Navigation – Plan du site
Des territoires en soi ?

Rivières du futur, wild rivers ?

Régis Barraud

Résumés

Depuis le milieu des années 1990, à l’échelle internationale, de nouveaux principes de gestion écologique des cours d’eau sont mis en place. Afin d’améliorer la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, il ne s’agit plus uniquement de réduire les flux de pollution, mais d’agir sur la structure même des milieux fluviaux pour rétablir les processus physiques qui orientent la dynamique fluviale. Parmi les actions de restauration écologique les plus emblématiques, l’effacement de barrages et de seuil est une solution de plus en plus mise en avant par les associations environnementalistes, mais aussi par les acteurs institutionnels. La suppression d’ouvrage hydraulique est associée à une « libération » physique et symbolique des cours d’eau. La promotion du démantèlement de barrage semble s’accompagner d’une quête d’un modèle de rivière qui serait plus sauvage. Cet article propose un décryptage du mouvement international de démantèlement de barrage à partir de l’analyse comparée de sa mise en œuvre et de ses implications sociospatiales, entre Amérique du Nord (foyer émetteur) et l’Europe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 1996, dans une petite vallée bretonne, la première opération française de démantèlement de barrage est réalisée. Le barrage hydroélectrique de Kernansquillec, construit dans les années 1920, est détruit en raison de sa vétusté et des risques encourus par la population en cas de rupture. À l’argument sécuritaire initial s’ajoute d’abord celui de la restauration écologique du cours d’eau, puis le site fait l’objet d’un projet de valorisation patrimoniale et paysagère. Totalement réaménagé sur une douzaine d’hectares ; il redevient une ressource pour le développement local. En 2002, le ministère de l’Écologie et du développement durable édite un livret afin de retracer l’histoire de ce projet et de le médiatiser pour son exemplarité : « En conjuguant ses forces, une communauté humaine a su déplacer la montagne de béton d’un barrage pour qu’à Kernansquillec, la vallée du Léguer révèle sa vraie nature. Une source de développement durable ; l’énergie de l’avenir ».

2Après cette opération pionnière sur le territoire métropolitain, l’idée du démantèlement de barrages comme acte fondateur de « la renaissance » des vallées dégradées par les aménagements du passé se renforce sans cesse, mais les réalisations sont peu nombreuses. Seul le bassin de la Loire a enregistré d’une manière significative le changement de paradigme de l’aménagement des cours d’eau. Les projets de démantèlement concernent des ouvrages conséquents, mais plus encore, un effectif très important de petits ouvrages, hérités de l’intense exploitation hydraulique des rivières depuis le Moyen Âge (moulins à eau, seuils d’irrigation). Le processus de démantèlement d’ouvrages, dont l’institutionnalisation se trouve renforcée à l’échelle européenne par la Directive cadre sur l’eau (2002) et plus récemment à l’échelle nationale par les objectifs du Grenelle de l’Environnement (continuité écologique/trames vertes et bleues), se heurte à une acceptabilité sociale relativement faible, à des contraintes d’ordre juridique et technique (Barraud et al., 2009a et 2009b). La politique la plus active d’effacement d’ouvrages, et surtout de petits ouvrages n’est pas conduite en Europe, mais aux États-Unis. C’est à partir de ce foyer émetteur que semble se diffuser la double promotion de l’effacement de barrages et de la rivière « sauvage ». Cet article, propose un décryptage de ce mouvement international de démantèlement de barrages à partir d’une analyse bibliographique et documentaire exhaustive (articles et ouvrages scientifiques, littérature grise, documentaire vidéo, presse). Cet état de l’art, associé à une approche comparative Amérique du Nord (É.-U. essentiellement) / Europe (France, bassin de la Loire, Espagne), permet de présenter les enjeux de recherche liés au renouvellement de la doctrine d’aménagement des cours d’eau.

L’émergence du processus de démantèlement de barrages

Basculement récent des principes de gestion et d’aménagement des cours d’eau

3Depuis le milieu des années 1990, on assiste à l’échelle internationale à un changement de paradigme de la gestion des cours d’eau. La dynamique fluviale est à présent considérée comme le moteur de la diversification des habitats, elle-même garante de la diversité biologique. Cette hypothèse, validée dès la fin des années 1970 sur les grands cours d’eau est fondatrice d’une nouvelle approche de la gestion des cours d’eau. Afin d’améliorer la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, il ne s’agit plus uniquement de réduire les flux de pollution, mais d’agir sur la structure même des milieux fluviaux pour rétablir les processus physiques qui orientent la dynamique fluviale. Ce basculement vers un nouveau paradigme de la gestion des rivières coïncide au début des années 1990 avec la montée en puissance de l’écologie de la restauration (discipline) et des opérations de restauration écologique (ingénierie). Les sens des termes « restauration » et « entretien » évoluent tandis qu’apparaissent d’autres déclinaisons telles que la réhabilitation ou la re-naturation. Ces nouveaux principes de restauration des cours d’eau actualisent la littérature grise utilisée par les gestionnaires locaux et les bureaux d’études.

De la contestation des grands barrages aux politiques de démantèlement des ouvrages hydrauliques transversaux

4C’est avec l’essor de la construction des grands barrages, au début du XXe siècle, qu’apparaît un véritable mouvement de contestation écologiste dans le sillage du naturaliste John Muir. Entre 1905 et 1913, l’opposition à la construction du barrage de Hetch Hetchy dans le périmètre du Yosemite National Park constitue un combat fondateur pour le mouvement écologiste américain et international. La controverse créée par ce projet de barrage, qui sera finalement réalisé en 1913, est une étape déterminante dans l’évolution de l’écologisme. Cette bataille perdue par les protectionnistes (gagnée par les conversationnistes) est aussi considérée comme un moment structurant dans l’évolution du sentiment de wilderness nord-américain et de sa mobilisation par les écologistes (Nash, 2001). Par la suite, l’opposition à la construction de grands barrages est devenue, à l’échelle internationale, un des combats privilégiés des organisations de protection de la nature. Le grand barrage est devenu l’un des symboles de la dégradation environnementale d’origine anthropique, il cristallise la contestation d’un mode de développement industriel. Pourtant, Jimenez (1997) à partir d’une analyse cinématographique met plutôt en évidence un balancement entre une symbolique positive et négative. Le barrage est une atteinte à l’environnement, un coin enfoncé dans le wilderness, une cause de déstabilisation sociale, mais aussi un moyen de mise en valeur économique de la nature, un symbole du progrès et de la culture industrielle. Le grand barrage est aussi le symbole d’un modèle de développement exogène que l’on veut imposer à des sociétés locales fragilisées (Béthemont, 2008 ; Blanc et Chartier, 2008).

