007.371840

Iovan, C., 2009, Détection et caractérisation de la végétation en milieu urbain à partir d’images aériennes haute résolution, Thèse de doctorat, Université Pierre et Marie Curie - Paris 6., 153p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jauregui, E., 1990, Influence of a large urban park on temperature and convective precipitation in a tropical city, Energy and Buildings, 15, 3-4, pp. 457-463. 
DOI : 10.1016/0378-7788(90)90021-A

Jesionek, K. et M. Brüse, 2003, Impacts of vegetation on the microclimate  : modeling standardized building structures with different greening level, ICUC5, Fifth international conference on urban climate. Lodz (Poland).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lazzarin, R.M., F. Castellotti et F. Busato, 2005, Experimental measurements and numerical modelling of a green roof, Energy and Buildings, 37, 12, pp. 1260–1267.
DOI : 10.1016/j.enbuild.2005.02.001

Maché M., I. Calmet et J-F. Sini, 2010, Analysis of the dynamical interactions between atmosphere and urban canopies of different densities using a drag force approach, In : 13th International Conference on Harmonisation within Atmospheric Dispersion Modelling for Regulatory Purposes, 1-4 June 2010, Paris (France), ARIA Technologies, CEA, ARIANET.

Masson, V., 2000, A physically-based scheme for the urban energy budget in atmospheric models, Boundary Layer Meteorology, 94, pp. 357-397.

Malys, L. et M. Musy, 2010, Evaluation des caractéristiques radiatives des couvertures végétales de façades, In : Conférence IBPSA France, 9-10 nov 2010, Moret-sur-Loing (France), EDF, IBPSA, AIVCF.

Mayer, H., 1999, Climatic effects of trees within street canyons, In : 15th Int. Congr. Biometeor. & Int. Conf. Urban Climatol. 8-12 nov. 1999, Sydney (Australia), COMB6.1 1-6, R.J. de Dear and J. C. Potter.

Nowak, D., J. Wang et T. Endreny, 2007, Environmental and economic benefits of preserving forests within urban areas : air and water quality, In : The Economic Benefits of Land Conservation. San Francisco (USA) : C.T.F. de Brun, pp. 28-47. 

Piron, O., 2007, Les déterminants économiques de l’étalement urbain, Etudes Foncières, 129, pp. 24.

Potchter, O., P. Cohen, Y. Yaakov et A. Bitan, The Climatic Behavior of Various Types of Urban Parks in Coastal Mediterranean City During the Summer - The Case Study of Tel Aviv, Israel, In : Fifth International Conference on Urban Climate, 1-5 sept. 2003, Lodz (Poland), International Association for Urban Climate (IAUC), pp. 281-284.

Pradal, C., F. Boudon, C. Nouguier, J. Chopard et C. Godin, 2009, PlantGL : A python-based geometric library for 3D plant modelling at different scales, Graphical models, 71,1-21, [En ligne] URL : http://dx.doi.org/10.1015/j.gmod.2008.10.0012. Consulté le 19 octobre 2010.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Raessi, S. et M. Taheri, 1999, Energy saving by proper tree plantation, Building and Environment, 34, pp. 565-570.
DOI : 10.1016/S0360-1323(98)00046-8

Robitu, M., 2005, Etude de l’interaction entre le bâtiment et son environnement urbain : influence sur les conditions de confort en espaces extérieurs, Thèse de Doctorat, Ecole Polytechnique de l’Université de Nantes, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, 248 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Robitu, M., M. Musy, C. Inard et D. Groleau, 2006, Modeling the influence of vegetation and water pond on urban microclimate, Solar Energy, 80,4, pp. 435-447. 
DOI : 10.1016/j.solener.2005.06.015

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sailor, D.J. et L. Lu, 2004, A top-down methodology for developing diurnal and seasonal anthropogenic heating profiles for urban areas, Atmospheric Environment, 38,17, pp. 2737-2748.
DOI : 10.1016/j.atmosenv.2004.01.034

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sailor, D.J., 2008, A green roof model for building energy simulation programs, Energy and Buildings, 40, 8, pp. 1466–14781/2/6028bf13db8374d9c8fa64d2e7eca541
DOI : 10.1016/j.enbuild.2008.02.001

Shashua-Bar, L. et M.E. Hoffman, 2000, Vegetation as a climatic component in the design of an urban street. An empirical model for predicting the cooling effect of an urban green areas with thees, Energy and Building, 31, pp. 221-235.

SOFRES, 2007, Les Français et leur habitat – Perception de la densité et des formes d’habitat, Etude réalisée pour l’Observatoire de la Ville. [En ligne] URL : http://www.tns-sofres.com/points-de-vue/FE0F882F24A142A298D7005A65AEE078.aspx, Consulté le 5 mars 2012.

Upmanis, H., 1998, Daytime Summer temperature differences between a green area and Its build-up surroundings in a high latitude city, In : 23rd Conference on Agriculture and Forest Meteorology, 2nd Urban Environment Symphosium and 13th Conference on Biometeorology and Aerobiology, 2-6 nov. 1998, Albuquerque (USA), American Meteorological Society, pp. 210-211.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Upmanis, H., I. Eliasson et S. Lindqvist, 1998, The influence of green areas on nocturnal temperatures in a high latitude city (Göteborg, Sweden), International Journal of Climatology, 18, 6, pp. 681-700.
DOI : 10.1002/(SICI)1097-0088(199805)18:6<681::AID-JOC289>3.0.CO;2-L

Vinet, J., 2000, Contribution à la modélisation thermo-aéraulique du microclimat urbain. Caractérisation de l’impact de l’eau et de la végétation sur les conditions de confort en espaces extérieurs, Thèse de Doctorat, Ecole Polytechnique de l’Université de Nantes, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, 245 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marjorie Musy, « L’étude des microclimats urbains : champ de recherche à l’interface entre climatologie, urbanisme et génie-civil », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 12 | mai 2012, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 29 août 2016. URL : http://vertigo.revues.org/11841 ; DOI : 10.4000/vertigo.11841

Haut de page

Auteur

Marjorie Musy

Chercheure, Centre de Recherche Méthodologique d’Architecture, UMR CNRS 1563, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, 6 qui François Mitterrand, BP 16202, 44262 Nantes cedex 2, France, Courriel : Marjorie.musy@cerma.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page