Navigation – Plan du site

Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participatifs au Bénin

C.P. Djogbenou, R. Glèlè Kakaï, O. Arouna et B. Sinsin

Résumés

Le présent travail a analysé les perceptions de l’aménagement forestier par les populations riveraines des forêts classées dotées de plans d’aménagement participatif au Bénin suivant des critères comme les forêts classées aménagées par un même projet, les groupes socioculturels et les niveaux d’instruction. L’Analyse Factorielle des Correspondances simples (AFC) appliquée aux données d’enquête sur 690 personnes aléatoirement choisies dans 23 villages riverains des forêts considérées a permis d’établir des relations entre les perceptions de l’aménagement forestier et les différents critères considérés. Les résultats obtenus ont révélé que l’aménagement forestier est globalement perçu par les populations riveraines comme un projet en activité mettant l’accent sur le reboisement, l’emploi au profit des populations locales et une nouvelle manière de gérer les forêts classées en se basant sur la concertation. Les populations locales qui ont participé à l’aménagement forestier à travers les projets PAMF et PGRN ont des perceptions basées globalement sur la répression forestière (répression de l’incivisme dans le domaine forestier) et la mise à disposition des moyens aux agents forestiers, celles qui ont participé à l’aménagement forestier sous la conduite du Projet PRRF assimilent l’aménagement forestier à un projet en activité et enfin les populations bénéficiaires du Projet UNSO considèrent l’aménagement forestier comme une nouvelle façon de gérer les forêts classées. En considérant par ailleurs les niveaux d’instruction, les populations illettrées ont une conception traditionnelle de l’aménagement forestier (reboisement, police forestière) alors que celles instruites ont une conception moderne de l’aménagement forestier (participation des populations, concertation). Ces perceptions sont de nature visuelle et empirique et expriment le contenu des discours de sensibilisation délivrés par les projets chargés d’élaborer les plans d’aménagement de ces forêts classées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis la période coloniale jusqu’aux années 1990, les forêts classées en Afrique ont été gérées sans partage par les États. La gestion de ces forêts classées a été répressive et exclusive (Djogbénou, 2010). Cette expropriation a affaibli les communautés riveraines qui se sont retrouvées désormais écartées de la gestion forestière. L’interdiction d’accès aux forêts classées sans les moyens de la faire respecter a ouvert la voie à l’accès libre (Andriananja, 2006). Les forêts classées sont alors devenues le théâtre de plusieurs activités anthropiques : agriculture, élevage, exploitation forestière incontrôlée, braconnage, feux de végétation. Face à cette situation peu reluisante de la gestion des forêts classées, les États africains ont opté pour la gestion participative des forêts classées. Ainsi, l’aménagement forestier connaît aujourd’hui une réelle évolution conceptuelle caractérisée par un changement quasi radical de paradigme. L’aménagement forestier est de plus en plus assimilé à la gestion de la forêt non seulement pour produire du bois d’œuvre sur une base durable, mais aussi pour fournir aux populations locales du bois de feu, des aliments et d’autres biens et services appelés produits forestiers non ligneux (FAO, 1996 ; Reed, 2008). Dans une vision forestière élargie, les populations locales sont considérées comme la source la plus probable de dégradation forestière, conséquence de la pauvreté rurale, et il importe alors de prendre en compte le facteur humain dans l’aménagement forestier (Bertrand et al., 1999a). La participation des populations locales dans l’aménagement forestier est alors devenue une nécessité pour atteindre les objectifs fixés (CNUED, 1992). L’approche participative vise à assurer la durabilité de la gestion des forêts, en engageant les communautés locales, qui dépendent de ces ressources, dans le processus décisionnel afin qu’elles conservent un contrôle sur les usages et les bénéfices qui découlent de leur exploitation (Chouinard et Perron, 2002 ; Gareau, 2005 ; Djogbénou, 2005 ; Dhubhàin et al., 2008).

2Le Bénin a opté pour l’adoption de l’approche participative dans l’aménagement forestier basé sur la cogestion des forêts classées. Ainsi, plusieurs projets et programmes de gestion participative des forêts classées ont été amorcés et mis en œuvre. Il s’agit du Projet de Restauration des Ressources Forestières de Bassila (PRRF) de 1988 à 2003, du Projet de Gestion des Ressources Naturelles (PGRN) de 1992 à 1998, du Projet Aménagement Participatif de forêts naturelles et reboisement villageois pour réduction de carbone (Projet BEN-93-G13) de 1993 à 1998, du Projet d’Aménagement des Massifs Forestiers d’Agoua, des Monts Kouffé et de Wari-Maro (PAMF) de 2002 à 2007 et du Programme de Gestion des Forêts et Terroirs Riverains (PGFTR) qui a démarré en 2003.