  • 1  Référence complète en bibliographie WCD (2000)

5À l’échelle internationale, le rapport de la Commission Mondiale des Barrages (2000)1 « Dams and development : a new framework for decision making », se fonde sur un inventaire des grands barrages à l’échelle mondiale. Environ 45 000 ouvrages de plus de 15 m ou compris entre 5 et 15 m, mais constituant une réserve d’eau supérieure à 3 millions de mètres cubes ont été recensés. Ce texte, bien qu’assez contrasté, contribue à faire du démantèlement une option envisageable. Cela correspond aussi à une évolution du mouvement de contestation qui après avoir réussi à éviter la construction d’ouvrages nouveaux, oriente son action vers la lutte pour l’effacement des ouvrages ; il s’agit à présent de « libérer les rivières ».

L’expérience nord-américaine du « dam removal » au « small dam removal » : une résonnance internationale

6Aux États-Unis, on dénombre environ 76 000 structures considérées comme des grands barrages, mais les rivières sont aussi équipées de plus de 2,5 millions de petits ouvrages (seuils d’anciens moulins, d’irrigation, ou d’agrément). Au boom de la construction des ouvrages entre 1950 et 1970, succède aujourd’hui le temps du renouvellement des concessions et de la gestion du vieillissement des structures. En 2020, plus de 85 % du parc d’ouvrages américains dépasseront la cinquantaine d’années et excéderont la limite de leur espérance de vie, en posant de redoutables questions de sécurité publique. Selon, Grant (2001), c’est la question du renouvellement des concessions hydroélectriques, beaucoup d’entre elles arrivant à leur terme, qui a joué un rôle décisif dans la montée en puissance du Dam Removal, et de son traitement politique. Dans le même temps, l’intensité de la contestation des grands barrages montait encore d’un cran au milieu des années 1990. Le combat contre la multiplication des grands barrages qui a contribué à structurer et fédérer l’action des mouvements écologiques, est remis au goût du jour par l’actualité mondiale (mise en place de la CMB). C’est à cette époque qu’une multitude d’ONG nationales ou internationales, généralistes (Friend Of The Earth) ou spécialisées dans la protection des rivières (American River, Trout Unlimited, River Alliance) ont engagé des campagnes sur la thématique de l’effacement des barrages. Progressivement, l’argumentaire environnemental, sécuritaire et économique s’est étoffé permettant aux autorités publiques d’envisager sérieusement l’option de l’effacement pour certains ouvrages. Toutefois, la multiplication des projets d’effacement à la fin des années 1990 a fait ressortir les difficultés techniques et sociales de ce type d’opération. Faute de suivis bien documentés, le bilan écologique apparait très délicat à établir. La communauté scientifique est sollicitée pour faire le point sur les implications écologiques, sociales, économiques, juridiques et même éthiques de l’utilisation de l’effacement d’ouvrages comme outil de restauration des rivières.

7Ainsi, en Amérique du Nord, de nombreuses recherches ont été lancées sur la question du dam removal depuis le milieu des années 1990, complétant les recherches menées dans les années 1980 sur l’impact écologique des barrages (Ward et Stanford, 1979 ; Petts, 1984). Les recherches les plus complètes fondées sur plusieurs études de cas mettent en perspective les effets sur l’ensemble des composantes physiques et biologiques des rivières, tout en intégrant des considérations sociales. Enfin plusieurs articles insistent sur la nécessité de mettre au point des dispositifs d’aide à la décision pour aider les experts, les usagers et les gestionnaires (Doyle et al., 2003). L’actualité de la problématique et toute sa complexité est bien rendue dans un numéro spécial de la revue Bioscience de 2002. Cette intensification de la recherche scientifique s’est également traduite par la rédaction de rapports de synthèse publiés par de grandes fondations comme l’Aspen Institute (2002), ou encore le Heinz Center (2002). De même, les travaux scientifiques et les expériences de terrain ont alimenté une très dense littérature grise (Trout Unlimited, 2002 ; American Rivers, 2000 et 2002). Enfin certains états fédéraux comme celui du New Hampshire (Department of Environmental Services, 2003), du Maine (Maine Natural Ressources Council, 2003) ou plus récemment l’Oregon, ont produit leur propre guide montrant la marche à adopter pour mener à bien des effacements d’ouvrages.

8Environ 880 ouvrages ont été supprimés sur les cours d’eau américains, dont plus de 300 depuis 1999 (American Rivers, 2010 ; Poff et Hart, 2002). Depuis 1998, le rythme des effacements a dépassé celui de la construction. Les enjeux de sécurité publique liés à la vétusté des ouvrages, la restauration des axes de migrations piscicoles sont les raisons les plus invoquées pour justifier le démantèlement des ouvrages. Mais, selon Grant (2001), l’accélération du processus d’effacement révèle sa forte valeur symbolique, dans le contexte des représentations de la nature américaine. « Libérer », « débrancher » les rivières est perçu comme un acte de rédemption.

9La plupart des barrages effacés appartiennent à la catégorie des petits ouvrages, inférieurs à douze mètres de hauteur. Parmi eux, on retrouve un grand nombre d’anciennes chaussées de moulins dans la région de la Nouvelle-Angleterre (Mullens, 2003). Près de 20 % des ouvrages effacés sont localisés dans cette région. L’intérêt scientifique a glissé vers l’analyse de l’effacement de ces petits ouvrages ; leur dimension modeste s’avérant plus adaptée pour conduire un plus grand nombre de suivis et ainsi, de mieux comprendre les réponses écologiques et sociales des effacements. L’intérêt des scientifiques, pour lesquels l’effacement des petits ouvrages ouvre d’importantes perspectives en matière de recherche théorique, rejoint celui de l’ingénierie (restauration écologique) et des gestionnaires soumis à une forte demande sociale (Grant, 2001 ; Doyle et al., 2005 ; Hart et al., 2002). De même, les ONG telles que Trout Unlimited ou River Alliance (dans le Wisconsin), ou encore American Rivers s’adaptent en proposant des campagnes de promotion du « small dam removal ».

