Navigation – Plan du site

Services écologiques et Trame Verte Urbaine

Note de recherche
Philippe Clergeau

Résumés

L’importance du rôle de la nature dans la ville est soulignée ici à travers les services écologiques appliqués au système urbain (production, régulation, culturel). La biodiversité est au cœur de ces relations. Or celle-ci est sous l’influence directe de la climatologie et de son évolution. À une grande échelle, on peut souligner le rapport entre le glissement des aires de reproduction des espèces sous l’effet du changement climatique et l’effet barrière exercée par la ville dans les dispersions. En plus de rafraichir la ville, l’installation de trame verte permettrait de redonner une transparence aux mégapoles pour les mouvements des espèces.

Haut de page

Texte intégral

1L’exigence d’un développement durable est de prendre en compte un équilibre d’objectifs économiques, sociaux et environnementaux. Aujourd’hui, le système urbain appelle à un renforcement fort du compartiment environnement notamment dans l’objectif attendu d’une qualité de cadre de vie. Les enjeux sont à la fois une réduction des nuisances créées par l’humain, mais aussi l’augmentation de la présence d’une nature dont on peut attendre plusieurs services écosystémiques.

2La qualité du cadre de vie dans l’établissement humain doit donc intégrer une autre dimension à côté du social, du culturel, de l’historique et de l’esthétique. Prendre en compte l’environnement dans la ville, ce n’est plus seulement prendre un ensemble de mesures de précaution, pour ne pas polluer ou ne pas dégrader, mais cela devient aussi des actes de construction et de renforcement des espaces « naturels » dans l’objectif de pouvoir contempler des espèces végétales et animales et pratiquer la nature. La création d’espaces verts (on préférera souvent le terme plus parlant d’« espace à caractère naturel » ; Clergeau, 2007) à des fins seulement hygiénique et esthétique, semble donc dépassée et prend aujourd’hui toute une valeur intrinsèque dans le cadre d’un développement durable qui peut aller jusqu’à proposer de nouvelles formes d’urbanisme.

3L’analyse des services écosystémiques que peuvent rendre ces espaces verts, c’est-à-dire l’examen des fonctions de cet écosystème dont l’homme tire avantage, est un bon moyen pour justifier de façon très concrète l’intérêt de la préservation d’une nature dans la ville. Si nous reprenons la classification du Millennium Ecosystem Assessment (2005), trois grandes fonctions sont reconnues de façon générale : l’approvisionnement, les services culturels et les régulations environnementales.

4L’approvisionnement concerne la fourniture directe de biens comme les consommables, les matériaux, etc. Dans nos villes, cette fonction est la moins importante. Elle est surtout reconnue à travers les jardins qui produisent des fruits et légumes (jardins privés, familiaux, ouvriers). Cette valeur est cependant tout autre dans les pays du sud où nourriture et bois sont fournis aussi dans les espaces urbains non construits. On peut cependant aussi y rattacher la fourniture en eau, les fleuves et les rivières étant des espaces à caractère naturel…

5Les services culturels (éthiques, esthétiques et loisirs) sont parmi les valeurs des espaces verts les plus reconnues actuellement (Blanc et al., 2007). Comme nous l’avons rappelé, le citadin souhaite une amélioration de son cadre de vie en intégrant une nature « de proximité ». Les paysagistes y répondent en jouant sur les aspects esthétiques et les urbanistes en y intégrant les fonctions de récréations. Les enjeux d’éducation à la nature et d’hygiénisme sont aussi évidents et les relations entre qualité naturelle de l’environnement et bien-être moral et physique des citadins sont maintenant bien démontrées (Tzoulas et al., 2007). Mais ces espaces à caractère naturel peuvent aussi favoriser le développement des liens sociaux liés à la nature. À travers l’usage collectif, voire l’entretien par les citadins (Senecal et Saint-Laurent, 1999), ces espaces verts sont source de sociabilité. Les expériences du jardin naturel (promotion de laisser une petite partie de son jardin privé avec un minimum d’entretien) réalisées notamment à Bruxelles dans les années 1970 ont été un succès autant dans l’augmentation du nombre d’espèces « sauvages » qui circulaient dans les quartiers que dans le renforcement des liens de voisinage et du sentiment d’appartenance à une communauté (c’est l’ensemble des actions individuelles qui donne le succès de l’opération).

  • 1  Le Grenelle Environnement réunit pour la première fois, en France, l’État et les représentants de (...)