3L’une des approches pertinentes d’évaluation des plans d’aménagement forestier est l’étude des perceptions des populations riveraines de l’aménagement forestier (Wiersum et Elands, 2002). En fait, les perceptions des populations en aménagement forestier reflètent les premiers indices de succès et d’échec du processus d’aménagement mis en place (Dhubhàin, et al.,2008). L’évaluation multicritère des plans d’aménagement forestier au Bénin (Djogbenou, 2010) a conclu que la faible implication des populations riveraines dans le processus d’élaboration des plans d’aménagement forestier au Bénin n’a pas permis une mise en œuvre réussie de ces plans d’aménagement. Plusieurs éléments restent à élucider quant aux facteurs déterminants la réussite des aménagements forestiers participatifs. La mise en œuvre des programmes d’aménagement durant une décennie a tout de même influencé la conception de l’aménagement forestier au niveau des populations, surtout suivant les centres d’intérêt des uns et des autres. Aussi, d’autres facteurs comme le groupe socioculturel et le niveau d’instruction sont susceptibles d’influencer significativement la perception de l’aménagement par les populations. Il est alors important de comprendre les perceptions qu’ont les populations riveraines de l’aménagement forestier et les facteurs d’influence de leurs perceptions. Cela permettra bien évidemment de mieux tenir désormais compte des aspirations des populations dans les programmes d’aménagement forestier.

4La présente étude est une analyse des perceptions des populations locales de l’aménagement forestier selon différents facteurs d’influence. L’hypothèse de recherche considérée stipule que les perceptions des populations riveraines sur les aménagements forestiers sont influencées par l’approche des projets forestiers mise en œuvre au niveau de chaque forêt classée, le groupe socioculturel et le niveau d’instruction.

Lieu d’étude et caractéristiques des projets d’aménagement forestier étudiés

5La présente étude a été réalisée dans les villages riverains des forêts classées dotées de Plans d’Aménagement Participatif (PAP). Il s’agit des forêts classées de Pénéssoulou, de Tchaourou-Toui-Kilibo, de l’Ouémé Supérieur, de N’Dali, de la Sota, de Goungoun, d’Agoua, des Monts-Kouffé, de Wari-Maro et de la rôneraie de Goroubi (figure 1).

Figure 1. Localisation des forêts classées étudiées.

Figure 1. Localisation des forêts classées étudiées.

6Les plans d’aménagement de ces forêts classées ont été élaborés par des projets de la Direction des Forêts et des Ressources Naturelles du Bénin. Le tableau 1 présente les caractéristiques de ces forêts classées. Les plans d’aménagement participatif (PAP) des forêts classées de Tchaourou-Toui-Kilibo et de l’Ouémé Supérieur-N’Dali ont été élaborés par le Projet de Gestion des Ressources Naturelles (PGRN). Malgré leur superficie relativement importante avec 41 villages riverains, l’élaboration des plans d’aménagement de ces forêts classées a bénéficié seulement d’un appui de courte durée (5 ans). Le Projet de Restauration des Ressources Forestières dans la région de Bassila (PRRF) a appuyé l’élaboration du plan d’aménagement de la forêt classée de Pénéssoulou pendant 9 ans. Cette forêt classée, de taille relativement petite et entourée par un petit nombre de villages a pourtant bénéficié d’une durée d’appui relativement longue. Le Projet aménagement participatif de forêts naturelles et reboisements villageois pour la réduction de carbone (Projet BEN-93-G13) communément appelé Projet UNSO a élaboré un même plan d’aménagement pour les forêts classées de Goungoun, de la Sota et de la rôneraie de Goroubi quand bien même ces aires ne sont pas situées dans le même secteur écologique. Le Projet d’Aménagement des Massifs Forestiers d’Agoua, des Monts Kouffé et de Wari-Maro (PAMF) a appuyé l’élaboration des plans d’aménagement de ces trois forêts classées par la mise en place dès la deuxième année du projet des Plans Simples de Gestion. La mise en œuvre de ces Plans Simples de Gestion durant cinq ans constitue en fait le début de la mise en œuvre des plans d’aménagement. Ces différents projets et programmes ont été exécutés avec la collaboration des populations locales qui ont alors forgé une certaine conception de l’aménagement forestier suivant les expériences vécues.

Tableau 1. Caractéristiques des forêts classées et des Plans d’Aménagement Participatifs.

Forêts classées

Projets

Coordonnées géographiques

Superficie (ha)

Période de mise en œuvre des PAP

Nombre de villages

riverains

Pénéssoulou

PRRF

9°14’ l N ; 9°18’N

1°30’ E ; 1°37’ E

5470

1990-1998

4

Tchaourou et Toui-Kilibo

PGRN

8°25’N ; 8°53’N

2°36’ E ; 2°47’ E

48000

1992 -1996

18

Ouémé Supérieur-N’Dali

PGRN

9°11’ N ; 9°47’ N

1°58’ E ; 2°284’E

182263

1997 - 1999

23

Goungoun

Projet UNSO

11°20’N ; 11°41’N

3°07’ E ; 3°24 E’

73200

1993-1997

11

Sota

Projet UNSO

10°58’N ; 11°11’N

3°03’ E ; 3°25’ E

53000

1993-1997

10

Goroubi

Projet UNSO

11°53’N ; 11°58N

3°14 E’ ; 3’18’E

570

1993-1997

3

Agoua

PAMF

8°25 N ; 8°50 N

1°40 E ; 2°25 E

75300

2002-2007

20

Monts Kouffé

PAMF

8°25 N ; 8°50 N

1°40 E ; 2°15 E

180.300

2002-2007

29

Wari-Maro

PAMF

8°50’ N ;' 9°10’ N

1°55’ E ; 2°25’ E

107.500

2002-2007

12

Légende : PRRF : Projet de Restauration des Ressources Forestières de Bassila, PGRN : Projet de Gestion des Ressources Naturelles, Projet UNSO : Projet Aménagement Participatif de forêts naturelles et reboisement villageois pour réduction de carbone, PAMF : Projet d’Aménagement des Massifs Forestiers d’Agoua, des Monts Kouffé et de Wari-Maro (PAMF)