  • 2  NOAA Restoration Center : Unité spéciale de la National Oceanic and Atmospheric Administration déd (...)

10Ces campagnes et recherches spécifiques commencent à être relayées par des structures plus importantes (IRN). L’expérience américaine est à présent médiatisée en Europe selon trois voies parallèles, celle des ONG, celle de la recherche scientifique et celle des structures institutionnelles de gestion de bassins. Récemment, le réseau Rivernet (ERN, SOS Loire Vivante) a ajouté un lien hypertexte sur sa page consacrée au démantèlement de barrages permettant d’accéder à un documentaire réalisé en 2006 par le NOAA Restoration Center2, sur l’effacement de petits ouvrages sur les rivières côtières de Nouvelle-Angleterre. Sous la pression des associations de protection de l’environnement, des objectifs de suppression de petits ouvrages dépourvus de valorisation économique ont été proposés dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Sur le modèle des grandes associations de protection des rivières nord-américaines, et à la suite de WWF, SOS-Loire Vivante / European River Network France ou encore, plus récemment, France Nature Environnement (2008) s’engage dans « des campagnes » en faveur du démantèlement des grands et des petits barrages.

Le contexte européen : le cas français, des échelles à poissons au Grenelle de l’Environnement

  • 3  L’indicateur « taux d’étagement » d’un cours d’eau est calculé à partir du rapport entre la somme (...)

11En Europe, la Directive cadre européenne sur l’eau (2000) déclenchée l’intégration juridique et politique des principes de gestion physique des cours d’eau, cependant les actions destinées à atténuer l’impact écologique des seuils et barrages ont une origine ancienne. La construction de la première échelle à poisson est souvent attribuée à l’écossais Smith qui équipa le barrage de son moulin en 1837. En France, le barrage du Bazacle est pourvu d’une passe dès 1840, et la loi du 31 mai 1865 introduit la possibilité d’aménager des échelles à poissons sur les barrages des usines hydrauliques à la suite d’une enquête instruite par les conservateurs des Eaux et Forêts (Cazeils, 2003). Cette disposition a même été ajoutée au modèle des règlements d’eau, mais ne s’est appliquée que rarement, sur quelques cours d’eau fréquentés par de grands migrateurs tels que le saumon. Mais l’évolution du positionnement des experts institutionnels vis-à-vis des ouvrages transverses apparaît véritablement milieu des années 1990, dans les premiers Schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE). Ces documents, en cours de réactualisation, intégreront de manière très précise les concepts de la gestion physique et les différentes dispositions relatives aux ouvrages hydrauliques. Ainsi, dans le projet de SDAGE Loire Bretagne est développé le contenu des règlements de SAGE ; ils comporteront : « un plan d’action identifiant les mesures nécessaires à la restauration de la continuité écologique ». Plus précisément, les SAGE devront lister « les ouvrages qui doivent êtres effacés, ceux qui peuvent êtres arasés ou ouverts partiellement, ceux qui peuvent êtres aménagés avec des dispositifs de franchissement efficaces, et ceux dont la gestion doit être adaptée ou améliorée (ouverture des vannages…) ». Enfin certains règlements de SAGE pourraient intégrer un « objectif chiffré » de désaménagement (réduction du taux d’étagement)3.

  • 4  C'est-à-dire, soit effacés, arasés, équipés (dispositif de franchissement piscicole), mieux gérés, (...)
  • 5  À l’échelle du bassin Loire-Bretagne, l’objectif est de traiter environ 400 ouvrages d’ici fin 201 (...)

12L’institutionnalisation de nouvelles modalités de restauration de cours d’eau et l’intégration juridique de ces principes sont liées à la mise en œuvre de la DCE, mais pas seulement. D’autres textes très récents activent ce double processus en consacrant l’effacement ou d’une manière plus consensuelle, l’aménagement d’ouvrages comme un outil phare de la reconquête du bon état écologique des rivières. Ainsi en 2007, règlement européen « Anguille » visant reconstituer le « stock » de cette espèce implique, entre autres, l’aménagement de 1600 ouvrages prioritaires. En 2009, la loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement fixe des objectifs de restauration de la continuité écologique par la mise en place de trames vertes et bleues. L’engagement 114 du Grenelle (restauration des continuités pour les écosystèmes d’eau douce) s’est accompagné d’une définition d’objectifs précis, servant de fondement au plan national de restauration de la continuité écologique des cours d’eau. Ainsi, c’est plus de 2000 ouvrages qui devront être « traités »4, pour reprendre la terminologie employée par les experts, d’ici fin 2015 dont environ 1200 d’ci fin 20125. L’action des maîtres d’ouvrages sur cette liste d’ouvrages prioritaires sera encouragée par des aides majorées des Agences de l’eau. Le lancement du plan de restauration de la continuité (13/11/2009) s’est accompagné de la signature d’un contrat d’objectifs entre l’Onema (Office national de l’eau et des milieux aquatiques) et l’État (2009-2012). Lors de la conférence de presse du lancement de ce plan national, Chantal Jouanno, secrétaire d'État à l’écologie a annoncé d’une manière hautement symbolique l’effacement des barrages de Vezins et de la Roche qui Boit implantés sur la Sélune (Manche). Enfin, en juin 2010, la convention d’engagements sur l’hydroélectricité durable, signée entre le Ministère de l’Environnement et différent acteur de la filière et des associations environnementalistes comporte un article (3) permettant « d’envisager l’effacement des obstacles les plus problématiques en termes de continuité écologique ». En plus des deux ouvrages normands précités, la convention évoque les impératifs de démantèlement des ouvrages de Condamine (Ubaye), de Trente Pas (Bléone) et de Caubous (Garonne). Ce même texte signale un désaccord important entre les différents signataires sur le devenir du barrage de Poutès-Monistrol (Haut-Allier).

Exemple du bassin de la Loire

  • 6  Les informations utilisées ici sont extraites du site Internet de l’association SOS Loire Vivante (...)