6Les services de régulation environnementale liés aux espaces à caractère naturel sont connus pour certains aspects, mais sont encore l’objet de spéculation pour d’autres. Le rôle des espaces verts dans la régulation hydrique est bien connu et les effets d’imperméabilisation dans certaines régions à très forte urbanisation ont été suffisamment démonstratifs pour imposer des contraintes d’urbanisme (par exemple la Rhür qui est à l’origine d’une taxe sur l’imperméabilisation des sols en Allemagne). Le rôle des végétaux dans les villes pour lutter contre les pollutions atmosphériques (par exemple par fixation des particules aériennes sur les feuilles) est également connu, mais on ne sait pas toujours trop quels types d’essences et quelles formes de plantation (en ligne ou en tache) sont les plus efficaces à jouer ce rôle. On sait aussi que les arbres sont les meilleurs moyens de rafraîchir l’air sur une place (usage dans le pays du sud), mais on n’a toujours pas vraiment fait le lien entre ce service et une possible adaptation des villes au réchauffement climatique par des plantations ciblées (voir aussi Wania, 2007). Enfin on a fait parfois des transpositions un peu rapides entre des connaissances acquises dans certains écosystèmes et des applications en ville. À ma connaissance, il y a encore peu de travaux scientifiques sur le rôle des arbres en ville dans une capture importante de CO2. Elle existe certainement, mais peut-elle justifier à elle seule des plantations massives comme prônées par certaines grandes villes ? Les effets des trames vertes (et bleues) qui permettent les flux d’espèces indispensables au fonctionnement des écosystèmes sont bien démontrés en milieu rural, mais les travaux sur cet aspect en ville sont en cours de réalisation. Les recherches sont à peine ébauchées pour examiner l’influence de l’humain et de cette matrice de bâti très imperméable à la plupart des mouvements d’animaux et de végétaux, mais le Grenelle de l’Environnement1 a déjà mis en priorité la construction de trames vertes urbaines. On peut certainement s’en réjouir tant ces trames apportent aussi d’autres services (voir plus loin) et qu’il est maintenant reconnu que la décision ne doit pas attendre toujours la connaissance, mais que l’un et l’autre doivent se nourrir continuellement. Mais l’écologie urbaine en est encore aux balbutiements dans de très nombreux thèmes et il est urgent de favoriser cette recherche pour orienter l’application.

7La notion de biodiversité (définie par la variété en écosystèmes, espèces et gènes et leurs interrelations) est au cœur de la nature dans la ville et est un peu transversale aux différents services rendus. Elle intervient dans l’approvisionnement (multiplicité des espèces utilisables), les services culturels (éducation, esthétisme) et les régulations environnementales (pollinisation, contrôle biologique…). Sa préservation est fondamentale à toutes les échelles (gène, espèce, habitat, paysage) et préoccupe bien au-delà du cercle des spécialistes, les représentants de l’État (Reygrobellet, 2007), les acteurs de la politique urbaine (par exemple, Observatoire du Conseil Générale de la Seine Saint-Denis ou Naturparif du Conseil Régional d’Ile-de-France) et, d’une certaine manière, les habitants.

8Les relations entre cette biodiversité urbaine et la climatologie sont nombreuses. On sait que les végétaux répondent différemment selon les conditions climatiques en ville, et plus précisément selon la forme de l’îlot de chaleur (Mimet et al., 2009). On sait aussi que les oiseaux sont selon les espèces plus ou moins précoces dans leur reproduction en ville qu’en campagne proche. Mais on peut aussi se poser de nouvelles questions notamment au regard du déplacement des aires de distribution des espèces qui glissent progressivement vers le nord avec le réchauffement. Ainsi les oiseaux ou les papillons montrent des tendances significatives à se reproduire dans des zones plus septentrionales qu’avant (Huntley et al., 2008 ; Parmesan et al., 1999). Face à ces dispersions différentes, on peut se demander si les grandes métropoles ne joueraient pas le rôle de barrières aux dispersions régionales au moins pour les espèces moins mobiles. Donc à une échelle régionale, la relation climat-biodiversité pourrait trouver un écho en ville à travers les trames vertes qui permettraient aux espèces de plus ou moins circuler dans les grandes mégapoles, au moins dans leurs bordures.

9Même si la notion de services écologiques est remise en cause par de nombreux collègues qui reprochent une possible monétarisation, cette valorisation reste un argument aujourd’hui bien entendu dans les discussions transversales et opérationnelles. Il faut cependant bien noter qu’un service seul ne peut pas être suffisant à conduire une action cohérente vis-à-vis de la biodiversité. Exactement comme pour le développement durable, il faut que l’action prenne en compte systématiquement plusieurs services écologiques (par exemple de régulation et de production).