Méthodes

Sélection des forêts classées étudiées et échantillonnage

7Trois critères principaux ont prévalu à la sélection des forêts classées étudiées : forêt officiellement classée par la loi, disponibilité d’un plan d’aménagement participatif et expérience de cogestion. L’intérêt du critère forêt classée tient à l’existence d’acteurs du pouvoir public (État) et des populations locales ayant établi des liens socio-économiques et culturels très anciens et quotidiens avec la forêt classée pour justifier d’une gestion participative.

8La disponibilité de plan d’aménagement participatif et l’expérience de cogestion de la forêt sont nécessaires afin d’analyser l’impact de la mise en œuvre des plans sur les perceptions locales en matière d’aménagement participatif.

9À partir de ces trois critères, les forêts classées de Pénéssoulou, de l’Ouémé Supérieur-N’Dali, de Tchaourou, de Toui-Kilibo, de Goungoun, de Sota, des Monts-Kouffé, de Wari-Maro et d’Agoua et la Rôneraie de Goroubi ont été retenues. Ce sont des forêts naturelles des zones soudano-guinéennes et soudaniennes dotées de plans d’aménagement participatif. La durée de mise en œuvre des plans d’aménagement de ces forêts classées (5 - 9 ans) est aussi suffisante pour permettre aux populations riveraines d’avoir une conception de l’aménagement forestier.

10Au total, vingt-trois villages riverains des forêts classées étudiées ont été retenus, tenant compte des différents usages que les populations des villages riverains font des ressources forestières d’une forêt classée. Ce sont pour la plupart des villages situés à l’intérieur et sur les limites des forêts classées (Tableau 2).

Tableau 2. Villages riverains enquêtés autour des forêts classées.

Forêts classées

Communes

Villages riverains

Pénéssoulou

Bassila

Pénéssoulou

Pénélan

Nioro

Nagayilé

Ouémé Supérieur

Tchaourou

Bétérou

Sanson

Oubérou

Yebessi

Djougou

Onklou

Tokotoko

Tchaourou-Toui-Kilibo

Tchaourou

Panpanè

Ouèssè

Toui

Kilibo-Gare

Ogoutèdo

Agoua

Bantè

Alétan

Gotcha

Monts-Kouffé

Bantè

Banon

Bassila

Manigri

Wari-Maro

Tchaourou

Wari-Maro

Agbassa

Sota

Kandi

Bensèkou

Goungoun

Malanville

Goungoun

Rôneraie de Goroubi

Karimama

Kargui

Total

8

23

11Au niveau de chaque village, 30 acteurs locaux comprenant les agriculteurs, les éleveurs, les pêcheurs et les exploitants forestiers ayant participé à l’élaboration et à la mise en œuvre des PAP ont été retenus comme échantillon à enquêter avec l’aide des agents forestiers en poste et les membres des organisations communautaires. Au niveau de chaque village, le choix des individus est fait au hasard sur la base d’une liste d’acteurs préétablie.

Collecte et analyse des données

12Sur la base de résultats antérieurs sur la perception de l’aménagement forestier dans les mêmes zones d’étude (Djogbenou, 2005), une liste de perceptions probables de l’aménagement forestier a été soumise au choix des enquêtés sous forme de questionnaires administrés par la technique de l’interview directe. Les questions posées étaient relatives aux différentes perceptions de l’aménagement forestier qui concernent aussi bien la santé des écosystèmes forestiers que les conditions socio-économiques des populations riveraines. En outre, la profession de l’enquêté, son niveau d’instruction, ses revenus et la taille de son ménage ont été aussi pris en compte par le questionnaire

13Les fréquences absolues des choix des perceptions de l’aménagement forestier par forêt classée puis sur toutes les forêts classées confondues ont permis de procéder à un classement. Pour chaque critère considéré (forêt classée, groupes socioculturels, niveau d’instruction), un tableau de contingence présentant la fréquence de choix des différentes perceptions d’aménagement selon les modalités du critère a été établi. Une analyse factorielle des correspondances (AFC) a été effectuée sur chacun des tableaux afin de mieux décrire les relations entre les différentes perceptions d’aménagement et les modalités du critère considéré. Les différentes perceptions d’aménagement et les modalités du critère ont été projetées dans un système axes factoriels issu de l’AFC. Par ailleurs, un tableau de fréquences relatives a été établi pour analyser les perceptions d’aménagement selon le sexe.

Résultats

Perceptions de l’aménagement forestier participatif par les populations riveraines

14Les perceptions de l’aménagement forestier enregistrées au sein des populations riveraines des forêts classées aménagées du Bénin sont consignées dans le tableau 3.

Tableau 3. Différentes perceptions de l’aménagement forestier par les populations riveraines des forêts classées aménagées et leurs symboles.