13Depuis le milieu des années 1990, les campagnes conduites par les ONG pour le démantèlement des barrages trouvent un écho dans la reconnaissance scientifique et institutionnelle de l’effacement des ouvrages en tant qu’outil de restauration écologique des rivières. Cette synergie s’applique parfaitement, en France, au cas du bassin de la Loire6. Au milieu des années 1980, un programme d’aménagement de la Loire prévoyait la construction de quatre grands barrages. La contestation de ce projet a conduit à l’émergence d’une organisation associative de mieux en mieux structurée. L’association SOS Loire Vivante, dont l’action à été médiatisée par le militantisme de Christine Jean, a été créée en 1989. Son premier « combat » a porté sur l’opposition à la construction du barrage de Serre de la Farre dans le haut bassin de la Loire, dont le projet sera définitivement abandonné en 1994. Le plan Loire Grandeur Nature qui paraît la même année officialise cette annulation, ajourne la construction du barrage du Veurdre et programme l’effacement de deux barrages, celui de Saint-Etienne-du-Vigan sur l’Allier (Haute-Loire) et de Maison Rouge à la confluence de la Vienne et de la Creuse (Indre-et-Loire). Le plan maintenait le projet de construction du barrage de Chambonchard sur le Cher, mais ce projet a été abandonné en 2002. En revanche, l’extension du barrage de Naussac a bien été réalisée en 1999. SOS Loire vivante reçoit dès le départ de son action le soutien d’ONG internationales telles que WWF, elle étend elle-même son action en fondant en 1994, avec le soutien de l’ONG « International River Network » (IRN), le Réseau Fleuve Europe (European River Network - ERN). Le combat pour la défense de la Loire « sauvage » est devenu emblématique et sert de support à la défense de l’ensemble des cours d’eau européens (Bonin, 2005). À la manière des ONG anglo-saxonnes, ERN s’engage avec ces partenaires dans de véritables « campagnes ». La dernière en date a pour objet la suppression du barrage hydroélectrique de Poutès-Monistrol dont la concession est arrivée à son terme en 2006. Cet ouvrage, en condamnant l’accès à l’une des plus importantes zones de frayères à saumons du bassin, aurait à lui seul une grande responsabilité dans le déclin de la population régionale de ce poisson à haute valeur patrimoniale.

  • 7  Le programme entre actuellement dans sa troisième phase (2007-2013), succédant à la phase 2 (2000- (...)

14La restauration du Saumon sur l’axe Loire-Allier est devenue la raison opérationnelle et symbolique principale de la politique d’effacement de barrages dans le bassin de la Loire, menée dans cadre du Plan Loire7. Au total, cinq barrages ont été à ce jour effacés dans le bassin de la Loire, ceux de Maison Rouge et de Saint-Etienne-du-Vigan en 1998, celui de Brives-Charensac (Haute-Loire) en 2003, le barrage mobile de Blois en 2005 et enfin, le barrage hydroélectrique de Fatou sur la Beaume (Haute-Loire) a été démoli en 2007. Parmi ces cinq barrages supprimés, l’ouvrage mobile de Blois, ceux de Maison Rouge et de Brive-Charensac d’une hauteur comprise entre 3 et 4 m se rapprochent de la dimension de seuil. L’intégration de ces projets d’effacement dans l’action publique traduit bien le basculement dans la manière d’appréhender l’équipement et la gestion du fleuve Loire dont l’histoire de la gouvernance a fait l’objet de recherche récente (Huygues-Despointes, 2009 ; Rode, 2010). Au-delà du cas du bassin de la Loire, les opérations de restauration de l’hydromorphologie des cours d’eau, et en particulier celles fondées sur le démantèlement d’ouvrages hydrauliques se multiplient rapidement à présent. À la manière de la diffusion des « success stories » d’effacement d’ouvrages diffusés par Amercican River ou encore par la NOAA aux États-Unis, l’Onema via son recueil d’expériences de restauration physique des cours d’eau ou son site internet (les jeudis de la restauration des cours d’eau) assure la promotion des cette nouvelle forme réaménagement des cours d’eau.

« Liberando Rios » : le mouvement de démantèlement de barrages gagne l’Espagne, un pays de grande tradition hydraulique

15En Espagne, le mouvement de démantèlement de barrages prend également de l’ampleur sous l’impulsion de l’association AEMS – Rios con vida, pilotée par le très actif Pedro Brufao. L’association se présente elle-même comme une ONG environnementaliste tournée vers la pêche sportive, dédiée à la restauration écologique des cours d’eau et à la préservation des habitats et des populations salmonicoles. Elle se présente comme s’inscrivant dans la même philosophie d’action que l’organisation américaine Trout Unlimited. Le premier rapport publié par AEMS-Rios Con Vida sur le démantèlement de barrage en 2006 est développé en prenant largement appui sur l’expérience américaine. Le rapport, à partir de données datant du début des années 2000 fait l’état des lieux de la restauration physique des cours d’eau espagnols à partir de l’effacement/l’arasement d’ouvrage, région par région. Les cas concrets d’effacement sont alors peu nombreux, mais les monographies régionales intégrées au rapport permettent de repérer les projets déjà engagés et l’amorce de mobilisations associatives locales. En 2010, l’association European River Network cite le chiffre d’environ 300 ouvrages démantelés en Espagne sans qu’il soit possible de préciser la ventilation des ces opérations par date, type d’ouvrage, région, etc.

16En 2009, l’action de cette association a été relayée par une campagne importante menée par l’ONG WWF, intitulée « liberando rios ». Cette campagne fondée sur une étude d’une cinquantaine de pages est illustrée en page de garde par une photographie dramatique présentant une guillotine installée dans le barrage d’une rivière. Plus loin, une autre illustration présente un cours d’eau équipé d’un barrage « pierre tombale » sur lequel figure l’inscription « R.I.P ». Cette imagerie-choc s’accompagne ici encore d’un état des lieux fouillé du niveau d’équipement des cours d’eau espagnols, mais également de propositions. Ainsi, WWF met en avant une quinzaine de cours d’eau dont l’état écologique serait particulièrement compromis par la présence de seuils et barrages, il s’agit pour la plupart d’affluents du Tage et Guadalquivir. La libération de ces cours d’eau pourrait, selon l’ONG, être assurée par le démantèlement d’une vingtaine d’ouvrages qui font l’objet d’une fiche descriptive dans l’étude. Cette liste d’ouvrages prioritaires a été portée plus récemment à quatre-vingt-cinq éléments. En Espagne, la problématique de l’effacement d’ouvrage est aussi régulièrement médiatisée du fait de plusieurs points chauds sociaux. Cette mobilisation sociale favorable à l’effacement correspond à des sites où le rôle des ouvrages est incriminé dans des inondations récurrentes. C’est le cas notamment dans la vallée du Guadalquivir à Cordoue (presa de Marmolejo). L’activité de démantèlement paraît aujourd’hui particulièrement active dans le nord de l’Espagne, notamment dans le bassin de la Bidasoa.