10La ville ne peut plus être regardée comme un espace non naturel et son expansion géographique régulière repose de plus en plus la responsabilité de l’urbanisme dans la conservation de la biodiversité. Tout comme on a imposé à l’agriculture une série de contraintes environnementales, il faudra inclure dans les projets d’urbanisme des règles de protection de la nature. C’est déjà le cas dans de nombreuses chartes de l’environnement construites par les municipalités elles-mêmes, mais il faudrait aller plus loin en intégrant le fonctionnement de cette biodiversité à toutes les échelles (capacité de mouvement des espèces, complémentarité des régimes alimentaires, rôle des espèces introduites potentiellement invasives ou non…). Le développement des connaissances doit permettre de fournir des éléments de réponse, mais l’organisation même de l’espace urbain peut être aussi repensée notamment dans l’augmentation et l’organisation des espaces à caractère naturel. Par exemple une solution alternative au zonage (parc et jardin public) pourrait être les constructions de réseaux verts qui permettent des jonctions entre ces parcs et constitueraient les trames vertes. De même, des réflexions concernant des éléments à caractère naturel plus localisés comme les suites de pieds d’arbres dans les boulevards ou les végétalisations de bâtiment semblent être prometteuses. A priori en augmentant l’interface entre citadin et nature, ces organisations permettraient de répondre à la contradiction : développer des surfaces de nature dans la ville, mais conserver une densité indispensable à un développement durable. Ce développement de trames vertes dans les villes et entre ville et campagne pourrait devenir un nouvel élément structurant les futurs aménagements du territoire [Ahern, 2007 ; Clergeau, 2007). Le service de tamponnage thermique apporté par les végétaux peut en être un des arguments les plus lisibles.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ahern, J., 2007, Green infrastructure for cities : the spatial dimension, in Novotny V. and Brown P. ed., Cities of the future : towards integrated sustainable water and landscape management, IWA Publishers, London, 2007

Blanc, N., M. Cohen et S. Glatron, 2007, Quel rôle jouent les paysages végétaux dans les politiques urbaines ? , In Terrasson D. (Eds), De la connaissance des paysages à l’action paysagère, Editions QUAE

Clergeau, Ph., 2007, Une écologie du paysage urbain, Ed. Apogée. Rennes

Huntley, B., Collingham, Y. C., S. G. Willis et R. E.Green, 2008 ; Potential impacts of climatic change on European breeding birds. PloS One 3, e1439

Millenium Ecosystem Assesment, 2005, Ecosystems and human well-being, Biodiversity synthesis, World resources institute, Washington D.C.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mimet, A., V. Pellissier, V. Quenol, F. Roze , V. Dubreuil et R. Aguejdad, 2009, Urbanisation induces early flowering : evidences from Platanus acerifolia and Prunus cerrasus. International Journal of Biometeorology. vol. 53, 3, 187-198
DOI : 10.1007/s00484-009-0214-7

Parmesan, C., N. Ryrholm, C. Stefanescu, J.K. Hill, C.D. Thomas, H. Descimon, B. Huntley, L. Kaila, J. Kullberg, T. Tammaru, W.J. Tennent, J.A. Thomas et M. Warren, 1999, Poleward shifts in geographical ranges of butterfly species associated with regional warming, Nature 399, 579-583

Reygrobellet, B., 2007, La nature dans la ville. Biodiversité et urbanisme, Avis et rapports du Conseil économique et social, Documentation française, Paris, 2007.

Senecal, G. et D. St Laurent, 1999, Le programme Eco-quartier de la ville de Montréal, une innovation en évolution, Rapport INRS-Urbanisation, 71, Montréal

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tzoulas, K., K. Korpela, S. Venn, V. Yli-Pelkonen, A. Kazmierczak, J. Niemela et P. James, 2007, Promoting ecosystem and human health in urban areas using Green Infrastructure : A literature review. Landscape and Urban Planning, vol. 81, 167-178
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2007.02.001

Wania, A., 2007, Urban vegetation – detection and function evaluation for air quality assessment, Thèses de doctorat, Université Louis Pasteur, Strasbourg, [En ligne] URL : http://scd-theses.u-strasbg.fr/1442/01/WANIA_Annett_2007.pdf, consulté le 1 mai 2012

Haut de page

Notes

1  Le Grenelle Environnement réunit pour la première fois, en France, l’État et les représentants de la société civile afin de définir une feuille de route en faveur de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables. Site : http://www.legrenelle-environnement.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Clergeau, « Services écologiques et Trame Verte Urbaine », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 12 | mai 2012, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://vertigo.revues.org/11834 ; DOI : 10.4000/vertigo.11834

Haut de page

Auteur

Philippe Clergeau

Professeur du Muséum National d’Histoire Naturelle, Responsable programme national ANR TrameVerteUrbaine, Département Écologie et Gestion de la Biodiversité - UMR CERSP - CP 51, 55 rue Buffon, 75005 Paris France, Courriel : clergeau@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page