Perceptions de l’aménagement forestier

Symbole

Projet en activité

AgtA

Plantation d’arbres

AgtB

Mise à disposition des moyens aux agents forestiers

AgtC

Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées

AgtD

Présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants 

AgtE

Concertation avec les populations

AgtF

Emploi aux fils du terroir

AgtG

Nouvelle manière de gérer les forêts classées

AgtH

Source : Djogbénou (2005).

15Globalement, les différentes perceptions de l’aménagement sont assez bien représentées dans la population. Toutefois, l’aménagement forestier est plus perçu par les populations riveraines comme une nouvelle manière de gérer les forêts classées en se basant sur la concertation (15,7 %) et comme une nouvelle façon de travailler dans les forêts classées (14,6 %). Les perceptions de l’aménagement liées à la mise à disposition des moyens aux agents forestiers et à la présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants sont les plus faiblement représentées (8,2 % et 9,5 % respectivement). Par ailleurs, l’application du test Chi-carré d’indépendance aux données du tableau 4 révèle aussi que le sexe n’influence pas significativement les perceptions de l’aménagement forestier (Chi-carré =4,51 ; Prob. =0,808).

Tableau 4. Répartition des perceptions d’aménagement selon le sexe.

Définition

Masculin

 %

Féminin

 %

Total

 %

AgtA

302

12,5

39

10,7

341

12,2

AgtB

338

13,9

50

13,7

388

13,9

AgtC

198

8,2

30

8,2

228

8,2

AgtD

348

14,4

58

15,8

406

14,6

AgtE

224

9,2

41

11,2

265

9,5

AgtF

302

12,5

39

10,7

341

12,2

AgtG

337

13,9

46

12,6

383

13,7

AgtH

375

15,5

63

17,2

438

15,7

Total

2424

100

366

100

2790

100

Légende : AgtA : Projet en activité, AgtB : Plantation d’arbres, AgtC : Mise à disposition des moyens aux agents forestiers, AgtD : Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées, AgtE : Présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants, AgtF : Concertation avec les populations, AgtG : Emploi aux fils du terroir, AgtH : Nouvelle manière de gérer les forêts classées

Perceptions de l’aménagement forestier suivant les forêts classées

16L’analyse factorielle de correspondances a été effectuée sur les données d’occurrence des différentes perceptions de l’aménagement forestier selon les populations riveraines des 9 forêts classées (figure 2). Ainsi, la figure 2 illustre la projection des forêts classées et les perceptions de l’aménagement forestier dans le système d’axes factoriels.

Figure 2. Projection des forêts classées et perceptions de l’aménagement forestier dans le système d’axes factoriels.

Figure 2. Projection des forêts classées et perceptions de l’aménagement forestier dans le système d’axes factoriels.

AgtA : Projet en activité

AgtB : Plantation d’arbres

AgtC : Mise à disposition des moyens aux agents forestiers

AgtD : Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées

AgtE : Présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants 

AgtF : Concertation avec les populations

AgtG : Emploi aux fils du terroir

AgtH : Nouvelle manière de gérer les forêts classées

17Les résultats de cette analyse ont montré que l’axe 1 explique 44,4 % des informations liées aux perceptions d’aménagement selon les forêts classées alors que l’axe 2 explique 37,1 %, soit au total 81,5 % des informations conservées. Nous notons de cette figure 2 que sur l’axe 1, les définitions d’aménagement liées aux actions de répression des forestiers (AgtE), aux moyens à donner aux forestiers (AgtC) étaient plus choisies par les populations riveraines des forêts classées des Monts-Kouffé et Wari-Maro et dans une moindre mesure de la forêt classée de Toui-Kilibo. L’aménagement forestier a été perçu par les populations riveraines des forêts classées des Monts Kouffé, de Wari-Maro et de Tchaourou-Toui-Kilibo comme une répression forestière. En effet, pendant des décennies ces populations riveraines ont vécu les différentes arrestations des exploitants forestiers opérées par l’administration forestière dans cette zone relativement boisée du Bénin. Aussi, à l’avènement des projets PGRN et PAMF, des moyens roulants (véhicules et motos) ont été mis à la disposition des agents forestiers pour assurer la surveillance des forêts classées. Cette présence quasi quotidienne des agents forestiers autour des forêts classées avec les moyens mis à leur disposition a fortement marqué l’esprit des populations riveraines. Sur le même axe, les définitions d’aménagement liées à la présence de projets d’aménagement de la forêt (AgtA), à la plantation d’arbres (AgtB), à l’emploi aux fils du terroir et à la participation des populations locales (AgtF) ont été plus évoquées par les populations riveraines des forêts classées de l’Ouémé Supérieur N’Dali, Gourobi et Sota. Ces perceptions traduisent les discours de sensibilisation délivrés par les agents du PGRN et du Projet UNSO sur l’approche participative. Pour les populations riveraines de la forêt classée de Pénéssoulou, l’aménagement forestier est perçu comme un projet en activité, car c’est avec le projet PRRF que cette forêt classée a connu d’aménagement.