Enjeux de recherche

  • 8  Il s’agit de l’une des questions phares d’un projet de recherche « jeune chercheur jeune chercheus (...)

17La conflictualité, la mobilisation des ONG, la médiatisation des cas d’effacement exemplaires permettent de suivre la diffusion du mouvement international. Les publications scientifiques sont aussi de bons indicateurs des enjeux liés à la suppression ou la modification d’ouvrages hydrauliques. Ainsi, les implications géomorphologiques et patrimoniales ou encore les conflits d’usages ont suscité l’intérêt de la communauté scientifique en Allemagne (Müller et Koll, 2004), au Royaume-Uni (Downward et Skinner, 2005) et dernièrement en Suède (Lejon et al., 2009). La multiplication des conflits et des mobilisations sociales nous incite à prendre de la distance par rapport à l’effacement d’ouvrages en tant qu’opération d’ingénierie. Ce positionnement ouvre la voie à une exploration des implications paysagères, sociales, culturelles et politiques des ces actions de « désaménagement » des cours d’eau8.

Dynamique des modèles de nature et de paysage : une importation/adaptation du wilderness ?9

  • 9  Cette hypothèse a été formulée pour la première fois dans la partie conclusive du travail de thèse (...)
  • 10  Un bon aperçu de cette action est accessible via le développement de « campagne » en faveur de dém (...)

18À la suite, de Luginbühl (2001) et de Larrère (2005) on peut constater l’émergence de nouveaux modèles paysagers indicateurs de la diversification des regards sur les paysages et de l’évolution de la demande sociale de paysage et de nature. Parmi ces modèles émergents, pour le cas des vallées du moins, il semble que l’esthétique et les valeurs associées à la nature sauvage connaissent une certaine montée en puissance. Cette tendance peut participer à la consécration du modèle « pittoresque écologique » (Luginbühl, 2001), mais elle révèle peut-être également l’adaptation du sentiment de wilderness nord-américain. L’action des ONG internationales de protection de l’environnement10, les pratiques sportives et halieutiques pourraient être les canaux de cette importation. En France, les débats scientifiques récents sur les représentations de la nature et sur l’éthique environnementale réintroduisent le questionnement de la catégorie « nature sauvage » (Larrère, 2008 ; Blanc et Lolive, 2009). D’une manière complémentaire aux réflexions théoriques générales on peut identifier de véritables partisans de la nature sauvage. Le plus emblématique est sans doute l’écologue Jean-Claude Génot qui examine avec un regard critique les pratiques de gestion de la nature (Génot, 1998 ; 2003). Le développement du regard « informé » par la science écologique et l’ingénierie associée (la restauration écologique) peut aussi expliquer l’émergence de modèles nourris par l’esthétique du « sauvage » (Fel, 2009). Ces modèles émergents posent la question de l’articulation des politiques publiques de gestion de la nature et des politiques publiques de paysage. Parallèlement, d’autres approches, comme celle de Clément (2004), participent au renouvellement de la perception des paysages de déprise, de « transition », ou encore ceux produits par l’ingénierie écologique. Il convient donc de poursuivre le repérage, la caractérisation et les effets de ces nouveaux modèles paysagers qui incontestablement peuvent marquer les pratiques paysagistes et aménagistes.

  • 11  Nous invitons le lecteur à consulter les trois documentaires suivants qui illustrent bien notre pr (...)

19L’argumentaire scientifique et technique (coûts, fonctionnement écologique des cours d’eau) des promoteurs institutionnels et associatifs de l’effacement de barrages s’accompagne d’une intense mise en mots et mise en images des projets de démantèlement. Il s’agit, à partir de l’analyse de ce corpus, d’identifier les modèles paysagers et les représentations de la nature qui sont véhiculés par les promoteurs de l’effacement de barrages et de la reconquête, plus ou moins mythifiée, de rivières sauvages (ONG, scientifiques, experts institutionnels, gestionnaires de cours d’eau, usagers de la pêche et des sports nautiques). Les clichés avant/après suppression de barrages, les documentaires vidéo à visée pédagogique sont de plus en plus utilisés pour faire la promotion des effacements d’ouvrages. Cette mobilisation de l’image doit conduire à une interrogation sur le lien entre l’image et les représentations sociales, les modèles de nature et de paysages véhiculés par les associations et les institutions. Ce mode d’exploitation du média iconographique et audiovisuel paraît directement importé de la tradition nord-américaine de « l’illustration ». La diffusion du mouvement de démantèlement de barrages contribue-t-elle à la généralisation de ces célébrations audiovisuelles qui vantent l’action de restauration écologique en tant qu’acte tourné à la fois vers la nature et vers la société ?11

Vallées et paysages de rivière : de l’infrastructure naturelle au projet de territoire

  • 12  Voir l’article de Jeff Crane, 2009, « Setting the river free » : the removal of the Edwards Dam an (...)

20Le deuxième enjeu à explorer à partir de l’état de l’art présenté ici porte sur l’objet « vallée » en tant que ressource territoriale. Les vallées ont fait l’objet de nombreuses formes de mise en valeur économique qui conditionnaient les modalités de leur intégration territoriale. La rivière restaurée, valorisée en tant qu’infrastructure naturelle, peut-elle devenir une nouvelle ressource pour les territoires qu’elle traverse ? La restauration écologique se suffit-elle à elle-même ou doit-elle s’accompagner d’une véritable réflexion sur un projet de rivière/de vallée susceptible de participer au développement durable des territoires ? Il nous semble que cette question du projet de l’alternative au barrage est encore très souvent négligée alors que plusieurs retours d’expérience (Kernansquillec en France, Edwards Dam aux États-Unis12) démontrent la pertinence de cette réflexion globale. Cet enjeu de l’intégration territoriale des vallées appelle des modes de gouvernance qui dépassent les diagnostics (plus ou moins prescriptifs) issus de l’expertise écologique.

  • 13  Les rivières intégrées à la préfiguration du réseau sont pour l’instant au nombre de huit : le Ché (...)

21La dialectique « injonction politique/projet local » doit permettre d’aborder les jeux d’acteurs complexes associés à ces actions d’aménagement de cours d’eau. Il s’agira ici d’interroger la place de l’expert dans le processus décisionnel, de comprendre le rôle des habitants, des élus, des usagers qui se mobilisent pour lutter contre ou pour des projets d’effacement de barrages. Le cas échéant il s’agira de mettre au jour les facteurs qui font basculer les acteurs locaux du refus à l’adhésion ou inversement de l’adhésion au refus d’un projet de démantèlement d’ouvrage. Comment les projets d’effacement de barrages sont-ils débattus sur la scène locale ? Quels dispositifs de gouvernance sont mis en place pour mener à bien ce débat et élaborer de nouveaux projets de mise en valeur. Les mobilisations sociales suscitées par ce problème d’environnement favorisent-elles l’émergence de nouveaux « collectifs » associant experts, gestionnaires et usagers/habitants ? Si oui quels sont les effets induits en terme de (re) territorialisation de l’action publique ? La (re)conquête de rivières sauvages semble aussi se construire, comme une critique des insuffisances de la gestion institutionnelle, par l’action forte d’ONG de l’environnement comme WWF. Cette dernière a créé très récemment le réseau « rivières sauvages »13, avec à terme l’ambition de développer une fondation permettant de préserver des rivières sauvages par la maîtrise foncière, des partenariats locaux et un mécénat varié.

Conclusion

22Les représentations et les pratiques des petites vallées aménagées, notamment dans l’ouest de la France, font encore figure de « boites noires ». Les conflits liés à la réalisation de projets de démantèlement/d’arasement d’ouvrages hydraulique sont à ce titre très révélateurs. Les usages peuvent être recensés, mais l’absence (ou la méconnaissance) de valorisations économiques les rejette systématiquement dans l’ombre. Ainsi, pour le cas des ouvrages hydrauliques, des travaux de synthèse et la littérature grise française reprennent souvent le constat chiffré suivant : seulement 10 % environ des petits ouvrages transversaux recensés sont directement exploités économiquement (Malavoi, 2003) – ou encore, sur les 60 000 ouvrages recensés sur les cours d’eau français, « plus de la moitié n’a pas d’usage avéré » (Onema, 2010). La mobilisation pour le maintien des ouvrages est alors associée à un attachement patrimonial (moulins à eau, chaussées, etc.) ou à une forme d’irrationalité. Nous pensons que cette vision doit être dépassée et pour cela, il conviendrait de considérer les vallées comme des objets géographiques humanisés, construits, représentés, habités. En somme, les vallées sont des infrastructures naturelles, mais pas seulement… il s’agit aussi de paysages et de lieux en réseau. Ces paysages et ces lieux ont des trajectoires paysagères et environnementales très différentes (Barraud, 2007 ; Lespez et al., 2008, Germaine, 2009), les contrastes sont présents même à l’intérieur de secteurs géographiques homogènes sur le plan physique. De même, la manière de « penser » les objets « vallées » et « ouvrages hydrauliques » a connu des évolutions notables au cours des trois derniers siècles (Barraud, 2009c). Ce postulat nous pousse à identifier, comprendre et expliquer ces trajectoires géohistoriques, mais aussi les représentations et pratiques qui animent aujourd’hui les vallées. Il nous semble que cette démarche devrait nous conduire à la mise au jour de logiques d’appropriations contrastées, de rapports de force ou d’actions de collaborations entre acteurs plutôt qu’à la mise en évidence de comportement irrationnel. Cette réflexion complète le travail de recherche fondamentale (en hydromorphologie, en écologie notamment) à mener pour comprendre les processus de fonctionnement des cours d’eau, en particulier ceux de petites dimensions et de faible énergie. Au final, les opérations de démantèlement de barrages sont-elles créatrices de nouveaux espaces communs (de « biens communs ») ou à l’inverse excluent-elles de fait certains usagers, en modifiant les conditions de pratiques et d’accès, ou tout simplement en raison du changement d’aspect du paysage ? Les nouveaux espaces de vallées sauvages, conservatoires de nature, seront-elles des espaces ouverts et partagés ou bien des espaces fermés ou réservés à la jouissance de quelques individus (par exemple, le naturaliste en quête d’une nature pour soi, cf. R. Larrère, 2008) ?

Remerciements

23La rédaction de cet article et la mise au point de la recherche sur le démantèlement de barrages (concours ingénieur de recherche CNRS) ont été travaillées durant l’année 2010. J’ai préparé ce projet au sein de l’équipe de recherche « paysage » de l’Agrocampus Ouest d’Angers, je tiens à remercier tous les membres de cette équipe pour leur soutien et leurs conseils. Merci également au Syndicat Mixte de la Vallée du Thouet et à l’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre nantaise ainsi qu’à l’Établissement Public Loire qui ont soutenu mes recherches sur cette question.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aspen Institute, 2002, Dam removal : a new option for a new century, program on energy, the environment and the economy, Washington DC, 81 p.

Barraud, R., 2007, Vers un tiers-paysage ? Géographie paysagère des fonds de vallées sud armoricaines – Héritage, évolution, adaptation, Thèse de Géographie, Université de Nantes, 412 p.

Barraud, R. et L. Menanteau, 2009a, émergence du paradigme de la gestion physique des cours d’eau et héritages paysagers. Exemple des rivières « à moulins » de l’Ouest de la France, Revue du Nord - Archéologie, n° spécial « Lit mineur, lit majeur, lit voyageur », 10es Rencontres Internationales de Liessies, 20 p.