18Sur l’axe 2, il est remarqué que les populations riveraines des forêts de l’Ouémé Supérieur N’Dali choisissent plus la définition d’aménagement liée à la répression des forestiers (AgtE) alors que celles de Goungoun, de Gourobi et de la Sota utilisent plus les définitions d’aménagement liés à une nouvelle approche de gestion de la forêt (AgtD) ou à un changement dans la manière de gérer la forêt par l’administration forestière (AgtH). Comme les populations riveraines des forêts classées des Monts Kouffé, de Wari-Maro et de Tchaourou-Toui-Kilibo, les populations riveraines de la forêt classée de l’Ouémé Supérieur ont été fortement marquées par les arrestations des exploitants frauduleux de bois d’œuvre. Par contre, les populations riveraines des forêts classées de la Sota, de Goungoun et de la rôneraie de Goroubi ont exprimé clairement l’approche participative optée par le projet UNSO. Ces diverses perceptions de l’aménagement forestier reflètent les approches d’intervention des projets chargés de conduire les différents aménagements forestiers.

Perception de l’aménagement selon les groupes socioculturels

19La figure 3 présente la projection des groupes socioculturels et les perceptions de l’aménagement forestier dans le système d’axes factoriels. Les deux premiers axes expliquent 81,4 % des informations et permettent donc de mieux analyser l’impact de l’appartenance ethnique sur la perception des populations locales.

Figure 3. Projection des groupes socioculturels et perceptions de l’aménagement forestier dans un système d’axes.

Figure 3. Projection des groupes socioculturels et perceptions de l’aménagement forestier dans un système d’axes.

AgtA : Projet en activité

AgtB : Plantation d’arbres

AgtC : Mise à disposition des moyens aux agents forestiers

AgtD : Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées

AgtE : Présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants 

AgtF : Concertation avec les populations

AgtG : Emploi aux fils du terroir

AgtH : Nouvelle manière de gérer les forêts classées

20Il ressort de l’analyse de la figure 3 que les Peulh, les Mokolé, les Dendi et les Boko perçoivent l’aménagement forestier comme la plantation d’arbres, les projets en activité et les séances d’informations. Ces groupes socioculturels, riverains des forêts classées de Goungoun, de Sota et de la rôneraie de Goroubi ont vécu l’exécution du Projet Aménagement Participatif de Forêts Naturelles et Reboisements Villageois. L’une des principales activités de ce projet était le reboisement. Par contre les groupes socioculturels Nagot, Cotocoli, Anii et Lokpa considèrent l’aménagement forestier comme un changement d’approches, une mise à disposition des moyens de travail aux forestiers et une opportunité d’emplois au profit des populations locales. Ces populations ont vécu l’expérience du PRRF, du PGRN et du PAMF. Ces différents projets ont adopté l’approche participative avec l’implication des populations riveraines dans l’exécution des travaux ; ce qui a nécessité l’utilisation de la main-d'œuvre locale. Il est important de noter que l’aménagement forestier n’a plus été considéré comme la répression des infractions forestières quel que soit le groupe socioculturel. Par ailleurs, la faible représentativité du groupe socioculturel Bariba dans les villages riverains des forêts classées n’a pas permis de discriminer les perceptions relatives à l’aménagement forestier.

Perceptions de l’aménagement selon le niveau d’instruction

21La projection des niveaux d’instruction et les perceptions de l’aménagement forestier dans un système d’axes sont représentées par la figure 4.

Figure 4. Projection des niveaux d’instruction et perceptions de l’aménagement forestier dans un système d’axes.

Figure 4. Projection des niveaux d’instruction et perceptions de l’aménagement forestier dans un système d’axes.

AgtA : Projet en activité

AgtB : Plantation d’arbres

AgtC : Mise à disposition des moyens aux agents forestiers

AgtD : Nouvelle façon de travailler dans les forêts classées

AgtE : Présence des forestiers dans les forêts classées pour arrêter les délinquants 

AgtF : Concertation avec les populations

AgtG : Emploi aux fils du terroir

AgtH : Nouvelle manière de gérer les forêts classées

22L’axe 1 explique 65,0 % des informations liées aux perceptions d’aménagement selon les forêts classées alors que l’axe 2 explique 19,9 %, soit au total 84,9 % des informations conservées. Il ressort de l’analyse de la figure 4 que les populations illettrées et ayant le niveau primaire ont perçu l’aménagement forestier comme les plantations d’arbres, la police forestière, les réunions et la création d’emplois. Par contre, la perception des populations ayant le Certificat d’Études Primaires (CEP) est relative à un changement de méthodes et d’approches dans l’aménagement forestier. Par ailleurs, les sujets ayant le niveau du Brevet d’Études du Premier Cycle (BEPC) ont opté pour les définitions d’aménagement liées aux projets en activité dans la forêt, à la répression des forestiers et à l’emploi aux populations riveraines de la forêt.

Discussion

23Les résultats de la présente étude ont montré que les populations riveraines des forêts classées étudiées ont plusieurs perceptions de l’aménagement forestier. Pour ces populations, l’aménagement forestier peut globalement recouvrir les compréhensions suivantes : « projet en activité », « plantation d’arbres », « moyens aux forestiers pour faire ce qu’ils faisaient au quotidien », « nouvelle façon de travailler dans les forêts classées », « beaucoup de forestiers travaillent dans la forêt et arrêtent les scieurs, éleveurs ou chasseurs », « réunions de travail avec nous les populations locales », « du travail à certains de nos fils du terroir », « changement de manières de faire dans la forêt ». Pour les populations riveraines, l’aménagement forestier est multifonctionnel et devra prendre forcément en compte les aspects écologiques, économiques et sociaux. La multifonctionnalité demeure dans la perception de l’aménagement forestier par les populations riveraines. Il va sans dire que les forêts classées ne peuvent être isolées des autres utilisations des terres. Ainsi, elles s’inscrivent dans des territoires ayant des spécificités écologiques, économiques et socioculturelles. La multifonctionnalité des forêts est certes différente selon les contextes géographiques, mais elle se pose de manière fondamentale un peu partout dans le monde. Boutefeu (2005) en faisant l’historique de l’aménagement forestier en France a conclu que la forêt se trouve au cœur des préoccupations environnementales et elle est aussi à la charnière de nouvelles attentes sociales. Il tire comme conséquence qu’aménager une forêt comme une entité à part n’a plus de sens : il est nécessaire de la réinscrire dans un territoire plus large. Il rejoint à cet effet Chauvin et Piroche (2004) qui prônent une forêt un peu moins strictement bornée, qui pourra progressivement s’intégrer aux autres territoires. La forêt devient alors un espace multifonctionnel où le respect de la sociodiversité permet d’avancer et l’aménagement forestier devra en tenir forcément compte (Chiasson et al., 2005). Les populations riveraines des forêts classées étudiées comme les auteurs précédemment cités perçoivent l’aménagement forestier comme un processus qui doit tenir forcément compte des usages et des fonctions multiples de la forêt et que l’aménagement forestier doit concerner autre chose que l’exploitation du bois. Ces perceptions des populations riveraines sont liées à leur contexte géographique et sociétal (Bidou, 2002). Les perceptions de l’aménagement forestier par les populations riveraines sont le résultat de leur vécu de la forêt et aussi des diverses expériences d’aménagement forestier qu’elles ont vécues.

24En considérant les variables telles que les forêts classées, les groupes socioculturels et les niveaux d’instruction, les quelques nuances observées dans la perception de l’aménagement forestier sont liées aux approches d’intervention des différents projets chargés d’élaborer et de mettre en œuvre les plans d’aménagement forestier.

25Les populations riveraines des forêts classées de Goungoun, de la Sota et de la rôneraie de Goroubi majoritairement constituées par les Dendi, les Mokolé et les Peulh ont globalement les mêmes perceptions de l’aménagement forestier (nouvelles manières de gérer les forêts). L’appui à l’aménagement de ces forêts classées est assuré par le projet UNSO. Les populations riveraines des forêts classées d’Agoua, des Monts Kouffé, de Wari-Maro, de Tchaourou-Toui-Kilibo et de l’Ouémé Supérieur majoritairement composées de Nagot, de Bariba, de Cotocoli et de Lokpa considèrent l’aménagement forestier comme la répression forestière et une mise à disposition des moyens de travail aux forestiers. Les forêts classées d’Agoua, des Monts Kouffé et de Wari-Maro ont été aménagées par le PAMF et celles de Tchaourou-Toui-Kilibo et de l’Ouémé Supérieur aménagées par le PGRN. La même situation s’observe dans le cas des populations riveraines de la forêt classée de Pénéssoulou constituée majoritairement d’Anii. Cette forêt classée a été aménagée par le PRRF. La catégorisation des perceptions par forêt classée est globalement la même que la catégorisation des perceptions par groupe socioculturel. Tout ceci montre que les perceptions de l’aménagement forestier varient suivant les projets qui ont appuyé l’aménagement de ces forêts classées. Les perceptions construites par les populations locales du terme « aménagement forestier » correspondent bien aux contenus des discours de sensibilisation et d’information qui leur sont délivrés par les différents agents travaillant à la mise en œuvre des projets d’aménagement forestier. Il est alors évident que la compréhension essentiellement de nature visuelle de l’aménagement forestier participatif qu’ont les populations riveraines tous groupes socioculturels confondus est liée à leur implication au processus de conception et de pilotage de l’aménagement forestier (Djogbenou, 2005). En étudiant les perceptions des parties prenantes à l’aménagement forestier en milieux ruraux en Irlande Dhubhain et al. (2009), ont conclu que la variabilité des perceptions de l’aménagement forestier est liée aux causes historiques, géographiques et socio-économiques. Cela est d’autant plus vrai, car il s’agit d’un pays qui a commencé l’aménagement de ses forêts depuis des siècles contrairement au Bénin qui a moins de deux décennies d’expériences en cette matière.

26Par ailleurs, les populations locales illettrées et celles ayant le niveau primaire ont les mêmes perceptions de l’aménagement forestier qui s’opposent à celles ayant le CEP et le BEPC. Les premiers ont une conception traditionnelle (reboisement, répression forestière) de l’aménagement alors que les autres ont une conception moderne de l’aménagement (participation des populations, concertation). Cette différence de perception est liée au niveau d’information de chaque frange de la population. L’information dans le processus d’aménagement forestier occupe une place centrale (Saint-Arnaud et al., 2005) et la perception de l’aménagement forestier reflète en réalité le niveau d’information de chaque catégorie d’acteurs (Monet, 2005). On en conclut alors que les populations riveraines des forêts classées ayant le CEPE et le BEPC sont plus informées dans le domaine de l’aménagement forestier que celles illettrées.