Barraud, R., A. Charrier, O. Constantin et G. Charruaud, 2009b, Restauration écologique et paysagère des rivières à seuils – Retour d’expériences, Ingénieries – EAT, n° spécial octobre 2009, actes des premières journées atelier du Réseau d’échanges et de Valorisation en écologie de la Restauration, 14 p.

Barraud, R., 2009, Approche géographique de l’intentionnalité paysagère dans les vallées de l’Ouest de la France (de la fin du XVIIIe siècle à aujourd’hui), Projets de Paysage, n° 1, [En ligne] URL : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/enquetes_et_debats

Blanc, N. et J. Lolive, 2009, La restauration écologique : une nouvelle formation du monde ? Cybergeo, article n° 475, 15 p. [En ligne] URL : http://cybergeo.revues.org/22806

Blanc, N. et D. Chartier, 2008, Les développements durables de l’Amazonie, in Blanc N. et S. Bonin (dir.), Grands barrages et habitants, Paris, éditions de la MSH / Quaé, p. 169-189

Béthemont, J., 2008, Les grands barrages, entre contestation et développement, in Blanc N. et S. Bonin (dir.), Grands barrages et habitants, Paris, éditions de la MSH / Quaé, p. 23-39

Bonin, S., 2005, Culture de fleuves et projets de barrages : Serre-de-la-Farre et la Loire ; Charlas et la Garonne, Aestuaria, n° 7, p. 233-249

Clément, G., 2003, Manifeste du Tiers-paysage, Paris, Sujet-Objet, 69 p.

Commission Mondiale des Barrages, 2000, Barrages et développement, World Commission on Dams, Earthscan, 40 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Downward, S. et K. Skinner, 2005, Working Rivers : the geomorphological legacy of English freshwater mills, Area, vol. 37, n° 2, pp. 138-147
DOI : 10.1111/j.1475-4762.2005.00616.x

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Doyle, M., J.M. Harbor et E.H. Stanley, 2003, Toward policies and decision-making for dam removal, Environmental Management, vol. 31, n° 4, pp. 453-465
DOI : 10.1007/s00267-002-2819-z

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Doyle, M., E.H. Stanley, J.M. Harbor et G.S. Grant, 2003, Dam removal in the United States : emerging needs for science and policy, Eos, vol. 84, n° 4, pp. 29-36
DOI : 10.1029/2003EO040001

Fel, L., 2009, L’esthétique verte, de la présentation de la nature, Seyssel, Champ Vallon, 350 p.

Génot, J-C., 1998, La nature malade de la gestion - la gestion de la biodiversité ou la domination de la nature, Le Sang de la Terre, 239 p.

Génot, J-C., 2003, Quelle éthique pour la nature ? Edisud, 192 p.

Germaine, M-A. 2009 - De la caractérisation à la gestion des paysages ordinaires des vallées du nord-ouest de la France. Représentations, enjeux d’environnement et politiques publiques en Basse-Normandie , Thèse de Géographie, Université de Caen, 648 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Grant, G., 2001, Dam Removal : Panacea or Pandora for rivers ? Hydrological Processes, vol. 15, p. 1531-1532
DOI : 10.1002/hyp.473

Huygues-Despointes, F., 2008, Des barrages au patrimoine mondial : la Loire comme objet d’action publique, thèse de doctorat d’Aménagement, Université François Rabelais de Tours, 440 p.

Jimenez, F., 1997, Barrages contre la nature. Lecture cinématographique d’une valorisation et d’une dévalorisation de l’action de l’homme sur la nature, in Baudot et al. (Eds.), Impact de l’homme sur les milieux naturels. Perceptions et Mesures, Aix-en-Provence, Travaux de la Société d’Ecologie Humaine, p. 69-82

Lejon, A.G.C., B.M. Renöfäit et C. Nilsson, 2009, Conflicts associated with dam removal in Sweden, Ecology and Society, vol. 14, n° 2 : 4 [En ligne] URL : http://www.ecologyandsociety.org/vol14/iss2/art4/

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Larrère, C. et R. Larrère, 1997, Du bon usage de la nature – Pour une philosophie de l’environnement, Paris, Aubier, 355 p.
DOI : 10.1016/S1240-1307(97)81559-2

Larrère, R., 2005a, Quand l’écologie, science de l’observation devient science de l’action. Remarques sur le génie écologique, in Marty et al. (Éds), Les biodiversités. Objets, théories, pratiques, Paris, Cnrs éditions, p. 173-193

Larrère, R., 2005b, Quelle(s) éthiques pour la nature ? : libre opinion, Natures Sciences Sociétés, n° 13, p. 194-197

Larrère, R., 2008, Protection de la wilderness versus gestion de la biodiversité, communication écrite, Rencontres de Valdeblore, Pastoralismes, biodiversités, paysages dans les espaces montagnards, 28-30 octobre 2008, 7 p. [en ligne] : http://www.mercantour.eu/valdeblore2008/images/actes/j1/intervention_larrere.pdf

Le Cœur, C. et E. Gautier, 2005, Les enjeux des friches hydrauliques : entretien, ré-affectation, dés-aménagements. Présentation d’un programme de recherche, in Serna V et Gallicé A (coord.), La rivière aménagée : entre héritages et modernité. Formes, techniques et mise en œuvre, Aestuaria n° 7, pp. 495-508

Lespez, L., J.M. Cador, V. Carpentier, M. Clet-Pellerin, M.-A. Germaine, E. Garnier et C. Marcigny, 2008 - « Trajectoire des paysages des vallées normandes et gestion de l’eau, du Néolithique aux enjeux de la gestion contemporaine », in Galop D. (éd.), Paysages et environnement : de la reconstitution du passé aux modèles prospectifs, Presses Universitaires de Franche-Comté, 16 p.

Luginbühl, Y., 2001, La demande sociale de paysage, rapport pour le Conseil National du Paysage, Ministère de l’aménagement du Territoire et de l’Environnement, 21 p.

Lowry, W.R., 2003, Dam Politics – Restoring America’s Rivers, Washington DC, Georgetown University Press, 306 p.

Mullens, J.B., 2003, An examination of dam removal in New England, Proceedings of the New England St Lawrence Valley Geographical Society, vol. 32, pp. 51-62

Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire (Medd), 2002, La renaissance d’une vallée – Démantèlement du barrage de Kernansquillec et réhabilitation du site, Paris, Ministère de l’écologie et du développement durable, Direction de l’Eau, 23 p.