27Ces différentes perceptions peuvent avoir de sérieuses implications sur la durabilité des aménagements forestiers participatifs. La perception de l’aménagement forestier orientée vers une nouvelle gestion des forêts classées des groupes socioculturels Dendi, Mokolé et Peulh et des populations riveraines ayant le CEP et le BEPC peut améliorer l’état des écosystèmes forestiers de même que les conditions de vie des populations. En effet, cette nouvelle approche de gestion des forêts classées a comme toile de fond la participation des populations riveraines à l’aménagement forestier qui demeure l’une des conditions essentielles de la réussite et de la durabilité de la gestion forestière (Djogbenou, 2010). Par contre, la perception de l’aménagement forestier basée sur la répression qu’ont les groupes socioculturels Nagot, Bariba, Cotocoli et Lokpa et des populations illettrées et celles ayant le niveau CEP ne garantit pas une gestion durable des forêts classées, car il s’agit de l’approche traditionnelle de l’aménagement forestier basée sur l’exclusion des populations riveraines (Andriananja, 2006).

Conclusion

28Les populations riveraines des forêts classées dotées de plans d’aménagement participatif au Bénin ont une conception multifonctionnelle de l’aménagement forestier. L’aménagement forestier est globalement perçu comme un projet participatif qui appuie le reboisement, qui donne des moyens à l’administration forestière et qui offre des emplois aux populations locales. L’assimilation de l’aménagement forestier à un projet en activité se justifie d’autant plus que les processus d’élaboration des plans d’aménagement participatif des forêts classées au Bénin ont été appuyés par les projets. Les nuances observées dans les perceptions de l’aménagement forestier sont liées à l’approche d’intervention des différents projets et au niveau d’instruction des populations locales dans une moindre mesure. Ce qui est évident, ces perceptions sont de nature visuelle et empirique et expriment le contenu des discours de sensibilisation délivrés par les projets et les activités réalisées par ces projets. Ces perceptions constituent alors des indicateurs qui permettront d’évaluer les approches mises en œuvre par les différents projets d’aménagement forestier au Bénin. Il serait intéressant de comparer ces perceptions des populations locales à celles des professionnels de l’aménagement forestier afin de comprendre si ces deux catégories importantes d’acteurs ont des points de vue convergents ou divergents de l’aménagement forestier.

Remerciements

29Les auteurs remercient tous les agents de l’administration forestière béninoise rencontrés à différents niveaux et les agents du Projet d’Aménagement des Massifs Forestiers d’Agoua, des Monts Kouffé et de Wari-Maro rencontrés au cours des travaux de terrain de la présente étude. Les remerciements des auteurs vont aussi à l’endroit des membres des comités de cogestion des forêts classées étudiées.

Haut de page

Bibliographie

Andriananja, H. R., 2006, Gouvernance des ressources forestières et aide à la délibération : le cas de la station forestière de Manjakatompo (Madagascar). Thèse de Doctorat, UFR des sciences sociales et humaines, Université de Versailles Saint-Quentin-En-Yvelines, Guyancourt, France, 453 p.

Bertrand, A., D. Babin et R. Nasi, 1999a, Évolution et diversité du concept d’aménagement forestier. Bois et Forêts des Tropiques. 260, 2, 33-40.

Bertrand, A., D. Babin et R. Nasi, 1999b, L’adaptation de l’aménagement forestier à des situations diverses. Bois et Forêts des Tropiques. 261, 3, 39-49.

Bidou, J.E., 2002, Quel partenariat avec l’expert ? Réflexions sur l’aide, l’approche participative et l’éducation à l’environnement dans le Tiers Monde. Éducation Relative à l’Environnement, 3, 63-82.

Blais, R., 1999, Développement durable et approche sociale en foresterie : retour sur le discours d’Esdras Minville. Recherches sociographiques, 40, 2, 225-241.

Boot, A. L., 1998. Forestry and community. Forest Chronicle, 74, 3, p. 612-630.

Borrini-Feyerabend, G.M.T., J.C. Farvar, J.-C. Nguinguiri et V.A. Ndangang, 2000, La gestion participative des ressources naturelles : organisation, négociation et apprentissage par action. GTZ et UICN. 95 p.

Boutefeu, B., 2005, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 6 Numéro 2, [En ligne], URL : http://vertigo.revues.org/4446, consulté le 19 mai 2011.

Bouthillier, L., 2003, La participation du public et le questionnement scientifique issu des aspects sociaux de la foresterie. Publication présentée au XIIe Congrès Forestier Mondial (CFM) de la FAO 2003. Québec, Canada. No. 0950-C1. 7p.

Buchy, M. et B. Hoverman, 2000, Understanding public participation in forest planning. Forest Policy and Economics 1 : 15-25

Chauvin, C. et J.N. Piroche, 2004, Gestion forestière et ingénierie. Ingénieries Eau Agriculture Territoires, Numéro Spécial, pp 37-45.

Chiasson, G, J.L. Boucher et T. Martin, 2005, La forêt plurielle : nouveau mode de gestion et d’utilisation de la forêt, le cas de l’Aigle. VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 6 Numéro 2, [En ligne], URL : http://vertigo.revues.org/4298, consulté le 19 mai 2011.

Chouinard, O. et J. Perron, 2002, Learning about community capacity in the Fundy Model Forest. Forest Chronicle. 78 (5) : 637-642.

CNUED (Conférence des Nations Unies pour l’Environnement et le Développement), 1992. Action 21, Chapitre 11 : Combattre le déboisement. CNUED. 102 p.

Djogbénou, C.P., 2010, Analyse multicritère des plans d’aménagement et de gestion participatifs des forêts classées au Bénin : développement d’un modèle durable. Thèse de Doctorat Unique, École Doctorale Pluridisciplinaire, FLASH, Université d’Abomey-Calavi, Bénin, 227 pages.

Djogbénou, C.P., 2005, Analyse de la mise en œuvre des plans d’aménagement participatif des forêts naturelles au Bénin et détermination de critères et indicateurs pertinents de réussite. Mémoire de DEA, École Doctorale Pluridisciplinaire, FLASH, Université d’Abomey-Calavi, Bénin, 122 pages.

Dhubháin, A. N., M.C. Fléchard, R. Moloney et D. O’Connor, 2009, Stakeholders’ perceptions of forestry in rural areas—Two case studies in Ireland. Land Use Policy, 26, 3, 695-703

FAO, 1996, Critères et indicateurs pour l’aménagement des forêts de l’Afrique tropicale sèche. FAO, Rome, Italie, 35 p.

Gareau, P, 2005, Approches de gestion durable et démocratique des forêts dans le monde. VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 6 Numéro 2, [En ligne], URL : http://vertigo.revues.org/4244, consulté le 10 mai 2011

Monnet, S., 2005, L’apprentissage collaboratif, outil d’évaluation de la décision en aménagement forestier. L’étude de cas de la Table de concertation AC 043-20. Thèse de Doctorat, Faculté de foresterie et de géomatique, Université Laval, Québec, Canada, 264 p.

Ni Dhubháin, A., M.C. Fléchard, R. Moloney et D. O’Connor, 2008, Stakeholders' perceptions of forestry in rural areas – Two case studies in Ireland. Land Use Policy, doi : 10.1016/j.landusepol.2008.09.003

Reed, M.S., 2008, Stakeholder participation for environnemental management : a literature review. Biological conservation 141 : 2417-2431.

Saint-Arnaud M., L. Sauvé et D. Kneeshaw, 2005, Forêt identitaire, forêt partagée : trajectoire d’une recherche participative chez les Anicinapek de Kitcisakik (Québec, Canada). VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 6 Numéro 2, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/4431, consulté le 10 mai 2011

Story P.A. et F.H. Likers, 1997, Partnership Building for Sustainable Development : A first Nations Perspective from Ontario. Journal of Sustainable Forestry, l4, 3-4, 149-162.

Varughese G. et Ostrom, 2001, The Contested Role of Heterogeneity in Collective Action : Evidence from Community Forestry in Nepal. World Development, 29, 5, 747-76.

Wiersum K.F.et B.H.M. Elands, 2002, The integrated Multifor. RD research approach. In : Wiersum K.F. et Elands B.H.M (Eds), The Changing Role of forestry in Europe : Perspectives for Rural Development. Forest and Nature Conservation Policy Group. Proceedings 2002. Wageningen University, The Netherlands, pp. 1-24.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des forêts classées étudiées.
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/10893/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 2. Projection des forêts classées et perceptions de l’aménagement forestier dans le système d’axes factoriels.
Légende AgtA : Projet en activité
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/10893/img-2.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 3. Projection des groupes socioculturels et perceptions de l’aménagement forestier dans un système d’axes.
Légende AgtA : Projet en activité
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/10893/img-3.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 4. Projection des niveaux d’instruction et perceptions de l’aménagement forestier dans un système d’axes.
Légende AgtA : Projet en activité
URL http://vertigo.revues.org/docannexe/image/10893/img-4.png
Fichier image/png, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

C.P. Djogbenou, R. Glèlè Kakaï, O. Arouna et B. Sinsin, « Analyse des perceptions locales des aménagements forestiers participatifs au Bénin », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 11 Numéro 1 | mai 2011, mis en ligne le 27 mai 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/10893 ; DOI : 10.4000/vertigo.10893

Haut de page

Auteurs

C.P. Djogbenou

Ingénieur agronome forestier, Doctorant en Gestion de l’Environnement, Direction Générale des Forêts et des Ressources Naturelles ; 06 BP 3484 Cotonou, Bénin, courriel : pcdjogbenou@yahoo.com

R. Glèlè Kakaï

Docteur-Ingénieur, Maître-Assistant en modélisation forestière et Biométrie à l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin) et Chercheur au Laboratoire d’Ecologie Appliquée, 04 BP 1525, Cotonou, Bénin, courriel : gleleromain@yahoo.fr

O. Arouna

Géographe, Doctorant en Gestion de l’Environnement, Direction Générale des Forêts et des Ressources Naturelles ; 06 BP 3484 Cotonou, Bénin, courriel : arounaouss@yahoo.fr

B. Sinsin

Professeur Titulaire d’écologie appliquée à l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin), Directeur du Laboratoire d’Ecologie Appliquée, 01 BP 526 Cotonou-Bénin, courriel : bsinsin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page