Nash, R.N., 2001 (fourth edition), Wilderness and the American Mind, New Haven – London, Yale University Press, 413 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Poff, N. L. et D.D. Hart, 2002, How dams vary and why it matters for the emerging science of dam removal, BioScience, vol. 52, n° 8, p. 659-668
DOI : 10.1641/0006-3568(2002)052[0659:HDVAWI]2.0.CO;2

Righter, R.W., 2005, The battle over Hetch Hetchy – America’s most controversial dam and the birth of modern environmentalism, New-York / Oxford, Oxford University Press, 303 p.

Rode, S., 2010, De l’aménagement au management des cours d’eau : le basin de la Loire, miroir de l’évolution des rapports entre aménagement fluvial et environnement, Cybergeo, European Journal of Geography, article n° 506, [En ligne] : http://cybergeo.revues.org/23253

WWF – Espagne, 2009, Liberando Rios – propuesta de wwf para el desmantelamiento de presas en espana, Madrid, 52 p.

Haut de page

Notes

1  Référence complète en bibliographie WCD (2000)

2  NOAA Restoration Center : Unité spéciale de la National Oceanic and Atmospheric Administration dédiée à la restauration écologique des milieux marins et estuariens. Le documentaire s’intitule « Relics and Rivers. Dismantling dams in New England (durée, 30 mn) », il est téléchargeable sur le site du NOAA Restoration Centre : http://www.nmfs.noaa.gov/habitat/restoration/, il est aussi accessible depuis le forum « Clearinghouse for Dam Removal Information : http://www.lib.berkeley.edu/WRCA/damremoval/, hébergé par l’Université de Berkeley. Ce forum est destiné à permettre le débat sur les retours d’expérience d’effacement d’ouvrages, sur les effets positifs et négatifs. Ce documentaire permet de saisir la portée symbolique (la rédemption) du small dam removal aux Etats-Unis. Il permet de mesurer l’importance des moyens mis en œuvre pour encadrer, réaliser et assurer le suivi des retombées écologiques et sociales de telles opérations (moyens à comparer avec ceux actuellement disponibles en France…).

3  L’indicateur « taux d’étagement » d’un cours d’eau est calculé à partir du rapport entre la somme des hauteurs de chutes artificielles créées en étiage par les ouvrages hydrauliques et le dénivelé naturel de la rivière ou du tronçon considéré.

4  C'est-à-dire, soit effacés, arasés, équipés (dispositif de franchissement piscicole), mieux gérés, aménagés par une rivière de contournement.

5  À l’échelle du bassin Loire-Bretagne, l’objectif est de traiter environ 400 ouvrages d’ici fin 2012 et 30 % du budget du programme de mesures de la l’Agence de l’Eau Loire Bretagne (2010-2015) sont consacrés à la restauration de la qualité morphologique des cours d’eau, dont 6 % (plus de 60 millions d’euros) sont prévus pour soutenir des opérations d’aménagement, de gestion ou de suppression d’ouvrages existants.

6  Les informations utilisées ici sont extraites du site Internet de l’association SOS Loire Vivante – European River Network France accessible à l’adresse suivante : http://www.rivernet.org/loire/soslv/etapes86-94_f.htm#1986

7  Le programme entre actuellement dans sa troisième phase (2007-2013), succédant à la phase 2 (2000-2006) et au projet initial (1994-1999). Pour plus d’informations, se reporter au site officiel : http://www.plan-loire.fr

8  Il s’agit de l’une des questions phares d’un projet de recherche « jeune chercheur jeune chercheuse » soumis à l’Agence Nationale de la Recherche en janvier 2011 (dir. R. Barraud, avec la collaboration de Marie-Anne Germaine).

9  Cette hypothèse a été formulée pour la première fois dans la partie conclusive du travail de thèse de doctorat (Barraud, 2007, p. 352).

10  Un bon aperçu de cette action est accessible via le développement de « campagne » en faveur de démantèlement de barrages et des rivières libres ou sauvages. À titre d’exemple, l’ONG portant la campagne la plus influente et relayée en Europe (y compris en France) : http://internationalrivers.org/en/node/599. Par ailleurs, en France, le WWF expérimente, en s’appuyant sur des acteurs locaux, la mise en place d’un réseau de « rivières sauvages ».

11  Nous invitons le lecteur à consulter les trois documentaires suivants qui illustrent bien notre propos :

« Taking a second look : communities and dam removal » produit par l’ONG American Rivers (22 mn) : http://www.youtube.com/watch ?v =cCQiaT1KcPo

« Relics and Rivers. Dismantling dams in New England (30 mn) », il est téléchargeable sur le site du NOAA Restoration Centre : http://www.nmfs.noaa.gov/habitat/restoration/

« Escarabajo verde – Rios Sin Barreras » (28 mn) documentaire réalisé par la journaliste espagnole de la RTVE Elisabeth Anglarill : http://www.rtve.es/television/20091103/rios-sin-barreras-escarabajo-verde/299054.shtml

12  Voir l’article de Jeff Crane, 2009, « Setting the river free » : the removal of the Edwards Dam and the restoration of the Kennebec River, Water History, n° 1, p. 131-148

13  Les rivières intégrées à la préfiguration du réseau sont pour l’instant au nombre de huit : le Chéran, le Léguer, la Valserine, la Vis, l’Ellée, l’Isole, le Haut-Allier, le Douron. Roberto Epple, qui est responsable d’European River Network – Loire vivante, est le président du fonds. On retrouve dans le comité scientifique, l’hydromorphologue de l’ONEMA, Jean-René Malavoi ou encore le naturaliste Gilbert Cochet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Barraud, « Rivières du futur, wild rivers ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 10 | Décembre 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 24 juin 2016. URL : http://vertigo.revues.org/11411 ; DOI : 10.4000/vertigo.11411

Haut de page

Auteur

Régis Barraud

Géographe, Maître de conférences, Laboratoire RURALITÉS - EA 2252, Maison des sciences humaines et sociales, Université de Poitiers, 99 avenue du Recteur Pineau, 86022 POITIERS CEDEX, France, Courriel : regis.barraud@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page